Print

L’administration Bush face aux fuites et critiques sur la guerre en Irak et l’ouragan Katrina
Par Corine Lesnes
Mondialisation.ca, 13 février 2006
Le Monde 13 février 2006
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/l-administration-bush-face-aux-fuites-et-critiques-sur-la-guerre-en-irak-et-l-ouragan-katrina/1974

e commentateur Peter Daou a forgé une expression pour décrire l’ambiance de ce début d’année : « le scandale fatigue ». La lassitude des affaires. L’opposition a le « vertige », dit-il. Il suffit de parcourir les titres des journaux : « Un ancien responsable de la CIA affirme que les informations sur l’Irak ont été déformées » ; « Des e-mails montrent que Bush connaissait le lobbyiste Abramoff » ; « Un expert du réchauffement climatique affirme que l’administration Bush essaie de le faire taire »…

L’hebdomadaire satirique The Onion s’est permis d’allonger la liste : « Le président crée un ministère pour coordonner les scandales », a-t-il titré le 1er février. L’ambiance est au déballage. Il n’est pas un jour sans qu’un ancien responsable, à peine sorti de l’administration, ne fasse le procès à charge du gouvernement.

Les fuites d’informations confidentielles ajoutent à la nervosité. Le directeur de la CIA, Porter Goss, a publié une tribune vendredi dans le New York Times pour rappeler les agents à leurs devoirs. La CIA lutte bravement contre le terrorisme, a-t-il écrit. Mais elle risque de « perdre une bataille clé : celle de protéger nos informations classées ».

« MANIPULATION »

Vendredi, la Maison Blanche a de nouveau été mise en cause par deux anciens proches sur deux dossiers où elle est accusée de s’être trompée : l’Irak et l’ouragan Katrina.

L’ex-chef de l’agence des secours d’urgence (FEMA), Michael Brown, a témoigné devant la commission du Sénat qui enquête sur la catastrophe. La Maison Blanche n’ayant pas invoqué le « privilège exécutif », il a pu répondre librement aux questions. « Il a chanté comme un canari », a commenté le journaliste politique Bill Schneider.

Documents à l’appui, M. Brown a affirmé que la Maison Blanche avait été informée dès le lundi 29 août à la mi-journée de la rupture des digues à La Nouvelle-Orléans. M. Bush avait affirmé qu’il n’avait été informé que le mardi. « Si nous avions pu confirmer qu’un terroriste avait fait sauter les digues, tout le monde se serait précipité à la rescousse », a ajouté Michael Brown.

Dans le magazine Foreign Affairs, c’est le responsable de la CIA qui était en charge du dossier irakien de 2000 à 2005, Paul Pillar, qui dénonce les pressions insidieuses des partisans de la guerre pour obtenir les renseignements souhaités, notamment sur un lien entre Al-Qaida et Bagdad. Selon lui, le renseignement « ne servait pas de base aux décisions ». Il était simplement utilisé « pour justifier des décisions déjà prises ».

Le chef des démocrates du Sénat, Harry Reid, a estimé que « les preuves de la manipulation du renseignement » grandissaient tous les jours.

Lors d’une réunion à huis clos avec les responsables républicains, le président a conseillé à ses amis de ne pas prêter trop d’attention aux sondages — qui donnent les démocrates en tête pour les élections de novembre. Il leur a recommandé de se focaliser sur l’économie et sur le terrorisme.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.