La CIA cherche à engendrer la terreur nazie en Ukraine

La CIA forme secrètement des groupes anti-russes en Ukraine depuis 2015. Tout ce que nous savons indique qu'il est probable que des néonazis inspirent des terroristes d'extrême droite à travers le monde.

Le gouvernement américain a une histoire bien documentée de soutien aux groupes extrémistes dans le cadre d’une panoplie de mésaventures en politique étrangère, qui finissent inévitablement par exploser à la face du public américain. Dans les années 1960, la CIA a travaillé avec les radicaux cubains anti-Fidel Castro qui ont transformé Miami en une plaque tournante de la violence terroriste. Dans les années 1980, l’agence a soutenu et encouragé les radicaux islamiques convergeant vers l’Afghanistan, qui allaient ensuite orchestrer l’attaque du 11 septembre. Et, dans les années 2010, Washington a soutenu les rebelles syriens pas si «modérés» que ça et qui ont fini par commettre une série d’atrocités parmi les civils et les forces kurdes qui étaient censées être des alliés des États-Unis.

Sur la base d’un nouveau rapport, il semble que nous pourrons bientôt en ajouter une autre à cette liste de leçons fatalement ignorées: les néonazis ukrainiens.

Selon un récent article de Yahoo News, depuis 2015, la CIA forme secrètement des forces en Ukraine pour servir de «chefs insurgés», selon les mots d’un ancien responsable du renseignement, au cas où la Russie finirait par envahir le pays. Les responsables actuels affirment que la formation est purement destinée à la collecte de renseignements, mais des anciens responsables ont déclaré à Yahoo que le programme impliquait une formation sur les armes à feu, «la couverture et les déplacements» et le camouflage, entre autres.

Compte tenu des faits, il y a de fortes chances que la CIA forme de véritables nazis dans le cadre de cet effort. L’année du début du programme, 2015, s’est également avérée être la même année que celle ou le Congrès a adopté un projet de loi de dépenses qui prévoyait des centaines de millions de dollars de soutien économique et militaire à l’Ukraine, un projet qui a été expressément modifié pour permettre à ce soutien de s’écouler vers une milice néonazie du pays, le régiment Azov. Selon le journal Nation à l’époque, le texte du projet de loi adopté au milieu de cette année comportait un amendement interdisant explicitement «la livraison d’armes, la formation et toute autre assistance» à Azov, mais le comité de la Chambre chargé du projet de loi a subi des pressions de la part du Pentagone des mois plus tard pour supprimer cette phrase, leur disant à tort qu’elle était redondante.

Malgré la reconnaissance parfois ouverte de son nazisme – son ancien commandant a dit un jour que la «mission historique» de l’Ukraine était de «mener les races blanches du monde dans une dernière croisade pour leur survie» dans «une croisade contre les Untermenschen dirigés par les sémites» – Azov a été intégré à la Garde nationale du pays en 2014, en raison de son efficacité dans la lutte contre les séparatistes russes. Des armes américaines ont afflué vers la milice, des responsables militaires de l’OTAN et des États-Unis ont été photographiés en train de les rencontrer, et des membres de la milice ont parlé de leur travail avec des formateurs américains et du manque de vérification des antécédents pour éliminer les suprématistes blancs.

Compte tenu de tout cela, il serait plus surprenant que les néo-nazis d’Azov n’aient pas été formés au programme clandestin d’insurrection de la CIA. Et nous voyons déjà les premiers signes de retour de flamme.

Des membres du régiment néonazi Azov participent à une marche pour marquer l'anniversaire de la fondation de l'armée insurrectionnelle ukrainienne à Kiev en 2020 (Crédit photo: STR/NurPhoto via Getty Images)

Des membres du régiment néonazi Azov participent à une marche pour marquer l’anniversaire de la fondation de l’armée insurrectionnelle ukrainienne à Kiev en 2020 (Crédit photo: STR/NurPhoto via Getty Images)

«Un certain nombre de personnalités éminentes parmi les groupes d’extrême droite aux États-Unis et en Europe ont activement recherché des relations avec des représentants de l’extrême droite en Ukraine, en particulier le Corps national et sa milice associée, le régiment Azov», a écrit un rapport de 2020 du Centre de lutte contre le terrorisme de l’Académie militaire américaine de West Point. «Des individus basés aux États-Unis ont parlé ou écrit sur la façon dont la formation ukrainienne pourrait les aider, eux et d’autres, dans leurs activités de type paramilitaire dans ce pays».

Un affidavit du FBI de 2018 affirmait qu’Azov «aurait participé à la formation et à la radicalisation d’organisations de suprématie blanche basées aux États-Unis», y compris des membres du mouvement suprémaciste blanc Rise Above, poursuivis pour des agressions planifiées contre des contre-manifestants lors d’événements d’extrême droite, notamment lors du Rassemblement «Unite the Right» de Charlottesville que Joe Biden a ensuite coopté comme justification de sa campagne présidentielle. Bien qu’il semble que l’auteur du massacre de la mosquée de Christchurch ne se soit pas rendu en Ukraine comme il le prétendait, il s’est clairement inspiré du mouvement d’extrême droite là-bas et portait un symbole utilisé par les membres d’Azov lors de l’attaque.

