Print

La Chine met à jour son «Art de la guerre hybride»
Par Pepe Escobar
Mondialisation.ca, 22 mai 2020

Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/la-chine-met-a-jour-son-art-de-la-guerre-hybride/5645781

En 1999, Qiao Liang, alors Colonel supérieur de l’armée de l’air dans l’Armée Populaire de Libération (APL), et Wang Xiangsui, un autre Colonel supérieur, ont provoqué un énorme tumulte avec la publication de « Guerre Sans Restriction : Le plan directeur de la Chine pour détruire l’Amérique ».

Guerre Sans Restriction était essentiellement le manuel de l’APL pour la guerre asymétrique : une mise à jour de « l’Art de la Guerre » de Sun Tzu. Au moment de la publication initiale, alors que la Chine était encore loin de son influence géopolitique et géoéconomique actuelle, le livre était conçu pour présenter une approche défensive, loin du sensationnaliste « détruire l’Amérique » ajouté au titre pour la publication américaine en 2004.

Le livre est maintenant disponible dans une nouvelle édition et Qiao Liang, en tant que général à la retraite et Directeur du Conseil de Recherche sur la Sécurité Nationale, a refait surface dans une interview très révélatrice publiée à l’origine dans une édition du magazine Zijing (Bauhinia) basé à Hong Kong.

Le Général Qiao n’est pas un membre du Politburo habilité à dicter la politique officielle. Mais certains analystes avec lesquels j’ai parlé s’accordent à dire que les points clés qu’il fait valoir à titre personnel sont assez révélateurs de la pensée de l’APL. Passons en revue certains de ses points forts.

Danse avec les loups

de son argumentation se concentre sur les lacunes de l’industrie manufacturière américaine : « Comment les États-Unis peuvent-ils aujourd’hui vouloir faire la guerre à la plus grande puissance manufacturière du monde alors que leur propre industrie est en pleine crise ? »

Un exemple, en référence au Covid-19, est la capacité de produire des respirateurs : « Sur plus de 1 400 pièces nécessaires pour un respirateur, plus de 1 100 doivent être produites en Chine, assemblage final compris. C’est le problème des États-Unis aujourd’hui. Ils disposent d’une technologie de pointe, mais pas des méthodes ni de la capacité de production. Ils doivent donc s’appuyer sur la production chinoise ».

Le Général Qiao rejette la possibilité que le Vietnam, les Philippines, le Bangladesh, l’Inde et d’autres nations asiatiques puissent remplacer la main-d’œuvre bon marché de la Chine : « Demandez-vous lequel de ces pays a plus de travailleurs qualifiés que la Chine. Quelle quantité de ressources humaines de moyen et haut niveau a été produite en Chine au cours de ces 30 dernières années ? Quel pays forme plus de 100 millions d’étudiants aux niveaux secondaire et universitaire ? L’énergie de tous ces gens est encore loin d’être libérée pour le développement économique de la Chine ».

Il reconnaît que la puissance militaire américaine, même en période d’épidémie et de difficultés économiques, est toujours capable « d’interférer directement ou indirectement dans la question du Détroit de Taiwan » et de trouver une excuse pour « bloquer et sanctionner la Chine et l’exclure de l’Occident ». Il ajoute « qu’en tant que pays producteur, nous ne pouvons toujours pas satisfaire notre industrie manufacturière avec nos propres ressources et compter sur nos propres marchés pour consommer nos produits ».

En conséquence, il affirme que c’est une « bonne chose » pour la Chine de s’engager dans la cause de la réunification, « mais c’est toujours une mauvaise chose si cela est fait au mauvais moment. Nous ne pouvons agir qu’au bon moment. Nous ne pouvons pas permettre à notre génération de commettre le péché d’interrompre le processus de renaissance de la nation chinoise ».

Le Général Qiao conseille : « Ne pensez pas que seule la souveraineté territoriale soit liée aux intérêts fondamentaux d’une nation. D’autres types de souveraineté – économique, financière, de défense, alimentaire, des ressources, biologique et culturelle – sont tous liés aux intérêts et à la survie des nations et sont des composantes de la souveraineté nationale ».

Pour arrêter le mouvement vers l’indépendance de Taïwan, « en dehors de la guerre, d’autres options doivent être prises en considération. Nous pouvons réfléchir aux moyens d’agir dans l’immense zone grise entre la guerre et la paix, et nous pouvons même penser à des moyens plus particuliers, comme le lancement d’opérations militaires qui ne conduiront pas à la guerre, mais qui peuvent impliquer un usage modéré de la force ».

Dans une formulation graphique, le Général Qiao pense que « si nous devons danser avec les loups, nous ne devons pas danser au rythme des États-Unis. Nous devons avoir notre propre rythme, et même essayer de casser leur rythme, pour minimiser son influence. Si la puissance américaine brandit son bâton, c’est qu’elle est tombée dans un piège ».

En bref, pour le Général Qiao, « la Chine doit tout d’abord faire preuve de détermination stratégique pour résoudre la question de Taïwan, et ensuite de patience stratégique. Bien sûr, le postulat est que nous devons développer et maintenir notre force stratégique pour résoudre la question de Taïwan par la force à tout moment ».

Les gants sont retirés

Comparons maintenant l’analyse du Général Qiao avec le fait géopolitique et géo-économique désormais évident que Pékin répondra par la force des choses à toute tactique de guerre hybride déployée par le gouvernement américain. Les gants sont définitivement retirés.

