La cause palestinienne orpheline. La Défaite du Droit international  

Image : Crédit : Cécile Le Grix (libre de droits)

Le Seigneur dit à Josué : « Ne crains pas, ne t’effraie pas !     (..) Alors vous, vous surgirez de l’embuscade et vous occuperez la ville : le Seigneur votre Dieu la livre entre vos mains.  Le Seigneur dit à Josué : « Tends vers Aï le javelot que tu as à la main : je te la livre. » Josué tendit vers la ville le javelot qu’il tenait et, dès qu’il eut tendu la main, les hommes   surgirent de leur position, ils coururent, entrèrent dans la ville, s’en emparèrent et y mirent immédiatement le feu. Alors, se retournant, les hommes de Aï virent la fumée de la ville monter dans le ciel. Ils ne pouvaient plus fuir, ni d’un côté ni de l’autre  Lorsqu’Israël eut achevé de tuer tous les habitants de Aï dans la campagne, dans le désert   lorsque tous, jusqu’au dernier, furent tombés sous le fil de l’épée, tout Israël revint vers Aï et la passa au fil de l’épée. Au total, douze mille hommes et femmes tombèrent ce jour-là,. Alors, Josué brûla Aï et en fit une ruine pour toujours, un lieu désolé jusqu’à ce jour ».

Le Livre de Josué

Résumé

 Au 10e jour des bombardements aveugles perpétrés par l’armée sioniste Gaza au bord de l’effondrement L’armée sioniste a confirmé qu’elle se préparait à une «prochaine étape» de son opération de représailles contre la population civile palestinienne. On est à se demander qu’elle est la finalité de cette punition. Pour rappel il s’agit de palestiniens qui las des atermoiements de l’Autorité Palestinienne que d’aucuns comparent aux supplétifs d’Israël, las d’une gouvernance par une autorité qui n’a plus de légitimité pour les Palestiniens mais considérés comme le seul interlocuteur pour les Occidentaux. 

  Si on y ajoute les pays arabes qui ne veulent pas que le conflit ne dégénère encore  plus mais qui réduisent le problème de l’Etat palestinien à un problème d’intendance avec le secret espoir que les pays vassaux qui ont été adoubés par les accords d’Abraham soient rejoints par d’autres ; Ce sera alors le business as usual , les Palestiniens rentreront dans le rang pour quelques dollars de plus. Est-ce là le rêve d’une Palestine Etat avec Jerusalem comme capitale ? L’acharnement israélien serait peut être à lier au  Livre de Josué   dans les massacres du peuple palestinien Pitié et justice pour le Peuple de Palestine 

Le Livre de Josué : Une explication de l’acharnement sur un peuple sans défense ?

 A voir l’acharnement à massacrer un peuple sans défense, nous fait penser à la réaction de l’Abbé Pierre à la lecture du  Livre de Josué : Nous lisons : « Parmi les livres bibliques qui posent problème   on trouve au premier rang le livre de Josué. En effet le peuple d’Israël, et surtout son Dieu, semblent faire preuve d’un militarisme et d’une cruauté hors du commun. Il y est question de massacres de villes entières et de commandements divins exigeant l’extermination des populations locales. Encore tout récemment 1’Abbé Pierre,  avait dénoncé la violence insupportable du livre de Josué. L’abbé Pierre avait vu dans la conquête de Canaan menée par Josué le premier génocide de l’humanité.   Il est vrai que le livre de Josué a été utilisé pour légitimer toutes sortes  d’atrocités. Les colons blancs arrivant aux Amériques s’identifièrent au peuple élu et la traversée de l’Atlantique fut vécue comme une nouvelle traversée de la Mer rouge, voire du Jourdain. Du coup, les Indiens autochtones furent assimilés aux cananéens idolâtres et leur extermination devint quasiment une nécessité théologique.  Le même modèle idéologique fut appliqué par les Boers   en Afrique du Sud, et il se trouva même des théologiens qui justifièrent le système de 1′ apartheid en se référant au traitement que les Israélites auraient infligé aux autochtones lors de la conquête de Canaan.  Aujourd’hui encore, une minorité de colons juifs fanatiques aimerait appliquer le « modèle » de Josué à la population palestinienne. Que faut-il faire avec un livre qui est à l’origine de tant d’atrocités ? »  (1)

