L’oppression des Tamouls présente-t-elle un intérêt stratégique pour l’alliance de guerre USA–Royaume-Uni–Israël?

Région :

Les intérêts stratégiques du gouvernement américain sont liés aux objectifs militaires qu’il poursuit en Asie. Ces derniers sont essentiels pour deux raisons. Il faut:

1. empêcher que l’accès à une des régions les plus importantes du monde ne leur soit bloqué pour des raisons économiques, politiques ou militaires.

2. empêcher la concentration de ressources entre les mains d’un autre pays qui défierait les USA au niveau mondial autant qu’autrefois l’Union soviétique.

Certes, les USA ne pensent pas qu’un des pays asiatiques représente pour le moment un tel danger, mais ils partent de l’idée que la Chine, l’Inde et l’Iran sont capables de développer une suprématie continentale seuls ou avec un partenaire, par exemple la Russie. Ils pourraient ainsi mettre fondamentalement en danger les intérêts des Etats-Unis dans le monde.

Dans ce contexte, l’engagement des USA doit être compris de la manière suivante:

1. Empêcher l’Inde de continuer à développer sa capacité à fabriquer des missiles nucléaires.

2. Empêcher l’Inde de s’associer avec la Chine ou la Russie ou avec les deux ou encore avec la France afin de miner les intérêts des USA en Asie. Aussi les Etats-Unis veulent-ils essayer d’établir des relations étroites avec l’Inde.

3. Convaincre New Delhi que les intérêts de l’Inde seraient servis au mieux si les USA contrôlaient eux-mêmes la stabilité stratégique du sous-continent tout entier. Mais cet objectif ne peut être atteint que si l’armée indienne est occupée au point de ne plus avoir le potentiel militaire supplémentaire nécessaire pour exercer sa suprématie dans la région. Le développement du pouvoir militaire du Pakistan constitue ici une clé essentielle.

Le stationnement stratégique de la flotte américaine dans la région du sous-continent indien est devenu un moyen coercitif important face à l’Inde. De plus, le Pentagone a compris que la région avait un besoin urgent de base américaine, surtout à cause du grand nombre de scénarios envisagés, principalement une guerre entre l’Inde et le Pakistan ou une attaque par l’Inde d’autres pays voisins.

La conclusion principale des Américains a été qu’il était nécessaire de mettre sur pied des «installations de surveillance supplémentaires» dans la région. Ainsi le nombre des hommes de l’«Agence nationale de sécurité» (NSA) au sein de l’ambassade des Etats-Unis au Sri Lanka a été augmenté. Il s’agit également de surveiller les installations nucléaires et balistiques du continent indien. La plus grande partie des dispositifs de surveillance électronique de la CIA et de la NSA se trouve toujours en Thaïlande. C’est de là qu’on surveille même les communications des «Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE)». Ainsi les émissions de la «Voix des Tigres tamouls» sont transmises en anglais en moins d’une heure au quartier-général américain par les traducteurs de la NSA en Thaïlande. Malgré ces activités, le Pentagone sait que du point de vue stratégique, le plus important avant-poste des Etats-Unis est l’île de Diego Garcia qui se trouve à 2200 milles marins du sous-continent indien. Même la base de Bangkok, dont la disponibilité est limitée, se trouve à 1600 milles marins de New Delhi. Ainsi, il n’est pas étonnant que les militaires américains aient songé à la possibilité d’établir une base au Sri Lanka. A leurs yeux, le Sri Lanka est idéal pour deux raisons:

1. Sa position centrale entre le détroit de Malacca (entre l’Indonésie et la Malaisie) et le détroit d’Ormuz (entre le golfe Persique et le golfe d’Oman). De plus, une étude du Pentagone explique que «l’infrastructure du Sri Lanka offre d’excellentes possibilités de stationnement».

2. Les services de renseignements militaires du Sri Lanka entretiennent depuis de longues années des liens étroits avec le MI-6 britannique et la CIA.

De plus, le directeur du Bureau de la CIA à Colombo est également l’adjoint du chef de mission de l’ambassade américaine. Le Service de renseignements le plus important du monde, la NSA, est présent à Colombo depuis longtemps. La CIA et la NSA font des rapports directs à leurs quartiers généraux à Washington. Par ailleurs, il faut savoir que tous les partenaires des Etats-Unis en matière de sécurité ont un accès direct aux services de sécurité du Sri Lanka.

Une équipe des Forces de l’air américaines a déjà préparé au moins deux études préliminaires au sujet d’éventuelles bases militaires sur l’île. De plus, des études ont été faites sur les sujets suivants:

1. Les LTTE ont-ils l’intention de faire entrer des réfugiés dans les zones de haute sécurité de Jaffna?

2. L’infiltration des LTTE dans les villages près de ces zones de haute sécurité est-elle sérieuse?

3. Combien y a-t-il de cadres politiques des LTTE dans les régions de Jaffna contrôlées par l’armée gouvernementale?

Un analyste de la CIA a déclaré en juillet 2001 à Washington:

«Le contrôle des LTTE et l’augmentation de la pression exercée sur les populations sous leur coupe grâce au renforcement des bombardements «terroristes» pourraient créer des conditions propices à la destitution de Prabakharan, le chef des LTTE.» Les spécialistes des Services secrets américains et britanniques regrettent toutefois qu’il paraisse impossible d’obtenir des moyens de pression directs sur les LTTE.

Dans l’ensemble pourtant, les Etats-Unis considèrent toujours que la stabilisation du Sri Lanka est extrêmement importante pour la consolidation de leurs intérêts dans la région.   

Source: Taraki: US’s Strategic Interests in Sri Lanka, www.tamilnet.
Traduction: Horizons et débats, 7e année, No 1, 3 janvier 2007.

 



Articles Par : Tamilnet

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]