La Crise mondiale corona 2020-2021: destruction de la société civile, dépression économique, coup d’État mondial et «Grande réinitialisation»

Livre électronique: Centre de recherche sur la mondialisation (CRG)

Ce livre électronique (E-book) est traduit de l’anglais, initialement publié par Global Research. La traduction est en IA. Quelques révisions par l’auteur.

Nous sommes dans le processus de réviser la version française de ce texte.

***

Ce livre électronique a une préface et dix chapitres.

Nous avons affaire à une problématique processus extrêmement complexe.

Au cours des douze derniers mois à partir de début janvier 2020, j’ai analysé presque quotidiennement la chronologie et l’évolution de la crise Covid. Dès le début en janvier 2020, les gens ont été amenés à croire et à accepter l’existence d’une épidémie dangereuse et en progression rapide.

Je vous suggère de lire d’abord les faits saillants  (ci-dessous), la préface  et l’ introduction avant de passer aux chapitres II à X.

Vous pouvez également visionner la vidéo de Global Research intitulée: The 2021 Worldwide Corona Crisis (publiée en février 2021), qui fournit un résumé de 25 minutes.

Chacun des dix chapitres fournit des informations factuelles ainsi qu’une analyse sur les sujets suivants:

Qu’est-ce que Covid-19,

qu’est-ce que le SRAS-CoV-2, comment est-il identifié, comment est-il estimé?

La chronologie et l’évolution historique de la crise corona,

les impacts économiques et financiers dévastateurs, l’enrichissement d’une minorité sociale de milliardaires,

comment les politiques de verrouillage déclenchent le chômage et la pauvreté de masse dans le monde, les impacts dévastateurs sur la santé mentale.

Le livre électronique comprend également une analyse des médicaments curatifs et préventifs ainsi qu’une revue du vaccin à ARNm «messager» Covid-19 de Big Pharma qui est un médicament «non approuvé» et «expérimental» affectant le génome humain. (C’est une drogue dangereuse. Voir chapitre VIII)

Les questions relatives à la dérogation des droits fondamentaux, à la censure des médecins, à la liberté d’expression et au mouvement de protestation sont également analysées .

Le dernier chapitre se concentre sur la crise de la dette mondiale en cours, la déstabilisation des gouvernements nationaux, les menaces à la démocratie, y compris la «gouvernance mondiale» et la proposition de «grande réinitialisation» du Forum économique mondial .

Ce livre électronique est mis à disposition gratuitement dans le but d’atteindre des personnes dans le monde entier.

Si vous souhaitez faire un don, cliquez ici  pour couvrir les coûts du livre (par exemple 10 $ – 20 $ dollars , ce serait très apprécié).

Si vous souhaitez devenir membre de Global Research, cliquez ici

Veuillez nous aider dans cette entreprise. Veuillez transmettre à la famille, aux amis et aux collègues, au sein de vos communautés respectives.

Les lecteurs peuvent contacter le professeur Michel Chossudovsky à [email protected]

Vidéo

cliquez sur le coin inférieur droit pour accéder au plein écran

.

.

Points forts

Nous sommes au carrefour de l’une des crises les plus graves de l’histoire mondiale. Nous vivons l’histoire, mais notre compréhension de la séquence des événements depuis janvier 2020 est floue.

Partout dans le monde, les gens ont été induits en erreur tant par leurs gouvernements que par les médias quant aux causes et aux conséquences dévastatrices de la «pandémie» Covid-19.

La vérité tacite est que le nouveau coronavirus fournit un prétexte et une justification aux puissants intérêts financiers et aux politiciens corrompus pour précipiter le monde entier dans une spirale de chômage de masse, de faillite, d’extrême pauvreté et de désespoir. 

Plus de 7 milliards de personnes dans le monde sont directement ou indirectement touchées par la crise corona.

L ‘«urgence» de santé publique COVID-19 sous les auspices de l’OMS a été présentée à l’opinion publique comme un moyen («solution») de contenir le «virus tueur».

Si le public avait été informé et rassuré que Covid est (selon la définition de l’OMS) «similaire à la grippe saisonnière», la campagne de peur serait tombée à plat. Le verrouillage et la fermeture de l’économie nationale auraient été catégoriquement rejetés.

La première étape de cette crise (hors Chine) a été lancée par l’OMS le 30 janvier 2020 à un moment où il y avait 5 cas aux États-Unis, 3 au Canada, 4 en France, 4 en Allemagne. 

Ces chiffres justifient-ils la déclaration d’une urgence de santé publique mondiale?  

La campagne de peur a été soutenue par des déclarations politiques et la désinformation des médias.

Les gens ont peur. Ils sont encouragés à faire le test PCR, qui est défectueux. Un test PCR positif ne signifie pas que vous êtes infecté et / ou que vous pouvez transmettre le virus. 

Le test RT-PCR est connu pour produire un pourcentage élevé de faux positifs . De plus, il  n’identifie pas  le virus. 

Dès le départ en janvier 2020, il n’y avait aucune «base scientifique» pour justifier le lancement d’une urgence de santé publique mondiale.

En février, la crise des covid s’est  accompagnée  d’un effondrement majeur des marchés financiers. Il existe des preuves de fraude financière. 

Et le 11 mars 2020: l’OMS a officiellement déclaré une pandémie mondiale à un moment où il y avait 44279 cas et 1440 décès hors de Chine sur une population de 6,4 milliards (Estimations des cas confirmés sur la base du test PCR). 

Immédiatement après l’annonce du 11 mars 2020 par l’OMS, des instructions de confinement et de verrouillage ont été transmises à 193 États membres des Nations Unies. 

Sans précédent dans l’histoire, appliqués presque simultanément dans un grand nombre de pays, des secteurs entiers de l’économie mondiale ont été déstabilisés. Les petites et moyennes entreprises ont été mises en faillite. Le chômage et la pauvreté sont endémiques.

Les impacts sociaux de ces mesures ne sont pas seulement dévastateurs, ils se poursuivent dans le cadre de ce que l’on appelle «une deuxième vague». Il n’y a aucune preuve d’une «deuxième vague». Les estimations du RAP sont largement documentées. 

Les impacts sur la santé (mortalité, morbidité) résultant de la fermeture des économies nationales dépassent de loin ceux attribués à Covid-19. 

Des famines ont éclaté dans au moins 25 pays en développement  selon des sources onusiennes.

La santé mentale de millions de personnes dans le monde a été affectée par le verrouillage, la distanciation sociale, les pertes d’emplois, les faillites, la pauvreté de masse et le désespoir. La fréquence des suicides et des toxicomanies a augmenté dans le monde entier.

«V the Virus» serait responsable de la vague de faillites et de chômage. C’est un mensonge. Il n’y a aucune relation causale entre le virus (microscopique) du SRAS-2 et les variables économiques.

Ce sont les puissants financiers et milliardaires qui sont à l’origine de ce projet qui a contribué à la déstabilisation (mondiale) de l’économie réelle. Et il y a de nombreuses preuves que la décision de fermer une économie nationale (entraînant la pauvreté et le chômage) aura inévitablement un impact sur les schémas de morbidité et de mortalité. 

Depuis début février 2020, les Super Rich ont encaissé des milliards de dollars.

Il est amplement  documenté,  c’est  la plus grande redistribution de la richesse mondiale de l’histoire du monde, accompagnée d’un processus d’appauvrissement mondial. 


Image: Copyright   fernandozhiminaicela , Pixabay


Ce livre électronique est mis à disposition gratuitement dans le but rejoindre des lecteurs dans le monde entier.

Si vous souhaitez faire un don, cliquez ici  pour couvrir les coûts du livre (par exemple 10 $ – 20 $ dollars ), ce qui serait très apprécié.

Veuillez nous aider dans ce projet. Veuillez transmettre ce texte à vos amis et collègues, au sein de vos communautés respectives.

Les lecteurs peuvent contacter le professeur Michel Chossudovsky à [email protected]


Préface 

La campagne de peur a servi d’instrument de désinformation.

Les mensonges médiatiques ont soutenu l’image d’un virus tueur  qui a initialement contribué à déstabiliser le commerce américano-chinois et à perturber les voyages aériens. Et puis, en février, «V- le virus» (qui est d’ailleurs similaire à la grippe saisonnière) a été tenu pour responsable du déclenchement de la crise financière la plus grave de l’histoire du monde. 

Et puis le 11 mars, un verrouillage a été imposé à 193 États membres des Nations Unies, conduisant à la «fermeture» des économies nationales dans le monde.

À partir d’octobre, une «deuxième vague» a été annoncée. «La pandémie n’est pas terminée».

La campagne de peur l’emporte. Et les gens sont maintenant amenés à croire que le vaccin corona parrainé par leurs gouvernements est la «solution». Et cette «normalité» sera rétablie une fois que toute la population de la planète aura été vaccinée.

Le vaccin contre le SRAS-CoV-2

Comment se fait-il qu’un vaccin contre le virus SRAS-CoV-2, qui dans des conditions normales prendrait des années à se développer, a été rapidement lancé début novembre 2020? Le vaccin à ARNm annoncé par Pfizer est basé sur une technologie expérimentale d’  ARNm d’ édition de gène qui a une incidence sur le génome humain. 

Les tests standards de laboratoire sur les animaux ont-ils été effectués sur des souris ou des furets?

Ou est-ce que Pfizer «est allé directement aux« cobayes »humains. ? Les tests sur l’homme ont commencé fin juillet et début août. «Trois mois, c’est du jamais vu pour tester un nouveau vaccin. Plusieurs années, c’est la norme .  

Nos remerciements à Large et JIPÉM

Cette caricature de Large + JIPÉM explique notre situation difficile:

Souris n ° 1: «Allez-vous vous faire vacciner»,

Souris n ° 2: Êtes-vous fou, ils n’ont pas terminé les tests sur les humains »

Et pourquoi avons-nous besoin d’un vaccin contre Covid-19 alors que l’OMS et le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont confirmé sans équivoque que Covid-19 est «similaire à la grippe saisonnière».

Le plan de développement d’un vaccin est axé sur le profit. Il est soutenu par des gouvernements corrompus servant les intérêts de Big Pharma. Le gouvernement américain avait déjà commandé 100 millions de doses en juillet et l’UE va acheter 300 millions de doses. C’est du Big Money pour Big Pharma, des bénéfices généreux pour les politiciens corrompus, au détriment des contribuables. 

Dans les chapitres suivants, nous définissons le virus SARS-CoV-2 et le test controversé RT-PCR qui est utilisé pour «identifier le virus» ainsi que pour établir les «estimations» des soi-disant «cas positifs». (Chapitre III) 

Dans le chapitre II, nous examinons en détail la chronologie des événements depuis octobre 2019 menant au verrouillage historique du 11 mars 2020.

Nous évaluons les vastes conséquences économiques et sociales de cette crise, y compris le processus d’appauvrissement mondial et de redistribution des richesses en faveur des milliardaires super riches (chapitres IV et V).

Les effets dévastateurs des politiques de verrouillage sur la santé mentale sont examinés au chapitre VI. 

Le programme de vaccination de Big Pharma qui est  actuellement  imposé à des millions de personnes dans le monde est examiné au chapitre VIII. 

Le chapitre X se termine par une analyse de la «grande réinitialisation» proposée par le Forum économique mondial qui, si elle était adoptée, consisterait à supprimer l’État-providence et à imposer des mesures d’austérité massives à une population appauvrie. 

Ce livre électronique est préliminaire. Il y a un sentiment d’urgence. Les gouvernements du monde entier mentent aux gens du monde entier. 

Un mot sur la méthodologie: notre objectif est de réfuter le «Big Lie» par une analyse minutieuse consistant en:

  • Un aperçu historique de la crise Covid, avec des données précises.
  • Citations de   documents officiels et de rapports examinés par des pairs  . De nombreuses sources et références sont indiquées.
  • Analyse scientifique et examen détaillé des données, estimations et définitions «officielles»,
  • Analyse des impacts des «directives» de l’OMS et des politiques gouvernementales sur les variables économiques, sociales et de santé publique.

Notre objectif est d’informer les gens du monde entier et de réfuter le récit officiel qui a été utilisé comme prétexte et justification pour déstabiliser le tissu économique et social de pays entiers. 

Cette crise touche l’humanité dans son ensemble: 7,8 milliards de personnes. Nous sommes solidaires de nos semblables dans le monde entier. La vérité est un instrument puissant. 

Je reste redevable à nos lecteurs, à nos auteurs et à l’équipe de recherche mondiale. 

Michel Chossudovsky , Global Research, 11 décembre 2020, [email protected] 

(Révisé le 31 janvier 2020, révisé et mis à jour le 21 février, 3 avril 2021, 23 mai 2021, version en français en date du 29 mai, 2021. Revisions et corrections en cours)

Faire connaitre. Veuillez transmettre ce texte à vos amis et collègues.

Copyright: Centre de recherche sur la mondialisation (CRG). Décembre 2020.

La préface et le chapitre d’introduction peuvent être publiés avec un lien vers le livre électronique complet.

Si vous souhaitez utiliser ou reproduire le texte du livre électronique ou des sections de celui-ci, veuillez contacter Michel Chossudovsky à [email protected] 

A propos de l’auteur

Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRG), Montréal, éditeur de Global Research.

Il a entrepris des recherches sur le terrain en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et dans le Pacifique et a beaucoup écrit sur les économies des pays en développement avec un accent sur la pauvreté et les inégalités sociales. Il a également entrepris des recherches en économie de la santé (Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), UNFPA, ACDI, OMS, gouvernement du Venezuela, John Hopkins International Journal of Health Services  ( 1979 , 1983)

Il est l’auteur de onze livres dont The Globalization of Poverty and The New World Order  (2003),  America’s War on Terrorism  (2005),   The Globalization of War, America’s Long War against Humanity (2015).

Il contribue à l’Encyclopaedia Britannica. Ses écrits ont été publiés dans plus de vingt langues. En 2014, il a reçu la médaille d’or du mérite de la République de Serbie pour ses écrits sur la guerre d’agression de l’OTAN contre la Yougoslavie. Il peut être contacté à [email protected]

Voir Michel Chossudovsky, Note biographique

Articles de Michel Chossudovsky sur la recherche mondiale

 


Table des matières

Chapitre I.

Introduction. Détruire la société civile. La campagne de la peur

Chapitre II

La chronologie de Corona

Chapitre III

Qu’est-ce que Covid-19, SRAS-2: comment est-il testé? Comment est-il mesuré?

Chapitre IV

Dépression économique mondiale

Chapitre V

L’enrichissement des super riches. L’appropriation et la redistribution de la richesse

Chapitre VI

Les impacts sur la santé mentale

Chapitre VII

«Il n’y a pas de remède». Suppression de l’hydroxychloroquine (HCQ), un médicament bon marché et efficace

Chapitre VIII

Vaccin Covid de Big Pharma

Chapitre IX

Liberté d’expression. Catégoriser le mouvement de protestation comme «antisocial»

Chapitre X

«Global Coup d’État» et «Great Reset». Dette mondiale et «traitement de choc» néolibéral

.


.

Chapitre I

Introduction

Détruire la société civile.

La campagne de la peur

«Il est temps que tout le monde sort de cette transe négative, de cette hystérie collective, car la famine, la pauvreté, le chômage de masse tueront et détruiront la vie de plus de gens que le SRAS-CoV-2! »  ( Dr Pascal Sacré

«Je vois des patients qui ont des éruptions cutanées au visage, des infections fongiques, des infections bactériennes. … En février et mars, on nous a dit de ne pas porter de masques. Qu’est ce qui a changé? La science n’a pas changé. La politique l’a fait. C’est une question de conformité. Ce n’est pas une question de science… ( Dr James Meehan

«Une fois que le mensonge devient la vérité, il n’y a pas de recul. La folie prévaut. Le monde est bouleversé. »  ( Michel Chossudovsky )

«Nous sommes bloqués pour un taux de mortalité par infection inférieur à 0,2%» ( Dr Richard Schabas )

.

Nous sommes au carrefour de l’une des crises les plus graves de l’histoire mondiale. Nous vivons l’histoire, mais notre compréhension de la séquence des événements depuis janvier 2020 est floue. Partout dans le monde, les gens ont été induits en erreur tant par leurs gouvernements que par les médias quant aux causes et aux conséquences dévastatrices de la «pandémie» Covid-19.

La vérité tacite est que le nouveau coronavirus fournit un prétexte et une justification aux puissants intérêts financiers et aux politiciens corrompus pour précipiter le monde entier dans une spirale de chômage de masse, de faillite, d’extrême pauvreté et de désespoir. 

C’est la vraie image de ce qui se passe. C’est le résultat d’un processus décisionnel complexe 

 «Planet Lockdown» est un empiètement sur les libertés civiles et le «droit à la vie».

Des économies nationales entières sont menacées. Dans certains pays, la loi martiale a été déclarée.

Les petits et moyens capitaux devraient être éliminés. Le grand capital prévaut.

Une concentration massive de la richesse des entreprises est en cours. 

C’est un «Nouvel Ordre Mondial» diabolique en gestation. 

Les zones rouges, le masque facial, la distanciation sociale, la fermeture d’écoles, de collèges et d’universités, plus de réunions de famille, plus de fêtes d’anniversaire, de musique, d’arts: plus d’événements culturels, les événements sportifs sont suspendus, plus de mariages, «l’amour et la vie »est purement et simplement interdite.

Et je n  plusieurs pays, réunions de famille de Noël et du Nouvel An  étaient  illégales.

La fermeture de l’économie mondiale nous est présentée comme un moyen de lutter contre le virus. C’est ce qu’ils veulent nous faire croire. Si le public avait été informé que Covid-19 est «similaire à la grippe saisonnière», la campagne de peur serait tombée à plat…

Image Pakistan Daily Times: apprenti Santas au Royaume-Uni

La pandémie a été officiellement lancée par l’OMS le 11 mars 2020, entraînant le verrouillage et la fermeture des économies nationales de 190 (sur 193) pays, États membres des Nations Unies. Les instructions venaient d’en haut, de Wall Street, du Forum économique mondial (WEF), des fondations milliardaires.

La pandémie du 11 mars 2020 a été précédée d’une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) de l’OMS le 30 janvier 2020 qui a été suivie en février par la déstabilisation des marchés financiers. Le 30 janvier, il y avait 83 cas en dehors de la Chine sur une population totale de 6,4 milliards. Dans les jours qui ont précédé la crise financière de février, 453 cas se sont produits en dehors de la Chine. (Voir notre analyse au chapitre II)

Ce projet diabolique basé sur des estimations maigres et erronées est décrit avec désinvolture par les médias institutionnels comme une entreprise «humanitaire». La «communauté internationale» a une «responsabilité de protéger» (R2P).  

