L’exposition du ROM des Manuscrits de la Mer Morte est illégale

Toronto, 1 juin 2009 – En juin 2009, le Musée Royal de l’Ontario (ROM) présentera des objets saisis illégalement par Israël en 1967, après l’occupation de Jérusalem-Est. Par cette collaboration avec l’organisme israélien en charge des antiquités pour importer les Manuscrits de la Mer Morte, le ROM est en violation des obligations du Canada en vertu des conventions et protocoles de l’UNESCO, et de ses propres obligations en tant que membre de l’Association des Musées Canadiens (AMC).

 
Les Manuscrits de la Mer Morte ont été exhumés de Qumrân, en Cisjordanie entre 1947 et 1956 par le Musée Archéologique de Palestine, avec le Département des Antiquités de Jordanie et de l’École Biblique Française. Les parchemins étaient à Jérusalem-Est jusqu’en 1967. En tant que signataire de la Convention de l’UNESCO pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé (1954), ainsi que de la Convention sur les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriétés illicites de biens culturels (1970) , le Canada ne peut pas importer des biens culturels provenant d’un territoire occupé, et doit même, si possible, retourner les biens culturels saisis aux autorités compétentes du territoire précédemment occupé, à la fin des hostilités.
 
Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) estime que le ROM, qui est financé par le gouvernement de l’Ontario, doit respecter les lignes directrices d’éthique de l’AMC qui stipulent que les musées « doivent éviter tout acte teinté du moindre soupçon de complicité avec une activité illégale » et que « les musées doivent s’abstenir de toute participation directe ou indirecte au trafic illicite d’objets culturels et naturels; ce qui peut comprendre des objets culturels ou naturels qui sont […] illégalement importés ou exportés à partir d’un autre État, y compris ceux qui sont occupés ou dévastés par la guerre […] ».  « Il est difficile d’imaginer comment le ROM peut justifier cette exposition illégale », a déclaré le directeur de CJPMO, Thomas Woodley. « Le ROM doit respecter ses obligations et les obligations du Canada et ne pas importer ces objets saisis illégalement d’un territoire occupé ».
 
L’Autorité palestinienne s’oppose à l’exposition des Manuscrits de la Mer Morte, parce qu’ils ont été obtenus illégalement. CJPMO demande au ROM d’annuler immédiatement cette exposition, et de mettre fin à sa coopération avec l’autorité israélienne en charge des antiquités dans ce projet d’importation de ces artefacts acquis illégalement.
 
 
 
Pour plus d’informations, veuillez contacter:
Grace Batchoun, 514-745-8491.
Canadiens pour la Justice et Paix au Moyen-Orient
Téléphone: (514) 745-8491
Couriel CJPMOSiteweb CJPMO


Articles Par : CJPMO

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]