L’avenir d’un monde sans pétrole : Les opportunités pour l’Algérie

«Il vaut mieux s’agiter dans le doute que de se reposer dans l’erreur».

 

Alessandro Martino

Jeudi 14 avril, dans la belle salle de conférences Khouani du siège de Sonatrach l’Ecole Polytechnique, à travers ses élèves, ingénieurs de 4e année est venue présenter sa vision de l’avenir énergétique de l’Algérie. Cette Journée  fut ouverte par M. le ministre de l’Energie et des Mines en présence des hauts cadres de l’énergie. Monsieur le Ministre a présenté les grandes préoccupations du pays en matière d’énergie et l’ambition du plan énergie renouvelable.

Cette 15e journée de l’Energie qui est devenue une tradition, traduit une préoccupation, fondée sur la conviction que l’avenir de l’Algérie se prépare ici [pas à des milliers de kilomètres, ou dans les officines étrangères] et maintenant parce que le temps nous est compté du fait que le monde sera de plus en plus chaotique et que des dynamiques souterraines sont en train de redécouper dangereusement le Monde arabe faisant fi des identités, des spiritualités pour le seul profit du néolibéralisme sauvage porté par une démocratie aéroportée…De quoi avons-nous débattu? D’abord de l’état des lieux de la planète. Successivement ont été décrits les différentes sources d’énergie. D’abord le charbon, avec plus de deux siècles au rythme de consommation actuel, le gaz naturel avec une soixantaine d’années de réserves et le pétrole avec une quarantaine d’années dans le meilleur des cas. Des scénarios tendanciels du type business as usual élaborés par les élèves ingénieurs ont été proposés. Ils rejoignent dans les grandes lignes ceux de l’Agence internationale de l’énergie avant la catastrophe de Fukushima équivalente à celle de Tchernobyl (niveau7)

Le temps nous est compté

S’agissant du déséquilibre énergétique, il faut savoir en effet, que 80% de l’énergie dans le monde est consommée par 20% d’habitants de la planète et naturellement les 80% de la planète consomme 20% de l’énergie généralement traditionnelle (bois) ou renouvelable comme l’hydraulique. Il y a dons un rapport de 1 à 16; en clair, par exemple un Américain consomme 8 tonnes de pétrole par an contre 1,8 tonne en moyenne mondiale et à peine 0,5 tonne pour la plupart des pays africains. L’Algérie consomme 1 tonne mais elle peut en consommer moins du fait d’un gaspillage important évalué à au moins 20%. Nous consommons environ 12 milliards de tep dont environ 85% sont des énergies fossiles. Les énergies renouvelables sont marginales si on excepte l’hydraulique (10%).

On dit que la Chine a dépassé les Etats-Unis en termes de consommation globale d’énergie, mais le rapport par l’habitant est de 1 à 6 en faveur des E.-U. Le temps du pétrole abondant et bon marché sera très bientôt derrière nous. La production mondiale devrait atteindre son niveau maximum dans une dizaine d’années, c’est-à-dire au moins dix ans plus tôt que prévu par la plupart des estimations des pays de l’Ocde. Pis, les trois quarts des sites pétroliers auraient déjà atteint cette capacité maximale et seraient sur le déclin, un déclin lui aussi plus rapide que prévu. L’»oil crunch» devrait se traduire par une augmentation durable du prix du baril car la demande continue à augmenter et devrait même dépasser l’offre disponible dès l’année 2010. Il n’est pas normal […..] qu’un liquide que la nature a mis des dizaines de millions d’années à fabriquer, qui n’est pas renouvelable, qui commencera à manquer dans 10 ou 20 ans, et qui détraque le climat, soit dilapidé en moins de deux siècles. Il n’est pas normal aussi qu’il vaille moins cher que le travail humain en Occident! Pour rappel, les pays industrialisés sont responsables de 80% de la consommation. Ils ont produit plus de 800 milliards de tonnes de CO2, ils demandent, dans le même temps aux pays, émergents de ne pas se développer avec une phrase ridicule et que nous trouvons au hasard des lectures. « Si les Chinois consomment comme les Américains, il leur faut trois planètes ». Oubliant soigneusement de signaler qu’un Chinois consomme 7 fois moins d’énergie qu’un Américain. Qu’un Tchadien consomme 15 ml de pétrole par jour pendant qu’un Américain en consomme 9 litres, qu’un Qatari 13 litres et qu’un Chinois comme un Algérien 1 litre de pétrole.