Pour reprendre les mots de Diana Johnstone , c’est «The Global Pretext» . Un «partenariat public-privé» non élu sous les auspices du Forum économique mondial (WEF) est venu à la rescousse des 7,8 milliards d’habitants de la planète Terre. La fermeture de l’économie mondiale est présentée comme un moyen de «tuer le virus».

Cela semble absurde. La fermeture de l’économie réelle de la planète Terre n’est pas la «solution» mais plutôt la «cause» d’un processus diabolique de déstabilisation et d’appauvrissement dans le monde. 

L’économie nationale combinée aux institutions politiques, sociales et culturelles est à la base de la «reproduction de la vie réelle»: revenus, emploi, production, commerce, infrastructures, services sociaux.

Déstabiliser l’économie de la planète Terre ne peut constituer une «solution» pour lutter contre le virus. Mais c’est la «solution» imposée à laquelle ils veulent nous faire croire. Et c’est ce qu’ils font.

C’est la destruction de la vie des gens. C’est la déstabilisation de la société civile. 

Les mensonges sont soutenus par une campagne massive de désinformation dans les médias. 24/7,  «Alertes Covid» incessantes et répétitives depuis onze mois. … C’est un processus d’ingénierie sociale. 

Ce qu’ils veulent, c’est augmenter les chiffres pour justifier le verrouillage. 

Et maintenant, il y a une soi-disant «deuxième vague». Des millions de tests covid-positifs sont actuellement en cours de tabulation. 

Covid-19 est décrit comme le «virus tueur». 

Détruire la société civile 

Les gens sont effrayés et perplexes. «Pourquoi feraient-ils ça?»

Écoles vides, aéroports vides, épiceries en faillite.

En France, «les églises sont menacées de kalachnikovs suite à l’épidémie de Covid-19 » (avril 2020)

L’ensemble de l’économie des services urbains est en crise. Les magasins, bars et restaurants sont mis en faillite. Les voyages internationaux et les vacances sont suspendus. Les rues sont vides. Dans plusieurs pays, les bars et les restaurants sont tenus de prendre des noms et des informations de contact pour permettre une recherche efficace des contacts si nécessaire .
 .
Verrouillage culturel
 .
Dans le même temps, à partir de mars 2020, la fermeture mondiale des économies nationales s’est accompagnée d’  un verrouillage culturelaffectant la  musique et les événements artistiques. Musées vides, plus d’opéras, plus de symphonies, les salles de concert sont fermées dans le monde entier. Des plateformes dites numériques de séjour à la maison ont été mises de l’avant. Aux États-Unis, les musées ont annoncé la fermeture le 12 mars, à commencer par le New York Metropolitan Museum of Art. En France, le Louvre, Versailles et la Tour Eiffel ont été fermés le 13 mars.
.
La liberté d’expression est supprimée
Le récit de verrouillage est soutenu par la désinformation des médias, la censure en ligne, l’ingénierie sociale et la campagne de peur.

Les médecins qui remettent en question le récit officiel sont menacés. Ils perdent leur emploi. Leurs carrières sont détruites. Ceux qui s’opposent au verrouillage du gouvernement sont classés dans la catégorie des «psychopathes antisociaux»: 

Des «études» psychologiques évaluées par des pairs sont actuellement menées dans plusieurs pays à l’aide d’enquêtes par sondage.

Acceptez le «gros mensonge» et vous êtes étiqueté comme une «bonne personne» avec une «empathie» qui comprend les sentiments des autres.

… [E] exprimez des réserves concernant… la distanciation sociale et le port du masque facial, et vous serez étiqueté (selon «l’opinion scientifique») comme un «psychopathe insensible et trompeur».

Dans les collèges et les universités, le personnel enseignant est poussé à se conformer et à approuver le récit officiel du covid. La remise en question de la légitimité du verrouillage des «classes» en ligne pourrait conduire à un licenciement.

Plusieurs médecins qui s’opposent au consensus COVID ou au vaccin ont été arrêtés. En décembre,  «Jean-Bernard Fourtillan, professeur d’université à la retraite connu pour son opposition au vaccin COVID-19 a été arrêté« par des forces de l’ordre sous commandement militaire, et placé de force à l’isolement à l’hôpital psychiatrique d’Uzès ». Fourtillan est connu comme «un critique de longue date des vaccins qui utilisent des adjuvants dangereux».

 

Capture d’écran: NTD, 16 décembre 2020

Google et Twitter Marketing du grand mensonge

Les opinions d’éminents scientifiques qui remettent en question le verrouillage, le masque facial ou la distanciation sociale sont «prises en compte» par Google:

 » YouTube n’autorise pas les contenus diffusant des informations médicales erronées qui contredisent les informations médicales de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou des autorités sanitaires locales sur le COVID-19, y compris sur les méthodes de prévention, de traitement ou de diagnostic du COVID-19 , et les moyens de transmission de COVID-19 « 
(pas d’italique dans l’original) Ils appellent cela «vérification des faits», sans reconnaître que tant l’OMS que les autorités sanitaires locales contredisent leurs propres données et concepts.

.

De même, Twitter a confirmé qu ‘«il supprimera tous les messages suggérant qu’il y a des« effets ou effets néfastes liés à la vaccination »… Twitter:  « troublera la mémoire de tous les messages qui «invoquent une conspiration délibérée» ou «avancent des messages préjudiciables, faux ou récits trompeurs sur les vaccins. »

11 mars 2020: Dépression économique. Coup d’État mondial?

Déstabiliser d’un seul coup les économies nationales de plus de 190 pays est un acte de «guerre économique». Cet agenda diabolique mine la souveraineté des États-nations. Cela appauvrit les gens du monde entier. Cela conduit à une dette mondiale libellée en dollars en spirale.

Les structures puissantes du capitalisme mondial, le Big Money couplé à son intelligence et à son appareil militaire en sont la force motrice. En utilisant des technologies numériques et de communication avancées, le verrouillage et la fermeture économique de l’économie mondiale sont sans précédent dans l’histoire du monde.

Cette intervention simultanée dans 190 pays déroge à la démocratie. Il porte atteinte à la souveraineté des États-nations du monde entier, sans qu’il soit nécessaire d’intervenir militaire. Il s’agit d’un système avancé de guerre économique qui éclipse d’autres formes de guerre, y compris les guerres théâtrales conventionnelles (de type irakien). (Voir les chapitres IV, IX)

Scénarios de «gouvernance mondiale». Le gouvernement mondial à l’ère post-Covid? 

Le projet Lockdown du 11 mars 2020 utilise des mensonges et des tromperies pour finalement imposer un régime totalitaire mondial, intitulé «Global Governance» (par des fonctionnaires non élus). Selon les mots de David Rockefeller:

«… Le monde est maintenant plus sophistiqué et prêt à marcher vers un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et des banquiers mondiaux est certainement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée au cours des siècles passés . (cité par Aspen Times , 15 août 2011, italiques ajoutés)

Le scénario de gouvernance mondiale impose un agenda d’ingénierie sociale et de conformité économique:

Il constitue une extension du cadre politique néolibéral imposé aux pays en développement comme aux pays développés. Il consiste à abandonner «l’autodétermination nationale» et à construire un lien mondial de régimes pro-américains par procuration contrôlés par une «souveraineté supranationale» (gouvernement mondial) composée d’institutions financières de premier plan, de milliardaires et de leurs fondations philanthropiques. (Voir Michel Chossudovsky, Global Capitalism, «World Government» and the Corona Crisis , 1er mai 2020).

Simuler des pandémies

«Scénario Lock Step» de Rockefeller

La Fondation Rockefeller propose l’utilisation de la «planification de scénarios» comme moyen de mettre en œuvre une «gouvernance mondiale».

Dans le rapport 2010 de Rockefeller intitulé  «Scénarios pour l’avenir de la technologie et de la zone de développement international», des scénarios de gouvernance mondiale et les mesures à prendre en cas de pandémie mondiale sont envisagés.

Plus précisément, le rapport envisageait (p 18)  la simulation d’un scénario Lock Step  incluant une souche de grippe virulente globale.

Le scénario Lock Step décrit «un monde de contrôle gouvernemental descendant plus strict et de leadership plus autoritaire, avec une innovation limitée et une répulsion croissante des citoyens». En «2012» (soit deux ans après la publication du rapport), [dans le cadre de la simulation], une souche de grippe «extrêmement virulente et mortelle» provenant d’oies sauvages met le monde à genoux, infectant 20% de la population mondiale et tuant 8 millions de personnes en seulement sept mois – «la majorité d’entre eux sont de jeunes adultes en bonne santé». ( Helen Buyniski, février 2020)

Le rapport Rockefeller 2010 a été publié dans le sillage immédiat de la pandémie de grippe porcine H1N1 de 2009.

La simulation de table Clade X

Le 15 mai 2018, une simulation Toptable d’une pandémie intitulée Clade X a été menée sous les auspices du John Hopkins Center for Health Security.

Clade X a été décrit par ses organisateurs comme

«… un exercice de table sur une pandémie d’ une journée qui simulait une série de réunions convoquées par le Conseil de sécurité nationale de 10 dirigeants du gouvernement américain, jouées par des personnalités de premier plan dans les domaines de la sécurité nationale ou de la riposte à l’épidémie».

Événement 201

Clade X a été suivi d’une autre simulation sur table intitulée  Event 201  (également sous les auspices du Johns Hopkins Center for Health Security). L’événement 201 concernait une épidémie de coronavirus intitulée nCoV-2019.  Elle a eu lieu le 18 octobre 2019, moins de 3 mois avant que le SRAS-2 ne soit «officiellement» identifié au début de janvier 2020.

Capture d’écran, 201 Un exercice de pandémie mondiale

L’exercice de la pandémie de l’événement 201. Le 18 octobre 2019 a également abordé dans le cadre de la simulation comment gérer les médias sociaux en ligne et la soi-disant «désinformation». (Écoute attentivement)

Vidéo

De nombreuses caractéristiques de l ‘«exercice de simulation» 201 correspondaient en fait à ce qui s’est réellement passé lorsque le directeur général de l’OMS a lancé une urgence de santé publique mondiale le 30 janvier 2020.

Dans le scénario de l’ événement 201, un effondrement de 15% des marchés financiers avait été «simulé» . Cela n’a pas été «prédit» selon les organisateurs et sponsors de l’événement, qui comprenait la Fondation Bill et Melinda Gates ainsi que le Forum économique mondial.

Il convient de noter que les sponsors de l’événement 201, y compris le WEF et la Fondation Gates, ont été activement impliqués dès le début dans la coordination (et le financement) des politiques liées à Covid-19, y compris le test PCR, les procédures de verrouillage ainsi que Vaccin à ARNm. Les preuves suggèrent que ces politiques avaient été planifiées et envisagées à une date bien antérieure.

Il convient également de noter que l’ OMS a initialement adopté un acronyme similaire (pour désigner le coronavirus) à celui de l’exercice John Hopkins Pandemic Event 201 (nCoV-2019).  

«… Le nouveau virus a été initialement nommé 2019-nCoV par l’OMS

Le 11 février 2020, l’OMS a renommé la maladie en maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Le même jour, le Coronavirus Study Group (CSG) du Comité international sur la taxonomie des virus a publié un manuscrit sur bioRxiv dans lequel ils suggéraient de désigner le 2019-nCoV comme coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère 2 (SRAS-CoV-2) sur la base d’un analyse phylogénétique des coronavirus apparentés »( Lancet )

Le choix du nom SARS-CoV-2 est expliqué au chapitre III en relation avec le rapport Drosten.

L’intelligence et «l’art de la tromperie»

La crise de Covid est un instrument sophistiqué des élites au pouvoir. Il a toutes les caractéristiques d’une opération de renseignement soigneusement planifiée. en utilisant «la tromperie et la contre-tromperie» . Leo Strauss:  «considérait le renseignement comme un moyen pour les décideurs d’atteindre et de justifier les objectifs politiques, et non de décrire les réalités du monde.» Et c’est précisément ce qu’ils font par rapport à Covid-19.

«Le prétexte mondial» .

Confirmé par d’éminents scientifiques ainsi que par des organismes officiels de santé publique, notamment l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Center for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis. Covid-19 est un problème de santé publique mais ce n’est PAS un virus dangereux.

L a crise du COVID-19 est marquée par une «urgence» de santé publique sous les auspices de l’OMS qui sert de prétexte et de justification pour déclencher un processus mondial de restructuration économique, sociale et politique. La tendance est à l’imposition d’un totalitaria État.

L’ingénierie sociale est appliquée. Les gouvernements sont poussés à prolonger le verrouillage, malgré ses conséquences économiques et sociales dévastatrices.

Il n’y a aucune base scientifique pour mettre en œuvre la fermeture de l’économie mondiale comme moyen de résoudre une crise de santé publique. Les médias et les gouvernements sont impliqués dans la diffusion de la désinformation.

La campagne de peur n’a aucun fondement scientifique.  Vos gouvernements mentent. En fait, ils se mentent à eux-mêmes.

 


.

.

Chapitre II

La chronologie de Corona

 

Ce chapitre fournit une chronologie détaillée de la crise corona à partir d’août 2019

 

1er août 2019:  Glaxo-Smith-Kline  (GSK) et Pfizer  annoncent l’établissement d’un partenariat d’entreprise dans les produits de santé grand public, y compris les vaccins.

19 septembre 2019: L a Alliance ID2020 a tenu son sommet à New York, intitulé «Rising to the Good ID Challenge». L’accent a été mis sur la mise en place sous les auspices de GAVI (Alliance for Vaccine Identity) d’un vaccin avec un passeport numérique intégré . L’objectif déclaré était la création d’une base de données numérique mondiale.

«Avec la possibilité pour la vaccination de servir de plate-forme pour l’identité numérique, le programme exploite les opérations d’enregistrement des naissances et de vaccination existantes pour fournir aux nouveau-nés une identité numérique portable et persistante liée biométriquement . Le programme explorera et évaluera également plusieurs technologies biométriques pour nourrissons de premier plan pour offrir une identité numérique persistante dès la naissance …

«Nous mettons en œuvre une approche tournée vers l’avenir de l’identité numérique qui donne aux individus le contrôle de leurs propres informations personnelles, tout en s’appuyant sur les systèmes et programmes existants».

18 octobre 2019. Événement 201. L’exercice 201 de simulation de pandémie

Le coronavirus a été initialement nommé 2019-nCoV par l’OMS , du même nom (à l’exception du placement de la date) que celui adopté lors de l’exercice de simulation 201 du 18 octobre 2019 sous les auspices de la John Hopkins Bloomberg School of Health, Center for Heath Security (un événement parrainé par la Fondation Gates et le Forum économique mondial). ( Événement 201 )

En octobre 2019, le Johns Hopkins Center for Health Security a organisé un exercice sur table sur la pandémie appelé Event 201avec des partenaires, le Forum économique mondial et la Fondation Bill & Melinda Gates. … Pour le scénario, nous avons modélisé une pandémie fictive de coronavirus, mais nous avons explicitement déclaré qu’il ne s’agissait pas d’une prédiction.

Au lieu de cela, l’exercice a permis de mettre en évidence les problèmes de préparation et d’intervention qui pourraient survenir lors d’une pandémie très grave. Nous ne prévoyons pas pour l’instant que l’ épidémie de nCoV-2019 tuera 65 millions de personnes.

Bien que notre exercice sur table comprenait un nouveau coronavirus simulé, les entrées que nous avons utilisées pour modéliser l’impact potentiel de ce virus fictif ne sont pas similaires à nCoV-2019. «Nous ne prédisons pas maintenant que le nCoV-2019 [qui a également été utilisé comme nom de l’épidémie de simulation] tuera 65 millions de personnes.

Bien que notre exercice sur table comprenait un nouveau coronavirus simulé, les entrées que nous avons utilisées pour modéliser l’impact potentiel de ce virus fictif ne sont pas similaires à nCoV-2019. « 

31 décembre 2019: Premiers cas de pneumonie détectés et signalés à Wuhan, province du Hubei. Chine.

1er janvier 2020:  les autorités sanitaires chinoises ferment le marché de gros de Huanan Seafood à Wuhan après que les médias occidentaux ont rapporté que les animaux sauvages vendus là-bas pourraient avoir été la source du virus. Cette première évaluation a ensuite été réfutée par des scientifiques chinois.

7 janvier 2020: les autorités chinoises «identifient un nouveau type de virus» qui (selon les rapports) a été isolé le 7 janvier 2020.

11 janvier 2020 – La Commission municipale de la santé de Wuhan annonce le premier décès causé par le coronavirus.

22 janvier 2020: OMS . Les membres du Comité d’urgence de l’OMS «ont exprimé des points de vue divergents sur la question de savoir si cet événement constitue une USPPI ou non». La réunion du Comité a repris le 23 janvier 2020, chevauchant les réunions du Forum économique mondial à Davos (21-24 janvier 2020).

La réunion du Comité d’urgence convoquée par le Directeur général de l’OMS en vertu du Règlement sanitaire international (RSI) (2005) a exprimé des points de vue divergents sur la question de savoir si cet événement constitue une USPPI ou non. À ce moment-là, l’avis était que l’événement ne constituait pas une USPPI, mais les membres du Comité ont convenu de l’urgence de la situation et ont suggéré que le Comité soit convoqué de nouveau dans quelques jours pour examiner la situation plus avant.

21-24 janvier 2020:  Consultations au Forum économique mondial, Davos, Suisse sous les auspices de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) pour le développement d’un programme de vaccination. CEPI est un partenariat WEF-Gates. Avec le soutien du CEPI, Moderna, basé à Seattle, fabriquera un vaccin à ARNm contre le 2019-nCoV . . »

Remarque: Le développement d’ un vaccin nCoV 2019 a été annoncé à Davos, 2 semaines après l’annonce du 7 janvier 2020, et à peine une semaine avant le lancement officiel de l’urgence mondiale de santé publique de l’OMS le 30 janvier. Le WEF-Gates-CEPI L’annonce d’un vaccin précède l’urgence de santé publique de l’OMS (USPPI)

Voir la vidéo WEF 

Des intérêts financiers dominants, des fondations milliardaires et des institutions financières internationales ont joué un rôle clé dans le lancement de l’urgence de santé publique de l’OMS (USPPI).

