La CIA prépare-t-elle une révolution de couleurs à Cuba?

La levée du blocus américain contre Cuba, exigé pour la vingt-huitième année consécutive par l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies et approuvé à une écrasante majorité par 187 voix pour, 3 contre (États-Unis, Israël et Brésil) et 2 abstentions, réaffirme la liberté de commerce et de navigation face à un blocus anachronique établi par Kennedy en 1962 et qui aurait entraîné des pertes directes et indirectes pour l’île estimées à 110 milliards de dollars selon le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). 

Trump est-il obsédé avec Cuba?

Les mesures cosmétiques prises par l’administration Obama lors de son premier mandat présidentiel dans le sillage de l’administration Clinton (assouplissement des communications et augmentation des envois de fonds vers l’île ainsi que l’ouverture d’un cycle de négociations sur les questions d’immigration), ont laissé le blocus intact et n’ont pas modifié substantiellement la politique de Washington, bien qu’elles reflètent le consensus de larges secteurs du peuple étasunien en faveur d’un changement de politique envers l’île parrainé par la décision du régime cubain de mettre fin au paternalisme d’État et de permettre la libre initiative et le travail indépendant. Ainsi, après l’intervention du pape François dans les négociations secrètes menées entre Cuba et les États-Unis pour rompre le dégel entre les deux pays par l’échange d’Alan Gross et d’un fonctionnaire étasunien contre trois membres des « 5 », nous avons assisté à la disparition de Cuba de la liste étasunienne des pays terroristes et à l’ouverture ultérieure d’ambassades.

Cependant, Donald Trump aurait adopté comme leitmotiv de sa présidence l’élimination de tous les vestiges de l’héritage obamien. Ainsi, après la tentative de mettre fin à Obamacare, l’annonce de la révision du traité de l’ALENA et le retrait des États-Unis de l’accord de Paris contre le changement climatique, l’étape suivante a été de défaire les avancées diplomatiques et commerciales réalisées avec Cuba sous le mandat de Barack Obama. avec l’intention de renforcer la réglementation et la supervision afin de rendre difficile la signature d’accords avec Cuba par les entreprises étasuniennes ainsi que la poursuite des voyages des Étasuniens dans ce pays. Cette mesure serait le résultat de la pression énergique des éminents représentants cubano-étasuniens Marco Rubio et Mario Díaz-Balart, tous deux républicains. En outre, la reconduction automatique par les États-Unis pour une année supplémentaire de l’embargo commercial sur l’île minerait le système financier et politique international actuel et pourrait entraîner des pertes pour Cuba estimées à près de 70 milliards de dollars, conduisant le régime cubain à l’asphyxie. économique, étant « péremptoire » le règlement d’un blocus qui risque de devenir endémique et qui peut devenir mortel après le déclenchement de la pandémie de coronavirus.

En savoir plus : Les nouvelles restrictions de voyage de Trump nuisent aux populations américaine et cubaine (en anglais)

L’atout est-il à la recherche d’une révolution orange à Cuba?

La nouvelle stratégie de l’administration Trump est de renforcer les liens commerciaux et militaires avec les pays du Petrocaribe face au danger de contagion mimétique des idéaux révolutionnaires des Chavista en dépendant exclusivement du Petrocaribe vénézuélien pour son approvisionnement en énergie. L’administration Trump est donc celle qui se serait fixé comme objectif immédiat l’arrêt du Petrocaribe. Petrocaribe a été créé en 2005 à l’initiative de Chávez dans le but de fournir des carburants aux pays membres à des conditions de paiement avantageuses, telles que des prêts à taux réduits et des taux d’intérêt bas. Il était composé de 18 pays (dont le Honduras, le Guatemala, Cuba, le Nicaragua, la République dominicaine, Haïti, le Belize et une douzaine d’îles des Caraïbes).

Ainsi, Mike Pence a annoncé la mise en place de nouvelles mesures contre deux compagnies qui transportent le pétrole brut vénézuélien à Cuba, ainsi que contre les 34 navires que PDVSA utilise à cette fin avec l’objectif avoué de provoquer « l’asphyxie énergétique de Cuba » par l’amputation du cordon ombilical qui unit le Venezuela et Cuba, selon la théorie kentienne du « bâton et de la carotte » exposée par Sherman Kent dans son livre « Strategic Intelligence for North American World Policy » (1949). Dans ce livre, Kent déclare que « la guerre n’est pas toujours conventionnelle : en effet, une grande partie de la guerre, de loin et de près, a toujours été menée avec des armes non conventionnelles : […] des armes [. ..] politiques et économiques. Le type de guerre dans lequel […] (ils sont) la guerre politique et la guerre économique. ”

Poursuivant l’escalade répressive, le département du Trésor étasunien a récemment imposé des sanctions à la société d’État cubaine Cubametales pour « son importation continue de brut vénézuélien et son soutien au gouvernement du président du Venezuela, Nicolás Maduro« . En conséquence de cette mesure, les actifs que la société peut avoir sous juridiction étasunienne sont gelés et les transactions financières avec des entités étasuniennes sont interdites puisque, selon le gouvernement étasunien, Cubametales serait. « Responsable de la garantie des importations et exportations totales de carburant à destination et en provenance de Cuba ».

Tout cela signifie que l’île est vouée à s’asphyxier avec des résultats imprévisibles après l’effondrement du tourisme provoqué par l’émergence de la pandémie de coronavirus sur l’île, qui a représenté 862 cas confirmés, 151 guéris et 27 décès. Cependant, dans le paroxysme de l’insolidarité, l’Administration Trump bloquerait les achats et les livraisons de masques, de ventilateurs pulmonaires et d’autres fournitures sanitaires de base pour le traitement des patients atteints de Covid-19, puisque le but ultime de l’Administration Trump serait de parvenir à une pénurie totale de pétrole, de nourriture et de fournitures sanitaires vitales pour faire face à la pandémie de COVID-19, un scénario qui sera contrôlé à distance par la CIA pour provoquer une révolution orange qui ébranlera le statu quo actuel de l’île.

Germán Gorraiz López

 

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Article original en anglais :

Is the CIA Preparing a Color Revolution in Cuba? le 22 avril 2020

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca

 

 



Articles Par : Germán Gorraiz López

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]