L’économie européenne régresse tandis que les divisions augmentent

Région :

Les derniers chiffres communiqués par les principaux instituts économiques indiquent un déclin de l’activité économique des 16 pays européens constituant la zone euro.

Un indicateur clé du développement économique, l’indice des Directeurs d’Achats (Purchasing Manager’s Index, PMI), couvrant les secteurs manufacturiers et de services de la zone euro, a chuté de 56,2 pour cent en août à 53,8 pour cent en septembre – son taux le plus bas depuis février.

Dans le même temps, le service des statistiques de l’Union européenne au Luxembourg a annoncé que les commandes industrielles européennes avaient baissé de 24 pour cent en juillet par rapport au mois précédent.

La chute du PMI en septembre est considérée par les analystes comme un indicateur que l’économie européenne continuera de rester fragile au cours des prochains mois de cette année.

Les derniers chiffres ont été rassemblés après la publication des données pour le second trimestre de 2011 qui indiquaient une certaine reprise de l’économie européenne. L’accélération inattendue de la croissance au second trimestre a été en grande partie provoquée par l’Allemagne qui a enregistré un essor de 2,2 pour cent de son activité économique en raison principalement du dynamisme de son industrie d’exportation.

Les chiffres de la croissance ont été salués par les dirigeants européens et de vastes couches des médias comme étant la preuve que l’Europe, au bout de deux ans, émergeait finalement de la récession suite à la crise financière de 2008.

A présent, toutefois, la grande jubilation du mois précédent s’est évaporée et les chiffres du second trimestre ont été qualifiés de « correction technique » passagère.

En commentant les derniers chiffres, l’expert économique Chris Scicluna a déclaré : « Certaines grandes nations industrialisées ont connu une reprise en début d’année mais nous nous rendons compte à présent qu’elle n’était pas durable. Il n’y a pas de locomotive à la croissance en vue… Nous constatons les séquelles de la crise. »

C’est avant tout, la chute du PMI et des commandes industrielles européennes qui révèle que les économies européennes les plus fortes sont tributaires de l’économie mondiale en général. Les inquiétudes grandissantes d’une longue période de stagnation de l’économie américaine, combinée à un ralentissement de la croissance de la Chine et des économies des tigres asiatiques ont eu des répercussions négatives pour les principales puissances européennes.

L’économiste à la Deutsche Bank, Gilles Moec, a déclaré : « l’Allemagne et très sensible aux fluctuations de la demande américaine, chinoise et ainsi de suite. La France souffrira indirectement des effets secondaires. »

En mettant tout particulièrement en garde l’Allemagne, qu’aucun pays ne sortira de la crise tout seul, Moec a conclu, « La conclusion de tout cela est qu’un ‘découplage’ n’est pas possible. »

Les principaux pays hors de la zone euro ont aussi enregistré des chiffres négatifs. L’Association des banquiers britanniques a annoncé que le crédit net à la consommation, les nouveaux emprunts immobiliers et les prêts bancaires aux entreprises avaient baissé au mois d’août tandis que l’inflation continue d’augmenter en Grande-Bretagne.

Les chiffres plus faibles de l’économie de la zone euro étaient liés à de nouvelles inquiétudes que les pays situés à la périphérie de l’Europe ne puissent rembourser leurs dettes et ne soient pas en mesure d’appliquer des programmes aigus d’austérité.

Jeudi, les chiffres publiés à Dublin ont révélé que le produit intérieur brut (PIB) du pays avait rétréci de 1,2 pour cent au second trimestre par rapport au trimestre précédent, ravivant les craintes que le pays puisse basculer à nouveau dans une récession.

En conséquence, les investisseurs ont abandonné la dette du gouvernement irlandais, faisant passer le rendement des obligations irlandaises à quatre ans à plus de 5 pour cent. La hausse des taux d’intérêt qui est exigée pour ses obligations ne fera qu’aggraver à long terme l’endettement de l’Irlande.

L’Irlande est généralement prisée pour avoir imposé le plus draconien programme d’austérité de l’Europe de l’Ouest mais, eu égard aux pressions à nouveau exercées sur les banques et les marchés financiers du pays, le gouverneur de la Banque centrale irlandaise a déclaré la semaine passée que le gouvernement serait obligé d’effectuer des coupes encore plus drastiques.

Les chiffres irlandais ont à leur tour créé des ondes de choc à travers les pays européens plus faibles, entraînant une hausse abrupte des rendements des obligations portugaises à dix ans.

En Espagne, la ministre des Finances, Elena Salgado, a annoncé de nouvelles mesures d’austérité dans une tentative de réduire le déficit du troisième plus important budget de la zone euro. Saldago a déclaré que le gouvernement était déterminé à réduire les dépenses publiques de 8 pour cent.

Un gel doit être imposé à l’ensemble des retraites et les ministres du gouvernement ont été instruits de réduire leur budget de 16 pour cent. L’objectif du nouveau budget est de ramener le déficit du pays à 6 pour cent du BIP – chiffre qui est encore le double de la limite fixée par l’Union européenne.

En exprimant l’inquiétude de l’élite financière qu’aucune concession ne soit faite quant à l’application des mesures d’austérité, un expert financier influent a déclaré, « Les marchés s’attendent à une volonté d’agir des pays de la périphérie… Nous n’observons plus ce zèle pour les réductions qui avait existé au début de l’année. »

Salgado a dit qu’elle respectait des prévisions selon lesquelles l’économie espagnole s’accroîtrait de 1,3 pour cent l’année prochaine – un chiffre considéré par les experts totalement irréaliste et le double des prévisions de croissance faites par le Fonds monétaire international. En traduisant le malaise des investisseurs face à la situation, l’écart entre les obligations espagnoles et allemandes à dix ans reste le double d’il y a un an.

L’inquiétude des investisseurs quant à la capacité des pays situés à la périphérie de l’Europe de rembourser leurs dettes est accentuée par le fait que les banques européennes elles-mêmes sont obligées de rassembler des sommes considérables de capital pour surmonter les déficits accumulés à la suite de la crise financière de 2008. Des dettes bancaires évaluées à 1,7 mille milliards de dollars arriveront à échéance dans la zone euro en 2010 et en 2011 – un chiffre qui dépasse de loin les dettes des banques aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et ailleurs.

La seule lumière au bout du tunnel pour l’économie européenne ont été les données économiques plus positives de l’Allemagne. Un nouveau sondage effectué auprès de patrons allemands a indiqué une amélioration des attentes économiques et le FMI a rehaussé ses prévisions de croissance pour l’Allemagne à plus de 3 pour cent cette année.

Mais l’Allemagne continue de rester l’exception à la règle et un nombre de commentateurs signalent les dangers pour l’avenir du projet européen en général quand les différences économiques et sociales augmenteront sur l’ensemble du continent.

Dans les semaines et les mois à venir, les coupes dans les dépenses sociales, les pensions et les salaires, associées aux augmentations d’impôts, prendront effet dans une grande partie de l’Europe en freinant d’autant plus la consommation domestique et en ralentissant la croissance économique.

Article original, WSWS, paru le 27 septembre 2010.



Articles Par : Stefan Steinberg

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]