Dans la semaine précédant cette décision historique de l’OMS. L’USPPI a fait l’objet de «consultations» lors du Forum économique mondial (WEF), Davos (21-24 janvier). Le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros, était présent à Davos. Ces consultations ont-elles contribué à influencer la décision historique de l’OMS le 30 janvier.

Y a-t-il eu un  conflit d’intérêts tel que défini par l’OMS ? Le plus grand donateur de l’OMS est la Fondation Bill et Melinda Gates, qui, avec le WEF et le CEPI, avait déjà annoncé à Davos le développement d’un vaccin Covid-19 avant le lancement historique de l’USPPI le 30 janvier.

Le directeur général de l’OMS avait le soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates, de Big Pharma et du Forum économique mondial (WEF). Il y a des indications que la décision de l’  OMS de déclarer une urgence sanitaire mondiale a été prise en marge du Forum économique mondial (WEF) à Davos (21-24 janvier) chevauchant la réunion du 22 janvier du Comité d’urgence à Genève.

Le  directeur général de l’OMS, Tedros,  était présent à Davos 2020.

28 janvier 2020:  Le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a confirmé que le virus novela corona avait été isolé.

 

30 janvier 2020: Urgence de santé publique de portée internationale de l’OMS (USPPI)

La première étape de cette crise a été lancée par l’OMS le 30 janvier . Bien qu’officiellement, elle n’ait pas été qualifiée de «pandémie», elle a néanmoins contribué à mener la campagne contre la peur.

Dès le départ, les estimations des «cas positifs confirmés» font partie d’un «jeu des nombres».

Dans certains cas, les statistiques n’ont tout simplement pas été mentionnées et dans d’autres cas, les chiffres ont été sélectivement gonflés en vue de semer la panique.

Non mentionné par les médias: le nombre de «cas confirmés» sur la base d’estimations erronées (PCR) utilisé pour justifier cette décision de grande portée était ridiculement faible.

La population mondiale en dehors de la Chine est de l’ordre de 6,4 milliards. Le 30 janvier 2020 en dehors de la Chine, il y avait:

83 cas dans 18 pays, et seulement 7 d’entre eux n’avaient pas d’antécédents de voyage en Chine. (voir OMS , 30 janvier 2020).

Le 29 janvier 2020, la veille du lancement du PHEI ( enregistré par l’OMS), il y avait 5 cas aux États-Unis, 3 au Canada, 4 en France, 4 en Allemagne.

Il n’y avait aucune «base scientifique» pour justifier le lancement d’une urgence de santé publique mondiale.

Capture d’écran du tableau de l’OMS, 29 janvier 2020 ,

Ces faibles chiffres (non mentionnés par les médias) n’ont pas empêché le lancement d’une campagne mondiale contre la peur.

31 janvier 2020: Décision du président Trump de suspendre les voyages aériens avec la Chine

Le lendemain (31 janvier 2020), Trump a annoncé qu’il refuserait l’entrée aux États-Unis aux ressortissants chinois et étrangers «qui ont voyagé en Chine au cours des 14 derniers jours» . Cela a immédiatement déclenché une crise dans les transports aériens, les transports, les relations commerciales entre les États-Unis et la Chine ainsi que les transactions de fret et d’expédition.

Alors que l’OMS «[n’a] recommandé aucune restriction de voyage ou de commerce», les cinq soi-disant «cas confirmés» aux États-Unis étaient suffisants pour «justifier» la décision du président Trump du 31 janvier 2020 de suspendre les voyages aériens vers la Chine tout en précipitant une campagne de haine contre les Chinois de souche dans tout le monde occidental.

Cette décision historique du 31 janvier a ouvert la voie à la perturbation du commerce international des produits de base ainsi qu’aux restrictions mondiales sur les voyages aériens.

Les «faux médias» sont immédiatement passés à la vitesse supérieure. La Chine a été tenue responsable de la «propagation de l’infection» dans le monde.

Début février 2020 : l’acronyme du coronavirus est passé de nCoV-2019 (son nom sous l’événement d’octobre 201 John Hopkins Simulation Exercise avant son identification début janvier 2020) en SRAS-nCoV-2. Covid-19 indique la maladie déclenchée par le SRAS-CoV-2

20-21 février 2020. Données Covid dans le monde hors de Chine: le bateau de croisière Diamond Princess 

Alors que la Chine a signalé un total de 75567 cas de COVID-19 (20 février), les cas confirmés en dehors de la Chine étaient extrêmement bas et les statistiques basées en grande partie sur le test PCR utilisé pour confirmer la «propagation mondiale du virus» étaient discutables. Pour dire le moins. De plus, sur les 75 567 cas en Chine, un grand pourcentage s’était rétabli. Et les chiffres de récupération n’ont pas été reconnus par les médias.

Le jour de la conférence de presse historique du Dr Tedros (20 février 2020), le nombre enregistré de cas confirmés en dehors de la Chine était de 1073, dont 621 étaient des passagers et des membres d’équipage du navire de croisière Diamond Princess (échoué dans les eaux territoriales japonaises).

D’un point de vue statistique, la décision de l’OMS indiquant une «propagation du virus dans le monde» n’a pas de sens.

Le 20 février,  57,9% des «cas confirmés» de Covid-19 dans le monde provenaient du Diamond Princess , peu représentatif d’une «tendance statistique» mondiale. L’histoire officielle est la suivante:

  • Un passager basé à Hong Kong qui avait débarqué du Diamond Princess à Hong Kong le 25 janvier a développé une pneumonie et a été testé positif au coronavirus novela le 30 janvier.
  • Il aurait voyagé le 10 janvier à Shenzhen, en Chine continentale (qui borde les nouveaux territoires de Hong Kong).
  • Le Diamond Princess est arrivé à Yokohama le 3 février. Une quarantaine a été imposée au croiseur  Voir l’étude NCBI .
  • De nombreux passagers sont tombés malades en raison de l’emprisonnement sur le bateau.
  • Tous les passagers et l’équipage du Diamond Princess ont effectué le test PCR.
  • Le nombre de cas confirmés est passé à 691 le 23 février.

Scan Source: étude NCBI

À lire attentivement : du point de vue de l’évaluation des tendances statistiques mondiales, les données ne tiennent pas debout. Sans les données de Diamond Princess, les cas dits confirmés dans le monde en dehors de la Chine au 20 février 2020 étaient de l’ordre de  452, sur une population de 6,4 milliards. 

Examinez le graphique de l’OMS ci-dessous. Le bleu indique les cas confirmés sur le Diamond Princess (moyen de transport international) (arrivé à Yokohama le 3 février 2020), dont beaucoup étaient malades, confinés dans leurs chambres pendant plus de deux semaines (mise en quarantaine imposée par le Japon). Tous les passagers et l’équipage ont passé le test RT-PCR (qui ne détecte ni n’identifie Covid-19).

Il va sans dire que ces soi-disant données ont joué un rôle déterminant dans le lancement de la campagne de peur et de l’effondrement des marchés financiers au cours du mois de février. (voir la section ci-dessous)

20 février 2020:  lors d’une conférence de presse le jeudi 20 février après-midi (heure CET) lors d’un  briefing à Genève, le directeur général de l’OMS. Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus , a déclaré qu’il était

«Préoccupé par le fait que la chance de contenir l’épidémie de coronavirus« se fermait »…

« Je pense que la fenêtre d’opportunité est toujours là, mais que la fenêtre se rétrécit. »

Il n’y a eu que 1076 cas en dehors de la Chine (dont la Diamond Press:

Capture d’écran, Conférence de presse de l’OMS, 20 février 2020

Remarque: Les données tabulées ci-dessus pour le 20 février 2020 indiquent 1073 cas. 1076 cas lors de la conférence de presse de l’OMS)

Ces déclarations de «choc et de crainte» ont contribué à intensifier la campagne de peur, malgré le fait que le nombre de cas confirmés en dehors de la Chine était extrêmement faible. Les 20 et 21 février 2020 marquent le début de la crise financière de 2020. 

Hors Diamond Princess, 452 cas dits «confirmés» dans le monde hors de Chine, pour une population de 6,4 milliards d’habitants  recensés par l’OMS le 20 février  15 aux États-Unis, 8 au Canada, 9 au Royaume-Uni. (Voir tableau à droite, 20 février 2020). Voici les chiffres utilisés pour justifier les avertissements du Dr Tedros: «la fenêtre se rétrécit»:

Un plus grand nombre de cas en dehors de la Chine a été enregistré en Corée du Sud (153 cas selon l’OMS) et en Italie (enregistrés par les autorités nationales).

Données de l’OMS enregistrées en février 2020 au début de la soi-disant crise financière de Covid (à droite)

La déclaration du Dr Tedros (basée sur des concepts et des statistiques défectueux) a préparé le terrain pour l’effondrement financier de février. (Voir chapitre IV).

24 février: Moderna Inc, soutenu par le CEPI, a   annoncé que son vaccin expérimental à ARNm COVID-19, connu sous  le nom d’ARNm-1273, était prêt pour les tests sur l’homme.

28 février 2020: Une campagne de vaccination de l’OMS a été annoncée par le directeur général de l’OMS, le Dr  Tedros Adhanom Ghebreyesus  

Plus de 20 vaccins sont en cours de développement dans le monde et plusieurs thérapeutiques sont en cours d’essais cliniques. Nous attendons les premiers résultats dans quelques semaines.

La campagne de développement de vaccins a été lancée avant la décision de l’OMS de lancer une urgence de santé publique mondiale. Il a été annoncé pour la première fois lors de la réunion du WEF à Davos (21-24 janvier) par le CEPI.

Début mars: Chine:  plus de 50% des patients infectés se sont rétablis et sont sortis des hôpitaux.

Au total, 49 856 patients se sont rétablis du COVID-19 et sont sortis des hôpitaux en Chine. (OMS) .  Cela signifie que le nombre total de  «cas infectés confirmés» en Chine était de 30 448. (Soit 80 304 moins 49 856 = 30 448 (80 304 est le nombre total de cas confirmés en Chine (données OMS, 3 mars 2020). Ces développements concernant le «rétablissement» ne sont pas rapportés par les médias occidentaux.

Le 5 mars , le directeur général de l’OMS confirme qu’en dehors de la Chine, 2055 cas sont signalés dans 33 pays . Environ 80% de ces cas continuent de provenir de seulement trois pays (Corée du Sud, Iran, Italie).

7 mars: Etats-Unis : Le nombre de «cas confirmés» (infectés et guéris) aux Etats-Unis début mars est de l’ordre de 430, passant à environ 600  (8 mars). Montée rapide au cours du mois de mars.

Comparez cela aux chiffres relatifs au virus de la grippe B: le CDC a estimé pour 2019-2020 «au moins 15 millions de maladies à virus grippal… 140 000 hospitalisations et 8 200 décès. ( La colline )

7 mars: Chine: la pandémie est presque terminée

Les nouveaux cas signalés en Chine tombent à deux chiffres . 99 cas enregistrés le 7 mars.   Tous les nouveaux cas en dehors de la province du Hubei sont classés comme «infections importées» (en provenance de pays étrangers). La fiabilité des données reste à établir:

99 nouveaux cas confirmés dont 74 dans la province du Hubei,… Les nouveaux cas comprenaient 24 infections importées – 17 dans la province du Gansu, trois à Pékin, trois à Shanghai et une dans la province du Guangdong.

11 mars 2020: La pandémie historique de Covid-19, le verrouillage, la fermeture de 190 économies nationales

Le directeur général de l’OMS avait déjà préparé le terrain lors de sa conférence de presse du 21 février .

«Le monde devrait faire plus pour se préparer à une éventuelle pandémie de coronavirus». L’OMS a appelé les pays à être «dans une phase de préparation».

L’OMS a officiellement déclaré une pandémie mondiale à un moment où il y avait 118 000 cas confirmés et 4 291 décès dans le monde (y compris la Chine). ( 11 mars 2020, selon la conférence de presse ). Que vous disent ces «statistiques»?

Le nombre de cas confirmés hors de Chine (6,4 milliards d’habitants) était de l’ordre de   44279 et 1440 décès ( chiffres enregistrés par l’OMS pour le 11 mars (le 12 mars) (voir tableau à droite) (Le chiffre des décès hors de Chine mentionné lors de la conférence de presse de Tedros était de 4291). aux États-Unis, enregistré le 11 mars 2020, il y avait selon John Hopkins: 1 335 «cas» et 29 décès («présomption» plus PCR confirmée)

Immédiatement après l’annonce du 11 mars 2020 par l’OMS, la campagne de peur est passée à la vitesse supérieure. (les impacts économiques et financiers sont examinés au chapitre IV)

16 mars 2020: Moderna  mRNA-1273 est testé en plusieurs étapes avec 45 volontaires à Seattle, État de Washington. Le programme de vaccination a débuté début février:

«Nous ne savons pas si ce vaccin induira une réponse immunitaire ou s’il sera sans danger. C’est pourquoi nous faisons un essai », a souligné Jackson. «Ce n’est pas au stade où il serait possible ou prudent de le donner à la population en général.» ( AP , 16 mars 2020)

18 et 20 mars 2020. Verrouillage aux États-Unis

Annonces de la deuxième vague et rapports de presse sur le Canada et les États-Unis. Du début à la mi-juin

8 novembre 2020. Le vaccin Covid-19 est lancé

Novembre-décembre 2020: En   cours de verrouillage partiel, mesures de distanciation sociale et de rassemblement social appliquées dans de nombreux pays, dont la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et le Canada.

.


.

 

Chapitre III

Qu’est-ce que la Covid-19, le SARS-CoV-2

Comment est-il testé? Comment est-il mesuré?

«La détection de l’ARN viral peut ne pas indiquer la présence d’un virus infectieux ou que le 2019-nCoV est l’agent causal des symptômes cliniques. La performance de ce test n’a pas été établie pour le suivi du traitement de l’infection au 2019-nCoV. Ce test ne peut pas exclure des maladies causées par d’autres agents pathogènes bactériens ou viraux. » – Les Centers for Disease Control and Prevention

«… La totalité ou une partie substantielle de ces résultats positifs pourraient être dus à ce que l’on appelle des tests de faux positifs .» – Michael Yeadon: ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer

**

Sommes-nous confrontés à un virus dangereux. Est-ce une pandémie?

La campagne contre la peur est sans cesse menée par des déclarations politiques et la désinformation des médias. Un examen plus approfondi des rapports officiels des autorités sanitaires nationales ainsi que des articles évalués par des pairs donne une image totalement différente.

Le SARS-CoV-2 n’est pas un virus tueur. 

Selon un premier rapport de l’OMS  concernant l’épidémie en Chine:

Les symptômes les plus fréquemment rapportés [du COVID-19] comprenaient la fièvre, la toux sèche et l’essoufflement, et la plupart des patients (80%) ont présenté une maladie bénigne. Environ 14% ont souffert d’une maladie grave et 5% ont été gravement malades. Les premiers rapports suggèrent que la gravité de la maladie est associée à l’âge (> 60 ans) et à la maladie comorbide. (se basant en grande partie sur l’évaluation de l’OMS du COVID-19 en Chine)

Capture d’écran The Hill, 19 mars 2020

Qu’est-ce que Covid-19, SARS-CoV-2.

Mensonge par omission: les médias n’ont pas réussi à rassurer le grand public. Vous trouverez ci-dessous la définition officielle de l’ OMS de Covid-19:

Les coronavirus sont une grande famille de virus qui peuvent provoquer des maladies chez les animaux ou les humains. Chez l’homme, plusieurs coronavirus sont connus pour provoquer des infections respiratoires allant du rhume à des maladies plus graves telles que le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Le coronavirus le plus récemment découvert provoque la maladie à coronavirus COVID-19.

«Les symptômes les plus courants du COVID-19 sont la fièvre, la toux sèche et la fatigue. … Ces symptômes sont généralement légers et commencent progressivement. Certaines personnes sont infectées mais ne présentent que des symptômes très légers . La plupart des gens (environ 80%) se rétablissent de la maladie sans avoir besoin de soins hospitaliers. Environ 1 personne sur 5 qui contracte le COVID-19 tombe gravement malade et développe des difficultés respiratoires. »

«Le COVID-19 est similaire au SRAS-1»: selon le  Dr Wolfgang Wodarg, la  pneumonie est «régulièrement causée ou accompagnée de virus corona». Les immunologistes confirment globalement la définition du CDC. Le COVID-19 a des caractéristiques similaires à une grippe saisonnière associée à une pneumonie.

Selon Anthony Fauci (directeur du NIAID), H. Clifford Lane et Robert R. Redfield (directeur du CDC) dans le New England Journal of Medicine 

«… Les conséquences cliniques globales du Covid-19 peuvent en fin de compte s’apparenter davantage à celles d’une grippe saisonnière sévère (qui a un taux de létalité d’environ 0,1% ) ou d’une grippe pandémique (similaire à celles de 1957 et 1968) plutôt qu’à une maladie similaire au SRAS ou au MERS, qui ont eu des taux de létalité de 9 à 10% et 36%, respectivement. »

Le Dr Anthony Fauci   se ment à lui-même. Dans ses déclarations publiques, il dit que Covid est «dix fois pire que la grippe saisonnière».

Il réfute son rapport évalué par les pairs cité ci-dessus. Depuis le début, Fauci a joué un rôle déterminant dans la campagne de peur et de panique à travers l’Amérique:

 

Capture d’écran The Hill, 19 mars 2020

Covid-19 contre virus A et virus B de la grippe (grippe) (et sous-types)  ( Gardez à l’esprit que la grippe saisonnière n’est pas un coronavirus)

Rarement mentionné par les médias ou par les politiciens: le CDC (qui est une agence du gouvernement américain) confirme que Covid-19 est similaire à Influenza

«La grippe (grippe) et le COVID-19 sont tous deux des maladies respiratoires contagieuses, mais elles sont causées par différents virus . Le COVID-19 est causé par une infection par un nouveau coronavirus (appelé SARS-CoV-2) et la grippe est causée par une infection par des virus grippaux . Étant donné que certains des symptômes de la grippe et du COVID-19 sont similaires, il peut être difficile de faire la différence entre eux en se basant uniquement sur les symptômes, et des tests peuvent être nécessaires pour aider à confirmer un diagnostic. La grippe et le COVID-19 partagent de nombreuses caractéristiques, mais il existe des différences importantes entre les deux. »

Si le public avait été informé et rassuré que Covid est «similaire à la grippe», la campagne de peur serait tombée à plat.

