Jordanie: le fossé se creuse entre le peuple et le gouvernement

IRIB- Le jeu médiatique auquel s’est livré le gouvernement jordanien, sur fond de son irresponsabilité, dans la gouvernance de certaines affaires, a fait se multiplier les manifestations et s’approfondir le fossé qui le sépare du peuple.

Les manifestations, déclenchées il y a, maintenant, 8 mois, se poursuivent, alors que le gouvernement s’est lancé dans un jeu médiatique, profitant des médias publics, voire, régionaux, – puisqu’il bénéficie du soutien des monarchies de la région – pour prétendre que la plupart des Jordaniens sont contents de la situation actuelle et qu’il a, aussi, répondu aux revendications de l’opposition, très restreinte, comme il essaie de le suggérer. Conscients de ce jeu médiatique, les révolutionnaires jordaniens ont organisé de vastes manifestations contre le gouvernement, insistant, toujours, sur leurs exigences. Les révolutionnaires sont, en effet, très mécontents des résultats du Comité de l’équilibre de la Constitution, qui ne satisfont guère à la moindre des revendications des citoyens. Les Jordaniens exigent la lutte contre la corruption et la mise à l’écart du gouvernement de Maarouf Bakhit, accusé de corruption financière, y compris, du dossier du Casino. Cependant le parlement jordanien a acquitté Maarouf Bakhit. Le peuple ne considère, donc, pas le parlement, comme populaire, et demande sa dissolution. Les Jordaniens sont, également, contre les réformes proposées par le comité de réforme, qui sont, actuellement, en train d’être étudiées, réformes qui ne sont nullement à la hauteur des revendications du peuple, comme ils l’estiment. Par ailleurs, les protestataires jordaniens, qui insistent sur le droit à l’autodétermination du peuple, exigent l’annulation du traité de compromis israélo-jordanien, appelé « traité de Wadi Araba » et la fermeture de l’ambassade israélienne, à Amman. Le gouvernement jordanien reste, pourtant, toujours indifférent vis-à-vis de cette demande et poursuit ses relations avec ce régime occupant. Et cela, alors que les pays de la région sont la scène de manifestations antisionistes, exigeant l’isolement de ce régime, dans la région. L’occupation de l’ambassade d’Israël au Caire, en est le meilleur exemple. Depuis le début de l’année en cours et simultanément au « printemps arabe », en Tunisie et en Egypte, les citoyens jordaniens ont lancé, à leur tour, le mouvement de protestation contre les politiques du gouvernement et organisent, toutes les semaines, après la prière du vendredi, de vastes manifestations, demandant des réformes politiques et économiques. Rien n’a  été réalisé, jusqu’ici, d’où l’intensification des manifestations et contestations.



Articles Par : Irib

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]