Déconstruction d’une histoire mythique

Pour aller plus loin il est nécessaire de déconstruire le narratif du récit de l’identité juive : Cette excellente contribution d’un historien juif – il faut le souligner car la démocratie existe pour les Juifs entre eux- :

« Les Juifs forment-ils un peuple ? A cette question ancienne, un historien israélien apporte une réponse nouvelle. Tout Israélien sait, sans l’ombre d’un doute, que le peuple juif existe depuis qu’il a reçu la Torah   dans le Sinaï, et qu’il en est le descendant direct et exclusif. Chacun se persuade que ce peuple, sorti d’Egypte, s’est fixé sur la « terre promise ».  De même, nul n’ignore qu’il a connu l’exil à deux reprises :   S’ensuivit pour lui une errance de près de deux mille ans : ses tribulations le menèrent au Yémen, au Maroc, en Espagne, en Allemagne, en Pologne et jusqu’au fin fond de la Russie, mais il parvint toujours à préserver les liens du sang entre ses communautés éloignées. (..) Vierge, la Palestine attendait que son peuple originel vienne la faire refleurir. Car elle lui appartenait, et non à cette minorité arabe, dépourvue d’histoire, arrivée là par hasard. Justes étaient donc les guerres menées par le peuple errant pour reprendre possession de sa terre ; et criminelle l’opposition violente de la population locale » (2).

Les Juifs sont comme les Palestiniens  sont des Cananéens

«  D’où vient cette interprétation de l’histoire juive ? poursuit le professeur Schlomo Sand Elle est l’œuvre, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, de talentueux reconstructeurs du passé, dont l’imagination fertile a inventé, sur la base de morceaux de mémoire religieuse, juive et chrétienne, un enchaînement généalogique continu pour le peuple juif  Lorsque apparaissaient des découvertes susceptibles de contredire l’image du passé linéaire, elles ne bénéficiaient quasiment d’aucun écho.   Pour les historiens :  , est juif tout descendant du peuple contraint à l’exil il y a deux mille ans.  (…) Mais voilà qu’au cours des années 1980 la terre tremble, ébranlant ces mythes fondateurs. Les découvertes de la « nouvelle archéologie » contredisent la possibilité d’un grand exode au XIIIe siècle avant notre ère.   Il n’existe pas non plus de signe ou de souvenir du somptueux royaume de David et de Salomon  L’exil de l’an 70 de notre ère a-t-il, lui, effectivement eu lieu ? Paradoxalement, cet « événement fondateur » dans l’histoire des Juifs (…)  les Romains n’ont jamais exilé de peuple sur tout le flanc oriental de la Méditerranée. A l’exception des prisonniers réduits en esclavage, les habitants de Judée continuèrent de vivre sur leurs terres, même après la destruction du second temple. Une partie d’entre eux se convertit au christianisme au IVe siècle, tandis que la grande majorité se rallia à l’islam lors de la conquête arabe au VIIe siècle.   Yitzhak Ben Zvi, futur président de l’Etat d’Israël, tout comme David Ben Gourion,  , l’ont-ils écrit jusqu’en 1929, année de la grande révolte palestinienne. Tous deux mentionnent à plusieurs reprises le fait que les paysans de Palestine sont les descendants des habitants de l’antique Judée »  (2)

«  Au Ve siècle apparaît ainsi, à l’emplacement de l’actuel Yémen, un royaume juif vigoureux du nom de Himyar,   De même, les chroniqueurs arabes nous apprennent l’existence, au VIIe siècle, de tribus berbères judaïsées : face à la poussée arabe, qui atteint l’Afrique du Nord à la fin de ce même siècle, apparaît la figure légendaire de la reine juive Dihya el-Kahina, qui tenta de l’enrayer. Des Berbères judaïsés vont prendre part à la conquête de la péninsule Ibérique, et y poser les fondements de la symbiose particulière entre juifs et musulmans, caractéristique de la culture hispano-arabe. (…)  Israël, soixante ans après sa fondation, refuse de se concevoir comme une république existant pour ses citoyens (…)  Autrement dit, une ethnocratie sans frontières justifie la sévère discrimination qu’elle pratique à l’encontre d’une partie de ses citoyens en invoquant le mythe de la nation éternelle, reconstituée pour se rassembler sur la « terre de ses ancêtres ».  (2) 

