Print

L’Europe hostile à l’élargissement de l’OTAN vers l’Est (expert ukrainien)
Par Ria Novosti
Mondialisation.ca, 02 avril 2008
Ria Novosti 2 avril 2008
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/l-europe-hostile-l-largissement-de-l-otan-vers-l-est-expert-ukrainien/8522

 

KIEV, 2 avril – RIA Novosti. Les pays européens se prononcent contre l’élargissement de l’OTAN vers l’Est, de peur de voir les Etats-Unis consolider leurs positions sur le continent, a estimé le directeur du Centre d’études politiques et des conflits de Kiev Mikhaïl Pogrebinski.

« L’Ukraine n’a aucun intérêt à devenir membre de l’OTAN, de même que, comme l’Europe, elle ne souhaite pas voir l’OTAN s’élargir à l’Est », a-t-il indiqué dans un entretien avec des journalistes mercredi.

Ce n’est pas un hasard si l’Europe impose en fait un véto à la proposition de Bush (de faciliter l’adhésion de l’Ukraine et de la Géorgie à l’OTAN), expliquant sa position par la crainte de voir ses rapports avec la Russie se dégrader, a poursuivi M. Pogrebinski.

Même s’ils n’en parlent pas, les Européens ne veulent pas de renforcement des positions des Etats-Unis en Europe ni une dégradation des rapports avec la Russie », a encore estimé l’expert ukrainien.

La demande d’adhésion de l’Ukraine au Plan d’action pour l’adhésion à l’OTAN sera examinée au sommet de l’Alliance atlantique à Bucarest du 2 au 4 avril. Les pays membres de l’Alliance n’ont pas de position unanime sur l’adhésion ukrainienne à ce Plan. La France, l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et d’autres « vieux » membres de l’OTAN ne cachent pas leur scepticisme envers les projets de Kiev. Mardi, dans le cadre de sa visite en Ukraine, le président américain George Bush a déclaré qu’il insisterait sur l’adhésion de l’Ukraine et de la Géorgie à l’Alliance.

En Ukraine, plus de la moitié de la population est hostile à l’adhésion du pays à l’OTAN.

Dans le même temps, selon l’expert ukrainien, il est prématuré d’évoquer la création d’une organisation de sécurité européenne comme alternative à l’OTAN. Pourtant, a-t-il poursuivi, « cette structure (OTAN) ne doit pas être enterrée car elle assume une certaine responsabilité mais, parallèlement, elle ne doit pas revendiquer plus qu’elle n’est en mesure d’accomplir ».

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.