Le verrouillage et la fermeture de l’économie nationale auraient été catégoriquement rejetés.

Détection du virus. Estimation et tabulation des données. Test de réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse (RT-PCR)

Le test standard utilisé pour  «détecter / identifier» le SRAS-2 dans le monde est  le test de réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse ( RT-PCR).

Le test RT-PCR a été  utilisé pour estimer et classer le nombre de cas de Covid-19 positifs dits «confirmés». (Ce n’est pas le seul test utilisé. Les observations ci-dessous concernent uniquement le test PCR standard).

Selon le lauréat du prix Nobel, le  Dr Kary Mullis,  qui a inventé le test RT-PCR. (Le Dr Mullis a écrit, le 7 mai 2013 ):

«La PCR détecte un très petit segment de l’acide nucléique qui fait partie d’un virus lui-même . Le fragment spécifique détecté est déterminé par le choix quelque peu arbitraire des amorces d’ADN utilisées qui deviennent les extrémités du fragment amplifié. »

La PCR-RT développée par le Dr Kary Mullis  a  été appliquée de manière erronée en vue d ‘«estimer» les cas positifs au SRAS-2, dans la plupart des cas sans diagnostic médical du patient.

(Voir nos observations ci-dessous sur l’  étude Drosten RT-PCR. Comme le souligne le Dr Mullis et confirmé par d’éminents médecins, le test PCR n’identifie pas le virus).

Voici les concepts développés par le CDC.

Le test des «cas confirmés» de Covid-19

Voici les définitions et procédures officielles qui sont contradictoires:

«Le test COVID-19 RT-PCR est un test d’amplification en chaîne par polymérase à transcription inverse en temps réel (rRT-PCR)pour la détection qualitative de l’acide nucléique du SRAS-CoV-2 dans des échantillons des voies respiratoires supérieures et inférieures… collectés auprès d’individus suspectés de COVID 19… [ainsi que] d’individus sans symptômes ou autres raisons de soupçonner une infection au COVID-19. …

Ce test est également destiné à être utilisé avec des échantillons individuels d’écouvillon nasal auto-collectés à l’aide du kit de prélèvement à domicile Pixel by LabCorp COVID-19 … Le test COVID-19 RT-PCR est également destiné à la détection qualitative de l’acide nucléique du SRAS- CoV-2 dans des échantillons regroupés, en utilisant une stratégie de regroupement matriciel (FDA,  LabCorp Laboratory Test Number: 139900)

Ce test est basé sur des échantillons des voies respiratoires supérieures et inférieures.

 Les critères et directives confirmés par le CDC  concernant «Le panel de diagnostic CDC 2019-Novel Coronavirus (2019-nCoV)» sont les suivants (à lire attentivement):

Les résultats concernent l’identification de l’ARN 2019-nCoV. L’ ARN 2019-nCoV est généralement détectable dans les échantillons des voies respiratoires supérieures et inférieures pendant l’infection. Des résultats positifs indiquent une infection active par le 2019-nCoV mais n’excluent pas une infection bactérienne ou une co-infection avec d’autres virus. L’agent détecté peut ne pas être la cause définitive de la maladie. Les laboratoires des États-Unis et de leurs territoires sont tenus de signaler tous les résultats positifs aux autorités de santé publique compétentes.

Les résultats négatifs n’empêchent pas l’infection par le 2019-nCoV et ne doivent pas être utilisés comme seule base pour le traitement ou d’autres décisions de prise en charge des patients . Les résultats négatifs doivent être associés aux observations cliniques, aux antécédents du patient et aux informations épidémiologiques.

Ce que cela suggère, c’est qu’une infection positive pourrait être le résultat d’une co-infection avec d’autres virus . Selon le CDC, il  «n’exclut pas» une infection bactérienne ou une co-infection avec d’autres virus. L’agent détecté n’est peut-être pas la cause définitive de la maladie. » (CDC)

Le diagramme suivant résume le processus d’identification des cas positifs et négatifs: Il suffit de la présence de «matériel génétique viral» pour qu’il soit catégorisé comme «positif». La procédure n’identifie pas et n’isole pas Covid-19. Ce qui apparaît dans les tests sont des fragments du virus.

Un test positif ne signifie pas que vous avez le virus et / ou que vous pourriez transmettre le virus.
 .
Un test négatif ne signifie pas que vous ne l’avez pas.
.
Les concepts CDC cités ci-dessus suggèrent que le test RT-PCR tel qu’appliqué pour estimer la propagation du virus – est dysfonctionnel. De plus, une amplification (seuil) supérieure à 25 cycles (Ct) entraînera inévitablement des estimations trompeuses. Ce que veulent les gouvernements, c’est gonfler le nombre de cas positifs, notamment dans le cadre de la seconde vague. L’amplification a été bien menée au-delà des 25 cycles recommandés.
.
Cas «présomptifs» et «confirmés»
 .
Cette section traite des procédures de test au début de la pandémie en février 2020.
.
Aux États-Unis, les données du CDC incluent à la fois les cas positifs « confirmés» et «présumés» de COVID-19 signalés au CDC ou testés sous la juridiction du CDC depuis le 21 janvier 2020.   Les données présumées positives ne confirment pas l’infection à coronavirus.
.
Les tests présomptifs impliquent «une analyse chimique d’un échantillon qui établit la possibilité qu’une substance soit présente » (je souligne). Le test présomptif doit ensuite être envoyé pour confirmation à un laboratoire de santé gouvernemental accrédité. » (Pour plus de détails, voir: Michel Chossudovsky,  Spinning Fear and Panic Across America. Analyse des données COVID-1920 mars 2020)

.

De même, au Canada,  « un test au point de service » est un «test rapide effectué au moment et au lieu des soins, comme un hôpital ou un cabinet médical». Il consiste à prélever des «échantillons du nez ou de la gorge à l’aide d’écouvillons», qui sont ensuite testés sur place, avec des résultats quasi immédiats (en 30 à 60 minutes). Mais cela ne confirme pas la présence du SRAS-CoV-2.

Tests sérologiques ou tests d’anticorps pour COVID-19  

Selon le CDC, les tests sérologiques ne détectent pas le virus lui-même, «ils détectent les anticorps produits en réponse à une infection». Les tests sérologiques ne sont pas utilisés pour «un diagnostic précoce du COVID-19». 

«Faux positifs» et identification du virus. Le test PCR identifie -t- il le SRAS-CoV-2?

Alors que le SRAS-CoV-2 – à  savoir le virus qui causerait le COVID-19 (classé comme une maladie), a été isolé lors d’un test de laboratoire en janvier 2020, le test RT-PCR n’identifie / ne détecte pas le virus. Ce qu’il détecte, ce sont des fragments de viri . D’après l’immunologiste suisse renommé Dr B.Stadler

Donc, si nous faisons un test PCR corona sur une personne immunisée, ce n’est pas un virus qui est détecté , mais une petite partie brisée du génome viral. Le test revient positif tant qu’il reste de minuscules parties brisées du virus. Même si les virus infectieux sont morts depuis longtemps, un test corona peut revenir positif, car la méthode PCR multiplie même une infime fraction du matériel génétique viral suffisamment [pour être détecté].

La question est positive pour quoi ?? Le test PCR ne détecte pas l’identité du virus, selon le Dr Pascal Sacré,

«Ces tests détectent les particules virales, les séquences génétiques, pas le virus dans son intégralité.

Pour tenter de quantifier la charge virale, ces séquences sont ensuite amplifiées plusieurs fois à travers de nombreuses étapes complexes sujettes à des erreurs, des erreurs de stérilité et des contaminations.

La RT-PCR positive n’est pas synonyme de maladie COVID-19! Les spécialistes de la PCR précisent qu’un test doit toujours être comparé au dossier clinique du patient testé, à l’état de santé du patient pour confirmer sa valeur [fiabilité]

Les médias effraient tout le monde avec de nouveaux tests PCR positifs, sans aucune nuance ni contexte, assimilant à tort ces informations à une deuxième vague de COVID-19.

Si le test RT-PCR n’a jamais été destiné à identifier le virus, il n’en constitue pas moins d’emblée la pierre angulaire des estimations officielles des «positifs» Covid-19.

POURQUOI alors a-t-il été adopté?

L’OMS instaure le test RT-PCR Covid en janvier 2020. L’étude controversée Drosten

F.William Engdahl  documente comment le test RT-PCR a été instauré par l’OMS au début en janvier 2020, malgré ses lacunes évidentes dans l’identification du 2019-nCoV. Le scandale prend ses racines en Allemagne impliquant «un professeur au cœur du groupe consultatif corona d’Angela Merkel»:

Le 23 janvier 2020, dans la revue scientifique Eurosurveillance , du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, le Dr Christian Drosten , avec plusieurs collègues de l’Institut de virologie de Berlin à l’hôpital de la Charité, [ainsi que] le chef d’un petit Berlin La société de biotechnologie, TIB Molbiol Syntheselabor GmbH, a publié une étude intitulée «Détection du nouveau coronavirus 2019 (2019-nCoV) par RT-PCR en temps réel» (Eurosurveillance 23 janvier 2020).

Alors que l’ article d’Eurosurveillance de Drosten et al   (réalisé en liaison avec l’OMS) confirmait que «plusieurs séquences du génome viral avaient été libérées», dans le cas du 2019-nCoV, cependant, «les isolats de virus ou les échantillons de patients infectés  n’étaient pas disponibles…»:

«Les séquences génomiques suggèrent la présence d’un virus étroitement lié aux membres d’ une espèce virale appelée CoV liée au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), une espèce définie par l’agent de l’épidémie de SRAS de 2002/03 chez l’homme [ 3 , 4 ].

Nous rendons compte de l’établissement et de la validation d’un flux de travail de diagnostic pour le dépistage 2019-nCoV et la confirmation spécifique [à l’aide du test RT-PCR], conçu en l’absence d’isolats de virus disponibles ou d’échantillons de patients originaux. La conception et la validation ont été rendues possibles par l’étroite relation génétique avec le SRAS-CoV de 2003 , et aidées par l’utilisation de la technologie des acides nucléiques synthétiques. ( Eurosurveillance, 23 janvier 2020, italiques ajoutés).

Ce que cette déclaration suggère, c’est que l’identité du 2019-nCoV n’était pas requise et que la «validation» serait rendue possible par «l’étroite parenté génétique avec le 2003-SRAS-CoV». Il suggère également que l’OMS n’avait pas en janvier 2020 en sa possession les « isolats de virus» nécessaires pour identifier le virus.

Les recommandations de l’étude Drosten ( soutenue et financée par la Fondation Gates ) relatives à l’utilisation du test RT-PCR appliqué au 2019-nCoV ont ensuite été transmises à l’OMS. Ils ont ensuite été approuvés par le  directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom. L’  identité du virus n’était pas requise.

Ce qui précède explique également le changement de nom ultérieur par l’OMS du 2019-nCoV en SARS-CoV-2.

L’article de Drosten et al concernant l’utilisation du test RT-PCR Worldwide  (sous la direction de l’OMS) a été contesté dans une étude du 27 novembre 2020  par un groupe de 23 virologues, microbiologistes et al. 

«Leur analyse minutieuse de la pièce originale [de Drosten] est  accablante . … Ils accusent Drosten et des cohortes d’incompétence scientifique «fatale» et de failles dans la promotion de leur test » (Engdahl, décembre 2020).  

Selon Pieter Borger, Bobby Rajesh Malhotra, Michael Yeadon, Clare Craig, Kevin McKernan, et al.

À la lumière de toutes les conséquences résultant de cette publication même pour les sociétés du monde entier, un groupe de chercheurs indépendants a effectué un examen point par point de la publication susmentionnée [Drosten] dans laquelle 1) tous les composants du plan de test présenté ont été vérifiés par recoupement, 2) les recommandations du protocole RT-qPCR ont été évaluées par rapport aux bonnes pratiques de laboratoire, et 3) les paramètres ont été examinés par rapport à la littérature scientifique pertinente couvrant le domaine.

Le protocole RT-qPCR publié pour la détection et le diagnostic du 2019-nCoV et le manuscrit souffrent de nombreuses erreurs techniques et scientifiques, notamment une conception insuffisante de l’amorce, un protocole RT-qPCR problématique et insuffisant et l’absence d’une validation de test précise . Ni le test présenté ni le manuscrit lui-même ne remplissent les conditions requises pour une publication scientifique acceptable. De plus, les conflits d’intérêts graves des auteurs ne sont pas mentionnés. Enfin, le délai très court entre la soumission et l’acceptation de la publication (24 heures) signifie qu’un processus d’examen systématique par les pairs n’a pas été effectué ici, ou de mauvaise qualité problématique. Nous fournissons des preuves irréfutables de plusieurs insuffisances, erreurs et défauts scientifiques.(27 novembre 2020 Critique de l’article de Drosten , italiques ajoutés)

Les résultats du test PCR appliqué au SRAS-2 sont manifestement erronés. Drosten et al ont recommandé l’utilisation d’un cycle de seuil d’amplification 35-45 (Ct), qui a été approuvé par l’OMS en janvier 2020 et rétracté un an plus tard. (Voir notre analyse sur le Rectificatif del’OMS et Mea Culpa à la fin de ce chapitre).

Le test RT-PCR. «Estimations» du CDC des «cas positifs» dits Covid-19. Comment les données sont-elles tabulées?

Vous trouverez ci-dessous une capture d’écran du formulaire du CDC  intitulé Formulaire de rapport de cas d’infection humaine avec un nouveau coronavirus 2019 à remplir par le personnel médical / sanitaire autorisé.

Notez la catégorisation, en gardant à l’esprit que ni le «cas probable» ni le «cas confirmé en laboratoire» (RT-PCR) ne sont «confirmés». De plus, il n’y a aucun moyen d’identifier le virus SARS-CoV-2 dans un test de laboratoire PCR (comme indiqué ci-dessus).

Aux États-Unis, les cas probables (PC) et confirmés en laboratoire (CC) sont regroupés. Et le nombre total (PC + CC) constitue la base pour l’établissement des données sur l’infection COVID-19. C’est comme ajouter des pommes et des oranges.

Le chiffre total (PC + CC) classé comme « Total des cas» n’a pas de sens. Il ne mesure pas l’infection positive au COVID-19.

La plupart des «tests présomptifs» sont effectués par des cliniques privées ou des cliniques commerciales.

Au Royaume-Uni, selon un rapport du  Daily Telegraph du 21 mai:  «les échantillons prélevés sur le même patient sont enregistrés comme deux tests distincts dans les chiffres officiels du gouvernement».

Ce n’est qu’un exemple de manipulation de données.

Aux États-Unis, les cliniques sont payées ($$$) pour augmenter le nombre d’admissions de Covid-19. Un cas probable ne nécessite pas d’examen de laboratoire: «Répond aux critères de l’état civil sans aucun test de laboratoire de confirmation» (voir formulaire ci-dessus)

Taux de récupération du COVID-19

Les données du CDC compilent à la fois les cas positifs «confirmés» et «présumés» depuis le 21 janvier 2020. Pourtant, ce qu’ils ne parviennent pas à rendre public, c’est que parmi les cas confirmés et présumés,  un grand nombre d’Américains se sont rétablis. Mais personne ne parle de rétablissement. Cela ne fait pas la une des journaux.

La falsification des certificats de décès aux États-Unis

Au début de la pandémie, les CDC avaient reçu pour instruction de modifier la méthodologie concernant les certificats de décès afin de gonfler artificiellement le nombre de «décès de Covid». Selon  H.Ealy, M. McEvoy et al 

«Les lignes directrices de 2003 pour l’établissement des certificats de décès avaient été annulées. «Si le CDC avait utilisé sa norme de l’industrie, le Manuel des médecins légistes et des coroners sur l’enregistrement des décès et les rapports sur les décès fœtaux, révision 2003, comme il l’a fait pour toutes les autres causes de décès au cours des 17 dernières années, le nombre de décès par COVID-19 serait d’environ 90,2% de moins qu’aujourd’hui . » ( Covid-19: Politiques discutables, manoeuvré Règles de collecte et de communication des données est – il sécuritaire pour les élèves de retourner à l’ école.?  Par H. Ealy , M. McEvoy , et et al. , 09 Août, 2,02 mille

Décès CDC attribués au COVID-19. Comorbidités 

Un rapport du CDC de décembre 2020 confirme que 94% des décès attribués à Covid ont des «comorbidités» (c’est-à-dire des décès dus à d’autres causes).

Pour 6% des décès, le COVID-19 était la seule cause mentionnée. Pour les décès avec des conditions ou des causes en plus du COVID-19, en moyenne, il y avait 2,6 conditions ou causes supplémentaires par décès. Le nombre de décès pour chaque condition ou cause est indiqué pour tous les décès et par groupes d’âge.

Le 21 mars 2020, les directives spécifiques suivantes ont été introduites par le CDC  concernant les certificats de décès (et leur tabulation dans le système national de statistiques de l’état civil (NVSS).

COVID-19: La «cause sous-jacente de la mort» et la clause «plus souvent qu’autrement» (more often than not) du CDC 

Le   COVID-19 sera-t-il la cause sous-jacente du décès?   Ce concept est fondamental. 

La cause sous-jacente du décès  est définie par l’OMS comme «la maladie ou la blessure qui a déclenché la suite d’événements menant directement au décès» .  

Ce que le CDC recommande en ce qui concerne le codage statistique et la catégorisation, c’est que le COVID-19 devrait être la cause sous-jacente de décès «le plus souvent».

Le CDC combine ces deux critères. «Cause sous-jacente du décès», le plus souvent.

Le COVID-19 sera-t-il la cause sous-jacente du décès? 

«La cause sous-jacente dépend de quoi et où les conditions sont signalées sur le certificat de décès. Cependant, les règles de codage et de sélection de la cause sous-jacente du décès devraient faire en sorte que le COVID-19 soit le plus souvent la cause sous-jacente. »

La directive ci-dessus est catégorique.

Vous trouverez ci-dessous les concepts et les justifications du CDC

Le certificateur n’est pas autorisé à signaler un coronavirus sans identifier une souche spécifique. Et les directives recommandent que COVID-19 doit toujours être indiqué.

(voir ci-dessous): (source CDC)

Le certificateur ne peut pas s’écarter des critères du CDC. Covid-19 est imposé. Lisez attentivement les critères ci-dessous:

«Que se passe-t-il si les certificateurs déclarent des termes autres que les termes suggérés?