Sadad al-Husseini, un géologue et ancien directeur d’exploration de l’Aramco, la compagnie de pétrole nationale des Saoudiens, a révélé que la capacité de l’Aramco ne pourra jamais atteindre la production de 12.5 millions de barils par jour. Selon ce câble de Wikileaks, le pic pétrolier de l’Arabie Saoudite est prévu pour 2012. Dans ´´49 ans´´, il pourrait ne plus rester de pétrole exploitable sur Terre, ´´même si la demande n’augmente pas´´, prévient la banque Hsbc dans un rapport de prospective publié le 22 mars ´´Nous sommes convaincus qu’il ne nous reste qu’une cinquantaine d’années de pétrole», insiste, dans une interview accordée à Cnbc, Karen Ward. (1)

Les substituts, tels que les biocarburants et le pétrole de synthèse obtenu à partir de charbon, pourraient compenser une chute de la production de pétrole conventionnel, mais uniquement si les prix moyens du pétrole dépassent 150 dollars le baril», affirme Hsbc. La raréfaction du pétrole n’implique pas que ´´la menace du réchauffement climatique´´ va s’éloigner pour autant.. Justement le peak oil et les changements climatiques furent l’objet d’intervention de communications par les élèves ingénieurs. On apprend que le peak oil a été dépassé en 2006, selon l’AIE, et que la tragédie de Fukushima va encore plus accélérer le déclin du pétrole selon des calculs au fil de l’eau du fait que les scénarios visant à faire du nucléaire le sauveur de la consommation débridée, lui-même est objet de questionnement. Beaucoup de pays s’interrogent sur la durabilité du nucléaire Deux communications ont été faites sur le nucléaire, son état des lieux et le nucléaire du futur. Des variantes appelées «nucléaire de poche» présentant beaucoup moins de risques ont été présentées. Il s’agit de centrales chargées une seule fois et contenant une quantité de combustible équivalent à 25 MW pouvant subvenir aux besoins de 200.000 habitants pendant une vingtaine d’années.

Du point de vue des changements climatiques, objet d’une autre communication, les pays développés polluent, là aussi, pour plus de 80%. Il faut savoir que la Révolution industrielle a vu l’envoi dans l’atmosphère de près de 800 milliards de tonnes de CO2 principalement générées par l’industrie des pays industrialisés La pollution se partage globalement en trois secteurs, l’automobile (35%) le résidentiel (30%) et l’industrie-agriculture (35%). Ainsi à titre d’exemple, 35 millions de voitures sont construites chaque année et qui s’ajoutent au stock des 700 millions de voitures dont 250 millions voitures pour les seuls Etats-Unis (deux voitures pour trois personnes) et à peine 30 millions de voitures pour la Chine (une voiture pour 60 personnes). Chaque année, de 25 à 30 milliards de tonnes de CO2 sont envoyées dans l’atmosphère, ce qui a pour conséquence l’augmentation de la température par effet de serre. D’après les rapports du Giec, si on ne fait rien d’ici 2050 l’augmentation de température dépassera les 2°C. Les simulations de climat sur ordinateur nous montrent qu’il ne faut pas dépasser une teneur de 450 ppm (partie par million) de gaz à effet de serre dans l’atmosphère pour être à peu près sûr de tenir cet objectif.