Neturei Karta :La mauvaise conscience des sionistes

On comprend dans ces conditions comment des Juifs  se dressent au nom du droit contre l’Etat sioniste Amar Djerrad  en parle : « Parmi les organisations qui luttent activement en ce XXIe siècle, il en existe une, paradoxalement juive, qui lutte au côté du peuple palestinien pour se défaire du joug colonial israélien, «État» né d’une forfaiture légalisée par l’ONU. Il s’agit de l’organisation dénommée Neturei Karta qui regroupe des juifs, qui refusent le sionisme, prône un État palestinien et le démantèlement de «l’État d’Israël» qu’ils considèrent contraire à l’enseignement de la Torah. Ils sont des centaines de milliers dans le monde (principalement à New York) et en Israël. Son leader, le rabbin Moshe Hirsch, était devenu l’un des dirigeants de ce groupe en 1974  Proche de Yasser Arafat, il avait été son ministre des Affaires juives Ce rabbin, véritablement religieux, juste et fidèle à ses principes, a, toute sa vie durant, été aux côtés des Palestiniens contre le sionisme,   

«Bien sûr, car la Palestine appartient aux Palestiniens. L’idée d’une solution provisoire avec deux États côte à côte n’est ni juste ni viable. Et les sionistes ne sont pas les représentants des juifs. Ce sont des imposteurs ! Une fois l’État d’Israël démantelé, nous sommes convaincus que les citoyens de toute confession auront leur place dans le nouvel État, s’ils respectent les lois». Contrairement à ce que l’on peut penser, ces propos émanent du rabbin new-yorkais Yisroel Dovid Weiss, membre de l’organisation dénommée Neturei Karta (Gardiens du Temple)» (3).

Les organisations juives américaines en force dans les manifestations anti Israël

Aux cris de « Libérez, libérez la Palestine », plusieurs milliers de personnes ont manifesté vendredi en plein cœur de New York pour réclamer la fin de la « colonisation israélienne » et dénoncer le soutien des Etats-Unis à Israël, tout en exprimant leurs craintes face aux opérations militaires à Gaza. En majorité jeunes, et de toutes origines, portant keffiehs et foulards mais aussi chapeau juif et barbes, les manifestants ont appelé à la « libération » de la « Palestine » et accusé Israël de « génocide De nombreuses pancartes appellent à mettre fin à un « génocide » ou à un « apartheid » de la part d’Israël (…) A l’extrême-gauche, Jewish Voice for Peace a noté que « l’apartheid et l’occupation israéliennes – et la complicité des États-Unis dans cette oppression – sont la source de toutes ces violences ».  , La communauté juive américaine, de loin la principale diaspora juive dans le monde, tourne de plus en plus le dos à Israël, à sa politique vis-à-vis des Palestiniens et à sa politique « identitaire » (4)  

Histoire de l’effritement de cause palestinienne par les Arabes 

D’Ibn Saoud à  Fayçal et Khaled et Selman   à MBS  la détérioration  de la cause palestinienne  est une réalitéSans revenir sur les fondements de la cause palestinienne depuis plus d’un siècle avec l’ignominie de la déclaration de Balfour où ce dernier pour la deuxième fois après Dieu fait cadeau d’une terre qui n’est pas la sienne aux sionistes  Il fut cependant une période que l’on peut évaluer à une trentaine d’années , où la cause palestinienne était l’une des causes qui unifiait les Arabes Nous allons décrire trois évènements fondateurs qui font que la cause palestinienne a perdu inexorablement en soutien  pour dévenir l’objet de tractations marchandes dans le cadre de ce qui est appelé les accords d’Abraham.

