Print

La Chine débute les exercices militaires autour de Taïwan
Par Mikhail Gamandiy-Egorov
Mondialisation.ca, 07 août 2022
Observateur continental 5 août 2022
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/la-chine-debute-les-exercices-militaires-autour-de-taiwan/5670343

La République populaire de Chine a débuté d’importants exercices militaires autour de l’île de Taïwan. Ces exercices représentent l’une des réponses à la récente visite d’une responsable US à Taipei, considérée comme une ligne rouge par les autorités chinoises.

L’Armée populaire de libération – nom officiel des Forces armées de la République populaire de Chine – mènera d’importants exercices militaires et des activités d’entrainement, y compris des exercices à balles réelles, dont les coordonnées ont été annoncés dans un communiqué publié par l’agence de presse Xinhua. En ajoutant que des pour des raisons de sécurité, il est interdit aux navires et aux aéronefs d’entrer dans les zones maritimes et l’espace aérien susmentionnées.

Pour la première fois, la Chine a en outre fait démonstration de missiles hypersoniques DF-17 dans le cadre des manœuvres militaires en question. Du côté du régime de Taipei, il a été confirmé que la RPC a lancé 11 missiles balistiques Dongfeng dans les eaux entourant Taïwan, écrit South China Morning Post.

Cela constitue l’une des premières réponses de Pékin suite à la provocation évidente de l’establishment étasunien. Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a de son côté annoncé que les contre-mesures de la Chine à l’encontre de la visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, seront résolues, fortes et efficaces.

Elle a également ajouté que la RPC prendrait toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder sa souveraineté et son intégrité territoriale. La partie étasunienne et les forces séparatistes de «l’indépendance» de Taïwan devront assumer toutes les conséquences qui en découlent. De son côté Wang Yi, chef de la diplomatie chinoise, avait indiqué que le plein retour de Taïwan à la Mère-Patrie est historiquement inévitable.

Selon lui, sous le prétexte de défendre une soi-disant «démocratie», la partie américaine commet l’acte odieux de violer la souveraineté de la Chine. En concluant que ceux qui jouent avec le feu finiront par se brûler et ceux qui violent la souveraineté de la Chine seront inévitablement pénalisés.

En termes de perspectives, s’il est évident que la visite de Pelosi à Taipei était une pure provocation à l’encontre de l’Etat et du peuple chinois, il n’en est pas moins que cela visait également deux autres objectifs, dans la pure tradition de l’establishment étasunien et occidental dans son ensemble: punir la Chine pour son alliance avec la Russie et de nombreux autres pays considérés comme adversaires de Washington et étant par ailleurs des partisans résolus de l’ordre multipolaire international. Et faire démonstration de la prétendue impunité du régime US.

Le seul souci pour les nostalgiques jusqu’au-boutistes de l’unipolarité, c’est qu’encore une fois et au-delà de l’arrogance au summum qui les caractérise, ils font preuve d’un manque évident d’intelligence stratégique, pour ne pas utiliser une autre expression. Car ne serait-ce que ladite visite donne désormais toutes les cartes en main à la Chine afin de prendre pleinement les mesures nécessaires qui frapperont définitivement les rêves des dits nostalgiques.

Faut-il le rappeler que la Chine est un pays privilégiant effectivement le dialogue diplomatique, avec une patience stratégique propre à la philosophie millénaire chinoise. Mais toute patience a ses limites. Et compte tenu de la ligne rouge complètement dépassée par les actions de Washington, il est à croire que la résolution de la question «taïwanaise» ne fera maintenant que s’accélérer, de manière logique et prévisible, dans le plein respect de la réalité historique et de la situation internationale. D’autant plus qu’au-delà des événements des derniers jours – 181 pays du monde ont des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine sur la base du principe d’une seule Chine, dont Taïwan fait donc partie intégrante.

Pour revenir aux exercices militaires en cours, nombreux sont les analystes qui les voient comme une répétition générale pour la Chine en vue de résoudre définitivement la question du retour de Taïwan dans le giron national. Si la RPC a jusqu’à maintenant toujours privilégié la résolution pacifique des dossiers conflictuels, désormais il est à croire que les choses ont définitivement changé. Le reste n’est plus qu’une question de temps. Mais encore une fois – fort certainement beaucoup moins long que prévu au départ.

Enfin, la situation actuelle est également une leçon pour tous les régimes qui ont misé sur la sous-traitance vis-à-vis des intérêts washingtoniens et atlantistes. Plus particulièrement sur le fait qu’en adhérant aux actions provocatrices et déstabilisatrices des donneurs d’ordres – il faudra assumer le choix de la posture sous-traitante jusqu’au bout et avec tout ce que cela implique.

Mikhail Gamandiy-Egorov

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.