La collecte de fonds pour payer les amendes de Chelsea Manning a permis de récolter 267.000 dollars en deux jours

Deux jours après le lancement de la campagne de collecte de fonds, les partisans de Chelsea Manning ont atteint leur objectif de 257 000 dollars pour payer les amendes imposées à la courageuse dénonciatrice par un tribunal fédéral américain pour avoir refusé de témoigner devant un grand jury secret constitué contre le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. Manning a été libéré de prison le jeudi 12 mars après un an d’incarcération.

Près de 7000 contributions de 5 à 10 000 dollars ont été faites par des donateurs à une campagne organisée par l’amie de Manning, Kelly Wright, sur le site de financement participatif GoFundMe. Concluant la campagne avec 267.000 dollars à 20 heures samedi soir, Wright a écrit: «NOUS AVONS ATTEINT NOTRE BUT ! Merci à tous ceux qui ont donné et partagé ! Nous sommes vraiment très reconnaissants pour ce soutien et cette solidarité sans faille.»

Chelsea Manning

Wright a immédiatement organisé une deuxième campagne GoFundMe pour collecter 30.000 dollars pour les frais de subsistance de Manning. Au moment où nous écrivons ces lignes, la campagne supplémentaire a atteint plus de 39.000 dollars avec 998 donateurs en 24 heures.

L’afflux d’aide financière pour Manning démontre le large soutien du public à la position de principe adoptée par l’ancienne analyste du renseignement de l’armée. Manning s’est fermement opposée à la fois à l’armée américaine – en partageant avec WikiLeaks en 2010 les preuves des crimes de guerre américains au Moyen-Orient – et à la persécution qu’elle a subie de la part de l’establishment politique et judiciaire américain au cours de la dernière décennie.

Manning a été libérée de prison un jour après sa tentative de suicide. Mercredi, les autorités ont rapporté – et son avocat Moira Meltzer-Cohen l’a confirmé – que Manning a été retrouvée inconsciente dans sa cellule et a été emmenée à l’hôpital où son état était stable. Le lendemain, le juge Anthony J. Trenga du district Est de Virginie a ordonné la libération immédiate de Manning au motif que le grand jury avait été dissout et que son témoignage «n’est plus nécessaire, à la lumière duquel sa détention ne sert plus de but coercitif», sans mentionner que sa vie était menacée par son incarcération continue.

En mars 2019, Manning a été envoyée en prison par le juge Trenga pour 63 jours, puis à nouveau en mai pour le reste de l’année passée pour avoir refusé de témoigner devant deux grands jurys fédéraux secrets. Le but de ces grands jury – qui ont fait l’objet de fuites dans la presse mais n’ont jamais été officiellement reconnus par la cour – était de rassembler des «preuves» dans le cadre de la machination et de la tentative d’extradition d’Assange de Londres vers les États-Unis.

Comme les experts judiciaires et son équipe juridique l’ont affirmé à plusieurs reprises, l’emprisonnement de Manning pour outrage au tribunal a constitué une violation de ses droits fondamentaux. Selon la législation américaine, l’emprisonnement d’un témoin pour outrage a pour but de le contraindre à témoigner. Une fois qu’il devient évident que «le but coercitif» de l’ordonnance pour outrage ne va pas forcer la coopération, le témoin doit être libéré. Dans le cas contraire, la coercition se transforme en punition et en persécution.

Dès le premier jour de son épreuve avec le juge Trenga, Manning a clairement fait savoir qu’elle ne coopérerait pas avec le grand jury. Avant d’être emprisonnée pour la première fois le 8 mars 2019, Manning a déclaré à la presse: «En solidarité avec de nombreux militants qui font face à des difficultés, je resterai fidèle à mes principes. J’épuiserai tous les recours juridiques disponibles. Mon équipe juridique continue de contester le secret de ces procédures, et je suis prête à faire face aux conséquences de mon refus.»

Manning n’a jamais vacillé dans sa position et elle a répété à maintes reprises au cours de l’année passée, y compris dans de nombreuses déclarations écrites au tribunal, qu’elle ne témoignerait pas. Dans les jours qui ont suivi l’inculpation d’Assange pour violation de la loi sur l’espionnage, l’équipe de Manning a déposé une requête pour sa libération le 30 mai 2019, à laquelle elle a soumis une lettre qui disait: «Je refuse de participer à un processus qui s’est clairement transformé en quelque chose qui viole l’esprit sinon la lettre de la loi. Je m’oppose à ce grand jury en particulier car le but est d’effrayer les journalistes et les éditeurs, qui fournissent un service public crucial.»

Assange, dont la vie est également en danger du fait de sa détention prolongée et des persécutions des gouvernements américain et britannique, est confronté à la reprise de son audience d’extradition à Londres le 18 mai au tribunal de Westminster. Au cours de la première partie de cette audience, le 24 février, les droits d’Assange ont été violés à plusieurs reprises: il a été menotté à 11 reprises, déshabillé à deux reprises et gardé dans une boîte en verre dans la salle d’audience, loin de ses avocats.

La tentative d’expédier Assange en détention aux États-Unis, où il ne peut bénéficier d’un procès équitable, est une tentative de punir le journaliste de WikiLeaks pour avoir publié des informations et des documents de la plus haute importance pour le public. C’est grâce au fait qu’Assange et WikiLeaks aient défendu les principes du journalisme et publié les documents qui ont été rendus publics par la lanceuse d’alerte Manning que les peuples du monde ont des preuves des crimes de guerre importants commis par les États-Unis et leurs alliés au cours de la première décennie du XXIe siècle.

La façon dont le juge Trenga a infligé des amendes à Manning témoigne de son modus operandi de voyou. Le 17 mai 2019, alors qu’elle était renvoyée en prison après une semaine de liberté avec la convocation du deuxième grand jury, Manning a déclaré aux journalistes en dehors de la salle d’audience: «Je ne coopérerai pas avec ce grand jury ni avec aucun autre. Le juge Trenga a répondu en ordonnant que Manning soit condamnée à une amende de 500 dollars par jour pendant 30 jours et de 1000 dollars par jour par la suite.»

La prise de position de Mme Manning en faveur de ses principes plutôt que de ses intérêts personnels a trouvé un écho dans le public du monde entier et est à l’origine de l’afflux de soutien financier destiné à couvrir ses amendes et ses frais de subsistance. De même, c’est précisément l’abnégation et la détermination de Mme Manning qui lui ont valu la haine et le traitement brutal du gouvernement américain.

La réponse à la campagne GoFundMe de ces derniers jours a été similaire à celle qui fut lancée après la libération de Manning de la caserne disciplinaire de Fort Leavenworth, où elle avait été maltraitée et maintenue en isolement pendant plus de six ans, en mai 2017. À sa libération, Manning a été traitée de traîtresse par Donald Trump et d’autres personnalités politiques et militaires ont affirmé sans preuve qu’elle avait «mis la vie d’Américains en danger» en raison de ses révélations.

Malgré les tentatives de diffamation, qui ont été amplifiées par les médias, cette collecte de fonds a montré un soutien public important pour Manning et a permis de récolter plus de 175.000 dollars auprès de 4 200 contributeurs en trois mois.

Dans les deux jours qui ont suivi la libération de Manning, une campagne GoFundMe organisée par ses partisans a permis de récolter plus qu’assez pour payer les amendes vengeresses qui lui ont été imposées pour avoir refusé de témoigner contre le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

Kevin Reed

 

Article paru en anglais, WSWS, le 16 mars 2020



Articles Par : Kevin Reed

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]