La Chine et la Russie mettent en scène les Taliban

Pékin et Moscou font des heures supplémentaires pour effacer l’étiquette « terroriste » des Taliban et les considérer comme un mouvement politique légitime.

La première conférence de presse des Taliban après le tremblement de terre géopolitique du moment Saïgon du week-end dernier, menée par le porte-parole Zabihullah Mujahid, a en soi changé la donne.

Le contraste avec les conférences de presse décousues données à l’ambassade des Taliban à Islamabad après le 11 septembre et avant le début des bombardements américains ne pourrait être plus frappant, ce qui prouve que cette incarnation des Taliban est un animal politique entièrement nouveau.

Pourtant, certaines choses ne changent jamais. Les traductions anglaises restent atroces. Voici un bon résumé des principales déclarations des Taliban. Voici les points essentiels à retenir :

– Aucun problème pour les femmes de recevoir une éducation jusqu’à l’université et de continuer à travailler. Il leur suffit de porter le hijab, comme au Qatar ou en Iran. Pas besoin de porter une burqa. Les Taliban insistent sur le fait que « tous les droits des femmes seront garantis dans les limites de la loi islamique ».

– L’Émirat islamique « ne menace personne » et ne traitera personne en ennemi. Il est crucial de noter que la vengeance – un élément essentiel du code pachtounwali – sera abandonnée, ce qui est sans précédent. Il y aura une amnistie générale, y compris pour les personnes ayant travaillé pour l’ancien système aligné sur l’OTAN. Les traducteurs, par exemple, ne seront pas harcelés et n’auront pas besoin de quitter le pays.

– La sécurité des ambassades étrangères et des organisations internationales « est une priorité ». Les forces de sécurité spéciales des Taliban protégeront à la fois ceux qui quittent l’Afghanistan et ceux qui y restent.

– Un gouvernement islamique fort et inclusif sera formé. « Inclusif » est un code pour la participation des femmes et des chiites.

– Les médias étrangers pourront continuer à travailler sans être dérangés. Le gouvernement taliban autorisera les critiques et les débats publics. Mais « la liberté d’expression en Afghanistan doit être conforme aux valeurs islamiques ».

– L’Émirat islamique des Taliban veut la reconnaissance de la « communauté internationale » – code pour l’OTAN. L’écrasante majorité de l’Eurasie et du Sud global le reconnaîtra de toute façon.

Il est essentiel de noter, par exemple, l’intégration plus étroite de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) en pleine expansion – l’Iran est sur le point de devenir un membre à part entière, l’Afghanistan est un observateur – avec l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE).

La majorité absolue de l’Asie n’évitera pas les Taliban.

Pour mémoire, les Taliban ont également déclaré avoir pris tout l’Afghanistan en seulement 11 jours : c’est assez exact. Ils ont souligné « les très bonnes relations avec le Pakistan, la Russie et la Chine ».

Pourtant, les Taliban n’ont pas d’alliés officiels et ne font partie d’aucun bloc militaro-politique. Il est certain qu’ils « ne permettront pas à l’Afghanistan de devenir un refuge pour les terroristes internationaux ». C’est un code pour l’EI/Daech.

Sur la question clé de l’opium et de l’héroïne, les Taliban affirment qu’ils en interdiront la production.

Aussi surprenantes que soient ces déclarations, les Taliban ne sont pas entrés dans le détail des accords de développement économique et d’infrastructures, car ils auront besoin de nombreuses nouvelles industries, de nouveaux emplois et d’une amélioration des relations commerciales à l’échelle eurasienne. Cela sera probablement annoncé plus tard.

Cette première conférence de presse montre comment les Taliban assimilent rapidement les leçons essentielles de Moscou et de Pékin en matière de relations publiques et de médias, en mettant l’accent sur l’harmonie ethnique, le rôle des femmes, le rôle de la diplomatie et en désamorçant habilement, d’un seul coup, toute l’hystérie qui fait rage au sein de l’OTAN.

La prochaine étape de la guerre des relations publiques consistera à couper le lien mortel et sans preuve entre les Taliban et le 11 septembre ; ensuite, l’étiquette « organisation terroriste » disparaîtra et les Taliban en tant que mouvement politique seront pleinement légitimés.