L’entente d’ IbnAl Saoudet de Franklin Roosvelt

« Les Promesses du président  Roosevelt à Ibn Saoud sur le croiseur le Quincy méritent d’être rappelées : « C’est sur le Quincy, écrit l’historien Henry Laurens que Franklin Roosevelt, de retour de Yalta, a rencontré le premier roi d’Arabie saoudite, Abdel Aziz Al-Saoud, le 14 février 1945 La première question abordée a été celle des juifs de Palestine. Les deux chefs d’État sont plutôt d’accord en ce qui concerne les réfugiés juifs en Europe : Ibn Saoud marque que les Arabes sont prêts à mourir plutôt qu’à céder la Palestine. C’est alors que Roosevelt prend le seul engagement ; Il  souhaite assurer au roi qu’il ne fera rien pour aider les juifs contre les Arabes et ne mènera aucune action hostile au peuple arabe. (…)  À son retour, il affirmera qu’il a davantage appris sur la Palestine en cinq minutes de la part d’Ibn Saoud que dans toute sa vie précédente .les Arabes ne voulaient pas un juif de plus en Palestine»  (5) . le roi  Fayçal continue sur le même registre de la nécessité d’une patrie palestinienne. A ses visiteurs Fayçal formulait chaque fois le vœu de prier à Jérusalem à la Mosquée d’El Aqsa. »

Le Président Sadateà la Knesset

La guerre de 1947 que les Arabes perdirent permis à Israël d’augmenter la superficie du Territoire ce qui sera concrétisé par l’indépendance d’Israël en mai 1948. Ce fut alors la mise en œuvre  de la Nekba d’une transhumance un million de réfugiés furent expulsés qui s’installèrent  dans les pays voisins. Ce fut de fait fait d’une épuration ethnique.   Les Palestiniens se souviendront longtemps des massacres de Deir Yassin la  création de l’Etat d’Israël le 14 mai 1948  avec une partition qui favorise Israël .   . Deux guerres plus tard  1967 et 1973 perdus  n’ont pas fait bouger les lignes dans le sens de la conformité d’Israël aux résolutions du 22 novembre 1967 En 1977, le président égyptien Anouar el-Sadate entreprend un voyage à Jérusalem. Il veut abattre le mur, un mur psychologique, entre Arabes et Israéliens. Contrairement   Nasser, Sadate dit oui  à des négociations de paix entre les deux pays. Les Américains avec la politique des petits pas,  de Kissinger amenèrent l’Egypte à Camp David et sortir du champ de bataille . 

C’est à cette époque que fut constituer le Front du Refus, composé du Yémen , de la Libye, de la Syrie et de l’Algérie..  De plus pour exclure l’Egypte, Le siège de la  Ligue arabe,   est  déplacé    du Caire vers Tunis. Quelques années plus tard, curieusement les motifs du changement étaient toujours en  vigueur et l’Egypte a pu récupérer le siège avec toujours un  Secrétaire de la Ligue Arabe  égyptien , inamovible. après l’intermède tunisienne

 L’Initiative de paix arabe 

Les pays arabes proposèrent en 2002 une initiative censée régler le probmlème palestinens   Réaffirmant la décision du Sommet extraordinaire de la Ligue arabe tenu au Caire en juin 1996, selon laquelle une paix juste et globale représente un choix stratégique pour les Etats arabes, à réaliser dans la légalité internationale et nécessitant un engagement équivalent à cet égard de la part d’Israël,   principe  » terres contre paix « , et demandé ainsi qu’Israël accepte l’avènement d’un Etat palestinien indépendant et souverain avec pour capitale Jérusalem-Est, en contrepartie de l’établissement par les Etats arabes de relations normales dans le contexte d’une paix globale avec Israël,  Partant de la conviction qu’une solution militaire du conflit n’établira pas la paix, pas plus qu’elle n’assurera la sécurité d’aucune des parties, 

1. Demande à Israël de réexaminer ses politiques et de pencher vers la paix,  

2. Demande en outre à Israël : (a) De se retirer intégralement des territoires arabes occupés, y compris le Golan syrien, jusqu’à la ligne du 4 juin 1967, et    (b) De parvenir à une solution juste et agréée au problème des réfugiés palestiniens conformément à la Résolution 194 (III) (c) D’accepter la création d’un Etat palestinien indépendant et souverain dans les territoires palestiniens occupés depuis le 4 juin 1967 en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, avec pour capitale Jérusalem-Est ; 