Si un certificat de décès signale un coronavirus sans identifier une souche spécifique ou sans spécifier explicitement qu’il ne s’agit pas d’un COVID-19, le NCHS demandera aux États de faire un suivi pour vérifier si le coronavirus était ou non COVID-19.

Tant que la phrase utilisée indique la souche de coronavirus 2019, NCHS s’attend à attribuer le nouveau code. Cependant, il est préférable et plus simple pour les certificateurs d’utiliser la terminologie standard (COVID-19).

Que se passe-t-il si les termes indiqués sur le certificat de décès indiquent une incertitude?

Si le certificat de décès rapporte des termes tels que «COVID-19 probable» ou «COVID-19 probable», ces termes recevront le nouveau code CIM . Il est peu probable que le NCHS assure le suivi de ces cas.

Si le   «test COVID-19 en attente» est indiqué sur le certificat de décès, cela sera considéré comme un enregistrement en attente. Dans ce scénario, NCHS s’attend à recevoir un enregistrement mis à jour, car le code entraînera probablement R99. Dans ce cas, le NCHS demandera aux États de faire un suivi pour vérifier si les résultats des tests ont confirmé que le défunt avait COVID-19.

… Le COVID-19 doit être déclaré sur le certificat de décès de tous les décès pour lesquels la maladie a causé ou est supposée avoir causé ou contribué au décès. Les certificateurs doivent inclure autant de détails que possible en fonction de leur connaissance du cas, des dossiers médicaux, des tests de laboratoire, etc. »

Il n’y a pas d’échappatoires. Ces directives du CDC ont contribué à classer Covid-19 comme la «cause de décès» enregistrée. Deux  concepts fondamentaux prévalent partout:

  1. La «cause sous-jacente du décès»
  2. La clause «plus souvent qu’autrement» qui fausse la cause du décès 

Et ces critères sont imposés malgré le fait que le test RT-PCR  utilisé pour corroborer la «cause du décès» donne des résultats trompeurs.

En pratique, comme indiqué ci-dessus:  «COVID-19 probable» ou «COVID-19 probable» sera considéré comme la  cause du décès sans la réalisation d’un test PCR et sans la réalisation d’une autopsie. 

Étude de cas: «Estimations» erronées de la cause de décès au Québec

Les critères établissant la cause de décès «sous-jacente» aux États-Unis sont basés sur la clause «le plus souvent» (voir ci-dessus) établie au niveau national par les CDC.

Au Canada, les critères diffèrent d’une province à l’autre. La catégorisation de la cause de décès dans la province canadienne du Québec a fait l’objet de grossières manipulations.

Selon une directive du ministère de la Santé du Québec  (avril 2020):

«Si la cause présumée du décès est Covid-19 (avec ou sans test positif), une autopsie doit être évitée  [souligné dans le document original] et le décès doit être attribué au Covid-19 comme cause probable du décès. De plus, les décès dont la cause probable est Covid-19 sont considérés comme naturels et ne font pas l’objet d’un avis du coroner. “(Souligné dans le document original).

La directive n’autorise pas le comptage des comorbidités. Appliquée le 16 avril 2020, cette directive était propice à une forte augmentation immédiate du nombre de décès attribués à Covid-19:

44,9% du total des décès au Québec ont été attribués au Covid-19  (semaine du 11 au 18 avril 2020) (voir tableau ci-dessous).

Selon La Presse de Montréal  ,  « avril [2020] a été le mois le plus meurtrier» . Mais La Presse a-t-elle consulté les directives du ministère de la Santé:

Voici les causes (quotidiennes) de décès pour le Québec correspondant à la semaine du 12 au 18 avril 2020 (suivant immédiatement la directive gouvernementale) mesurées selon les critères émis par le ministère de la Santé.

Ces chiffres sont-ils le résultat de la soi-disant pandémie mortelle? Ou sont-ils le résultat des «directives» du ministère de la Santé fondées sur des critères erronés?

  •   Affaire «présumée» concernant Covid,
  • «Avec ou sans test positif»,
  • Cause «probable» de décès,
  • «L’autopsie doit être évitée» dans le cas du Covid-19.
  • « Les décès dont la cause probable est Covid-19, sont considérés comme naturels et ne font pas l’objet d’un avis au coroner « 

Selon M. Paul G. Brunet , du Conseil pour la protection des malades (CPM):

«… Nous avons réalisé à travers les dénonciations de certains médecins que les gens ne sont pas morts de COVID, mais de déshydratation, de malnutrition, d’abandon , déplore M. Brunet. Alors, de quoi sont vraiment morts les milliers de personnes des CHSLD et des résidences privées? » (cité dans La Presse, traduit du français)

Test, test, test

Le test RT-PCR est connu pour produire un pourcentage élevé de faux positifs . Les gens ont peur. Ils sont encouragés à faire le test PCR, ce qui augmente le nombre de faux positifs. Et les gouvernements sont actuellement impliqués dans l’augmentation du nombre de tests PCR en vue de gonfler le nombre de cas dits positifs pour Covid-19. Ces soi-disant estimations sont ensuite utilisées pour justifier le verrouillage

Mais un PCR positif ne confirme pas un Covid-19 positif.

Ces «estimations» positives de Covid gonflées (à partir du test PCR) sont ensuite compilées et utilisées pour soutenir la campagne de peur. Le battage médiatique dans les décès de Covid-19 est basé sur des critères imparfaits et biaisés.

Selon le Dr Pascal Sacré dans un article intitulé:  Le test COVID-19 RT-PCR: Comment tromper toute l’humanité. L’ utilisation d’ un « test » à la société Lock Down .

Ce détournement de la technique RT-PCR est utilisé comme une stratégie implacable et intentionnelle par certains gouvernements , soutenus par les conseils scientifiques de sécurité et par les médias dominants, pour justifier des mesures excessives telles que la violation d’un grand nombre de droits constitutionnels, la destruction du économie avec la faillite de secteurs actifs entiers de la société, la dégradation des conditions de vie d’un grand nombre de citoyens ordinaires, sous le prétexte d’une pandémie basée sur un certain nombre de tests RT-PCR positifs, et non sur un nombre réel de patients .

Les tests RT-PCR ne prouvent pas l’infection :

«Aujourd’hui, alors que les autorités testent plus de personnes, il y aura forcément plus de tests RT-PCR positifs. Cela ne signifie pas que le COVID-19 revient ou que l’épidémie se déplace par vagues. Il y a plus de personnes testées, c’est tout. »

Cette procédure de collecte massive de données est là pour fournir des «estimations» (fausses) favorables (fausses) pour justifier l’application d’un verrouillage couplé à une deuxième vague mondiale de déstabilisation économique et sociale.  (Voir les chapitres IV et X)

La rétractation de l’OMS. «Nous avons fait une erreur». Recommande de «re-tester» la rRT-PCR

Le test de réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse en temps réel (rRT-PCR) a été adopté par l’OMS le 23 janvier 2020 comme moyen de détection du virus SARS-COV-2, suivant les recommandations du groupe de recherche Virologie (basé à l’Université de la Charité Hospital, Berlin), soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates. (Voir notre analyse ci-dessus sur l’ étude Drosten )

Exactement un an plus tard, le 20 janvier 2021, l’OMS se rétracte. Ils ne disent pas «Nous avons fait une erreur». La rétraction est soigneusement formulée. (Voir l’ avis de rétractation de l’ OMS en date du 20 janvier 2021 )

Si l’OMS ne nie pas la validité de ses directives trompeuses de janvier 2020, elle recommande néanmoins le « Re-testing» (ce que tout le monde sait être une impossibilité).

La question litigieuse concerne le nombre de cycles de seuil d’amplification (Ct). Selon Pieter Borger, et al

Le nombre de cycles d’amplification [devrait être] inférieur à 35; de préférence 25-30 cycles. En cas de détection de virus,> 35 cycles détecte uniquement les signaux qui ne sont pas corrélés avec le virus infectieux tel que déterminé par l’isolement en culture cellulaire… (Critique de l’étude Drosten )

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) admet tacitement un an plus tard que TOUS les tests PCR effectués à un seuil d’amplification (Ct) de 35 cycles ou plus sont INVALIDES. Mais c’est ce qu’ils ont recommandé en janvier 2020, en concertation avec l’équipe de virologie de l’hôpital Charité de Berlin.

Si le test est effectué à un seuil de 35 Ct ou plus (ce qui a été recommandé par l’OMS), les segments du virus SRAS-CoV-2 ne peuvent pas être détectés, ce qui signifie que TOUS les soi-disant «cas positifs» confirmés présentés dans le tableau cours des 14 derniers mois ne sont pas valides.

Selon Pieter Borger, Bobby Rajesh Malhotra, Michael Yeadon, et al, le Ct> 35 a été la norme «dans la plupart des laboratoires en Europe et aux États-Unis». 

Le Mea Culpa de l’OMS

Vous trouverez ci-dessous la «rétractation» soigneusement formulée par l’OMS. Le texte intégral avec lien vers le document original est en annexe:

«Les directives de l’OMS sur les tests de diagnostic du SRAS-CoV-2 indiquent qu’une interprétation prudente des résultats faiblement positifs est nécessaire ( 1 ). Le seuil de cycle (Ct) nécessaire pour détecter le virus est inversement proportionnel à la charge virale du patient. Lorsque les résultats des tests ne correspondent pas à la présentation clinique,  un nouvel échantillon doit être prélevé et retesté en utilisant la même technologie NAT ou une technologie différente. (italiques ajoutés)

L’OMS rappelle aux utilisateurs de DIV que la prévalence de la maladie modifie la valeur prédictive des résultats des tests; à mesure que la prévalence de la maladie diminue, le risque de faux positifs augmente ( 2 ). Cela signifie que la probabilité qu’une personne qui a un résultat positif (SRAS-CoV-2 détecté) soit vraiment infectée par le SRAS-CoV-2 diminue à mesure que la prévalence diminue, quelle que soit la spécificité revendiquée. « 

«Positifs non valides» est le concept sous-jacent 

Ce n’est pas une question de   «faibles positifs» et de «risque de fausses augmentations positives». L’enjeu est une «méthodologie défectueuse» qui conduit à des estimations invalides.

Ce que cet aveu de l’OMS confirme, c’est que  l’estimation du covid positif à partir d’un test PCR  (avec un seuil d’amplification de 35 cycles ou plus) est invalide . Dans ce cas, l’OMS recommande un nouveau test:   «un nouvel échantillon doit être prélevé et retesté…».

L’OMS appelle à un «nouveau test» , ce qui équivaut à «Nous avons foiré».

Cette recommandation est pro forma. Cela n’arrivera pas. Des millions de personnes dans le monde ont déjà été testées, à partir de début février 2020. Néanmoins,  nous devons conclure qu’à moins d’être retestées, ces estimations (selon l’OMS) sont invalides.  

Dès le départ, le test PCR a été systématiquement appliqué à un seuil d’amplification Ct de 35 ou plus, conformément aux recommandations de janvier 2020 de l’OMS. Cela signifie que la méthodologie RT-PCR appliquée dans le monde entier a conduit au cours des 12 à 14 derniers mois à la compilation de statistiques Covid erronées et trompeuses.

Et ce sont les statistiques qui servent à mesurer la progression de la soi-disant «pandémie». Au-dessus d’un cycle d’amplification de 35 ou plus, le test ne détectera pas le virus . Par conséquent,  les «nombres covid» officiels n’ont aucun sens.

Il s’ensuit qu’il n’y a aucune base scientifique pour confirmer l’existence d’une pandémie.

Ce qui signifie à son tour que le verrouillage / les mesures économiques qui ont entraîné la panique sociale, la pauvreté de masse et le chômage (censés freiner la propagation du virus) n’ont aucune justification.

Selon l’avis scientifique:

«Si une personne est testée par PCR comme positive lorsqu’un seuil de 35 cycles ou plus est utilisé (comme c’est le cas dans la plupart des laboratoires en Europe et aux États-Unis), la probabilité que ladite personne soit effectivement infectée est inférieure à 3% , la probabilité que ledit résultat est un faux positif est de 97%   (Pieter Borger, Bobby Rajesh Malhotra, Michael Yeadon, Clare Craig, Kevin McKernan, et al, Critique of Drosten Study )

.

Comme indiqué ci-dessus, «la probabilité que ledit résultat soit un faux positif est de 97%»: il s’ensuit que l’utilisation de la détection> 35 cycles contribuera de manière indélébile à «augmenter» le nombre de «faux positifs».

Au moment de la rédaction de cet article (mi-mars 2021), malgré le retrait de l’OMS, le test PCR est largement utilisé pour augmenter les chiffres en vue de soutenir la campagne de peur, justifiant les politiques de verrouillage en cours ainsi que la mise en œuvre du Vaccin contre le covid.

Ironiquement, les nombres erronés basés sur des «positifs invalides» sont à leur tour manipulés pour assurer une tendance à la hausse des positifs Covid.

De plus, ces tests PCR ne sont pas systématiquement accompagnés d’un diagnostic médical des patients testés.

Et maintenant, les autorités sanitaires nationales ont émis de (faux) avertissements d’une «troisième vague» dans le cadre de leur campagne de propagande en faveur du vaccin Covid-19.

L’OMS confirme que la procédure de test Covid PCR telle qu’appliquée n’est pas valide. Il n’y a absolument aucune base scientifique pour mettre en œuvre le vaccin Covid.

L’OMS et l’évaluation scientifique de Pieter Borger , et al (cité ci-dessus) confirment sans équivoque que les tests adoptés par les gouvernements pour justifier le verrouillage et la déstabilisation des économies nationales sont INVALIDES.

Remarques finales. Données non valides et « Jeu des chiffres »

Il faut comprendre que ces «estimations invalides» basées sur une méthodologie de PCR défectueuse (que l’OMS a maintenant reconnue) sont  les «chiffres» cités sans relâche 24/7 par les médias au cours de la «première vague» et de la «deuxième vague » , Qui ont servi à alimenter la campagne de peur et à« justifier »  TOUTES les politiques mises en avant par les gouvernements:

  • confinement,
  • fermeture de l’activité économique,
  • restrictions sur les rassemblements sociaux, les réunions de famille, les mariages, les funérailles
  • fermeture ou fermeture partielle des écoles, collèges et universités
  • fermeture d’événements culturels et sportifs
  • fermeture des musées
  • confinement entraînant des pertes d’emplois,
  • le déclenchement de la pauvreté et du chômage de masse,
  • faillites
  • distanciation sociale,
  • masque,
  • couvre-feu,
  • le vaccin.
  • le passeport santé

Et maintenant, nous sommes entrés dans une soi-disant «troisième vague».

Mais où sont les données? Comment les tests sont-ils menés?

Quelle est la méthodologie sous-jacente par rapport au seuil des cycles d’amplification (Ct)? Comment les estimations des cas positifs sont-elles conduites et compilées?


Annexe au chapitre III

Texte intégral de la directive OMS du 20 janvier 2021

Technologies de test d’acide nucléique (NAT) qui utilisent la réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour la détection du SARS-CoV-2

Type de produit: Technologies de test d’acide nucléique (NAT) qui utilisent la réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour la détection du SARS-CoV-2

Date: 13 janvier 2021                                                                      

Identifiant OMS: 2020/5, version 2

Public cible: professionnels de laboratoire et utilisateurs de DIV.

Objet de cet avis: clarifier les informations précédemment fournies par l’OMS. Cet avis remplace l’avis d’information de l’OMS pour les utilisateurs de dispositifs médicaux de diagnostic in vitro (DIV) 2020/05 version 1, publié le 14 décembre 2020.

Description du problème: L’ OMS demande aux utilisateurs de suivre les instructions d’utilisation (IFU) lors de l’interprétation des résultats des échantillons testés à l’aide de la méthodologie PCR.

Les utilisateurs de DIV doivent lire et suivre attentivement la notice d’utilisation pour déterminer si un ajustement manuel du seuil de positivité de la PCR est recommandé par le fabricant.

Les directives de l’OMS Les tests de diagnostic du SRAS-CoV-2 indiquent qu’une interprétation prudente des résultats faiblement positifs est nécessaire ( 1 ). Le seuil de cycle (Ct) nécessaire pour détecter le virus est inversement proportionnel à la charge virale du patient. Lorsque les résultats des tests ne correspondent pas à la présentation clinique, un nouvel échantillon doit être prélevé et retesté en utilisant la même technologie NAT ou une technologie différente.

L’OMS rappelle aux utilisateurs de DIV que la prévalence de la maladie modifie la valeur prédictive des résultats des tests; à mesure que la prévalence de la maladie diminue, le risque de faux positifs augmente ( 2 ). Cela signifie que la probabilité qu’une personne qui a un résultat positif (SRAS-CoV-2 détecté) soit réellement infectée par le SRAS-CoV-2 diminue à mesure que la prévalence diminue, quelle que soit la spécificité revendiquée.

La plupart des tests PCR sont indiqués comme une aide au diagnostic, par conséquent, les prestataires de soins de santé doivent considérer tout résultat en combinaison avec le moment de l’échantillonnage, le type d’échantillon, les spécificités du test, les observations cliniques, les antécédents du patient, le statut confirmé de tout contact et les informations épidémiologiques.

Actions à entreprendre par les utilisateurs IVD:

  1. Veuillez lire attentivement la notice d’utilisation dans son intégralité.
  2. Contactez votre représentant local si un aspect de la notice d’utilisation n’est pas clair pour vous.
  3. Vérifiez la notice d’utilisation de chaque envoi entrant pour détecter tout changement dans la notice d’utilisation.
  4. Fournissez la valeur Ct dans le rapport au fournisseur de soins de santé demandeur.

Remarques

1. Tests diagnostiques du SRAS-CoV-2. Genève: Organisation mondiale de la Santé; 2020, numéro de référence OMS WHO / 2019-nCoV / Laboratory / 2020.6.

2. Altman DG, Bland JM. Tests de diagnostic 2: valeurs prédictives. BMJ. 9 juillet 1994; 309 (6947): 102. doi: 10.1136 / bmj.309.6947.102.


Chapitre IV

Dépression économique mondiale

Au moment de la rédaction du présent rapport, il y a essentiellement quatre phases distinctes dans la déstabilisation de l’économie mondiale.

