Print

John McCain est-il trop vieux pour l’Amérique?
Par Marie Brunerie
Mondialisation.ca, 10 juin 2008
10 juin 2008
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/john-mccain-est-il-trop-vieux-pour-l-am-rique/9279

Après le rude combat qui l’a opposé à Hillary, rien n’est encore gagné pour Barack Obama dans le duel qui l’oppose désormais à John McCain. Selon les sondages, si l’élection avait lieu ce jour, ils se partageraient les voix à parfaite égalité.

C’est une sorte de « clash des civilisations », mais cette fois à l’intérieur des Etats-Unis. La nation américaine semble partagée en deux mondes distincts: celui des électeurs jeunes et celui des « seniors ». La présidentielle reflète cette polarisation autour de deux candidats, dont l’un pourrait très largement être le père de l’autre: Mc Cain, 71 ans, Obama, 46 ans. Les jeunes peuvent-ils faire pencher la balance?

« No Country for Old Man »: ceci n’est pas un pays pour McCain?

McCain soufflera en effet 72 bougies le 29 août, le lendemain de la désignation officielle d’Obama (qui fêtera lui ses 47 ans le 4 août) par la convention démocrate à Denver, et trois jours avant le début de la convention républicaine. Dit autrement, il aurait 75 ans à la fin de son mandat…

De petits malins se sont même amusés à faire l’inventaire des « trucs plus jeunes que McCain ». (Voir la vidéo, en anglais.)


 

Une faiblesse pour le camp républicain? Pas sûr: Ronald Reagan a été élu à 70 ans, et a terminé son deuxième mandat à l’âge de 78 ans. S’il est élu, McCain n’en serait pas moins le président le plus âgé à entrer en exercice.

Invité de l’émission de divertissement « Saturday Night Live » sur la chaîne NBC il y a deux semaines, le vétéran du Vietnam avait pris le parti d’en rire. A la question du présentateur: « Qu’est-ce que l’on devrait chercher chez notre prochain président? », il a répondu:

« Certainement quelqu’un qui soit très, très, très vieux (…) L’important c’est de pouvoir regarder ses enfants dans les yeux. Ou, dans mon cas, mes petits-enfants, mes arrières petits-enfants, mes arrières-arrières petits-enfants… dont les plus jeunes approchent de l’âge de la retraite! »

(Voir la vidéo, en anglais.)


 

La vraie faiblesse de McCain, c’est le bilan catastrophique du Parti républicain après huit ans d’administration Bush. Un héritage encombrant: les adversaires démocrates n’ont eu de cesse que de jouer sur le thème « McCain, c’est le troisième mandat de Bush. »

Et ça marche: selon un sondage récent CBS/New York Times, 58% des Américains ont une opinion défavorable du Parti républicain (33% seulement en ont une opinion favorable). Et la politique menée en Irak n’aidera pas les jeunes à soutenir le « Grand Old Party ».

Ils avaient déjà massivement soutenu Kerry en 2004 (56%) contre Bush (43%) et, selon l’enquête du Harvard University’s Institute of Politics, les deux questions majeures de la présidentielle pour cette « generation next » (les jeunes adultes âgés de 18 à 25 ans, lycéens ou étudiants de fac) sont l’économie (29%) et … la guerre en Irak (20%), bien avant la santé (9%) et l’environnement (5%).

Lors de la primaire, 70% des jeunes ont soutenu Obama contre Clinton

Plus inquiétant encore pour le camp républicain, ils sont 58% à penser que « globalement, les choses vont plutôt mal en Amérique » (seuls 10% trouvent que la direction est plutôt la bonne). Pour James A. Leach, directeur de l’Institut politique de l’université de Harvard et ancien représentant, « cette campagne présidentielle pourrait tout à fait revenir à savoir lequel des deux candidats arrivera à inspirer et à mobiliser les jeunes ».

Même si McCain était le candidat le plus « acceptable » pour les moins de 26 ans au cours des primaires républicaines (devant Huckabee et Romney), il a face à lui un adversaire tout acquis au « vote jeune ». Ils étaient déjà à l’origine d’une « Obamania » redoutablement efficace au cours des primaires démocrates.

Obama et ses armes de séduction massive lui valaient le soutien de quelques 70% des jeunes contre 30% pour Clinton.

Chiffres éloquents: si l’élection avait lieu en ce moment, ils seraient 53% à voter pour Obama, 32% choisiraient Mc Cain. Principale raison invoquée: le « besoin de changement » (25%), puis la personnalité d’Obama (16%). A la même question sur Mc Cain, seulement 2% invoquent sa personnalité, tandique que 31% expriment leur accord avec son programme.

Chez les « baby boomer », Obama et McCain sont au coude-à-coude

Affaire pliée? Voire. 225 millions d’Américains sont des électeurs potentiels, et ces 30 millions de jeunes en âge de voter pèsent moins que les quelques 37 millions d’ »elderly », ces « seniors » de 65 ans et plus qui représentent 12% de la population américaine actuelle (299 millions d’habitants, selon le dernier recensement de juillet 2006).

Or, ces électeurs plus âgés voteraient nettement moins facilement pour Obama (ils étaient très majoritairement pro-Hillary pendant les primaires). Et que dire des 75 millions de « baby boomers » (41 à 59 ans)? Selon les tout derniers sondages, ils sont divisés à égalité parfaite: Mc Cain: 45%, Obama: 45%!

Il reste cinq mois de campagne acharnée, cinq mois pour sceller l’union d’un candidat avec le peuple américain tout entier, pour le meilleur (ajuster les tirs, cibler l’électorat, emporter le vote populaire)… ou pour le pire: gaffes de campagne, bourdes rhétoriques et autres faux-pas stratégiques, qui pourraient définitivement mettre l’un des deux front-runners KO.

Marie Brunerie est professeur en Sciences politiques.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.