Or nous en sommes déjà à 382, contre 280 avant la révolution industrielle. Le rythme actuel de plus 2 ppm par an résulte de l’émission annuelle de 7 gigatonnes de carbone. L’inertie du système, l’anomalie en gaz carbonique met plus d’un siècle à se résorber après injection dans l’atmosphère, suppose que les émissions mondiales ne dépassent pas 4 gigatonnes en 2050. La planète est surexploitée et chaque année ce qu’elle met à notre disposition est épuisé bien avant la fin de l’année «le jour du dépassement», le earth overshoot day de l’année. La date où la population humaine a épuisé les ressources produites en un an par le mince manteau vivant qui enveloppe la Terre, la biosphère ou écosphère fut le 20 août pour l’année 2010. Depuis, nous allons au-delà de ce que la planète nous offre, de sa biocapacité. Le premier jour du dépassement est tombé le 31 décembre 1986. En 1996, il se situait début novembre. En 2007, le 6 octobre. En 2010, la date du earth overshoot day a reculé au 20 août 2010!

Et dans dix ans? Aurons-nous assez de ressources pour nous nourrir? Au-delà des angoisses et des peurs, la véritable grande question posée par le peuplement sera celle des ressources: les pays, les sols, la Terre pourront-ils nourrir – et supporter – une population de 9 ou 10 milliards d’habitants? Aujourd’hui, près d’un milliard de personnes souffrent de malnutrition dans le monde. Un réchauffement de 1,7 C à 2,4 C en 2050 – prévision basse. Sécheresse, tempêtes, inondations, destruction des infrastructures. L’accroissement du stress hydrique pour 3 milliards d’humains, une eau mal répartie. Une pollution accrue de l’air.

La planète est surexploitée

La vision que le monde avait du nucléaire était celle d’un mal nécessaire. Les scénarios de l’AIE lui prédisaient même un bel avenir avec le déclin du pétrole. C’était avant Fukushima. Cependant le tsunami du Fukushima a remis en cause cet unanimisme quant aux vertus du nucléaire. Il y a donc un avant et un après Fukushima: l’Allemagne après avoir annoncé le démantèlement de ses centrales nucléaires d’ici à 2021, s’est récusée en août 2010 et a prolongé encore jusqu’en 2035 la durée de vie de ces centrales. En mars 2011, après le désastre de Fukushima, elle promet de se désengagers Selon l’Agence internationale de l’énergie atomique, 452 centrales nucléaires étaient en service dans le monde en 2010. Le nombre de chantiers en cours a augmenté lui aussi: 38 en 1999, 65 en 2011 dont 27 pour la Chine.

Devant les dangers du nucléaire, notamment des accidents qui donnent lieu à des nuages radioactifs qui traversent les frontières sans visa, le moment est venu de mettre en place une coopération supranationale à même de prévenir les accidents et à les gérer. On oublie aussi que le risque zéro n’existe pas et que les déchets radioactifs (plutonium) ont une demi vie de 24.000 ans. Il n’y a toujours- pas de solution définitive quant au traitement des déchets. On oublie enfin qu’une centrale nucléaire désaffectée est aussi dangereuse qu’en activité; le sarcophage du réacteur de Tchernobyl s’est fissuré, il faut 1,7 milliard de dollars pour en construire un autre! De ce fait, le recours aux énergies vertes est plus qu’une option, une nécessité… Un rapport du Parlement européen pense qu’il faudra dépenser au total entre 60 et 80 milliards d’euros sur une période de 50 ans, avant qu’il soit envisageable de produire de l’énergie avec la fusion nucléaire. Ces accidents nucléaires seront peut être un choc et permettront aux pays industrialisés de se tourner vers les énergies vertes. Ils passeront de l’ébriété énergétique actuelle à la sobriété énergétique seule garante d’un développement durable.