Depuis son entrée en fonction, Biden a lancé une «guerre contre le terrorisme» intérieure naissante sur la base de la lutte contre l’extrémisme d’extrême droite, même si la stratégie vise discrètement à cibler les manifestants et les militants de gauche, ce qu’il a déjà fait. Pourtant, dans le même temps, trois administrations distinctes, dont celle de Biden, ont fourni une formation, des armes et du matériel au mouvement d’extrême droite qui inspire et même forme ces mêmes suprématistes blancs.

Détruire le village pour le sauver

Pour ajouter à cette absurdité, la raison pour laquelle Washington a apporté son aide aux nazis ukrainiens est qu’ils peuvent servir de rempart contre la Russie, que les faucons de guerre comparent, comme ils le font toujours, au régime d’Adolf Hitler et à son expansion à travers l’Europe dans les années 1930. Alors que la Russie de Vladimir Poutine peut être un acteur malveillant sur un certain nombre de fronts, les récentes incursions de Poutine dans des États voisins comme l’Ukraine sont largement motivées par l’expansion de l’alliance militaire de l’OTAN jusqu’à ses frontières et les implications sécuritaires qui en découlent.

En d’autres termes, pour arrêter celui que les faucons américains classent comme le prochain Hitler de la nouvelle Allemagne nazie, Washington a soutenu les milices néo-nazies littérales en Ukraine, qui à leur tour communiquent et forment des suprémacistes blancs locaux, ce qui fait que Washington intensifie à son tour une bureaucratie répressive menaçante au pays pour les contrer. C’est ce que certains ont appelé le «cornet de crème glacée auto-léchant» en action – l’establishment américain de la sécurité nationale créant les menaces mêmes qui le justifient lui-même. Au lieu de désamorcer les tensions en acceptant simplement les demandes russes de longue date de fixer une limite stricte à l’expansion de l’OTAN vers l’est, Washington a apparemment décidé qu’une domination militaire planétaire illimitée était si importante qu’elle préférerait simplement coucher avec de vrais fascistes.

L’alliance des États-Unis avec l’Ukraine infectée par les nazis s’est déjà avérée gênante pour un président qui tente à la fois de se démarquer de son prédécesseur d’extrême droite et d’établir les États-Unis en tant que chef de file d’un effort mondial visant à renforcer la démocratie. À la fin de l’année dernière, lors d’un vote totalement passé sous silence dans la presse, les États-Unis étaient l’un des deux seuls pays (l’autre étant l’Ukraine) à voter contre un projet de résolution de l’ONU «luttant contre la glorification du nazisme, du néonazisme et d’autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme». Les deux pays ont constamment voté contre cette résolution chaque année depuis 2014.

L’administration Biden a déployé une explication passe-partout presque identique pour son refus de voter cette résolution que celle que Donald Trump avait utilisée, citant le droit constitutionnel à la liberté d’expression même pour ceux qui ont des opinions répugnantes. Mais cette préoccupation est difficile à concilier avec le texte, qui exprime simplement des inquiétudes concernant les mémoriaux publics, les manifestations et la réhabilitation des nazis, le négationnisme, la haine et la violence, et appelle les gouvernements à éliminer le racisme par l’éducation et à lutter contre les menaces terroristes d’extrême droite.

La véritable préoccupation de Washington réside ici dans sa description de la résolution comme «des tentatives à peine voilées de légitimer les campagnes de désinformation russes dénigrant les nations voisines» – c’est-à-dire l’Ukraine. Mais les liens de l’Ukraine avec le nazisme moderne sont loin d’être des fake news russes, et sont en fait étendus et bien documentés: de l’incorporation officielle d’Azov dans les rangs des forces de l’ordre et des responsables gouvernementaux ukrainiens ayant des liens avec l’extrême droite aux hommages parrainés par l’État aux collaborateurs nazis et la promotion de la négation de l’Holocauste.

Ce n’est pas une mince ironie que le président américain, élu en grande partie pour arrêter la progression perçue du fascisme chez lui, continue de la politique de soutien de longue des États-Unis aux nazis littéraux dans ce qui pourrait bien être le lien du fascisme international. Et si ces nazis ukrainiens font vraiment partie des insurgés entraînés par la CIA, ce ne sera pas une mince affaire s’ils suivent un jour la même trajectoire professionnelle qu’Oussama Ben Laden.

Branko Marcetic

Article original en anglais : The CIA May Be Breeding Nazi Terror in Ukraine, Jacobin, le 15 janvier 2022.

Version française : La Gazette du citoyen

Branko Marcetic est un journaliste de Jacobin Mag et l’auteur de Yesterday’s Man: The Case Against Joe Biden. Il vit à Chicago.



Articles Par : Branko Marcetic

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]