Islande : le sauvetage des banques et les scandales de corruption attisent les protestations

Région :

Les manifestations se poursuivent contre le plan de sauvetage des banques du gouvernement islandais aux dépens de la population laborieuse. Le 13 août, 3000 personnes s’étaient rassemblées devant le parlement à Reykjavik, il s’agissait de la plus importante manifestation depuis le renversement en janvier de l’ancien gouvernement conservateur dirigé par Geir Haarde. La colère des manifestants visait en premier lieu l’accord mis en avant pour la résolution du conflit d’IceSave qui obligera l’Etat islandais à indemniser les épargnants d’un certain nombre de pays européens qui avaient placé leur argent dans des opérations bancaires en ligne de Landsbanki. L’accord a été débattu à plusieurs reprises le mois dernier au parlement avec des indications donnant à penser que le gouvernement s’efforcera de trouver une majorité qui soutiendra l’affaire.

L’accord a été le résultat de négociations qui ont duré des mois entre des responsables d’Islande, de Grande-Bretagne et des Pays-Bas. Selon les termes de l’accord, l’Islande empruntera 5,5 milliards d’euros aux deux pays pour couvrir les coûts de la facture assortie d’un taux d’intérêt annuel de 5,5 pour cent. Cette somme correspond à plus de la moitié du BIP de l’Islande. Le montant que l’Islande devra rembourser est supérieur au pourcentage du PIB que l’Allemagne avait été obligée de payer en réparations conformément au Traité de Versailles après la Première Guerre mondiale.

La colère a été attisée par le sentiment largement répandu que l’accord a été imposé à l’Islande par les puissances européennes, et aussi par l’indication du FMI que le reste du montant du prêt de 2,1 milliards de dollars avec Reykjavik a pour condition l’approbation de l’accord IceSave. L’accord doit encore être soumis en seconde et troisième lecture au parlement et la commission parlementaire des finances a accepté la semaine passée plusieurs amendements à l’accord.

En vue d’apaiser la colère de l’opinion publique, le nouveau premier ministre, Johanna Sigurdardottir, a fait des déclarations disant qu’elle faisait preuve de compréhension face à l’opposition grandissante. Le 4 août elle écrivait dans le Financial Times, « Les Islandais qui ne se sentent pas responsables de la crise bancaire mondiale, sont prêts à faire des sacrifices pour sauvegarder les relations normales et le commerce avec le monde. Mais ils sont en colère d’avoir à porter le fardeau des indemnités pour les dépôts réalisés auprès de la banque en ligne IceSave de Lanbanski, une banque commerciale privée qui a fait faillite et qui avait attiré des centaines de milliers d’épargnants britanniques et néerlandais grâce à des taux d’intérêt élevés. »

En dépit d’une telle attitude, son gouvernement tient à compenser intégralement les pratiques spéculatives et, dans certains cas, totalement criminelles de ces banques privées aux dépens de la population islandaise.

Le 14 août, le gouvernement a annoncé des projets finalisant les termes de la recapitalisation de deux des trois banques qui avaient fait faillite, Kaupthing et Islandsbanki (anciennement Glittnir), Kaupthing sera recapitalisée à hauteur de 72 milliards de couronnes (400 millions d’euros) et Islandsbanki recevra 65 milliards de couronnes (360 millions d’euros) avec un ratio Tier 1 [ratio de solvabilité en termes de fonds propres]. Ces sommes seront la garantie que les banques pourront reprendre leurs activités spéculatives aux dépens des contribuables. Le ministre des Finances et dirigeant du Mouvement gauche-verts, Steingrimur J. Sigfússon, a déclaré, « La capitalisation d’Islandsbanki et de New Kaupthing représente un pas de plus vers le rétablissement d’un système bancaire stable en Islande. »

Sigfússon et le Mouvement gauche-verts ont joué un rôle crucial en fournissant une caution de gauche à l’application de l’agenda politique droitier de la coalition. Tout comme ils ont contribué à la recapitalisation des banques ils ont apporté leur soutien critique en appuyant les démarches du gouvernement pour l’adhésion à l’Union européenne bien qu’officiellement ils soient contre l’adhésion à l’Union européenne (UE.) Reflétant l’hostilité grandissante de la population contre les mesures d’austérité réclamées par l’UE, les chiffres indiquent que seul un tiers des Islandais est à présent favorable à son entrée dans l’UE contre 40 pour cent en début d’année.

Le Mouvement gauche-verts accepte pleinement le « pacte de stabilité » conclu en juin entre le gouvernement, les syndicats et les associations patronales. L’accord qui respecte complètement les exigences du FMI et du capital financier international, prévoit des réductions des dépenses publiques de l’ordre de 70 milliards de couronnes (390 millions d’euros) sur trois ans ainsi qu’une hausse des impôts sur le revenu et une augmentation des taxes sur les produits courants.

Le FMI persiste à refuser le second versement du prêt consenti à Reykjavik. Tout en s’abstenant de critiquer ouvertement le gouvernement, il a clairement fait entendre que d’autres empiètements doivent être effectués dans les dépenses publiques et que les contrôles affectant le capital en vue de défendre la couronne doivent être levés aussi vite que possible.

