L’Europe de l’Est ruinée par la crise financière mondiale : le prix de la restauration capitaliste

Région :

Les renflouements massifs de plusieurs Etats de l’Europe de l’Est sont le verdict que rend l’histoire sur le projet de restauration capitaliste. Loin d’adhérer à la rhétorique du libre marché qui soutient que l’intervention de l’Etat est la principale force freinant la vie économique et dont ils ont été les principaux défenseurs, les oligarques corporatifs de la région se tournent aujourd’hui vers l’Etat pour protéger leurs immenses fortunes.

Alors que s’effondraient les régimes de l’Europe de l’Est dans les années 1989-91, les réformateurs pro-capitalistes et leurs alliés des bureaucraties staliniennes proclamaient l’avènement de la démocratie et promettaient que l’économie de marché allait créer les conditions pour la prospérité et la liberté. Mais des centaines de millions de personnes furent plutôt plongées dans le dénuement, alors que l’industrie nationalisée créée par la Révolution d’octobre en Russie et l’expansion de l’industrie d’Etat en Europe de l’Est après la guerre était démantelée. On ferma des industries et les vendit au profit de la nouvelle élite d’hommes d’affaires multimillionnaires, sortie en grande partie des rangs de l’appareil stalinien.

Mettre l’accent sur ces développements n’implique pas cependant une défense nostalgique des régimes répressifs staliniens qui prônaient l’autarcie économique. L’usurpation par la bureaucratie du pouvoir politique de la classe ouvrière en Union soviétique et sa proclamation de la théorie du « socialisme dans un seul pays » créèrent les conditions pour des politiques contre-révolutionnaires, internationalement et en URSS même, qui isolèrent l’Union soviétique et minèrent l’industrie nationalisée et la planification économique. Cela culmina par la décision de la bureaucratie, collaborant étroitement avec l’impérialisme occidental, de démanteler l’économie nationalisée afin de protéger ses propres privilèges et sa richesse.

La dévastation de la Russie, advenant la restauration du capitalisme, avait été prédite par les opposants marxistes de la bureaucratie stalinienne plusieurs décennies avant même que l’événement ne se produise. Léon Trotsky, co-leader avec Lénine de la Révolution d’octobre et fondateur de la Quatrième Internationale après avoir été exilé de l’URSS par Staline, a écrit en 1929 que la restauration du capitalisme russe serait « un capitalisme dépendant, semi-colonial et sans aucun avenir. La Russie numéro 2 occuperait une position entre la Russie numéro 1 et l’Inde. Le système soviétique et son industrie nationalisée et son monopole du commerce extérieur, malgré toutes ses contradictions et difficultés, est un système protecteur pour l’indépendance économique et culturelle du pays. »

Cette évaluation fut confirmée de façon tragique par le développement postsoviétique de la Russie et de l’Europe de l’Est.

Selon un rapport du Programme des Nations unies pour le développement publié en 1999, le produit intérieur brut (PIB) a chuté de 12 pour cent en Europe centrale et de l’Est entre 1990 et 1997. En ex-URRS, le PIB de 1997 ne constituait que 55 pour cent du PIB de 1990. Le « traitement choc » du libre marché ferma de larges sections de l’industrie et priva de travail des millions de personnes. Les taux d’alcoolisme, de maladie et de suicide explosèrent.

Un article du New York Times (25 octobre 2008) note : « En 2006, l’espérance de vie moyenne en Russie, à moins de 67 ans, était en fait plus basse qu’elle ne l’était à la fin des années 1950, environ un demi-siècle plus tôt. Pour une société instruite, urbanisée et en temps de paix, un tel monumental échec de santé publique est une anomalie historique extraordinaire. L’espérance de vie en Russie est maintenant environ la même qu’en Inde et l’espérance de vie pour les hommes russes, aujourd’hui à peine plus élevée que 60 ans, est plus faible que celles de leurs homologues du Pakistan. »

Durant la période post-soviétique, on compte en Russie trois décès pour deux naissances. Le taux de mortalité a augmenté de plus de 50 pour cent par rapport au niveau de 1965 pour les hommes en âge de travailler et de 30 pour cent pour les femmes en âge de travailler.

Le pronostic de Trotsky a aussi été confirmé en Europe de l’Est malgré la reprise économique partielle de cette région après le carnage des années 1990. En fait, cette reprise reposait sur des sables mouvants financiers — des prix à la hausse pour les exportations de pétrole, de gaz naturel et de métaux ainsi qu’un crédit à bon marché de 1,6 billion $ provenant des banques occidentales, souvent pour établir des industries à faibles salaires dont l’exportation est dirigée vers les marchés de l’Europe de l’Ouest.

L’éclatement des bulles liées aux marchandises et aux emprunts de capitaux à l’Ouest a aussi dévasté l’Europe de l’Est. Au fur et à mesure que les banques occidentales demandent à être remboursées, les oligarchies d’Europe de l’Est réagissent en pillant davantage leur population respective.

