L’« éthique » démocratique occidentale : faire la guerre et faire croire à la paix

Somalie, Yougoslavie, Irak, Afghanistan, Pakistan, Lybie : les guerres de l’Occident

Les enfants libyens, premières victimes des bombardements…


A propos de la nouvelle guerre menée par une coalition de pays « démocratiques », en Lybie, Edwy Plenel, co-fondateur et président de Mediapart, pose une question très judicieuse :

« Ne peut-on, à la fois, souhaiter la chute rapide du dictateur Kadhafi et ne pas être dupe de l’opération orchestrée par Nicolas Sarkozy ? » [1].

Cette question aurait pu être posée, telle quelle, en modifiant simplement les noms, pour Slobodan Milošević, Saddam Hussein (2 x), les Talibans, comme aujourd’hui, monsieur Plenel la pose très justement à propos du colonel Kadhafi.

Malgré les coûts directs et indirects, humains et matériels [2-3-4-5] de nos interventions, comment nous, les populations « pacifiques » de ces pays « démocratiques », pouvons-nous suivre aussi passivement, voire avec une pointe de fierté, nos gouvernements va-t-en-guerre ?

Il est vrai que nous sommes nourris depuis notre tendre enfance par des films et des séries hollywoodiens qui, du fond de nos fauteuils, nous font nous sentir héroïques, et nous font croire au bien fondé de nos interventions meurtrières à travers le monde entier.

Nous sommes les Bons. L’Autre est méchant.

La raison en est peut-être l’ignorance, car en nous basant uniquement sur les présentations manichéennes et partisanes de nos médias écrits et télévisés, comme ce fut le cas pour la première guerre du Golfe (et la seconde), nous pourrions croire effectivement que par la guerre et la destruction, nous apporterons la paix, la liberté et la démocratie à ces peuples opprimés.

Toutefois, cette explication, l’ignorance, ne tient plus la route depuis l’accès à l’internet grâce auquel nous pouvons tous nous forger des opinions beaucoup plus nuancées et proches de la vérité.

Cette « ignorance » ressort davantage de la naïveté volontaire.

Ainsi, comme ce fut déjà le cas pour les guerres d’Irak et d’Afghanistan (et du Viêt-Nam [6] en son temps), de nombreux articles d’auteurs sérieux et spécialisés nous révèlent les véritables dessous de notre intervention en Lybie [7-8-9-10]. Celle-ci n’a rien d’humanitaire.

Est-ce par grand cœur, le genre de celui que seule une « démocratie » peut façonner, que nous nous prenons d’amitié soudaine pour des populations dont nous ne connaissons rien, au point de vouloir leur apporter la « liberté » à coups de bombes, de rafales et de F-16 ?

Ou sommes-nous tellement habitués à suivre docilement nos gouvernements, sans jamais les interpeler ni demander des comptes ?

Les manifestations sociales de plus en plus larges, la mobilisation humaine contre un capitalisme destructeur semble le démentir.

Il est en effet très étrange qu’à l’époque des plans d’austérité féroces, du recul de tous les acquis sociaux, de la dégradation interminable des secteurs publics, de la paupérisation de ces mêmes populations des pays « démocratiques », nous tous, quidams, prêts à travailler des années de plus pour gagner moins d’argent et jouir d’une vie de moindre qualité, nous laissions nos gouvernements dépenser autant d’argent public en essence pour des F-16 et des rafales.

Certains brandissent même le poing, fièrement !

Encore un cul de dictateur à botter !

Aimons-nous tant que cela « jouer » à la guerre, au point de compromettre nos pensions, nos santés, l’éducation de nos enfants, leur futur environnement ainsi que leur droit à vivre dans un monde juste et en paix, où tout le monde mangerait à sa faim, comme cela serait possible, aujourd’hui [11] ?

A condition d’arrêter d’utiliser la guerre, les bombes et les porte-avions comme seul moyen de faire la paix.

Entre nos gouvernements « démocratiques » dont l’allergie aux dictatures est très sélective et très amnésique, ces gouvernements modèles qui ne recourent à la guerre que par nécessité car selon eux il n’y aurait pas d’alternative, entre eux et les habitants dont l’esprit critique s’éveille enfin, se trouve « l’opinion publique », celle dont la réalité du monde est résumée par les présentations manichéennes et partisanes de nos médias écrits et télévisés.

Cette opinion publique pourrait faire rentrer ces Sarkozy, Cameron, Obama à la maison et exiger qu’ils s’occupent correctement, honnêtement et justement de leurs populations plutôt que des multinationales du pétrole et de la reconstruction.

Tant que cette opinion publique ne s’éveillera pas, il y aura encore beaucoup de guerres comme celles de Yougoslavie, d’Irak, d’Afghanistan, et celle du jour, en Lybie.

Et très peu de paix, beaucoup de faim, de tristesse et d’injustices.

Notes/Références 

[1] http://www.mediapart.fr/biographie/23

[2] Irak, le vrai coût de la guerre : 6.000 milliards de dollars

http://trends.rnews.be/fr/economie/actualite/politique-economique/irak-le-vrai-cout-de-la-guerre-6-000-milliards-de-dollars/article-1194642063609.htm

[3] Le coût de la guerre en Afghanistan : 1,3 million d’euros par jour pour les contribuables français

http://www.politique.net/2010100401-cout-de-la-guerre-en-afghanistan.htm

[4] 200 millions par mois pour la guerre en Afghanistan

http://www.ledevoir.com/politique/canada/210042/200-millions-par-mois-pour-la-guerre-en-afghanistan

[5] The war on Iraq has made moral cowards of us all

More than 100,000 Iraqis have died – and where is our shame and rage?

http://www.guardian.co.uk/politics/2004/nov/01/usa.iraq

[6] En 1971, un opposant à la guerre du Vietnam distribue les « Pentagon Papers » à la presse

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pentagon_Papers

[7] Insurrection et intervention militaire: Tentative de coup d’État des États-Unis et de l’OTAN en Libye ? Par Michel Chossudovsky

Partie 1 : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23631

Partie 2 : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23869

[8] Guerre en Libye : Washington regarde se lever « l’aube de l’odyssée » africaine, par Thierry Meyssan

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23882

[9] Une nouvelle opération coloniale contre la Libye, par Domenico Losurdo

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23814

[10] La grande armée de la « guerre humanitaire », par Manlio Dinucci

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23806

[11] http://www.pogar.org/publications/other/un/conferences/wfs/fao/foodsecjustpeace-02f.pdf

Les conflits armés sont l’ennemi de la sécurité alimentaire.

Le niveau de vie des États-Uniens est  non négociable (citation de George H.W. Bush).

Toutes les six secondes, un enfant meurt de faim (Source : FAO)



Articles Par : Pascal Sacré

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]