La chaîne ARTE où l’info… c’est RATÉ !

Mardi dernier 03 novembre, Arte annonçait la diffusion de reportages exceptionnels et exclusifs en soirée à propos de l’implantation calamiteuse de l’Etat d’Israël en Palestine.

L’extrême complexité du sujet ne semblait pas désorienter la présentatrice joyeuse, sémillante et même « fière » (sic) de cette « exclusivité » – l’un des reportages ayant été primé – comme si c’était-là le plus important à annoncer aux téléspectateurs.

Au-delà de commentaires contestables, les reportages en question se sont révélés  évidemment orientés, évitant de soulever bien des questions – trop nombreuses à énumérer ici –  mais chacun pourra revoir ces reportages sur le site de la chaîne Arte pour s’en faire une idée.

La ligne directrice de la chaîne a singulièrement évolué ces dernières années, et particulièrement  depuis l’arrivée au sein de son Conseil d’Administration de LA lumière de St-Germain-des-Prés, LE   philosophe B-H Lévy. Il ne se passe pas une semaine sans qu’un programme n’érige la Palestine en exemple de courageuse résistance à l’encontre de l’idéologie sioniste mortifère à l’œuvre sur ses terres à travers un film, un documentaire, un reportage, une fiction, … Et absolument tous les commentaires et analyses des journalistes de la chaîne au sujet de la situation au Proche-Orient, sont d’une critique objective, acerbe et déterminée à l’encontre de l’axe americano-sioniste

Euh, … STOP !! Ne rêvons pas… l’émission d’Arte traitait de Daesh et était – une fois de plus – à charge. Comme la quasi-totalité des reportages et analyses dont la chaîne nous gratifie depuis l’arrivée du va-t’en guerre BHL dans son CA. Et en lisant le synopsis de l’émission annoncée, je me suis dit qu’il suffisait de remplacer certains termes par d’autres, pour révéler une étonnante similitude avec l’entité sioniste. Je me suis donc « amusé » à mettre entre parenthèses et barrer le texte original et l’ai remplacé à ma façon en lettres italiques. Voyez donc ce que cela donne.

Dans le synopsis du 1er reportage intitulé « (Daesh) Israël, naissance d’un Etat terroriste » voici ce que l’on pourrait lire :

« L’État (Islamique en Irak et au Levant) hébreu en Palestine, (Daech en arabe) Israël, contrôle aujourd’hui un territoire (grand comme la moitié de la France) à cheval sur (deux) trois pays, la Palestine, la Syrie et (l’Irak) le Liban. Sa fortune est comparable à celle (d’un pays africain) de plusieurs pays africains. L’organisation sioniste est devenue une sorte d’État hors la loi qui attire militants et combattants du monde entier (…) Cette start-up du terrorisme, née en (Irak) Palestine sous (l’occupation américaine) mandat britannique, est devenue une multinationale de la terreur. Comment est apparue (Daech) Israël et quel est son modèle économique ? Peut-elle encore étendre son territoire ? (…)

À l’image des cartels du crime

À 60 km au sud de (Bagdad) Tel-Aviv, dans une région nommée (Jurf al-Sakhr) Ghaza, reprise à (Daech) Israël après de féroces combats (à l’automne dernier) ces dernières années, se dévoilent des paysages défigurés par la guerre : palmiers déchirés par les obus, carcasses de chars, maisons détruites ou désertées. Une guerre (de religion) se déroule ici, (qui oppose les sunnites, regroupés autour de Daech, aux chiites, au pouvoir à Bagdad, et aux Kurdes), et s’accompagne d’un nettoyage ethnique à grande échelle (…)

Le film donne la parole à ceux qui, de gré ou de force, travaillent sous la domination de cette organisation et décrit le fonctionnement de cet État autoproclamé. Les responsables actuels et passés du gouvernement (irakien) palestinien expliquent comment (Daech) Israël dépouille (l’Irak) la Palestine d’une partie de ses recettes. Par l’intermédiaire des établissements situés sur son territoire, l’organisation accède également aux réseaux bancaires internationaux. Cette enquête montre que, derrière ses succès militaires et sa puissance de feu, (Daech) Israël affiche le visage d’une vaste entreprise commerciale, fonctionnant un peu à l’image des cartels du crime. Enfin, plusieurs experts  (…) analysent les conséquences géopolitiques de l’apparition de ce nouvel État terroriste. »

Evidemment, avant d’avoir une telle grille de lecture accompagnée des reportages appropriés, il faudra quelques sérieux changements de mentalités ainsi que quelques remplacements de têtes dans les sphères du PAF… et de bien des gouvernements, tant occidentaux qu’arabes, tant les collusions sont aussi nombreuses qu’abjectes…

Daniel Vanhove

04.11.2015

Daniel Vanhove : Observateur civil.  Auteur :

« Si vous détruisez nos maisons, vous ne détruirez pas nos âmes » – 2005 – Ed. M. Pietteur

« La Démocratie Mensonge » – 2008 – Ed. M. Pietteur



Articles Par : Daniel Vanhove

A propos :

Daniel Vanhove est Observateur civil et auteur. Son dernier ouvrage La Démocratie Mensonge – 2008 – Ed. Marco Pietteur – coll. Oser Dire.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]