Israël accusé d’avoir installé de mystérieux dispositifs d’espionnage près de la Maison-Blanche

Les efforts d’espionnage israéliens ont été mis au jour pendant la présidence de Trump, ont déclaré plusieurs anciens hauts responsables étatsuniens.

Le gouvernement US a conclu au cours des deux dernières années qu’Israël était très probablement à l’origine de l’installation de dispositifs de surveillance par téléphone portable qui ont été trouvés près de la Maison-Blanche et d’autres endroits sensibles autour de Washington, selon trois anciens hauts responsables étatsuniens au courant de l’affaire.

Mais contrairement à la plupart des autres occasions où des incidents flagrants d’espionnage étranger ont été découverts sur le sol US, l’administration Trump n’a pas réprimandé le gouvernement israélien, et il n’y a eu aucune conséquence sur le comportement d’Israël, a affirmé un des anciens responsables.

Les dispositifs de surveillance miniatures, communément appelés « StingRays », imitent les relais cellulaires ordinaires pour tromper les téléphones cellulaires et les amener à leur donner leur emplacement et leurs renseignements personnels. Formellement appelés collecteurs d’identité d’abonné mobile international ou collecteurs IMSI, ils peuvent également capturer le contenu des appels et l’utilisation des données.

Ces appareils étaient probablement destinés à espionner le Président Donald Trump, a déclaré l’un des anciens responsables, ainsi que ses principaux assistants et ses plus proches collaborateurs – bien qu’il ne soit pas certain que les efforts israéliens aient porté leurs fruits.

Trump est réputé pour être laxiste dans l’observation des protocoles de sécurité de la Maison-Blanche. POLITICO a rapporté en mai 2018 que le président utilisait souvent un téléphone portable insuffisamment sécurisé pour communiquer avec des amis et des personnes de confiance. Le New York Times a rapporté par la suite en octobre 2018 que « les espions chinois écoutent souvent » les appels téléphoniques de Trump, ce qui a incité le président à qualifier l’histoire de « tellement incorrecte que je n’ai pas le temps de la corriger« . (Un ancien responsable a précisé que depuis le téléphone de Trump a été protégé).

À ce moment-là, dans le cadre de tests effectués par le gouvernement fédéral, des responsables du ministère de la Sécurité intérieure avaient déjà découvert des preuves des dispositifs de surveillance dans la capitale nationale, mais n’étaient pas en mesure d’attribuer ces dispositifs à des entités précises. Selon une lettre adressée en mai 2018 au sénateur Ron Wyden (D-Ore.) par Christopher Krebs, haut responsable du ministère de la Sécurité intérieure, les fonctionnaires ont communiqué leurs conclusions aux organismes fédéraux compétents.

Sur la base d’une analyse détaillée, le FBI et d’autres agences travaillant sur l’affaire étaient convaincus que des agents israéliens avaient placé les engins, dont plusieurs occupaient des postes de renseignement et de sécurité nationale, selon les anciens responsables.

Cette analyse est généralement menée par la division du contre-espionnage du FBI et consiste à examiner les dispositifs pour qu’ils « vous en disent un peu plus sur leur histoire, d’où viennent les pièces, de quand datent-ils, qui y avait accès, et cela vous permettra de connaître leurs origines« . Pour ce type d’enquêtes, le bureau s’appuie souvent sur l’Agence Nationale de Sécurité et parfois sur la CIA (le DHS et les services secrets ont joué un rôle de soutien dans cette enquête spécifique).

Un porte-parole de l’ambassade d’Israël, Elad Strohmayer, a nié qu’Israël ait placé les dispositifs et a dit :

Un haut responsable de l’administration Trump a déclaré que l’administration ne « commente pas les questions liées à la sécurité ou au renseignement« . Le FBI a refusé de commenter, tandis que le DHS et les services secrets n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Après la publication de cet article, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a nié qu’Israël était derrière ces engins.

Mais d’anciens responsables ayant une grande expérience des questions de renseignement se moquent de la revendication israélienne – un déni pro forma que les responsables israéliens font aussi en privé à leurs homologues étatsuniens sceptiques.

Un ancien haut responsable du renseignement a fait remarquer qu’après que le FBI et d’autres agences aient conclu que les Israéliens étaient très probablement responsables de ces engins, l’administration Trump n’a rien fait pour punir ou même réprimander en privé le gouvernement israélien.

