Print

Israël continue à violer le cessez -le -feu au Liban
Par Global Research
Mondialisation.ca, 05 septembre 2006
Ma’an news agency, AFPS 5 septembre 2006
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/isra-l-continue-violer-le-cessez-le-feu-au-liban/3156

Le Secrétaire Général des Nations unies Kofi Annan a déclaré dimanche 3 septembre que l’ONU a relevé 70 violations israéliennes du cessez le feu au Liban alors que le Hezbollah ne l’a pas respecté quatre fois.

Selon le New York Times les forces israéliennes continuent à opérer et à envoyer des patrouilles nocturnes, bien qu’elles n’aillent pas jusqu’à entrer dans les villes libanaises. La vue du drapeau israélien met les villageois en rage.

Forces spéciales israéliennes au Liban sud le 27 août 2006
Forces spéciales israéliennes au Liban sud le 27 août 2006

Le journal américain indique que la destruction que les forces israéliennes ont causée au sud Liban n’a fait qu’augmenter la popularité du Hezbollah, même parmi les villageois chrétiens.

L’utilisation ‘immorale’ de bombes à fragmentation par Israël au Liban pose une menace grave, selon un haut responsable des Nations unies. [1]

Par ailleurs le haut responsable des Nations unies pour l’aide a critiqué le 1 septembre l’utilisation massive par Israël de bombes à fragmentation pendant les trois derniers jours de la guerre avec le Hezbollah, qualifiant leur utilisation d’ “immorale” et il a prévenu que 100,000 mini bombes mortelles étaient encore actives dans de vastes régions du sud Liban, où elles mutilent et tuent des gens tous les jours.

Jan Egeland, le sous – Secrétaire général aux Affaires humanitaires a également annoncé qu’environ 250 000 Libanais qui avaient dû quitter leurs villages pendant le mois de combats ne peuvent pas y retourner parce que tout est dévasté ou par crainte d’être blessé par ces bombes et autres munitions non explosées.

“Ce qui est choquant et je dirais, pour moi, complètement immoral, c’est que 90 pour cent des frappes par bombes à fragmentation ont eu lieu dans les 72 dernières heures du conflit alors que nous savions qu’il y allait avoir une résolution, alors que nous savions vraiment que ça allait prendre fin.” a -t-il indiqué à des reporters à New York.

“Les bombes à fragmentation ont touché de vastes zones, beaucoup de maisons, beaucoup de terres agricoles, de nombreux magasins et endroits commerciaux et elles seront présentes parmi nous pendant de très nombreux mois, peut-être des années. Tous les jours des gens sont mutilés, blessés et tués par ces munitions et cela n’aurait pas dû se produire.”

Depuis la cessation des hostilités entre Israël et le Hezbollah, qui a pris effet le 14 août, des équipes des Nations unies aident à enlever ces mini bombes et d’autres projectiles non explosés et M. Egeland a déclaré qu’il était maintenant avéré qu’environ 85 pour cent des zones bombardées au sud Liban apportaient de « nouvelles informations choquantes. »

“Nous avons identifié 359 lieux séparés de frappes par des bombes à fragmentation qui sont contaminés par 100,000 mini bombes non explosées. Les gens qui retournent chez eux sont confrontés à des problèmes énormes. A notre avis, 250 000 d’entre eux ne pourront pas réintégrer leurs maisons du tout parce qu’elles ont été détruites ou parce qu’il y a des bombes non explosées.

13 août 2006
13 août 2006

En plus de ces mini bombes non explosées il y a selon M. Egeland environ 20 000 autres munitions non explosées, dont des mines, bien que la menace principale pour les réfugiés qui rentrent chez eux restent les bombes, parce qu’elles couvrent une zone très étendue.

Concernant l’assistance humanitaire pour le Liban, M. Egeland a indiqué que l’ONU et les autres organisations internationales apporteraient tout leur soutien au gouvernement alors qu’il se prépare à la nouvelle étape, la « reconstruction et la guérison » du pays, avec l’appel à apporter des millions de dollars qui sera lancé le 1 septembre à une réunion des donateurs à Stockholm.

Cependant, il a expliqué que les Nations unies demanderaient très peu d’argent supplémentaire dans cet appel humanitaire car elles ont déjà reçu des engagements à verser plus de 90 millions de dollars pour les besoins d’urgence.

M. Egeland sera présent à la réunion internationale des donateurs pour le Liban, à Stockholm.  [2].

Sur le terrain au Liban l’ assistance d’urgence de l’ONU continue à arriver aux plus nécessiteux, des camions supplémentaires quittent Beyrouth ce jour avec des provisions du Programme alimentaire mondial (WFP) et de l’UNICEF, a indiqué un porte -parole aux journalistes à New-York.

Le Haut Commissariat aux Réfugiés pour les Nations unies (UNHCR) envoie aussi des convois dans les villages autour de Nabatiyeh à partir du port de Tyr,avec des matelas, des couvertures et du matériel de cuisine. [3]

Date : 01 / 09 / 2006 Time : 15:38

Service de presse des Nations unies, 30 août 2006

[1] Ma’an news agency 3 septembre 2006

[2] LE MATIN, 02.09.2006 : A Stockholm, 940 millions de dollars ont été réunis pour reconstruire le pays du cèdre

La conférence des pays donateurs réunis jeudi à Stockholm a permis de recueillir des promesses de dons en faveur du Liban qui s’élèvent à 734,7 millions d’euros (940 millions de dollars) cependant que le total de l’aide pour la reconstruction et la remise sur pied rapide d’un Liban ravagé et meurtri par la guerre est évalué à 936 millions d’euros (1,2 milliard de dollars).

Le chiffre de la somme amassée annoncé par le chef de la diplomatie suédoise, Jan Eliasson, dépasse l’objectif que s’étaient fixé les participants à cette conférence, qui représentaient une cinquantaine de pays. Le monde arabe était fortement représenté par des délégations ministérielles du Maroc, d’Egypte, de Jordanie, du Koweït, d’Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis, et une dizaine d’organisations étaient venues soutenir le gouvernement libanais représenté par sept de ses ministres.

« Ne vous sentez pas seuls. Vous n’êtes pas seuls », a dit le Premier ministre suédois, Göran Persson, au peuple libanais hier à Stockholm en ouvrant la conférence des donateurs laquelle, organisée en un temps record par la Suède, en coordination avec le gouvernement libanais et les Nations unies, « jette les bases d’une reconstruction à plus long terme », selon les mots du ministre des Affaires étrangères, Jan Eliason.

« Nous ne sommes pas seuls », s’est réjoui le Premier ministre libanais, M. Fouad Siniora. Le premier ministre libanais a assuré que l’aide serait distribuée de façon transparente et efficace via des mécanismes financiers et des organisations gouvernementales.

« Il n’y aura pas d’intermédiaires », a-t-il souligné à l’adresse de ceux qui redoutent la mainmise du Hezbollah sur la manne de la reconstruction. Au Liban la guerre a fait près de 1.200 morts et 3.700 blessés, déplacé plus de 900.000 personnes, et causé des destructions évaluées à près de 5 milliards d’euros.

[3] Service de presse des Nations unies, 30 août 2006

Date : 01 / 09 / 2006

 

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.