Jules Dufour, géographe pour la paix et la justice, s’est éteint (1941-2017)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Jules Dufour, géographe, professeur émérite et auteur de nombreux articles. Il était associé de recherche et collaborateur régulier au Centre de recherche sur la mondialisation de Montréal (2006-2017).  Il y a dix ans (2007) Jules était reçu chevalier de l’ordre national du Québec. Né à Jonquière, il devient professeur au département de géographie de l’Université de Chicoutimi en 1971.(1)

Le Ministère du Conseil exécutif du Québec le considère comme : « un véritable ambassadeur du Québec dans les domaines de l’environnement mondial, de l’évaluation des ressources naturelles, des aires protégées, de la mise en valeur des espaces nordiques, du désarmement, de la sécurité et de la paix. ».

Jules était un géographe, professeur et un ami qui ne cessait jamais de faire de la recherche, écrire sur de nombreux sujets et dénoncer les guerres. Malgré une longue maladie, il n’a jamais cessé de travailler. Peu avant son décès, Mondialisation.ca publiait son dernier article portant sur les inondations au Québec alors qu’il était hospitalisé.

J’ai fait la connaissance de Jules à Mexico lorsque j’étais étudiante à la maîtrise. Ce jour là, comme un véritable géographe, Jules m’a fait parcourir les coins les plus reculés de Mexico, des quartiers riches aux bidonvilles. Des pluies abondantes nous avaient fait rebrousser chemin alors que des inondations affectaient une route importante de Mexico, l’eau bloquant l’accès… Pas de problème, Jules connaissait à fond cette mégapole et il a vite emprunté une autre route…

Géomorphologue et docteur en géographie, Jules était une personne très versatile s’intéressant aux droits des autochtones et à leur territoire, aux problèmes environnementaux et au réseau mondial des aires protégées, aux guerres et aux injustices, à l’ours blanc dans l’espace arctique, Rapa Nui et la biosphère, aux bases étasuniennes militaires dans le monde et à l’invasion des États-Unis au Moyen-Orient, à l’impérialisme américain à l’échelle planétaire, à la militarisation de l’Arctique, au réarmement nucléaire menaçant la planète, aux transnationales et à « l’industrie de la mort« , aux réfugiés et aux frontières fortifiées, la famine et les inégalités… Du Saguenay Lac Saint-Jean (Québec) au Grand Nord canadien, à l’Amérique latine et aux diverses régions du Monde, Jules restera une figure importante de la géographie et de la géopolitique.

Le Québec a perdu un grand géographe, le Monde, un ami de la Paix, mais ses articles resteront une source de documentation fondamentale.Jules Dufour avait eu 76 ans en juillet dernier. Il laisse dans le deuil sa femme Danielle et ses deux filles Monique et Marie-Chantal.

Micheline Ladouceur pour Mondialisation.ca

Dans les ruines du Royaume d’Ayutthaya, Thailande

Jules Dufour à l’Ile de Pâques

 

Jules Dufour (7 juillet 1941 – 6 août 2017)

 

Note

(1) Titulaire d’une maîtrise en géomorphologie et d’un doctorat en géographie de l’Université Laval, désigné expert ou commissaire sur des commissions d’enquête et consultant pour l’UNESCO, pour le Bureau international de la paix(BIP) et pour l’UICN, il est considéré comme un spécialiste dans le domaine de la conservation des ressources naturelles du Canada et du Québec.

Jules Dufour est président de l’Association canadienne pour les Nations Unies (ACNU) — Section Saguenay-Lac-Saint-Jean — et membre du cercle universel des Ambassadeurs de la Paix. Il est également président du comité de coordination du Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent depuis 2003 et membre de la Commission des Aires protégées de l’Union mondiale de la nature (UICN).

(Wikipédia)

Voir également la description biographique par l’Ordre national du Québec :

https://www.ordre-national.gouv.qc.ca/membres/membre.asp?id=2286



Articles Par : Dr. Micheline Ladouceur

A propos :

Géographe. Spécialiste des questions latino-américaines et brésiliennes. Directrice associée du Centre de recherche sur la Mondialisation, Rédactrice de Mondialisation.ca et des pages en espagnol, en portugais et en italien.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]