La banque centrale a révélé le 5 août ses projets de lever les contrôles affectant le capital par étapes à commencer le 1er novembre. Selon des évaluations, des fonds s’élevant à 1,7 milliard d’euros appartiennent à des investisseurs qui veulent retirer leur argent d’Islande aussi vite que possible. Les conséquences d’une telle démarche sont sérieuses pour la couronne étant donné que les gens voient augmenter les prix des produits de la vie quotidienne en raison de la chute de la monnaie.

Causée par la politique du gouvernement, la colère de l’opinion publique s’accroît du fait de la révélation continue de la criminalité de l’élite financière. Au début du mois, des documents étaient apparus sur internet révélant le volume des prêts accordés à Kaupthing qui avaient été versés à ses propres employés. La banque, qui avait bénéficié d’un renflouement de l’ordre de 5 pour cent du PIB avant son effondrement en octobre dernier, avait octroyé plus de 200 prêts d’un montant allant de 45 millions à 1,26 milliard d’euros à des particuliers tantôt employés de la banque tantôt des personnes entretenant des relations avec la banque. Ces prêts qui souvent n’étaient pas garantis par des actifs avaient ensuite servi à racheter des parts de Kaupthing.

La banque avait recouru à une ordonnance d’injonction pour taire l’affaire à la radio et télévision islandaise (RUV) et ne pas révéler cette information le 1er août dans sa principale émission d’actualités du soir. Ceci n’a pas vraiment empêché la propagation des détails, mais a encouragé largement la critique des politiciens et des médias. Dans une déclaration informant de son intention de ne pas se soumettre totalement à l’injonction du juge, RUV avait précisé, « L’ordre avait été donné par le commissaire de Reykjavik, un dénommé, Runar Gudjonsson. Il se trouve que le fils du commissaire de Reykjavik, Gudjon Runarsson, est le directeur de l’Association islandaise des services financiers et le porte-parole principal des banques en faillite. Il s’était entre autres battu pour la suppression du fonds immobilier [qui accorde des prêts abordables au grand public] de façon à ce que les banques jouissent de l’exclusivité sur le marché des prêts immobiliers. »

Les révélations concernant Kaupthing ont incité Eva Joly, qui est chargée d’enquêter sur les circonstances dans lesquelles les banques ont fait faillite, à lancer un appel à coopération à la Grande-Bretagne. L’organisme britannique chargé de la lutte contre la grande délinquance financière, Serious Fraud Office (SFO), a fait connaître sa volonté d’aider à l’enquête, un indice que des sociétés sises au Royaume-Uni pourraient être impliquées.

Joly a à plusieurs reprises critiqué les puissances européennes pour la situation dans laquelle se trouve l’Islande en faisant remarquer que la Grande-Bretagne et les Pays-Bas en particulier avaient été négligents dans leur réglementation concernant les filiales de Kaupthing et de Landsbanki implantées dans leur pays. Le recours de la Grande-Bretagne aux lois antiterroristes contre le gouvernement islandais et Landsbanski en octobre dernier continue à provoquer du ressentiment.

Étant donné que le gouvernement a fait comprendre qu’il renflouera l’élite financière malgré sa corruption et sa criminalité, la colère exprimée par la population lors des récentes manifestations est tout à fait légitime. Toutefois, la direction du mouvement de protestation n’offre aucunement une perspective viable à la population laborieuse en quête d’une issue à la crise actuelle.

Les toutes dernières manifestations ont été organisées par un groupe appelé InDefence, qui a été créé en octobre dernier pour s’opposer à l’utilisation de la loi antiterroriste par le gouvernement britannique contre l’Islande. Dans le même temps, ce groupe avait concentré ses efforts sur la défense de la réputation de l’Islande au sein de la communauté internationale, en appelant à une soi-disant « normalisation » des relations internationales.

Un communiqué publié par le groupe pour annoncer ces dernières manifestations a réclamé « un accord IceSave équitable que l’Islande est en mesure de payer. » Le groupe aurait des liens avec l’opposition, le Parti du progrès, et dont le dirigeant actuel, Sigmundur David Gunnlaugsson, a joué un certain rôle au sein du groupe avant son élection au parlement en avril dernier. InDefence a également aidé Kaupthing à recruter des avocats pour la banque dans le but de vérifier s’il était possible d’engager une action en justice contre le gouvernement britannique pour avoir gelé les actifs des filiales de Kaupthing, Singer et Friedlander, en octobre dernier.

Alors que le groupe appelle à un « accord IceSave équitable », la réalité pour les gens ordinaires est qu’on leur demande de sauver l’élite financière. L’accord IceSave n’en est qu’une partie qui s’ajoute à la recapitalisation des banques et aux attaques lancées à l’encontre des dépenses publiques sur demande du FMI. Plutôt que de s’opposer à un prétendu « excès » de l’une ou de l’autre mesure, la classe ouvrière doit rejeter la demande d’avoir à payer pour une crise dont elle n’est pas responsable. Cela ne peut se faire qu’en rompant définitivement avec les partis politiques établis, y compris le Mouvement gauche-verts, qui ont tous prouvé qu’ils défendaient la clique dirigeante.

Article original en anglais, WSWS, paru le 14 août 2009.



Articles Par : Jordan Shilton

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]