L’expression « gold standard » est apparue dans un éditorial sans retenue du Global Times : « Nous devons être clairs sur le fait que la stratégie nationale de la Chine sera axée sur la lutte contre la répression américaine. Nous devrions renforcer la coopération avec la plupart des pays. Les États-Unis sont censés contenir les lignes de front internationales de la Chine, et nous devons mettre fin à ce complot américain et faire de la rivalité entre la Chine et les États-Unis un processus d’auto-isolement américain ».

Un corollaire inévitable est que l’offensive tous azimuts visant à paralyser Huawei sera contre-attaquée en retour, en ciblant Apple, Qualcom, Cisco et Boeing, et même « des enquêtes ou des suspensions de leur droit de faire des affaires en Chine ».

Ainsi, à toutes fins pratiques, Pékin a maintenant dévoilé publiquement sa stratégie pour contrecarrer les affirmations du type « Nous pourrions couper toute les relations » du Président américain Donald Trump.

Un cocktail toxique de racisme et d’anti-communisme est responsable du sentiment anti-chinois prédominant aux États-Unis, qui englobe au moins 66% de la population totale. Trump s’en est instinctivement emparé – et en a fait le thème de sa campagne de réélection, entièrement approuvé par Steve Bannon.

L’objectif stratégique est de s’attaquer à la Chine dans tous les domaines. L’objectif tactique est de forger un front anti-Chine à travers l’Occident : un autre exemple d’encerclement, de style guerre hybride, axé sur la guerre économique.

Cela impliquera une offensive concertée, en essayant de faire respecter les embargos et en essayant de bloquer les marchés régionaux aux entreprises chinoises. La loi sera la norme. Même le gel des avoirs chinois aux États-Unis n’est plus une proposition farfelue.

Toutes les ramifications possibles de la Route de la Soie – sur le front énergétique, les ports, la Route de la Soie de la Santé, l’interconnexion numérique – seront stratégiquement ciblées. Ceux qui rêvaient que le Covid-19 puisse être le prétexte idéal pour un nouveau Yalta – réunissant Trump, Xi et Poutine – peuvent reposer en paix.

« L’endiguement » sera accentué. L’Amiral Philip Davidson, chef du Commandement Indo-Pacifique, en est un bon exemple. Il demande 20 milliards de dollars pour un « cordon militaire robuste » de la Californie au Japon et le long du Pacifique, avec « des réseaux d’attaque de précision à haute capacité de survie » le long du Pacifique et des « forces interarmées rotatives basées à l’avant » pour contrer la « nouvelle menace que fait peser la concurrence des grandes puissances ».

Davidson soutient que « sans une dissuasion conventionnelle valable et convaincante, la Chine et la Russie seront encouragées à agir dans la région pour supplanter les intérêts américains ».

Regarder le Congrès du Peuple

Du point de vue de larges pans du Sud, l’incandescence actuelle, extrêmement dangereuse, ou Nouvelle Guerre Froide, est le plus souvent interprétée comme la fin progressive de l’hégémonie de la coalition occidentale sur la planète entière.

Pourtant, l’hégémon demande à des dizaines de nations de se positionner à nouveau dans un impératif de guerre mondiale contre le terrorisme de type « vous êtes avec nous ou contre nous ».

Lors de la session annuelle de l’Assemblée Populaire Nationale, qui débute ce vendredi, nous verrons comment la Chine va gérer sa priorité absolue : se réorganiser sur le plan intérieur après la pandémie.

Pour la première fois en 35 ans, Pékin sera contrainte de renoncer à ses objectifs de croissance économique. Cela signifie également que l’objectif de doubler le PIB et le revenu par habitant d’ici 2020 par rapport à 2010 sera également reporté.

Ce à quoi nous devons nous attendre, c’est à un accent absolu sur les dépenses intérieures – et la stabilité sociale – plutôt qu’à une lutte pour devenir un leader mondial, même si cela n’est pas totalement négligé.

Après tout, le Président Xi Jinping a clairement indiqué en début de semaine que « le développement et le déploiement du vaccin contre le Covid-19 en Chine, lorsqu’il sera disponible », ne seront pas soumis à la logique des grandes entreprises pharmaceutiques, mais « deviendront un bien public mondial ». Ce sera la contribution de la Chine pour assurer l’accessibilité et le caractère abordable du vaccin dans les pays en développement ». Le Sud Global est attentif.

Sur le plan interne, Pékin renforcera le soutien aux entreprises publiques qui sont performantes en matière d’innovation et de prise de risques. La Chine défie toujours les prédictions des « experts » occidentaux. Par exemple, les exportations ont augmenté de 3,5% en avril, alors que les experts prévoyaient une baisse de 15,7%. L’excédent commercial était de 45,3 milliards de dollars, alors que les experts prévoyaient seulement 6,3 milliards de dollars.

Pékin semble identifier clairement l’écart grandissant entre un Occident, en particulier les États-Unis, qui plonge de facto dans le territoire de la Nouvelle Grande Dépression, et une Chine qui est sur le point de relancer sa croissance économique. Le centre de gravité de la puissance économique mondiale continue à se déplacer, inexorablement, vers l’Asie.

Une guerre hybride ? C’est parti.

Pepe Escobar

 

Article original en anglais :

China Updates Its ‘Art of Hybrid War’, le 20 mai 2020

L’article en anglais a été publié initialement par Asia Times

Traduit par Réseau International

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.