3. S’engage alors à ce que les Etats arabes ; (a) Considèrent que le conflit israélo-arabe a pris fin et participent à un accord de paix entre eux et Israël tout en assurant la sécurité de tous les Etats de la région ;  (b) Etablissent des relations normales avec Israël dans le contexte de cette paix globale ;  6. Invite la communauté internationale et tous les Etats et organisations qui la composent à appuyer cette initiative » (6) 

Selon le porte-parole de Bush, Ari Fleischer, « le président a salué les idées du prince héritier concernant la pleine normalisation arabo-israélienne Benjamin Netanyahu aurait rejeté l’initiative en 2007 alors qu’il était chef de l’opposition israélienne. Les sondages du peuple palestinien ont révélé un large soutien au plan.   l’Initiative de paix arabe a reçu les éloges des chefs d’État du monde entier, des organisations internationales. (7) 

Rien n’y fit ! Ce sera ensuite la Jordanie en 1994  et les pays du format des Accords d’Abraham, le plus enthousiaste dans sa reddition  sera les Emirats Arabes Unis, ensuite Bahreïn, Le Maroc, le Soudan, en attendant l’accord du siècle avec la signature de l’Accord de reddition par l’Arabie Saoudite le   un instant remise en  cause par l’attaque de Hamas.   

Accords d’Abraham : quel bilan, 3 ans après ?

C’était il y a trois ans jour pour jour. À Washington, aux côtés de Donald Trump, les représentants des Émirats arabes unis, de Bahreïn et d’Israël signaient les accords d’Abraham. Un texte qui officialisait la normalisation des liens diplomatiques entre ces pays,   À l’époque, l’accord était décrit comme « un texte historique » par certains et « un acte de trahison envers les Palestiniens » par d’autres. L’ambassadeur d’Israël aux Émirats arabes unis, Amir Hayek, a déclaré lors d’une interview sur i24NEWS  que davantage de pays rejoindront les accords d’Abraham,   et que les relations entre l’État juif et les États du Golfe sont « une voiture roulant à toute allure sans marche arrière ».  « Nous entretenons d’excellentes relations avec les Émiratis. Nous avançons, c’est comme une start-up qui va devenir une licorne »  (8) 

« Ryad voyait des avantages à normaliser ses liens avec Israël Interrogé sur le nucléaire, le ministre saoudien des Affaires étrangères saoudien a déclaré que le royaume préfère le soutien américain. Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, a déclaré que la normalisation des relations entre Ryad et Israël apporterait des avantages significatifs à la région  L’Arabie saoudite s’est montrée disposée à envisager l’idée, mais demande plusieurs concessions importantes de la part des États-Unis. Outre la coopération sur le programme nucléaire  Ryad attend également des garanties économiques et de sécurité de la part de l’administration Biden » (9)    

La redditionpour quelques dollars de plus

Graduellement la cause palestinienne est sorti de l’écran radar des  préoccupations. Les Etats Unis sous l’ère Trump, mettent en  œuvre les Accords d’Abraham. D’un problème de lutte pour une Terre, les stratèges américains en ont fait une affaire de gros sous. Il fallait faire adhérer des pays arabes. En plus d la Jordanie qui a normalisé ses relations en 1994,  Ce seront les Emirats Arabes Unis, le Bahrein.  Le  Maroc , à qui le président Trump a offert le sahara Occidental pour prix de son intégration. S’agissant des  avec une Autorité Palestinienne en fin de règne et qui fait le boulot de la police pour le  compte d’Israël, qui se sent pousser des ailes avec des constructions de nouvelles colonies sur ce qui reste de la Palestine avec ne prime, le siège de l’ambassade américaine à Jérusalem. Les Palestiniens voient la perspective de disposer d’une patrie s’éloigner .

