L’ « ordre » du G7 est celui de l’Otan

L’art de la guerre

« Un ordre international basé sur les règles, qui promeuve la paix entre les nations, sauvegarde la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance politique de tous les états et assure la protection des droits humains» : c’est ce que disent vouloir les leaders du G7 qui s’est déroulé à Taormina, à côté de la base de Sigonella, centre stratégique en Méditerranée pour les guerres et opérations couvertes USA/Otan : guerres qui ont démoli l’état libyen et essayé de faire la même chose en Syrie, accroissant le tragique exode de migrants, dont le G7 se dit préoccupé par leurs droits humains.

Les déclarations reproduisent celles du Sommet Otan de Bruxelles : le G7 est formé des six plus grands pays Otan plus le Japon, principal allié USA/Otan en Asie. Les divergences économiques et politiques ne manquent pas, camouflées par des positions divergentes sur le climat et les migrants. Au Sommet Otan Trump a irrité Merkel et d’autres, en rappelant que « les USA dépensent pour la défense plus que tous les autres pays Otan ensemble ». Il a demandé sur un ton péremptoire que tous les alliés maintiennent leur engagement, pris en 2014 avec le président Obama, de destiner au militaire au moins 2% de leur PIB. Jusqu’à présent, outre les USA, seulement Grèce, Estonie, Grande-Bretagne et Pologne ont dépassé ce seuil. L’Italie, calcule le Sipri, dépense pour le militaire 1,55% du PIB, soit environ 70 millions d’euros par jour. En montant au niveau de la Grèce (2,36%, malgré la crise économique), elle dépenserait plus de 100 millions par jour ; en montant à celui des USA (3,61%), elle dépenserait plus de 160 millions d’euros par jour. Les 2%, insiste Trump, sont désormais insuffisants pour les engagements croissants de l’Alliance. Le Sommet de Bruxelles a annoncé que l’Otan entre dans la « Coalition globale pour battre le groupe État Islamique » (sous commandement étasunien comme l’Otan), dont sont déjà membres les 28 pays de l’Alliance.

L’Otan fournira des avions radar Awacs et des forces spéciales pour des opérations qui, avec la motivation de combattre l’EI(en réalité fonctionnel à la stratégie USA/Otan de démolitions des états), visent à pénétrer en Syrie pour en démembrer le territoire et encercler l’Iran.

Le Sommet a aussi annoncé une augmentation des troupes Otan en Afghanistan, se montant aujourd’hui à 13 mille soldats.

En Europe l’Otan continue son expansion à l’Est. Déjà invité au Sommet, le Monténégro entre comme 29ème membre : malgré ses petites dimensions, il est important par sa position géostratégique et par ses bunkers, dans lesquels l’Otan déploiera d’énormes quantités d’armes, probablement aussi nucléaires, et de chasseurs-bombardiers.

L’Otan -a déclaré au Sommet le secrétaire général Stoltenberg- « doit réagir », parce qu’il a face à lui une « Russie qui emploie la force militaire pour changer les frontières en Europe avec ses actions agressives contre l’Ukraine, en annexant illégalement la Crimée et en continuant à déstabiliser l’Ukraine orientale ». Doublant Trump même, qui a parlé d’une façon générale de « menaces provenant de la Russie aux frontières orientales de l’Otan », le Sommet a relancé l’accusation contre la Russie de vouloir changer les frontières de l’Europe avec un usage agressif de la force militaire. Accusation qui renouvelle celle de la vieille guerre froide, en projetant le scénario des chars d’assaut russes qui envahissent l’Europe.

Source de la photo des membres du G7 : http://www.lamanchelibre.fr/actualite-328387-sommet-du-g7-consensus-sur-le-terrorisme-statu-quo-sur-le-climat

La promesse électorale de Trump de vouloir ouvrir une négociation avec Moscou se brise sur le mur, invisible mais puissant, de ces cercles dominants étasuniens et européens qui, misant sur une nouvelle guerre froide, bloquent toute tractation avec Moscou en menaçant Trump d’impeachment avec l’accusation de connivence avec l’ennemi.

L’ombre de Clinton vaincue, venant s’asseoir comme invité de pierre au Sommet Otan et au G7, persécute Trump.

Manlio Dinucci

 

Article original en anglais :

L’«ordine» del G7 è quello Nato

Edition de mardi 30 septembre 2017 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/lordine-del-g7-e-quello-nato/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]