  • La première phase a été lancée fin janvier, lorsque l’administration Trump a annoncé (31 janvier 2020) qu’elle refuserait l’entrée aux ressortissants étrangers «qui ont voyagé en Chine au cours des 14 derniers jours» . Cela a immédiatement déclenché une crise du transport aérien. Le commerce sino-américain ainsi que l’industrie du tourisme ont été touchés.
  • La deuxième phase a  été lancée le 20 février, après que le Dr Tedros, directeur général de l’OMS, ait averti qu’une pandémie était imminente, ce qui a déclenché le début du crash financier Corona 2020.
  • La troisième phase a  été lancée avec le  verrouillage du 11 mars et la fermeture de 190 économies nationales , avec des conséquences sociales dévastatrices et
  • Une quatrième phase a  été lancée en octobre-novembre, coïncidant avec la soi-disant «deuxième vague».
  • Une «troisième vague» a été lancée début 2021.

La perturbation du commerce entre les États-Unis et la Chine 

La décision de Trump le 31 janvier 2020 a été prise immédiatement après l’annonce par le directeur général de l’OMS d’une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) (30 janvier 2020). À bien des égards, il s’agissait d’un acte de «guerre économique» contre la Chine.

Et puis, à la suite de la décision de Trump du 31 janvier 2020 de réduire les voyages aériens et les transports vers la Chine, une campagne a été lancée dans les pays occidentaux contre la Chine ainsi que contre les Chinois de souche. The Economist a rapporté   que «le coronavirus propage le racisme contre et parmi les Chinois de souche»

«La communauté chinoise britannique est confrontée au racisme suite à l’épidémie de coronavirus»

Selon le South China Morning Post (Hong Kong) :

«Les communautés chinoises à l’étranger sont de plus en plus confrontées à des abus et des discriminations racistes au milieu de l’épidémie de coronavirus. Certaines personnes d’origine chinoise vivant au Royaume-Uni disent avoir été confrontées à une hostilité croissante à cause du virus mortel originaire de Chine. »

Et ce phénomène s’est produit partout aux États-Unis

China Town, San Francisco

Commerce États-Unis-Chine. La dépendance de l’Amérique vis-à-vis du «Made in China»

Ce que l’administration Trump n’a pas compris, c’est que les États-Unis sont fortement dépendants des importations de produits de base en provenance de Chine.

La vérité tacite est que l’Amérique est une économie tirée par les importations (résultant de la délocalisation) avec une base manufacturière faible, fortement dépendante des importations en provenance de la RPC. Malgré la domination financière américaine et les pouvoirs du dollar, il y a de graves défaillances dans la structure de la «vraie économie» américaine qui ont été exacerbées par la crise corona.

Les importations américaines en provenance de Chine ont considérablement diminué en raison de la «pandémie», les impacts sur le commerce de détail américain sont potentiellement dévastateurs. Ce processus de disruption affectant la production, les lignes d’approvisionnement, le transport international a démarré début février, suite à la déclaration de Trump le 31 janvier 2020

Des facteurs politiques et géopolitiques ont joué un rôle clé, notamment la campagne anti-chinoise lancée en février 2020 ainsi que les menaces de l’administration Trump, affirmant que la Chine était responsable de la «propagation du virus».

Les impacts sur le commerce bilatéral entre les États-Unis et la Chine ont été dévastateurs: les importations de produits de base des États-Unis en provenance de Chine ont diminué de 28,3% (moyenne sur les trois premiers mois de 2020 par rapport aux 3 premiers mois de 2019).

Suite au blocage du 11 mars et à la fermeture de l’économie mondiale, la baisse des  importations américaines en provenance de Chine en mars 2020 était de l’ordre de 36,5% ( par rapport à mars 2019). La baisse des exportations de la Chine vers les États-Unis enregistrée en avril et mai est de l’ordre de 7,9% à 8,5% par rapport à avril-mai 2019.

De plus, selon les chiffres cités par le  Financial Times  (largement attribuables à la profonde crise financière qui a débuté en février 2020), la valeur des projets d’investissements directs chinois (annoncés) aux États-Unis a baissé d’environ 90%: 200 millions de dollars au premier trimestre de 2020, contre une moyenne de 2 milliards de dollars par trimestre en 2019.

«Les investissements directs chinois aux États-Unis se sont élevés à 5 milliards de dollars, une légère baisse par rapport à 5,4 milliards de dollars en 2018 et bien après un récent sommet de 45 milliards de dollars en 2016, lorsque les entreprises chinoises étaient beaucoup plus libres d’acquérir des homologues américains»

Alors que l’économie américaine était entrée dans une crise profonde (à partir de février 2020 avec le krach financier), l’économie chinoise s’était redressée: les exportations globales de la Chine dans le monde (en dollars) en avril ont augmenté de 3,5% (par rapport à avril 2019).

Ce qui s’est passé, c’est une réorientation majeure des exportations chinoises vers l’Union européenne (UE) et le reste du monde, qui affecte inévitablement le commerce de détail «Made in China» à travers les États-Unis.

Les implications géopolitiques sont considérables, alors que l’économie réelle aux États-Unis est en ruine, la Chine est désormais devenue le premier partenaire commercial de l’UE.

Le Crash financier Corona de février 2020

Le commerce spéculatif et la fraude financière ont joué un rôle clé. Le jeudi 20 février après-midi à Genève, (heure CET), le directeur général de l’OMS. Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a  tenu une conférence de presse. Je suis « préoccupé », a-t-il dit, « que la chance de contenir l’épidémie de coronavirus » se « ferme » …

« Je pense que la fenêtre d’opportunité est toujours là, mais que la fenêtre se rétrécit. »

Ces déclarations «choc et admiration» ont contribué à déclencher la panique, malgré le fait que le nombre de cas confirmés hors de Chine était extrêmement faible: 1076 cas hors de Chine , pour une population de 6,4 milliards d’habitants. ( Hormis le Diamond Princess, il y a eu 452 soi-disant «cas confirmés» dans le monde)

La déclaration du Dr Tedros (basée sur des concepts et des statistiques défectueux) a préparé le terrain pour l’effondrement financier de février déclenché par des informations privilégiées, la prescience, le commerce de produits dérivés, la vente à découvert et une multitude d’opérations de fonds spéculatifs.

Le COVID-19 a été étroitement identifié comme le catalyseur du krach financier.

Qui était derrière ce catalyseur?

Qui était à l’origine de la campagne de peur qui a contribué à déclencher le chaos et l’incertitude sur les marchés financiers?

Le petit nombre de cas confirmés en dehors de la Chine (1076) n’a en aucun cas confirmé la propagation d’une épidémie mondiale. Mais cela n’a pas empêché les marchés de s’effondrer.

Les marchés avaient été manipulés. Quiconque aurait eu connaissance préalable (information privilégiée) de la déclaration du directeur général de l’OMS du 20 février 2020 aurait récolté des gains monétaires importants.

Y a-t-il eu un conflit d’intérêts (tel que défini par l’OMS ) ? L’OMS reçoit des fonds de la Fondation Gates. Bill Gates a «60% de ses actifs investis dans des actions [y compris des actions et des fonds indiciels]», selon un  rapport CNBC de septembre 2019.

Le krach boursier initié le 20 février, appelé Crash du coronavirus 2020 (20 février-7 avril 2020), a été classé comme suit:

«La chute la plus rapide des marchés boursiers mondiaux de l’histoire financière et le krach le plus dévastateur depuis le crash de Wall Street en 1929.»

La cause du krach financier était (selon les «analystes») V. Le virus, à savoir la «propagation massive» de l’épidémie hors de Chine. Mais c’était un mensonge absolu: il n’y avait que  1076 cas dans le monde  pour une population de 6,4 milliards d’habitants en dehors de la Chine. (voir chapitre III). La désinformation des médias a joué un rôle clé dans la conduite de la campagne contre la peur

Délit d’initié et fraude financière

La possibilité de fraude financière et de «négociation interne» (qui est illégale) a été écartée par hasard par les analystes financiers et les médias.

Sans la main humaine, il n’y a pas de relation causale entre un virus microscopique et la gamme complexe de variables financières.

La campagne de peur du «virus tueur» associée aux «avertissements» opportuns du Dr Tedros sur la nécessité de mettre en œuvre une pandémie mondiale a servi de manière indélébile les intérêts des spéculateurs institutionnels et des hedge funds de Wall Street. Le krach financier a entraîné un changement majeur dans la répartition de la richesse monétaire. (Voir l’analyse au chapitre V)

Dans la semaine qui a suivi l’annonce de l’OMS du 20 au 21 février, le Dow Jones s’est effondré de 12%  ( CNBC , 28 février 2020). Selon les analystes ,  le plongeon du DJIA était le résultat de la propagation mondiale du virus. Une déclaration absurde en contradiction avec le (petit) nombre d’estimations positives Covid de l’OMS (1076 en dehors de la Chine), dont la plupart étaient basées sur le test PCR défectueux.

Lundi 24 février à la réouverture des marchés boursiers, il y a eu une chute sans précédent du Dow Jones imputable aux «dangers imminents» que « Covid se propageait dans le monde créant des incertitudes sur les marchés financiers».  
.
«Les stocks ont fortement chuté lundi 24 février alors  que le nombre de cas de coronavirus en dehors de la Chine augmentait , alimentant les craintes d’un ralentissement économique mondial prolongé dû à la propagation du virus. Le Dow Jones Industrial Average aclôturé 1 031,61 points de moins, soit 3,56%, à 27 960,80. » (CNBC) (italiques ajoutés)

Dow Jones Industrial Average Décembre 2019 – Mars 2020

Le 24 février également, Trump a demandé une aide d’urgence de 1,25 milliard de dollars.

Selon la BBC,  les marchés boursiers mondiaux ont connu de fortes baisses  «en raison des préoccupations concernant l’impact économique du virus», suggérant que le virus était «la« main »invisible responsable du déclin des marchés financiers.

Le COVID-19 a été étroitement identifié comme le catalyseur du krach financier.

Qui était à l’origine de la campagne de peur qui a contribué à déclencher le chaos et l’incertitude sur les marchés financiers couplés à des faillites et à une redistribution massive de la richesse monétaire?

11 mars 2020: Pandémie Covid-19, verrouillage, fermeture de 190 économies nationales

Le 11 mars 2020: l’OMS a officiellement déclaré une pandémie mondiale à un moment où il y avait  118000 cas confirmés et 4291 décès dans le  monde (y compris la Chine). (11 mars 2020, selon la conférence de presse). Que vous disent ces «statistiques»?

Le nombre de cas confirmés hors de Chine (6,4 milliards d’habitants) était de l’ordre de   44279 et 1440 décès (chiffres enregistrés le 11 mars par l’OMS (le 12 mars) (il y a une contradiction dans le nombre de décès hors de Chine). enregistré par l’OMS. Lors de la conférence de presse de Tedros à l’OMS: 4291 hors de Chine) (voir chapitre III).

Immédiatement après l’annonce du 11 mars 2020 par l’OMS, la campagne de peur est passée à la vitesse supérieure. Comme dans le cas du crash des 20 et 21 février, la déclaration du 11 mars du directeur général de l’OMS a préparé le terrain.

Les marchés boursiers se sont effondrés dans le monde entier. Le lendemain matin, le Dow (DJIA) a chuté de 9,99% (une baisse de 2  352,60 pour clôturer à 21 200,62) Le jeudi noir, le 12 mars 2020 a été «le pire jour du Dow» depuis 1987 .  La fraude financière a été le déclencheur. Un transfert massif de richesse financière avait eu lieu en faveur des milliardaires américains. (voir chapitre V)

Des instructions de confinement «Stay at Home » ont été transmises à 193 États membres des Nations Unies. Les politiciens sont les instruments d’intérêts financiers puissants. Cette décision de grande envergure était-elle justifiée comme moyen de lutter contre le virus?

La décision était basée sur un modèle de verrouillage défectueux conçu par l’Imperial College de Londres.

Sans précédent dans l’histoire, appliqués presque simultanément dans un grand nombre de pays, des secteurs entiers de l’économie mondiale ont été déstabilisés. Les petites et moyennes entreprises ont été mises en faillite. Le chômage et la pauvreté sont endémiques.

Dans plusieurs pays en développement, des famines ont éclaté (voir l’analyse ci-dessous). Les impacts sociaux de ces mesures sont dévastateurs. Les impacts sur la santé (mortalité, morbidité) de ces mesures, y compris la déstabilisation du système national de soins de santé (dans de nombreux pays) dépassent de loin ceux attribués au Covid-19.

Guerre économique

Les instructions venaient d’en haut, de Wall Street, du Forum économique mondial, des fondations milliardaires. Ce projet diabolique est décrit avec désinvolture par les médias institutionnels comme une entreprise de santé publique «humanitaire». La «communauté internationale» a une «responsabilité de protéger» (R2P). Un «partenariat public-privé» non élu sous les auspices du Forum économique mondial (WEF) est venu à la rescousse des 7,8 milliards d’habitants de la planète Terre. La fermeture de l’économie mondiale est présentée comme un moyen de «tuer le virus».

Cela semble absurde. La fermeture de l’économie réelle de la planète Terre n’est pas la «solution» mais plutôt la «cause» d’un processus de déstabilisation et d’appauvrissement dans le monde, qui à son tour aura inévitablement un impact sur les modèles de morbidité et de mortalité. À cet égard, il faut aborder la relation causale entre les variables économiques (c’est-à-dire le pouvoir d’achat) et l’état de santé de la population.

L’économie nationale combinée aux institutions politiques, sociales et culturelles est à la base de la «reproduction de la vie réelle»: revenus, emploi, production, commerce, infrastructures, services sociaux.

Déstabiliser l’économie de la planète Terre ne peut constituer une «solution» pour lutter contre le virus. Mais c’est la «solution» imposée à laquelle ils veulent nous faire croire. Et c’est ce qu’ils font.

Le verrouillage et le processus de faillite artificielle

Il existe une relation importante entre la «Real Economy» et le «Big Money», à savoir l’établissement financier.

Ce qui est en cours, c’est un processus de concentration des richesses, par lequel l’établissement financier (c’est-à-dire les créanciers de plusieurs milliards de dollars) est censé s’approprier les actifs réels des sociétés en faillite ainsi que les actifs de l’État.

La « économie réelle » constitue « le paysage économique » de l’ activité économique réelle: les actifs productifs, l’ agriculture, l’ industrie, les biens et les services, le commerce, l’ investissement, l’ emploi et l’ infrastructure sociale et culturelle y compris les écoles, les hôpitaux, les universités, les musées, etc.  La l’économie réelle aux niveaux mondial et national est la cible du verrouillage et de la fermeture de l’activité économique.

Les instructions de verrouillage transmises aux gouvernements nationaux ont été propices à la déstabilisation du « paysage économique national», qui consiste  en toute une structure économique et sociale Le verrouillage «rester à la maison» empêche les gens d’aller travailler. Du jour au lendemain, cela crée un chômage de masse (dans le monde). À son tour, le verrouillage s’accompagne de la fermeture de secteurs entiers de l’économie nationale.

Le verrouillage contribue aussitôt au  désengagement des ressources humaines (travail) qui stoppe l’activité productive. D’une part, les canaux d’ approvisionnement et de distribution sont gelés, ce qui conduit finalement à des pénuries potentielles dans la disponibilité des produits.

À leur tour, plusieurs centaines de millions de travailleurs dans le monde perdent leur emploi et leurs revenus. Alors que les gouvernements nationaux ont mis en place divers «filets de sécurité sociale» pour les chômeurs, le paiement des salaires et traitements par l’employeur est perturbé, ce qui conduit à son tour à un effondrement dramatique du pouvoir d’achat.

C’est une crise des paiements. Les salaires et traitements ne sont pas payés. Les ménages pauvres sont incapables d’acheter de la nourriture, de payer leur loyer ou leur hypothèque mensuelle. Les dettes personnelles et ménagères (y compris les dettes de carte de crédit) montent en flèche. C’est un processus cumulatif.

La mondialisation de la pauvreté conduit à une baisse de la demande des consommateurs qui se répercute ensuite sur le système productif, conduisant à une nouvelle série de faillites. Inévitablement, la structure du commerce international des produits de base est également affectée.

Endettement mondial

Les institutions financières de Global Money sont les «créanciers» de l’économie réelle en crise. La fermeture de l’économie mondiale a déclenché un processus d’endettement mondial. Sans précédent dans l’histoire du monde, une aubaine de plusieurs billions de dettes libellées en dollars frappe simultanément les économies nationales de 193 pays.

Les créanciers chercheront également à acquérir la propriété et / ou le contrôle des «richesses publiques», y compris les actifs sociaux et économiques de l’État à travers un projet d’endettement massif sous la surveillance d’institutions créancières dont le FMI, la Banque mondiale, les banques régionales de développement, etc.

Dans le cadre de la grande réinitialisation dite «nouvelle normale» proposée par le Forum économique mondial (WEF), les créanciers (y compris les milliardaires) ont l’intention de racheter des secteurs importants de l’économie réelle et de reprendre les entités en faillite (voir chapitre IX)

Crise de l’économie mondiale. La preuve

Dans les sections ci-dessous, nous passons en revue les effets dramatiques de la fermeture de l’économie mondiale en mettant l’accent sur les faillites, la pauvreté mondiale, le chômage, l’éclatement de famines ainsi que l’éducation.

La plupart des chiffres cités ci-dessous proviennent de l’ONU, du gouvernement et de sources connexes, qui ont tendance à sous-estimer la gravité de cette crise mondiale en cours, qui détruit littéralement la vie des gens.

L’endettement dans tous les secteurs de l’activité économique Le monde en est le moteur.

Ce qui est présenté ci-dessous n’est que la pointe de l’iceberg. Une grande partie des données correspond aux 6 à 8 premiers mois de 2020. Les effets dévastateurs du verrouillage de la deuxième vague qui se poursuivent doivent encore être évalués:

Les faillites

La vague de faillites déclenchée par la fermeture de l’économie mondiale touche aussi bien les petites et moyennes entreprises (PME) que les grandes entreprises. Les preuves suggèrent que les petites et moyennes entreprises sont littéralement en train d’être anéanties.

Selon une enquête du Centre du commerce international, citée par l’OCDE, concernant les PME de 132 pays:

les deux tiers des micro et petites entreprises déclarent que la crise a fortement affecté leurs activités commerciales et un cinquième indique le risque de fermeture définitive dans les trois mois. Sur la base de plusieurs enquêtes menées dans divers pays, McKinsey (2020)indique qu’entre 25% et 36% des petites entreprises pourraient fermer définitivement suite à la perturbation au cours des quatre premiers mois de la pandémie. ( Rapport de l’OCDE , italiques ajoutés)

Selon Bloomberg:

«Plus de la moitié des petites et moyennes entreprises européennes déclarent être confrontées à la faillite l’année prochaine si les revenus n’augmentent pas, ce qui souligne l’ampleur des dommages causés par la crise de Covid-19.