Parallèlement, on réduit les revendications d’une patrie palestinienne à un problème marchand. C’est en tout cas, l’affirmation à haute voie d’une reddition sonnante et trébuchante  Ghaith al-Omari ex négociateur devenu chercheur dans un centre de réflexion aux Etats Unis déclare :

« Aujourd’hui, à Gaza ou en Cisjordanie occupée, la situation est totalement désespérée pour les jeunes Palestiniens  il suggère que les Palestiniens coopèrent avec Israël en taisant toute velléité d’autonomie :   (…) Il faut réformer l’Autorité palestinienne et faire renaître l’espoir dans la validité de la coopération en encourageant les initiatives économiques conjointes et en poursuivant la coopération en matière de sécurité  «les leaders palestiniens ne réalisent pas que la région est en train de changer».: «Nous assistons à une toute nouvelle façon de faire de la politique au Moyen-Orient,  Ghaith al-Omari ne propose pas autre chose qu’une reddition en rase compagne sous l’aile protectrice des Accords d’Abraham » (10).

C’est en tout cas, l’affirmation à haute voie d’une reddition sonnante et trébuchante  Ghaith al-Omari ex négociateur devenu chercheur dans un centre de réflexion aux Etats Unis déclare :

« Aujourd’hui, à Gaza ou en Cisjordanie occupée, la situation est totalement désespérée pour les jeunes Palestiniens  il suggère que les Palestiniens coopèrent avec Israël en taisant toute velléité d’autonomie :   (…) Il faut réformer l’Autorité palestinienne et faire renaître l’espoir dans la validité de la coopération en encourageant les initiatives économiques conjointes et en poursuivant la coopération en matière de sécurité  «les leaders palestiniens ne réalisent pas que la région est en train de changer».: «Nous assistons à une toute nouvelle façon de faire de la politique au Moyen-Orient,  Ghaith al-Omari ne propose pas autre chose qu’une reddition en rase compagne sous l’aile protectrice des Accords d’Abraham. » (10).   

Une nouvelle ère en Arabie saoudite ?

Il y a à peine 15 jours tout était pour le mieux le Monde s’attendait au scoop de normalisaiton entre l’Arabie Saoudite et Israel. Le prince héritier saoudien « MBS » se dit optimiste sur la normalisation avec Israël Une délégation gouvernementale israélienne organise des prières juives en effet Le ministre des Communications Shlomo Karhi, à Riyad pour la conférence postale de l’ONU, s’est joint au Minyan pour Souccot, avec un rouleau de la Torah   dédié au dirigeant du royaume qui s’achemine progressivement vers la normalisation de ses relations avec l’Etat juif. (11)

Le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman a apporté, sur la chaîne conservatrice américaine Fox News, son soutien aux négociations menées par l’administration Biden en vue d’un accord de normalisation avec Israël. « Chaque jour, nous nous rapprochons [d’un   Si l’administration Biden réussit, je pense que ce sera l’accord le plus important depuis la guerre froide. » « Nous espérons [que les négociations] aboutiront à un résultat qui facilitera la vie des Palestiniens et qui permettra à Israël de jouer un rôle au Moyen-Orient », a poursuivi MBS. Parlant de « besoins » plutôt que de droits, il a paru très loin de conditionner la reconnaissance d’Israël à la création d’un Etat palestinien, comme le prévoit le plan de paix arabe de 2002, œuvre du défunt prince héritier Abdallah »,   Cependant Il ne faut pas croire que la normalisation est récente, les prémisses sont anciennes  au moins depuis 2020 Le premier ministre israélien a rendu visite au prince héritier, Mohammed ben Salmane. L’Arabie saoudite dément cette rencontre qui pourrait être la première visite d’un Premier ministre israélien en Arabie saoudite » (12).

Le revirement de l’Arabie Saoudite 

Le « revirement  conjoncturel » de l’Arabie Saoudite

L’attaque de Hamas en territoire israélien et les conséquences tragiques avec les milliers de morts,  de part et d’autres ont amené l’Arabie saoudite de MBS à changer de fusil d’épaule Changement total de comportement l’Arabie Saoudite met entre parenthèse ses relations avec Israël le temps d’éteindre le brûlot ghazaoui : À l’ONU.  L’Arabie saoudite a appelé  à un cessez-le-feu immédiat à Gaza, tout en condamnant les attaques contre les civils. Elle a rejeté les appels à «l’expulsion des Palestiniens de Gaza», soutenant que l’occupation israélienne continue de la Palestine et ses provocations «répétitives et systématiques» dans les Lieux saints ont alimenté le conflit.  Le prince Faisal ben Khaled,   appelle également à la levée des sanctions et du blocus imposés à Gaza, ainsi qu’à la fourniture d’une aide humanitaire essentielle, soulignant que priver les Palestiniens de ces besoins humains fondamentaux est une violation du droit humanitaire international.  Il a exprimé les préoccupations du Royaume concernant l’occupation israélienne et ses répercussions économiques sur la vie des Palestiniens et des Syriens sur le plateau du Golan.