Moscou et Pékin mettent méticuleusement en scène la réinsertion des Taliban dans la géopolitique régionale et mondiale. Cela signifie que l’OCS met en place l’ensemble du processus : La Russie et la Chine appliquent les décisions consensuelles qui ont été prises lors des réunions de l’OCS.

L’acteur clé auquel les Taliban s’adressent est Zamir Kabulov, l’envoyé spécial du président russe en Afghanistan. Dans un autre démenti du récit de l’OTAN, Kabulov a confirmé, par exemple, que « nous ne voyons aucune menace directe pour nos alliés en Asie centrale. Il n’y a aucun fait qui prouve le contraire ».

Le Beltway sera stupéfait d’apprendre que Zabulov a également révélé : « nous sommes depuis longtemps en pourparlers avec les Taliban sur les perspectives de développement après leur prise de pouvoir et ils ont confirmé à plusieurs reprises qu’ils n’ont aucune ambition extraterritoriale, ils ont tiré les leçons de 2000 ».

Zabulov révèle de nombreuses pépites en matière de diplomatie talibane : « Si nous comparons la négociabilité des collègues et des partenaires, les Taliban m’ont longtemps semblé beaucoup plus enclins à la négociation que le gouvernement fantoche de Kaboul. Nous partons du principe que les accords doivent être mis en œuvre. Jusqu’à présent, en ce qui concerne la sécurité de l’ambassade et la sécurité de nos alliés en Asie centrale, les Taliban ont respecté les accords ».

Ces contacts ont été établis « au cours des sept dernières années ».

Fidèle à son adhésion au droit international, et non à « l’ordre international fondé sur des règles », Moscou tient toujours à souligner la responsabilité du Conseil de Sécurité de l’ONU : « Nous devons nous assurer que le nouveau gouvernement est prêt à se comporter de manière conditionnelle, comme nous le disons, de manière civilisée. C’est lorsque ce point de vue deviendra commun à tous, alors la procédure [de suppression de la qualification des Taliban comme organisation terroriste] commencera ».

Ainsi, pendant que les États-Unis, l’Union européenne et l’OTAN fuient Kaboul dans des spasmes de panique auto-infligée, Moscou pratique la diplomatie. Zabulov ajoute : « Le fait que nous ayons préparé à l’avance le terrain pour une conversation avec le nouveau gouvernement afghan est un atout de la politique étrangère russe ».

Pendant ce temps, Dmitry Zhirnov, l’ambassadeur de Russie en Afghanistan, fait des heures supplémentaires avec les Taliban, notamment en rencontrant un haut responsable de la sécurité des Taliban mardi. La rencontre a été « positive, constructive… Le mouvement taliban est le plus amical ; il a la meilleure politique à l’égard de la Russie… Il est arrivé seul dans un véhicule, sans gardes ».

Moscou et Pékin ne se font aucune illusion sur le fait que l’Occident déploie déjà des tactiques de guerre hybride pour discréditer et déstabiliser un gouvernement qui n’est même pas encore formé et n’a même pas commencé à travailler. Pas étonnant que les médias chinois décrivent Washington comme un « voyou stratégique ».

Ce qui importe, c’est que la Russie et la Chine ont pris une longueur d’avance en cultivant des voies parallèles de dialogue diplomatique avec les Taliban. Il est crucial de se rappeler que la Russie abrite 20 millions de musulmans et la Chine au moins 35 millions. Ces derniers seront appelés à soutenir l’immense projet de reconstruction de l’Afghanistan et de réintégration de toute l’Eurasie.

Les Chinois l’ont vu venir

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, l’avait vu venir depuis des semaines. Cela explique la réunion de Tianjin, fin juillet, au cours de laquelle il a accueilli une délégation de haut niveau des Taliban, dirigée par le mollah Baradar, leur conférant de facto une légitimité politique totale. Pékin savait déjà que le moment Saïgon était inévitable. D’où la déclaration soulignant que la Chine comptait « jouer un rôle important dans le processus de réconciliation pacifique et de reconstruction en Afghanistan ».

