Israël bombarde un jardin d’enfants à Rafah alors que la guerre gagne le sud de la bande de Gaza

Les Palestiniens de la ville frontalière risquent les bombes israéliennes ou l'expulsion vers l'Égypte, alors qu'Israël poursuit son offensive.

La perspective d’un assaut terrestre à Rafah a suscité des craintes quant à la sécurité de la population. L’ONU a récemment déclaré que la ville devient “une cocotte-minute du désespoir”.

*

Le 4 février, des avions de combat israéliens ont bombardé un jardin d’enfants dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, tuant deux enfants et en blessant des dizaines d’autres, a rapporté l’agence de presse WAFA.

Le centre accueillait des civils qui cherchaient à s’abriter des bombardements israéliens dans d’autres parties de l’enclave assiégée, selon des sources locales et médicales qui se sont entretenues avec l’agence.


Les Palestiniens ont également indiqué que deux fillettes ont été tuées dans une maison à la suite de frappes aériennes et de tirs de chars israéliens, a rapporté Reuters le même jour.

Lors des funérailles des enfants, un parent, Mohammed Kaloub, a déclaré que la frappe aérienne avait touché une pièce remplie de femmes et d’enfants dans le quartier Al-Salam de Rafah.

“Il n’y a pas d’endroit sûr à Gaza, de la barrière à la barrière (frontières du nord au sud), il n’y a plus aucun lieu sûr”, a-t-il déclaré à l’agence de presse Reuters.

Des dizaines d’autres personnes ont été blessées après que des avions de combat israéliens ont bombardé une zone résidentielle à Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza.

D’autres blessés ont été recensés lorsque les forces israéliennes ont pris pour cible une maison appartenant à la famille Masran dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza. Au même moment, des frappes aériennes ont touché plusieurs quartiers de la ville de Khan Yunis, où les affrontements entre les troupes israéliennes et les groupes de résistance palestiniens se poursuivent.

Après presque quatre mois de guerre, quelque 90 % des habitants de Gaza ont été déplacés de leurs maisons, y compris ceux qui se sont déplacés vers le sud à Rafah pour échapper aux bombardements israéliens et aux violents combats dans le nord et le centre de la bande de Gaza.

Le ministre israélien de la défense, Yoav Gallant, a toutefois promis la semaine dernière d’étendre les opérations militaires israéliennes à Rafah.


La progression sur Rafah inquiète également Le Caire, qui a déclaré qu’il n’admettrait aucun afflux de réfugiés palestiniens dans ce qu’il décrit comme une tentative d’empêcher toute expulsion permanente des Palestiniens, comme cela s’est produit lors de la Nakba de 1948.

Un responsable israélien a déclaré à Reuters que l’armée tenterait d’évacuer la plupart des personnes déplacées vers le nord avant toute opération de nettoyage de Rafah. Mais de nombreux quartiers du nord ont été détruits, et Israël a souvent bombardé des zones qu’il prétendait sécurisées et vers lesquelles il encourageait les Palestiniens à fuir.

Le responsable de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a mis en garde contre les conséquences d’un assaut élargi sur Rafah, déclarant qu’environ un million de Palestiniens

“ont été progressivement déplacés vers la frontière égyptienne. Israël a prétendu qu’il s’agissait de zones sécurisées, mais en fait, nous constatons que les bombardements qui touchent la population civile se poursuivent, entraînant une situation particulièrement désastreuse”.

La perspective d’une guerre terrestre à Rafah a suscité des craintes quant à la sécurité de la population. L’ONU a récemment déclaré que la ville devient “la cocotte-minute du désespoir”.

Une telle attaque pourrait pousser les réfugiés vers l’Égypte, ce que beaucoup de responsables israéliens ont déclaré être leur objectif. De nombreux pans de la société israélienne sont favorables à l’expulsion forcée des 2,3 millions d’habitants de Gaza vers l’Égypte ou ailleurs. Ils souhaitent qu’Israël annexe Gaza et y construise des colonies juives.

Un correspondant d’Al-Mayadeen a fait état d’un “mouvement de déplacement inverse, depuis Rafah vers la région centrale de la bande de Gaza”.

L’assaut israélien sur la bande de Gaza depuis le 7 octobre a tué plus de 27 238 personnes, en majorité des femmes et des enfants, et en a blessé plus de 66 451, dans le cadre d’une campagne désormais largement considérée comme un génocide.

 

 

Article original en anglais : Israel bombs kindergarten in Rafah as war moves to south Gaza, The Cradle, le 4 février 2024

Traduction : Spirit of Free Speech



Articles Par : The Cradle

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]