«La cause palestinienne était et est toujours la cause centrale des Arabes et des musulmans. Elle figure en tête des priorités du royaume d’Arabie saoudite en matière de politique étrangère», déclare le prince Faisal.  Une solution juste et globale à la question palestinienne est essentielle pour répondre aux demandes légitimes du peuple palestinien et des Syriens du Golan, notamment la pleine souveraineté sur leurs terres et leurs ressources, conformément aux décisions internationales,  Le Royaume a récemment fait don d’1,2 milliard de  à l’Office de secours et de travaux des nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient. » (13) 

Il reste à savoir si cette position est pérenne et si elle résistera aux Accords d’Abraham que l’Arabie Saoudite était prête à signer

Les massacres  de masse prélude à une deuxième Nekba ?

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a assimilé un tel «déplacement» des gazouis  à une «deuxième Nakba», en référence à l’exode de quelque 760.000 Palestiniens, lors de la création en 1948 de l’entité sioniste.  « Il est désormais confirmé écrit Pepe Escobar que les services de renseignements égyptiens ont averti leurs homologues israéliens trois jours seulement avant le Déluge d’Al-Aqsa que quelque chose de «gros» se préparait du côté du Hamas. Tel-Aviv, son appareil de sécurité de plusieurs milliards de dollars et les FDI, «l’armée la plus puissante du monde», ont choisi de l’ignorer. Deux vecteurs clés ont ainsi été mis en place. Tel-Aviv obtient son prétexte de «Pearl Harbor» pour mettre en œuvre une «guerre contre le terrorisme» remixée, ainsi qu’une sorte de solution finale au «problème de Gaza» (déjà en vigueur). L’Hégémon change brusquement la narration pour s’éloigner de l’humiliation conjointe, inévitable et cosmique de la Maison-Blanche et de l’OTAN dans les steppes de Novorossiya – une défaite stratégique qui configure l’humiliation précédente en Afghanistan comme un bal masqué à Disneyland.(14)

Le blocus total des «animaux humains» (copyright ministère de la Défense israélien) de Gaza, en fait une population civile de 2,3 millions d’habitants, a été imposé lundi dernier. Pas de nourriture, pas d’eau, pas de carburant, pas de produits de base. Il s’agit d’un crime de guerre et d’un crime contre l’humanité, qui bouscule les quatre principes fondamentaux du droit des conflits armés (DCA) – le tout dûment applaudi   par l’OTAN et les médias dominants contrôlés par les oligarques qui l’accompagnent. Chrétiens, musulmans, juifs et autres groupes ethniques ont vécu pacifiquement en Palestine pendant des siècles jusqu’à l’imposition du projet raciste sioniste, avec tous les attributs du colonialisme de peuplement, «diviser pour régner». La Nakba est un vieux souvenir datant d’il y a 75 ans. Nous sommes aujourd’hui bien au-delà de l’apartheid – et nous entrons dans l’exclusion totale et l’expulsion des Palestiniens de leur patrie. En janvier 2023, le Premier ministre israélien Netanyahou a lui-même souligné que «le peuple juif a un droit exclusif et incontestable sur toutes les régions de la Terre d’Israël». » (14) 

Comment se présente l’avenir ? 