Des professeurs de l’Ecole des spécialistes du Cder et de l’Aprue ont toujours conforté par leurs contributions les débats sur l’état des lieux dans l’optique du développement durable. Dans notre contribution, nous avons énuméré les dangers qui se profilent à l’horizon, et sans vouloir jouer les pythies l’avenir est sombre. Nous aurons droit à la pénurie prochaine du pétrole qui deviendra de plus en plus cher! aux changements climatiques rendus inéluctables après les échecs successifs Copenhague, Cancun, du fait de la fuite en avant des pays industrialisés et de plus en plus sur leur lancée des pays émergents. Nous aurons droit à des guerres de l’eau, des guerres pour la nourriture du fait des détournements des cultures pour les biocarburants [Un plein d’essence de biocarburant aux Etats-Unis, est équivalent à 225 kilos de maïs, soit de quoi nourrir un Sahélien pendant une année]. Nous aurons droit à des sécheresses récurrentes, aux avancées des déserts et enfin la guerre pour les matières premières minérales qui deviendra de plus en plus féroce du fait que 95% des ressources minérales sont détenues par la Chine. Enfin, le point d’orgue est que nous avons montré que la guerre pour l’énergie décrivait en creux le conflit de civilisations ou plus exactement l’acharnement contre ces pays arabes coupables d’être musulmans et de renfermer les deux tiers du pétrole et la moitié du gaz de la planète.

Le destin de l’Algérie

La dernière communication a fait un état des lieux sans complaisance de la situation en Algérie, elle a examiné les propositions récentes et ambitieuses quant à la production de 40% d’énergie renouvelable à l’horizon 2030. Elle propose un scénario vert réaliste, réalisable.
Un débat contradictoire et riche a eu lieu en présence de M. le président-directeur général de Sonatrach – que nous ne saurons assez remercier lui et tout son staff, a bien voulu nous accueillir avec élégance pour cette 15e Journée sur l’énergie-, et M.Bouterfa P-DG de Sonelgaz, notamment sur la nécessité pour le pays d’investir dans le nucléaire, deux visions ont été présentées avec des arguments pour et contre. S’agissant des gaz de schiste là aussi, le débat n’a pas porté sur le fond mais sur la fiabilité des données. En définitive, la vision du développement durable ébauchée par les élèves ingénieurs, n’a nullement la prétention d’être exhaustive, complète et définitive, elle montre seulement que ces élèves ingénieurs dans leur ensemble, sont aptes à s’emparer des problèmes de l’énergie, voire d’autres qui intéressent au plus haut point notre pays. La stratégie du fil de l’eau qu’ils proposent est adossée à une stratégie énergétique multisectorielle qui implique la société, les départements ministériels, bref, un plan Marshall décidé par l’Etat qui doit impérativement reposer sur l’Université algérienne qui doit réhabiliter la formation d’ingénieurs et de techniciens par milliers.

L’exemple de l’Ecole Polytechnique qui existe depuis près d’un siècle, matrice de la technologie du pays qui a formé plus de dix mille ingénieurs et un millier de docteurs devrait non seulement être conforté mais devrait naturellement se voir confier au vu de son potentiel une centaine de professeurs et maîtres, de conférences, un rôle dans ce plan Marshal du développement durable que nous appelons de nos voeux. Le destin du pays qui repose sur ses élites doit se décider en Algérie, nous n’avons pas besoin de tutelle qui doit nous indiquer si nous sommes sur la bonne voie ou si nous devons encore faire des efforts pour arriver à la norme, qui, on l’aura compris, est dictée par l’Occident notamment paléo-colonial.

Il serait tragique que la formation des hommes soit sous-traitée à l’extérieur. J’en appelle clairement à la remise sur rail, avant qu’il ne soit trop tard, de la formation technologique dans le pays, en réhabilitant la discipline des mathématiques, des mathématiques techniques, en revoyant fondamentalement la formation professionnelle, et naturellement en redonnant à la formation d’ingénieurs ses lettres de noblesse. Dans la cacophonie actuelle, ce qui restera dans le futur ce sont les hommes et les femmes bien formés, fascinés par le futur et dont l’Algérie aura besoin Le destin de l’Algérie se jouera assurément dans cette génération, ne la ratons pas!

1.Karen Ward, Le peak oil Plus de pétrole dans 50 ans, prévient Hsbc petrole.blog.lemonde.fr 2010/04/04.

Pr Chems Eddine Chitour

 

Ecole Polytechnique enp-edu.dz



Articles Par : Chems Eddine Chitour

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]