L’ancien haut responsable du renseignement a critiqué la façon dont l’administration a traité la question, soulignant la différence frappante avec les administrations précédentes, qui auraient probablement, à tout le moins, adressé une démarche, ou une réprimande diplomatique officielle, au gouvernement étranger pour condamner ses actions.

En plus d’essayer d’intercepter les conversations privées des hauts responsables – des informations précieuses pour tout service de renseignement – les pays étrangers tenteront souvent de surveiller leurs proches collaborateurs. Avec le président, a noté l’ancien haut responsable de l’administration Trump, cela pourrait inclure d’essayer d’écouter les appareils des gens avec lesquels il communique régulièrement, tels que Steve Wynn, Sean Hannity et Rudy Giuliani.

Un autre cercle de cibles de surveillance comprend des personnes qui parlent régulièrement aux amis et aux conseillers informels de Trump. L’information obtenue de l’une ou l’autre de ces personnes « aurait une grande valeur dans cette ville« .

C’est vrai même pour un proche allié américain comme Israël, qui cherche souvent un avantage dans ses manœuvres diplomatiques avec les États-Unis.

Ainsi, même si Trump a noué des relations chaleureuses avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et a pris de nombreuses mesures politiques favorables au gouvernement israélien – comme le déplacement de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, la rupture de l’accord nucléaire avec l’Iran et l’imposition de sanctions à l’Iran – Israël est devenu un suspect principal dans la mise en place des engins.

Bien que les Chinois, qui ont régulièrement été pris en flagrant délit dans le cadre d’opérations de renseignement aux États-Unis, aient également été considérés comme des suspects potentiels, il est peu probable qu’ils aient placé les dispositifs sur la base d’une analyse approfondie de ces dispositifs.

Washington est inondé de surveillance, et les efforts des entités étrangères pour essayer d’espionner les fonctionnaires de l’administration et d’autres hautes personnalités politiques sont assez courants. Mais peu de pays ont la capacité – ou le budget – d’installer les dispositifs trouvés lors de cet incident récent, ce qui est une autre raison pour laquelle les soupçons pesaient sur Israël.

Les capteurs IMSI, qui sont souvent utilisés par les services de police locaux pour surveiller les criminels, peuvent aussi être fabriqués par des amateurs avertis ou par la Harris Corp, le fabricant des StingRays, qui coûtent plus de 150 000 $ chacun, d’après Vice News.

Selon un ancien haut fonctionnaire de l’administration Trump :

Parmi les professionnels, les services de renseignements israéliens ont une réputation particulièrement redoutable. Mais ils font parfois des erreurs et ne font « pas trois mètres de haut comme dans les films« , a fait remarquer un ancien haut responsable du renseignement.

En 2010, les couvertures secrètes d’une équipe de tueurs du Mossad, dont certains se faisaient passer pour des joueurs de tennis, ont été compromises après que près de 30 minutes de vidéo de surveillance aient été mises en ligne, les montrant traversant un hôtel de luxe à Dubaï où ils ont tué un terroriste du Hamas dans sa chambre.

Pourtant, les responsables étatsuniens ont parfois été déconcertés par l’espionnage éhonté d’Israël. Un ancien représentant du gouvernement US s’est souvenu qu’il craignait souvent qu’Israël ne soit au courant des délibérations politiques internes des États-Unis qui étaient censées rester privées.

A l’époque où l’administration Obama essayait de relancer les négociations avec les Palestiniens, par exemple, les Israéliens étaient impatients de connaître à l’avance les termes de référence des pourparlers qui étaient en discussion.

Benjamin, qui a souligné qu’il n’était pas au courant de l’enquête du FBI sur l’usurpation de téléphone portable, s’est souvenu d’une rencontre avec un ancien chef du Mossad, la première agence de renseignement israélienne, lorsqu’il était hors du bureau. La première chose que l’ancien responsable du Mossad a dit à Benjamin, c’est qu’Israël n’espionnait pas les États-Unis.

Les responsables israéliens notent souvent dans leurs conversations avec leurs homologues étatsuniens – à juste titre – que les États-Unis recueillent régulièrement des renseignements sur les dirigeants israéliens.

Quant à la récente surveillance de la Maison-Blanche par Israël, l’un des anciens hauts responsables du renseignement US a reconnu qu’elle soulevait des problèmes de sécurité, mais a plaisanté :

Daniel Lippman

 

 

Source : Israel accused of planting mysterious spy devices near the White House, Politico, le 9 septembre 2019

Traduction par Réseau International



Articles Par : Daniel Lippman

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]