La bataille pour le titane ukrainien

Les gisements de titane représentent beaucoup d’intérêt pour les États-Unis car ils sont très demandés. Le titane a une importance décisive pour l’élaboration des technologies militaires avancées. Les États-Unis comptent recevoir d’Ukraine du titane pour leur industrie militaire.

Le titane est un métal important dans le secteur aéronautique et spatial, ainsi que dans l’industrie en général. C’est le titane qui règle le problème de solidité élevée tout en restant léger pour les différents éléments de construction, par exemple, de navires civils.

L’Ukraine n’est pas le seul endroit du monde à abriter du titane, il en existe des gisements en Russie, en Afrique et en Amérique du Sud. Ce métal est déficitaire dans le monde.

Cependant, le territoire ukrainien possède de grandes régions développées pour la production de ressources naturelles, de charbon, de métaux et d’éléments radioactifs pour l’énergie nucléaire, c’est pourquoi l’Occident souhaite absolument les contrôler.

La spécificité de la production de titane est qu’il n’existe pas de gisements denses de ce métal. Et si 7-15% de titane est présent dans un minerai, c’est déjà utile de l’extraire et traiter à l’échelle industrielle.

L’obtention du titane pur qu’il est possible à ajouter dans des alliages nécessite son enrichissement. Au final, il ne reste qu’une infime partie du minerai traité. Tout cela rend le titane plus précieux.

La production sur le territoire ukrainien est fortement limitée actuellement, voire stoppée. Des hostilités se déroulent à proximité et à l’intérieur de ces régions. Ce qui est l’une des nombreuses raisons du conflit actuel et de l’intérêt de l’Occident pour celui-ci, estiment certains experts.

L’ilménite, un minerai pour produire du titane, est extraite en Afrique et en Amérique du Sud. La chaîne était la suivante: les matières premières extraites en Afrique étaient transportées en Ukraine pour être traitées, puis enrichies et envoyées en Russie pour fabriquer du titane et des pièces d’avion.

Il n’existe qu’un producteur de titane en Russie qui en vendait aux pays occidentaux. Au vu des circonstances actuelles, ils n’en achètent pas, c’est pourquoi le problème des matières premières et produits finis se pose sérieusement. À cet égard, les États-Unis pourraient vouloir établir le contrôle sur les gisements ukrainiens afin de couvrir leurs besoins.

Washington espère obtenir depuis l’Ukraine du titane nécessaire pour son industrie militaire, a rapporté le magazine Newsweek.

« Nous parlons de notre capacité de produire un plus grand nombre d’avions, nous parlons de notre capacité de produire des munitions. Tout cela dépend du titane, et nous nous sommes permis de devenir dépendants en la matière des fournisseurs étrangers. La Russie était l’un des principaux fournisseurs », a indiqué l’interlocuteur du média.

Les États-Unis et leurs alliés cherchent à « identifier, exploiter et utiliser les immenses réserves » de titane en Ukraine. En cas de « victoire de l’Ukraine », les États-Unis aideront à créer un « nouveau canal de production de titane ». Une source anonyme du magazine déclare que le titane représente une « vulnérabilité clé » pour l’industrie militaire américaine.

En mars, la compagnie américaine Boeing a annoncé la suspension des achats de titane à la Russie et la fermeture des bureaux techniques dans ce pays.

Au cours de trois trimestres de 2022, les pertes nettes de Boeing ont été multipliées par 78, jusqu’à 4,3 milliards de dollars. Sachant que le revenu de l’entreprise s’est réduit de seulement 1,8%, à 47 milliards de dollars. Les experts expliquent la chute des indicateurs par la rupture de la coopération économique avec la Russie.

Pour les États-Unis, le titane est l’un des 35 minerais vitaux pour l’économie et la défense du pays. Sachant que près de 90% de tous les minerais arrivent aux États-Unis depuis l’étranger.

Alexandre Lemoine



Articles Par : Alexandre Lemoine

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]