La corruption profonde en Ukraine

Région :

Au milieu de cette année, la Banque nationale d’Ukraine espère obtenir du Fonds monétaire international (FMI) une tranche de l’aide financière. C’est la cinquième tranche dans le cadre du programme de financement élargi du FMI jusqu’en 2019 et, peut-être, la dernière à cause de quelques problèmes.

Premièrement, les Ukrainiens s’interrogent où va cet argent parce que l’économie du pays se trouve dans une situation catastrophique après quatre années d’euro-réformes: l’Ukraine paie des dettes, le taux d’inflation a augmenté tandis que des experts prévoient un défaut incontrôlable.

Deuxièmement, l’Ukraine n’est pas prête à satisfaire aux exigences du FMI. L’une des revendications majeures est la création d’une cour anticorruption qui sera la cause des problèmes pour l’autorité ukrainienne parce qu’elle n’est pas soumise au contrôle du Président. Dans ce cas, il n’est pas douteux que monsieur Porochenko soit la cible majeure de la cour.


Dans ce contexte, il est difficile à dire comment l’Ukraine pourra exister sans le programme du FMI si la corruption profonde est une pierre d’achoppement principale dans le développement du pays? À cause de  l’économie oligarchique, des entreprises ont la possibilité de gagner des superprofits. Mais l’argent va n’importe où, mais pas dans le budget de l’État ou dans l’investissement de l’économie ukrainienne. Donc il n’est pas surprenant que des fonctionnaires continuent de plus en plus à remplir leurs poches.

Il est dommage que des tentatives désespérées dans la lutte contre les extorqueurs et les concussionnaires en Ukraine restent sans résultat : il y a plus de paroles en l’air concernant la nécessité de réformer l’économie et de faire une sorte de redémarrage politique » que des actions concrètes de l’élite dirigeante.

Il apparaît ainsi que  l’Ukraine ait besoin de la détermination et de la volonté politique pour échapper aux schémas de corruption, car l’avenir du pays est à l’ordre du jour.

Caterina Miloslavskaya



Articles Par : Caterina Miloslavskaya

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]