Il  serait tragique de ne pas mettre à profit ces évènements pour poser les bases d’une solution à deux Etats , et revenir  à l’initiative arabe de 2002 .C’est à dire revenir à l’application des résolutions consacrant les frontières de 1967, avec la résolution le problème des réfugies mais aussi en consacrant  Jérusalem comme capitale de deux Etats. Rien n’interdirait  alors une  normalisation des relations entre Israël et tout les pays arabes. Car, il devient de plus en  plus claire que plus rien ne sera comme avant. Les Etats Unis sont de fait en train de gérer l’ingérable s’entêtant à une vision passéiste de l’empire qui pouvait dicter la norme :

« Le rêve de l’establishment américain de la Pax Americana établi est en train de s’effondrer. C’est ce qu’ont déclaré les auteurs de plusieurs grands médias, tels que Bloomberg et Politico, après la reprise du conflit entre Israël et la Palestine.  Les États-Unis ont déjà perdu leur statut de gendarme du monde. Dans un avenir proche, ils perdront leur statut de première économie. Les États-Unis ont réagi très vite après l’attaque du Hamas contre Israël Joe Biden a promis un soutien «inébranlable» à Israël les ressources militaires américaines ne sont pas inépuisables. Personne ne sait pour combien de temps les États-Unis devront se tenir aux côtés des Israéliens » (15),

Nous empruntons à un collègue   politologue algéro canadien : « Concernant l’avenir 3 scénarios sont traités.-Un scénario au fil de l’eau avec la poursuite des combats avec Gaza et Hamas. Le baril est déjà monté et beaucoup d’indicateurs régionaux se sont dégradé.. – un scénario avec une implication du Hizbollah où le baril monte de 3 $ et où tous les autres indicateurs se dégradent un peu. Dans le cas d’un scénario où l’Iran s’implique.  c’est l’apocalypse économique, une guerre régionale avec un baril à 150$ et une perte de contrôle mondial sur l’économie.  Le président  Poutine, contrairement au président Biden,  propose et l’UE le rejoint de découpler et de dépolitiser les questions humanitaires de celle des otages américains puis israéliens.  il propose à moyen terme de résoudre la question palestinienne en application des résolutions déjà adoptées »  Ce serait enfin rendre justice au peuple palestinien qui accepte de vivre sur les 18% de sa Terre originelle.

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique

 

Notes :

1.https://serval.unil.ch/resource/serval:BIB_8168.P001/REF.pdf

2.Shlomo Sand https://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/SAND/16205 

3.Amar Djerrad https://reseauinternational.net/occident-sionise-bravades-grossieres-par-orgueil-desespere/

4.https://www.lesoirdalgerie.com/actualites/les-organisations-juives-americaines-en-force-dans-les-manifestations-anti-israel-106584

5.Henry Laurens https://orientxxi.info/magazine/de-quoi-parlaient-le-president-americain-et-le-roi-saoudien-en-fevrier-1945,1213 23 février 2016

6.https://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2004_2009/documents/dv/copo20070702_the_arab_peace_initiative_/copo20070702_the_arab_peace_initiative_fr.pdf

7.https://fr.wikipedia.org/wiki/Initiative_de_paix_arabe 

8..https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/1694755555-d-autres-pays-rejoindront-les-accords-d-abraham-declare-l-ambassadeur-d-israel-aux-emirats-a-i24news

9.Andrés Allemand Smaller  https://www.tdg.ch/a-quoi-rime-la-paix-israelo-saoudienne-de-joe-biden-319077341499 9 06 2023

10.https://www.france 24. com/fr/moyen-orient/20230326-%C3%A0-gaza-ou-en-cisjordanie-la-situation-est-totalement-%C3%A9sesp%C3%A9r%C3%A9e-pour-les-jeunes-palestiniens

11.Hélène Sallon https://www.lemonde.fr/international/article/2023/09/21/sur-fox-news-mbs-se-dit-optimiste-sur-la-normalisation-avec-israel_6190289_3210.html

12. https://www.tdg.ch/visite-secrete-de-netanyahou-en-arabie-saoudite-490941927193 23.11.2020

13.https://www.arabnews.fr/node/435506/monde-arabe   

14.Pepe Escobar   https://reseauinternational.net/mener-vers-la-solution-finale/   16 10 2023

15.Luc Michel Https://reseauinternational.net/les-etats-unis-empetres-au-moyen-orient-russes-et-chinois-se-frottent-les-mains/ 17 10 2023 

16.Entretien avec le professeur M.Z expert alégro-canadien en géopolitique  14 octobre  

Article de référence: Chems Eddine Chitour http://www.lequotidien-oran.com/?news=5324568



Articles Par : Chems Eddine Chitour

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]