Les oligarchies russes par exemple — sous les directives de la banque d’Etat du pays — remboursent présentement les banques occidentales à l’aide des réserves monétaires russes de 650 milliards $, amassées sur plusieurs années d’exportation de pétrole. Des 10 milliards $ dépensés jusqu’à maintenant sur un sauvetage total annoncé de 200 milliards $, 6,5 milliards $ sont allés à deux milliardaires. Le magnat des métaux, Oleg Deripaska, a reçu 4,5 milliards $ pour bloquer la vente forcée de Norilsk Nickel à un consortium bancaire dirigé par BNP Paribas de la France, et Mikhail Friedman a obtenu 2 milliards $ pour empêcher la Deutsche Bank d’acquérir VimpelCom, une compagnie de télécommunications détenue par Friedman’s Alfa Group.

La où les assauts sur les fonds publics ne suffisent pas, les oligarchies ont recours à des attaques plus directes sur la classe ouvrière. Au parlement ukrainien, des partisans provenant des camps rivaux du président Viktor Yushchenko et de la première ministre (et magnat du gaz naturel) Yulia Timoshenko se sont unis pour passer unanimement les coupes sociales demandées par le Fonds monétaire international (FMI) en échange d’un renflouement de 16,5 milliards de dollars. L’Ukraine gèlera le salaire minimum et coupera dans les dépenses sociales à un moment où le pays entre en récession et fait face à une chute de la demande mondiale pour l’acier, un produit majeur d’exportation pour l’Ukraine.

La Hongrie a reçu 25 milliards d’aide du FMI, de l’Union européenne et de la Banque mondiale. Le Financial Times a souligné que ce prêt important avait pour but « d’empêcher que la panique sur les marchés ne se développe et s’étende au reste de l’Europe de l’Est et de l’Europe centrale ». Le journal a expressément nommé la Pologne et la République tchèque comme étant « vulnérables à la contagion ». La Biélorussie négocie elle aussi un plan d’aide avec le FMI.

L’impact de la crise du crédit ne se limite pas seulement à avoir semé le chaos dans l’économie de la région, mais elle a aussi réveillé une compétition dangereuse pour l’influence politique et militaire entre les grandes puissances. Cette crise survient quelques semaines à peine après que les Etats-Unis eurent encouragé la Géorgie à attaquer les gardiens de la paix russes positionnés dans la province séparée de l’Ossétie du Sud, menaçant de déclencher une confrontation entre les Etats-Unis et la Russie. Washington a ensuite utilisé la crise géorgienne pour négocier de nouveaux droits d’installer des bases en Pologne et en République tchèque.

Les médias occidentaux ont insisté que la Russie, dont l’économie dépend presque entièrement du pétrole et qui a vu les valeurs de ses actions en bourse perdre 70 pour cent de leur valeur en une année, doit accepter un rôle moins proéminent suite à la crise financière et la récession mondiales. Le journal londonien Financial Times a écrit que « La Russie doit ajuster ses ambitions géopolitiques à la hauteur de son véritable poids, qui est celui d’une économie émergente qui compte pour seulement 3 pour cent de la production brute mondiale et dont le niveau de vie est le quart de ce qu’il est aux Etats-Unis. »

Cette crise en Europe de l’Est risque aussi de devenir une confrontation entre l’impérialisme américain et l’impérialisme ouest-européen, dont plusieurs pays sont opposés aux tentatives des Etats-Unis d’admettre la Géorgie au sein de l’OTAN. Aujourd’hui, la crise frappe une région dominée par le capital de l’Europe de l’Ouest : 1,5 billion du 1,6 billion en prêts étrangers en Europe de l’Est proviennent des banques de l’Europe occidentale alors que les Etats-Unis utiliseront à n’en pas douter l’aide du FMI pour avancer ses intérêts dans cette région du monde aux dépens de ces rivaux européens.

De plus, les élites dirigeantes de l’Europe de l’Ouest sont bien au fait du précédent établi lors de la crise financière de l’Asie du Sud-Est et des sauvetages subséquents du FMI à la fin des années 1990. Les Etats-Unis avaient utilisé le FMI comme cheval de Troie pour accroître son influence économique aux dépens du Japon.

La crise économique et la menace de la guerre ont un impact profond sur la conscience de la population de la région. Les travailleurs de l’Europe de l’Est commencent à faire le bilan de la restauration capitaliste. L’humour noir russe a déjà établi, en parlant de la perversion et la distorsion du marxisme par les staliniens et les falsifications de l’histoire par la bureaucratie soviétique, que « Tout ce qu’on nous a dit sur le communisme était faux, mais tout ce qu’on nous a dit sur le capitalisme était vrai. »

Article original en anglais, WSWS, paru le 10 novembre 2008.

© WSWS.



Articles Par : Alex Lantier

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]