Une entreprise sur cinq en Italie et en France prévoit de déposer une demande d’insolvabilité dans les six mois, selon une enquête McKinsey & Co. réalisée en août auprès de plus de 2 200 PME dans les cinq plus grandes économies d’Europe.

Les enquêtes ont tendance à sous-estimer l’ampleur de cette catastrophe en cours. Les chiffres sont beaucoup plus importants que ce qui est rapporté.

Aux États-Unis, le processus de mise en faillite est en cours. Selon un groupe d’universitaires dans une lettre au Congrès:

«Nous prévoyons qu’une fraction importante des petites entreprises viables sera forcée de liquider, entraînant des pertes économiques élevées et irréversibles. «Les travailleurs perdront leur emploi même dans des entreprises viables par ailleurs. …

«Une série de défauts semble presque inévitable. À la fin du premier trimestre de cette année, les entreprises américaines avaient accumulé près de 10 500 milliards de dollars de dettes – de loin le plus depuis que la Banque fédérale de réserve de Saint-Louis a commencé à suivre ce chiffre à la fin de la Seconde Guerre mondiale. «Une explosion de la dette des entreprises», a déclaré M. Altman »( NYT , 16 juin 2020).

En ce qui concerne les petites entreprises aux États-Unis:

près de 90% des petites entreprises ont subi un impact négatif fort (51%) ou modéré (38%) de la pandémie; 45% des entreprises ont subi des perturbations dans les chaînes d’approvisionnement; 25% des entreprises ont moins de 1 à 2 mois de réserves de trésorerie. « ( OCDE )

Les résultats d’une enquête auprès de plus de 5 800 petites entreprises aux États-Unis:

… Montre que 43% des entreprises répondantes sont déjà temporairement fermées. En moyenne, les entreprises ont réduit leurs effectifs de 40%. Les trois quarts des répondants indiquent qu’ils ont deux mois ou moins en espèces en réserve. … (OCDE)

Dans une enquête récente :

«La moitié de tous les propriétaires de petites entreprises américaines dans tout le pays pensent qu’ils pourraient bientôt être contraints de fermer définitivement. Même pendant la Grande Dépression des années 30, nous n’avons rien vu de tel. »

Chômage mondial

Une contraction massive de l’emploi dans le monde est en cours. Dans un rapport d’août, l’ Organisation internationale du travail (OIT) confirme que:

La crise du COVID-19 a gravement perturbé les économies et les marchés du travail dans toutes les régions du monde, avec des pertes d’heures de travail estimées équivalentes à près de 400 millions d’emplois à temps plein au deuxième trimestre de 2020 , dont la plupart se trouvent dans les pays émergents et en développement … ( OIT, 2020a). …

Parmi les plus vulnérables figurent les 1,6 milliard de travailleurs de l’économie informelle, soit la moitié de la main-d’œuvre mondiale, qui travaillent dans des secteurs qui subissent d’importantes pertes d’emplois ou qui ont vu leurs revenus gravement affectés par les verrouillages.

La crise du COVID-19 affecte de manière disproportionnée 1,25 milliard de travailleurs occupant des emplois à risque, en particulier dans les secteurs les plus durement touchés tels que le commerce de détail, l’hébergement et les services de restauration et l’industrie (OIT, 2020b).

La plupart de ces travailleurs sont indépendants, occupant des emplois à faible revenu dans le secteur informel… Les jeunes, par exemple, subissent de multiples chocs, notamment des perturbations de l’éducation et de la formation, de l’emploi et des revenus, en plus de plus grandes difficultés à trouver un emploi.

L’OIT n’explique en aucune façon les causes politiques du chômage de masse, résultant des mesures prises par les gouvernements nationaux, prétendument en vue de résoudre la pandémie de Covid. De plus, l’OIT a tendance à sous-estimer à la fois les niveaux et l’augmentation spectaculaire du chômage.

Les gouvernements sont sous le contrôle des créanciers mondiaux. Ce qui est envisagé pour l’ère post-Covid est la mise en œuvre de mesures d’austérité massives, y compris l’annulation des prestations des travailleurs et des filets de sécurité sociale.

Chômage aux États-Unis

Aux États-Unis, «plus de 30 millions de personnes, soit plus de 15% de la population active, ont demandé des allocations de chômage…» ( CSM, 6 mai 2020 ).

Annoncé début décembre:

 » Plus de 10 millions d’ Américains devraient perdre leurs allocations de chômage le lendemain de Noël à moins que le Congrès n’agisse pour étendre les programmes clés liés à la pandémie – une perspective qui, pour le moment, semble au mieux incertaine.  » ( US News et World Report )

Le bord de la falaise se profile alors que les cas de coronavirus affluent dans le pays et que les demandes d’allocations de chômage augmentent avec les États et les localités réimposant des restrictions liées aux virus.

La déchéance devrait également se produire à mesure que les protections pour les locataires, les emprunteurs de prêts étudiants et les propriétaires d’une maison expireront – une confluence potentielle d’événements dévastateurs pour les personnes dont les économies ont été ravagées par la pandémie, et l’économie dans son ensemble, qui se fraye progressivement un chemin. de retour de la récession induite par le coronavirus.

Lorsque les programmes expireront à la fin de décembre [2020], environ 12 millions de personnes pourraient perdre des allocations de chômage, selon la Century Foundation. ( US News et World Report
Au cours de l’ effondrement économique du Main Street America, le plus grave de l’histoire des États-Unis – avec plus d’un quart des Américains en âge de travailler sans emploi – une calamité supplémentaire se profile:

Selon les estimations du Bureau du recensement, 30 à 40 millions d’Américains risquent d’être expulsés en 2021 faute de revenus pour payer un loyer ou des hypothèques de service.

Sans aide fédérale ni moratoire prolongé sur les loyers, une calamité aux proportions bibliques pourrait se dérouler dans les mois à venir. Stephen Lendman

Chômage dans l’Union européenne (UE)

« Le chômage dans l’ensemble de l’Union européenne devrait atteindre 9% en 2020, à la suite de la pandémie de coronavirus et des verrouillages ultérieurs imposés par les gouvernements nationaux».

Selon les chiffres officiels de l’UE:

La Grèce, l’Espagne et le Portugal… ont de nouveau connu une forte augmentation du chômage des jeunes depuis le début de la pandémie. La Grèce a connu une augmentation de 31,7% en mars à 39,3% en juin, tandis que l’Espagne et le Portugal ont enregistré des augmentations similaires, de 33,9% à 41,7% et de 20,6% à 27,4%, respectivement.

Chômage en Amérique latine

En Amérique latine, le taux de chômage moyen était estimé à 8,1% à la fin de 2019. L’OIT déclare  qu’il pourrait augmenter de 4 à 5 points de pourcentage modestes pour atteindre 41 millions de chômeurs.

En chiffres absolus, ces taux impliquent que le nombre de personnes à la recherche d’un emploi mais non embauchées est passé de 26 millions avant la pandémie à 41 millions en 2020 , comme annoncé par les experts de l’OIT.

Ces estimations de l’OIT et de la Banque mondiale sont trompeuses. Selon la Banque interaméricaine de développement (BID) , l’augmentation du chômage pour la région latino-américaine est de l’ordre de 24 millions, avec des pertes d’emplois de l’ordre de 3,6 millions en Colombie, au Brésil 7,0 millions et au Mexique 7,0 millions.

Même ces chiffres ont tendance à sous-estimer l’augmentation spectaculaire du chômage. Et la situation est susceptible d’évoluer au cours du verrouillage de la deuxième vague qui a déclenché une nouvelle vague de faillites.

Selon une enquête menée par l’Instituto Nacional de Estadística y Geografía (INEGI), l’augmentation du chômage au Mexique était de l’ordre de 12,5 millions  en avril, soit dans le mois suivant le blocage et la fermeture de l’économie nationale le 11 mars 2020.

Les famines

Des famines ont éclaté dans au moins 25 pays en développement  selon des sources onusiennes. Selon la FAO 17 juillet 2020

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) identifient 27 pays qui sont en première ligne des crises alimentaires imminentes provoquées par le COVID-19, alors que les effets d’ entraînement de la pandémie aggravent les facteurs préexistants de la faim.

Aucune région du monde n’est à l’abri, de l’Afghanistan et du Bangladesh en Asie, à Haïti, au Venezuela et en Amérique centrale, à l’Irak, au Liban, au Soudan et à la Syrie au Moyen-Orient au Burkina Faso, au Cameroun, au Libéria, au Mali, au Niger, au Nigéria, au Mozambique, en Sierra Leone et le Zimbabwe en Afrique.

L’ analyse conjointe de la FAO et du PAM avertit que ces «pays chauds» sont exposés à un risque élevé – et dans certains cas sont déjà en train de voir – une détérioration significative de la sécurité alimentaire dans les mois à venir, y compris un nombre croissant de personnes poussées dans une faim aiguë.

 

.

La pandémie du COVID-19 a des impacts indirects potentiellement considérables et multiformes sur les sociétés et les économies, qui pourraient durer longtemps après la fin de l’urgence sanitaire. Celles-ci pourraient aggraver les instabilités ou crises existantes, ou en conduire à de nouvelles avec des répercussions sur la sécurité alimentaire, la nutrition et les moyens de subsistance.

Avec plus de deux milliards de personnes, soit 62 pour cent de tous ceux qui travaillent dans le monde, employées dans l’économie informelle selon les données de l’OIT, des millions de personnes sont confrontées à un risque croissant de faim. On estime que les revenus des travailleurs informels baissent de 82 pour cent, l’Afrique et l’Amérique latine devant faire face à la plus forte baisse (OIT 2020). ( FAO , p. 6)

.

Famine et désespoir en Inde

Les impacts sociaux et économiques du verrouillage du 11 mars en Inde sont dévastateurs et déclenchent une vague de famine et de désespoir. «Des millions de personnes qui ont perdu leur revenu sont aujourd’hui confrontées à une pauvreté et à une faim accrues, dans un pays où, même avant la pandémie, 50 pour cent de tous les enfants souffraient de malnutrition»

Fin novembre, la plus grande grève générale de l’histoire du pays a été menée contre le gouvernement Modi avec plus de 200 millions de travailleurs et d’agriculteurs. Selon le Syndicat des professeurs de l’université et des collèges de Mumbai: 

Cette grève est contre la crise sanitaire et économique dévastatrice déclenchée par le COVID-19 et le verrouillage des travailleurs du pays. Cette situation a été encore aggravée par une série de législations anti-populaires sur l’agriculture et le code du travail promulgué par le gouvernement central. Parallèlement à ces mesures, la politique nationale d’éducation (NEP) imposée à la nation pendant la pandémie causera un préjudice irréparable à l’équité et à l’accès à l’éducation.

Selon Left Voice: 

«La pandémie s’est propagée des grandes villes telles que Delhi, Mumbai et d’autres centres urbains vers les zones rurales où les soins de santé publics sont rares ou inexistants. Le gouvernement Modi a géré la pandémie en donnant la priorité aux bénéfices des grandes entreprises et en protégeant la fortune des milliardaires plutôt qu’en protégeant la vie et les moyens de subsistance des travailleurs.

Insécurité alimentaire aux États-Unis 

La nutrition et l’insécurité alimentaire ne se limitent pas aux pays en développement. Aux États-Unis, selon Stephen Lendman:

«Environ un ménage américain sur quatre a connu une insécurité alimentaire cette année – plus de 27% des ménages avec enfants.

Une étude du Northwestern University Institute for Policy Research estime le nombre de ménages en situation d’insécurité alimentaire avec enfants à près de 30%.  Les familles noires sont deux fois plus en insécurité alimentaire que leurs homologues blancs. Les ménages latinos sont également touchés de manière disproportionnée.»

Éducation: les impacts sur nos enfants

Les fondements mêmes de la société civile sont menacés. L’UNICEF estime que 1,6 milliard d’enfants et d’adolescents sont touchés par la fermeture d’écoles dans le monde.

«Alors que la pandémie du COVID-19 s’est étendue à travers le monde, une majorité de pays ont annoncé la fermeture temporaire des écoles, touchant plus de 91% des élèves dans le monde… Jamais auparavant autant d’enfants n’avaient été déscolarisés en même temps…

Les collèges et universités sont également paralysés. Les étudiants se voient refuser le droit à l’éducation.

Si l’ UNESCO confirme que plus d’un milliard d’apprenants sont touchés , elle n’offre aucune solution ou critique concrète. Le discours officiel imposé par le soi-disant «partenariat public / privé» qui est imposé aux gouvernements nationaux a été adopté sans débat.

Des fermetures d’écoles ont été mises en œuvre dans 132 pays. Voir le diagramme ci-dessous (UNESCO, mai 2020).

cliquez sur la carte pour accéder au rapport de l’UNESCO.

 Les implications macro-économiques: l’offre, la demande et la crise budgétaire de l’État

L’examen ci-dessus des impacts économiques et sociaux met en évidence un processus complexe. De larges secteurs de la population mondiale ont été précipités dans la pauvreté et le désespoir.

Je tenterai de conclure ce chapitre par quelques concepts simples qui décrivent la nature de cette crise mondiale.

Le Lockdown a déclenché un processus de déstabilisation économique mondiale qui affecte directement les relations de «l’offre» et de «la demande». C’est la crise économique la plus grave de l’histoire mondiale qui touche simultanément plus de 150 pays.

Du coté de l’offre ça concerne la production de biens et de services, à savoir les activités de «l’économie réelle».

La «demande» concerne la capacité des consommateurs, compte tenu de leur pouvoir d’achat, d’acquérir des biens et des services.

Les relations entre l’offre et la demande sont menacées.

Dans le monde entier, de grands secteurs de l’industrie, de l’agriculture et des services urbains restent inactifs. Le lock-out initié en mars 2020 a déclenché des faillites et du chômage, qui à leur tour ont été propices à un processus de désengagement des ressources humaines (main-d’œuvre) et des actifs productifs du paysage économique.

Le gel des voyages aériens, la contraction du commerce international au cours de l’année dernière ont également contribué à une baisse massive de la production et des investissements.

Comme indiqué dans ce chapitre, les conséquences sont doubles:

Du côté de l’offre , une contraction massive de la production et de la disponibilité des biens et services (matières premières) se déroule. Des secteurs entiers de l’économie mondiale «ne produisent pas» : des pénuries de certains produits et services sont apparues.

Du côté de la demande , le chômage de masse et la pauvreté déclenchés par le verrouillage ont contribué à un effondrement sans précédent du pouvoir d’achat (des familles et des ménages dans le monde), qui à son tour a conduit à l’effondrement de la demande de biens et services. Les gens n’ont pas d’argent pour acheter de la nourriture.

La contraction de la production (offre) associée à l’effondrement du pouvoir d’achat (demande) est propice à une profonde dépression économique. 

À son tour, l’effondrement du pouvoir d’achat résultant du chômage de masse a conduit à une crise croissante de la dette personnelle.

La crise budgétaire de l’État

Les activités du secteur public (financées par l’État), notamment la santé, l’éducation, la culture, les sports et les arts, sont également menacées.

Depuis le début de la crise corona, la dette publique d’un pays à l’autre est devenue très élevée.

Pourquoi? La réponse est évidente.

Les entreprises en faillite ne paient plus d’impôts.

Les chômeurs (sans salaire) ne paient plus d’impôts.

Les dollars des contribuables ne rentrent plus dans les coffres de l’État.

L’augmentation du chômage et de la pauvreté dans le monde, associée aux faillites, a conduit à une crise budgétaire sans précédent.

Les créanciers de l’État sont «Big Money». En fin de compte, ils appellent les coups. Ce qui est en train de se dérouler, c’est la «privatisation de l’État», y compris l ‘«État providence».

 


Chapitre V

L’enrichissement des super riches

L’appropriation et la  redistribution de la richesse 

«V the Virus» serait responsable de la vague de faillites et de chômage. C’est un mensonge. Il n’y a pas de relation causale entre le virus et les variables économiques.

Le processus décisionnel doit être abordé. Ce sont les puissants financiers et milliardaires qui sont à l’origine de ce projet qui a contribué à la déstabilisation (mondiale) de l’économie réelle.

Depuis début février 2020, les Super Rich ont encaissé des milliards de dollars. Entre avril et juillet (quatre mois),  la richesse totale détenue par les milliardaires du monde entier est passée de 8 000 milliards de dollars à plus de 10 000 milliards de dollars. 

Il existe trois phases distinctes, directement liées à la crise corona, chacune étant marquée par des changements majeurs dans la distribution de la richesse mondiale.

  1. La crise financière initiée le 20 février a été propice à une redistribution dramatique de la richesse monétaire et de la propriété des actifs financiers. La connaissance préalable, l’information privilégiée et le commerce spéculatif ont joué un rôle clé. Y a-t-il eu connaissance préalable et / ou information privilégiée de la déclaration du Dr Tedros du 20 février de l’OMS? (voir chapitre IV)
  2. Le verrouillage du 11 mars et la fermeture des économies nationales de 190 États membres de l’ONU, qui ont déclenché des faillites d’entreprises et de PME dans le monde. L’événement du 11 mars a également été marqué par le plongeon des marchés boursiers dans le monde, à partir du jeudi noir 12 mars 2020 (voir chapitre IV).
  3. La troisième étape de l’enrichissement milliardaire concerne la mise en œuvre du  lock-out dit de la «deuxième vague» qui consiste à déclencher une nouvelle vague de faillites.

La redistribution de la richesse en faveur de la classe milliardaire est confirmée par une   étude IPS relative à la fermeture de l’économie mondiale.

Au niveau mondial, les milliardaires sont de grands gagnants pendant la pandémie de Covid-19.

Selon un rapport d’UBS , les quelque 2 189 milliardaires mondiaux disposent désormais de 10,2 billions de dollars.   Il s’agit d’une augmentation estimée à 1,5 billion de dollars au cours de la pandémie de 2020 en tenant compte des données des milliardaires UBS et Forbes de 2019.

Le rapport UBS pose la question: les milliardaires sont-ils des «innovateurs» ou des « perturbateurs»?:

Lorsque la tempête passe, une nouvelle génération d’innovateurs milliardaires semble prête à jouer un rôle essentiel dans la réparation des dégâts. En utilisant le répertoire croissant des technologies émergentes, les innovateurs de demain numériseront, rafraîchiront et révolutionneront l’économie.