En pratique, cela signifie que la Chine sera un partenaire de l’Afghanistan en matière d’investissements dans les infrastructures, via le Pakistan, et qu’elle l’intégrera dans un Corridor économique Chine-Pakistan élargi (CPEC) destiné à diversifier les canaux de connectivité avec l’Asie centrale. Le corridor de la Nouvelle Route de la Soie, qui va du Xinjiang au port de Gwadar dans la mer d’Arabie, va se ramifier : la première illustration graphique est la construction par les Chinois de l’autoroute ultra-stratégique Peshawar-Kaboul.

Les Chinois construisent également une grande route à travers le corridor de Wakhan, désert et géologiquement spectaculaire, depuis l’ouest du Xinjiang jusqu’à la province de Badakhshan, qui, soit dit en passant, est désormais sous le contrôle total des Taliban.

Le compromis est assez simple : les Taliban ne doivent laisser aucun refuge au Mouvement islamique du Turkestan oriental (MITO) et aucune ingérence dans le Xinjiang.

L’ensemble de la combinaison commerce/sécurité semble être un véritable gagnant-gagnant. Et nous ne parlons même pas des futurs accords permettant à la Chine d’exploiter les immenses richesses minérales de l’Afghanistan.

Une fois de plus, le tableau d’ensemble ressemble à une double hélice Russie-Chine, connectée à tous les « stans » ainsi qu’au Pakistan, qui dessine un plan de match/une feuille de route pour l’Afghanistan. Dans leurs multiples contacts avec les Russes et les Chinois, les Taliban semblent avoir parfaitement compris comment tirer profit de leur rôle dans le nouveau grand jeu.

Le nouvel axe du mal étendu

Les tactiques de guerre hybride impériale pour contrer le scénario sont inévitables. Prenez la première proclamation d’une « résistance » de l’Alliance du Nord, en théorie dirigée par Ahmad Masoud, le fils du légendaire Lion du Panjshir tué par Al-Qaïda deux jours avant le 11 septembre.

J’ai rencontré le père de Massoud – une icône. Les informations des initiés afghans sur le fils Massoud ne sont pas très flatteuses. Pourtant, il est déjà la coqueluche des Européens éveillés, avec une pose glamour pour l’AFP, une visite impromptue dans le Panjshir du philosophe escroc Bernard-Henri Levy, et la publication d’une sorte de manifeste dans plusieurs journaux européens, reprenant toutes les rengaines : « tyrannie », « esclavage », « vendetta », « nation martyre », « Kaboul hurle », « nation enchaînée », etc.

Toute cette mise en scène sent le « fils du Shah » [d’Iran]. Massoud fils et sa mini-milice sont complètement encerclés dans les montagnes du Panjshir et ne peuvent être efficaces de facto, même lorsqu’il s’agit d’enrégimenter les moins de 25 ans, soit les deux tiers de la population afghane, dont le principal souci est de trouver de vrais emplois dans une économie réelle naissante.

Les « analyses » de l’OTAN sur l’Afghanistan des Taliban ne sont même pas pertinentes, car elles insistent sur le fait que l’Afghanistan n’est pas stratégique et a même perdu son importance tactique pour l’OTAN. C’est un spectacle désolant qui illustre à quel point l’Europe est désespérément à la traîne, imprégnée du néocolonialisme caractéristique de la variété du fardeau de l’homme blanc, qui rejette un pays dominé par des clans et des tribus.

Attendez-vous à ce que la Chine soit l’une des premières puissances à reconnaître officiellement l’Émirat islamique d’Afghanistan, aux côtés de la Turquie et, plus tard, de la Russie. J’ai déjà fait allusion à l’avènement d’un nouvel axe du mal : Pakistan-Taliban-Chine. Cet axe sera inévitablement étendu à la Russie et à l’Iran. Et alors ? Demandez au mollah Baradar : il s’en moque éperdument.

Pepe Escobar

Image en vedette : OneWorld

Article original en anglais :

How Russia-China Are Stage-managing the Taliban

Traduit par Réseau International



Articles Par : Pepe Escobar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]