L’Egypte ouvre à partir de samedi sa frontière avec Gaza de façon permanente‏

L’Egypte va ouvrir le point de passage avec la bande de Gaza de façon permanente à partir de samedi, afin d’alléger le blocus imposé par Israël à cette enclave palestinienne contrôlée par les islamistes du Hamas, a indiqué mercredi l’agence officielle Mena.

Cette mesure devrait irriter Israël qui s’était inquiété auparavant du projet égyptien d’ouvrir quotidiennement ce passage, le seul de l’enclave palestinienne qui ne soit pas contrôlé par Israël.

Les autorités égyptiennes vont ouvrir « à compter du 28 mai le point de passage de Rafah tous les jours de 09H00 à 17H00 locales, à l’exception des vendredis et des jours fériés », a précisé MENA.

« Les femmes palestiniennes de tout âge seront exemptées de visa, de même que les hommes âgés de moins de 18 ans ou de plus de 40 ans », a-t-elle ajouté. L’exemption s’applique aussi aux Palestiniens voulant étudier en Egypte tant qu’ils ont une preuve de leur acceptation dans une université égyptienne.

« L’ouverture du passage fait partie des efforts égyptiens destinés à mettre fin aux divisions interpalestiniennes et à réaliser la réconciliation nationale », toujours selon Mena.

Malgré de précédents allègements des restrictions, les Palestiniens de Gaza devaient toujours coordonner leur entrée en Egypte avec les services de sécurité ou prouver un besoin d’aide humanitaire pour entrer en Egypte.

Le 29 avril, le ministre égyptien des Affaires étrangères Nabil al-Arabi avait annoncé que son pays s’apprêtait à ouvrir de manière permanente la frontière avec Gaza, deux jours après le parrainage par l’Egypte d’un accord de réconciliation entre les frères ennemis palestiniens le Hamas et le Fatah.

Il avait souligné que son pays n’accepterait plus que le terminal de Rafah reste bloqué et jugé « honteux » de le maintenir fermer.

Depuis que le président égyptien Hosni Moubarak a cédé le pouvoir sous la pression de la rue le 11 février, les nouvelles autorités égyptiennes ont desserré l’étau sur le passage de Rafah, qui n’était auparavant ouvert que de manière exceptionnelle, quelques jours par mois, pour des raisons humanitaires.

Le régime déchu de M. Moubarak était régulièrement accusé de complicité de fait avec le blocus israélien pour son refus de maintenir le terminal ouvert, une décision qu’il justifiait en invoquant la lutte contre les trafics de toutes sortes avec l’enclave palestinienne.

De très nombreux tunnels ont en effet été creusés sous la frontière entre l’Egypte et Gaza pour faire passer toutes sortes de marchandises, y compris des armes.

Imposé en juin 2006 à la suite de l’enlèvement d’un soldat israélien, le blocus de la bande de Gaza a été considérablement renforcé après la prise de contrôle du territoire en juin 2007 par le Hamas.

Israël l’a assoupli à la suite d’intenses pressions internationales après la mort de neuf Turcs dans un assaut de sa marine le 31 mai 2010 contre une flottille humanitaire qui tentait d’atteindre le territoire palestinien. Mais il a maintenu un strict blocus maritime et l’interdiction des exportations.



Articles Par : AFP

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]