Ne nous faisons aucune illusion: ces milliardaires corrompus sont des  «appauvrisseurs».

 

«Armes financières de destruction massive» (FWMD)

Si le rapport UBS et Forbes  (cité ci-dessus) ne parvient pas à expliquer comment la pandémie de Covid-19 a contribué à cette redistribution massive de la richesse, ils confirment néanmoins que:  «la richesse collective des milliardaires a augmenté à son rythme le plus rapide au cours de la dernière décennie.  »

En fait, il s’agit de la plus grande redistribution de la richesse mondiale de l’histoire mondiale. Il repose sur un processus systématique d’appauvrissement mondial. C’est un acte de guerre économique.

Les milliardaires n’étaient pas seulement les bénéficiaires de généreux «plans de relance gouvernementaux» (c’est-à-dire des polycopiés), la majeure partie de leurs gains financiers depuis le début de la campagne contre la peur de Covid début février était le résultat de délits d’initiés, de produits dérivés et de la manipulation des deux. marchés financiers et des matières premières.

Warren Buffett identifie à juste titre ces instruments spéculatifs (soutenus par des algorithmes sophistiqués) comme des «armes financières de destruction massive». 

Le 18 mars 2020, les milliardaires américains avaient une richesse combinée de 2,947 milliards de dollars.  Le 8 octobre, leur richesse avait grimpé à 3,8 billions de dollars.  Une augmentation monétaire de  850 milliards de dollars, une augmentation de leur richesse combinée de l’ordre de plus de 28%. (voir étude IPS )

Cette estimation ne tient pas compte de l’augmentation de la richesse au cours de la période précédant le 18 mars, qui a été marquée par une série de krachs boursiers. (Voir Michel Chossudovsky, Economic Chaos and Societal Destruction,  7 novembre 2020 )

Et à partir de la fin de 2020, la classe milliardaire est impliquée dans le maintien d’un verrouillage de la deuxième vague impliquant la fermeture partielle de l’économie mondiale.

Le tableau ci-dessous identifie l’augmentation de la richesse personnelle des cinq milliardaires américains les plus riches (18 mars-17 juin 2020). (La richesse des milliardaires américains ne figure pas dans le tableau, qui a augmenté de 266 milliards de dollars supplémentaires de juin à octobre 2020).

Source: IPS 

Croissance de la richesse milliardaire (mars 2020 – mars 2021) résultant de la mise en œuvre du verrouillage de mars 2020

 Chuck Collins  (dans une étude incisive publiée par Inequality.org ) estime la croissance de la richesse b illionaire sur une année complète, sur la base des données Forbes  compilées dans ce rapport par ATF et IPS).

Le 18 mars est utilisé comme le début officieux de la crise car à ce moment-là, la plupart des restrictions économiques fédérales et étatiques répondant au virus étaient en place. Le 18 mars était également la date que Forbes a choisie pour mesurer la richesse des milliardaires pour l’édition 2020 de son rapport annuel sur les milliardaires, qui a fourni une base de référence qu’ATF et IPS comparent périodiquement avec les données en temps réel du site Web de Forbes. PolitiFact a revu favorablement cette méthodologie.

Pour la liste complète des milliardaires en 2020-2021, consultez la liste Forbes

La richesse milliardaire n’est pas le résultat de la croissance économique

Cet Enrichissement d’une minorité sociale ne repose pas sur la création d’une «Nouvelle Richesse» issue de la croissance économique réelle. Plutôt l’inverse. C’est le résultat d’une profonde dépression économique mondiale.

Le processus d’  enrichissement milliardaire  se nourrit du chaos économique et social. Elle s’appuie fortement sur la «campagne de peur» et la déstabilisation mondiale des marchés financiers et de l’économie réelle.

Il a joué un rôle déterminant dans le déclenchement d’un processus sans précédent de redistribution des revenus et de la richesse. De larges secteurs de la population mondiale ont été plongés dans l’extrême pauvreté. 

Il implique l’acquisition d’actifs économiques et financiers à des prix défiant toute concurrence, la reprise d’entreprises en faillite dans les grands secteurs de l’activité économique, la manipulation des marchés (obligations, actions, matières premières, marchés des devises, etc.) y compris l’utilisation d’instruments spéculatifs, commerce de produits dérivés, impliquant des «connaissances préalables» et des «informations privilégiées». (Voir chapitre IV)

La dette publique américaine monte en flèche
L’enrichissement de la classe milliardaire a également contribué à la déstabilisation de l’État.

L’appropriation privée de la richesse a précipité une crise de la dette mondiale. Dans un pays après l’autre, la dette publique est montée en flèche.

Aux États-Unis, le déficit budgétaire fédéral a atteint un niveau record de 3,1 billions de dollars au cours de l’année budgétaire 2020 (septembre), soit  plus de  trois fois le déficit de 984 milliards de dollars de l’année budgétaire 2019.

Il s’agissait du plus grand déficit annuel du gouvernement américain en termes de dollars, dépassant le précédent record de 1,4 billion de dollars établi en 2009.…  Le déficit de 2020, en termes de rapport à l’économie, représentait 15,2% du produit intérieur brut (PIB) total, le somme de tous les biens et services produits par le pays. C’était le niveau le plus élevé depuis 1945, lorsque les États-Unis empruntaient massivement pour financer la Seconde Guerre mondiale. ( Al Jazeera) 

L’année budgétaire 2020 de l’administration Trump a été marquée par une augmentation de 47,3% des dépenses à 6,55 billions de dollars , largement utilisée pour financer les renflouements et les aides des entreprises ainsi que les filets de sécurité sociale de plusieurs milliards de dollars résultant du krach financier de Covid en février et du verrouillage de mars 2020, ce qui a favorisé la fermeture partielle de l’économie américaine.

À la suite de la crise corona, les filets de sécurité sociale seront abolis. La mise en œuvre de mesures d’austérité drastiques est envisagée.

«La deuxième vague». Un autre verrouillage

La deuxième vague est un mensonge. Il est présenté à l’opinion publique comme un moyen de lutter contre le virus et de sauver des vies.

C’est ce que nous disent les gouvernements. La campagne de peur est passée à la vitesse supérieure, appliquée simultanément dans différentes régions du monde. 

Test, Test, dont l’objectif est d’augmenter le nombre de cas dits positifs.

Si vous vivez seul au Royaume-Uni, vous pouvez mettre en place une « Bulle d’assistance (voir image)

Inutile de dire qu’au début de cette deuxième vague, l’économie mondiale est déjà dans un état de chaos. Bien que les rapports ne révèlent pas la profondeur et la gravité de cette crise mondiale, les preuves (qui sont encore provisoires et incomplètes) parlent d’elles-mêmes.

La logique des deuxième et troisième vagues est d’ empêcher et de reporter la réouverture complète de l’économie nationale , couplée à la mise en place de la distanciation sociale, au port du masque facial, etc.

L’intention est de déclencher une deuxième et une troisième vague de faillites.

Les cibles sont l’économie des services, les compagnies aériennes, l’industrie du tourisme, etc. Maintenir des restrictions strictes sur les voyages aériens revient à conduire les grandes compagnies aériennes à la faillite. C’est également un obstacle aux transactions commerciales internationales, y compris le commerce des produits de base et les investissements.

Les deuxième et troisième vagues visent à permettre aux milliardaires de «ramasser les morceaux», en acquérant la propriété de secteurs entiers de l’activité économique à des prix très bas.

L’argent qu’ils se sont approprié au cours de la crise financière (par pure manipulation) sera utilisé pour racheter des sociétés en faillite ainsi que des gouvernements en faillite.

L’établissement financier a chargé les gouvernements de mettre en œuvre ce qui équivaut à un deuxième programme de faillite en utilisant comme prétexte et justification que le nombre de cas positifs de Covid a augmenté.

Selon toute vraisemblance, ces deuxième et troisième vagues s’étendant jusqu’à l’été 2021 conduiront à un nouveau processus d’appropriation et de concentration des richesses.

Parallèlement, il y a une tendance vers des formes totalitaires de gouvernement.

Au début de la deuxième vague, le processus de report de la réouverture de l’économie mondiale a contribué de manière indélébile  à anéantir les petites et moyennes entreprises (régionales et locales) du monde entier, tout en précipitant la faillite de secteurs entiers de l’économie mondiale, y compris les compagnies aériennes. , les chaînes hôtelières et l’industrie du tourisme. 

Cela conduira à son tour à l’appropriation d’actifs réels par de puissants intérêts financiers. Cette appropriation d’actifs réels par les Super-Riches est en cours.

L’économie mondiale du voyage et du tourisme

Avant la crise corona, les voyages et le tourisme représentaient une part importante de l’économie mondiale: environ 10% du PIB mondial avec une main-d’œuvre estimée à plus de 320 millions d’emplois dans le monde.

Les voyages et le tourisme, qui comprennent les compagnies aériennes, les installations aéroportuaires, les transports terrestres, les hôtels, les centres de villégiature, les restaurants, les musées, les salles de concert, les parcs et divers services urbains, ont été précipités dans un processus de faillite mondiale entraînant un chômage de masse.

Les impacts économiques et sociaux sont dévastateurs en particulier dans les pays qui ont une économie touristique importante (par exemple, l’Italie, la France, la Suisse, la Thaïlande, le Vietnam, le Mexique, Cuba, la République dominicaine, le Pérou, le Panama, entre autres).

La perte d’emplois estimée dans l’industrie du tourisme est estimée à environ 100 millions dans le monde (rapport de novembre 2020, voir également rapport du FMI , pdf).

Pertes d’emplois aux États-Unis

Selon le World Travel and Tourism Council (WTTC), « un nombre impressionnant de 9,2 millions d’emplois pourraient être perdus aux États-Unis… si les barrières aux voyages dans le monde restent en place». Le WTTC estime que plus de la moitié de tous les emplois soutenus par le secteur aux États-Unis en 2019 devraient être perdus, entre 10,8 millions et 13,8 millions d’emplois dans le secteur du voyage et du tourisme «sont gravement menacés».

Les compagnies aériennes

Alors que la plupart des faillites déclenchées par le verrouillage sont de petites compagnies aériennes régionales, un grand nombre de transporteurs nationaux ont également été précipités dans une situation de faillite de facto, notamment Aero-Mexico, Avianca, South African Airlines, entre autres. Selon un  rapport : « 43 compagnies aériennes commerciales ont fait faillite depuis janvier 2020 ,… ont complètement cessé ou suspendu leurs opérations». Il y a aussi un contrecoup sur la production d’avions civils.

Le sort des voyages et du tourisme a été déclenché par les décisions de verrouillage ainsi que par les restrictions sur les voyages aériens.

La suspension par Trump des voyages aériens vers la Chine le 31 janvier 2020 sur la base de 5 cas positifs confirmés de Covid-19 aux États-Unis a joué un rôle clé dans la mise en scène de la crise du transport aérien et du tourisme.

Le verrouillage a également sapé le plus grand projet d’infrastructure de transport en Europe, à savoir le tunnel souterrain entre le Royaume-Uni et l’Europe continentale. L’Eurostar est actuellement en situation de faillite de fait.

Toutes ces perturbations des voyages internationaux sont présentées à l’opinion publique comme un moyen de lutter contre le virus tueur. C’est un gros mensonge.

Les chaînes d’hôtels en faillite et les grandes compagnies aériennes seront vraisemblablement «récupérées» à des prix défiant toute concurrence par les multimillionnaires.

Faillites et disparition de la ferme familiale

La disparition continue de l’agriculture familiale a été exacerbée par les politiques de verrouillage.

Bill Gates utilise l’argent approprié pendant la crise financière pour étendre son contrôle corporatif dans diverses activités économiques, «achetant des actifs dévalués à des prix de vente incendiaire», y compris l’acquisition de terres agricoles (voir  F William Engdahl sur le néo-féodalisme ).

Selon  The Land Report , (février 2021), Bill et Melinda Gates sont désormais les plus grands propriétaires agricoles d’Amérique  au détriment de l’agriculture familiale, qui au fil des ans a été mise en faillite.

Le portefeuille Gates comprend « 242 000 acres de terres agricoles américaines  et près de 27 000 acres d’autres terres à travers la Louisiane, l’Arkansas, le Nebraska, l’Arizona, la Floride, Washington et 18 autres États .» (Voir l’analyse de F. William Engdahl)

Voir la carte ci-dessous indiquant un total de 268 984 acres revenant aux portes. Cela équivaut à l’ expropriation de fait de milliers de fermes familiales  sur une vaste région des États-Unis.

Ce processus mené par des dettes croissantes et des faillites a commencé avant la pandémie et se poursuivra selon toute vraisemblance dans le cadre de la soi-disant «nouvelle normalité».

 

Captures d’écran The Land Report

Remarques finales

La campagne de peur est de nouveau passée à la vitesse supérieure.

Des statistiques officielles fondées sur des estimations erronées et manipulées de cas positifs dits «confirmés» de Covid constituent la base pour justifier ces mesures de verrouillage diaboliques qui ont été propices à la concentration de la richesse mondiale couplée à l’appauvrissement de vastes secteurs de la population mondiale.

«V le virus» est présenté comme la menace. Mais le virus n’a aucun impact direct sur les principales variables économiques.

L’enjeu est sans précédent: c’est un processus décisionnel complexe. C’est un agenda néolibéral mondial mené par des gouvernements corrompus au nom des multimillionnaires et de l’establishment financier. (Pour plus de détails, voir le chapitre X)

Le bon sens nous dit que la fermeture de l’économie mondiale détruit la vie des gens.

Interrompre la campagne de peur ainsi que la désinformation des médias constitue le premier pas vers un renversement de la tendance.

.


.

Chapitre VI

Les impacts sur la santé mentale 

«Il y a eu un autre coût que nous avons vu, en particulier dans les écoles secondaires. Nous constatons, malheureusement, des suicides beaucoup plus importants maintenant qu’il n’y a de décès dus au COVID. Nous voyons beaucoup plus de décès dus à une overdose de drogue »  ( Dr  Robert Redfield , ancien directeur du CDC, 14 juillet 2020).

*

La situation difficile de santé mentale du virus corona de plusieurs millions de personnes dans le monde est le résultat de

  • l’ingénierie sociale, y compris l’enfermement, l’isolement, la distanciation sociale et le masque,
  • la campagne de peur incessante 24/7 menée par les médias et  les gouvernements,
  • la flambée du chômage, la pauvreté de masse et le désespoir provoqués par la déstabilisation mondiale des économies nationales.

Les psychiatres se sont penchés sur les «effets négatifs» sur la santé mentale liés aux facteurs mentionnés ci-dessus. Confirmés par des rapports examinés par des pairs, les verrouillages ont également été propices au déclenchement de la dépression, de l’incertitude et de l’anxiété.

«On craint que la pandémie de maladie à coronavirus (COVID) -19 ait un impact négatif sur la santé mentale de la population générale par le biais d’une gamme de mécanismes suggérés: peur, incertitude et anxiété; éloignement / isolement social; solitude; et répercussions économiques »

Le tableau général des impacts de la crise corona sur la santé mentale n’a pas encore été pleinement pris en compte. Notre analyse se concentrera sur les questions suivantes pour lesquelles des données sont disponibles:

  1. l’augmentation spectaculaire des suicides dans le monde dans les pays où le lock-out a été imposé,
  2. l’augmentation de la mortalité due à une surdose de drogue (cocaïne, opioïdes),
  3. la montée de l’alcoolisme résultant d’une hausse de la consommation d’alcool.

Augmentation mondiale des suicides

La fréquence des suicides a augmenté dans de nombreux pays. Les données complètes et les tendances restent à être fermement établies. Les données américaines sur les suicides en 2020 (CDC) ne sont pas encore disponibles.  En 2019, les suicides étaient la 10e cause de décès aux États-Unis, 47511 Américains sont morts par suicide . En 2019, il y a eu environ 1,38 million de tentatives de suicide. (Voir statistiques AFSP). Un mot d’avertissement. Les statistiques officielles sur le suicide comme cause de décès ne sont pas fiables.

Suicides aux États-Unis

Un CDC parrainé rapport examiné par les pairs (Mark É. Czeisler, Rashon I. Lane, Emiko Petrosky, et al) s uggests que la perte de l’ emploi et le pouvoir d’ achat par « vulnérables » groupes de revenus sociaux et bas déclenche souvent une vague de dépression et d’ anxiété , qui se traduit par une «idéation suicidaire» (réflexion sur différentes manières de mourir). Les auteurs confirment que:   

Les symptômes d’anxiété et dépression ont considérablement augmenté aux États-Unis entre avril et juin 2020[immédiatement après le verrouillage de la mi-mars 2020], par rapport à la même période en 2019 ( 1 , 2 ). ….

Le pourcentage de répondants ayant déclaré avoir sérieusement envisagé de se suicider dans les 30 jours précédant l’enquête (10,7%) était significativement plus élevé chez les répondants âgés de 18 à 24 ans (25,5%), les groupes raciaux / ethniques minoritaires (répondants hispaniques [18,6%], répondants noirs [noirs] non hispaniques [15,1%]), soignants non rémunérés autodéclarés pour adultes (30,7%) et travailleurs essentiels (21,7%).

Une autre étude confirme que: La distanciation sociale / l’isolement et la solitude ‘résultant des politiques de verrouillage sont des facteurs qui peuvent contribuer au suicide:

«Les conséquences secondaires de la distanciation sociale peuvent augmenter le risque de suicide», ont noté les chercheurs dans un article du 10 avril publié par l’American Medical Association. «Il est important de considérer les changements dans une variété de facteurs de risque économiques, psychosociaux et liés à la santé.» (Voir FRAIS )

Essentiellement, les chercheurs ont averti que l’ isolement forcé pourrait s’avérer être «une tempête parfaite» pour le suicide . (italiques ajoutés)

La question centrale – qui n’est pas toujours abordée dans les rapports examinés par les pairs – est de savoir comment la perte d’ingénierie d’emploi et de pouvoir d’achat associée à l’enfermement conduit à la dépression et au désespoir.

 

L’anxiété et la dépression résultant du chômage et de la perte de revenus sont un phénomène mondial, sans précédent dans l’histoire du monde. Pays par pays, on peut observer des tendances similaires. Les pays en développement à faible revenu comme l’Inde connaissent une situation de désespoir total qui touche de larges secteurs d’une population appauvrie.

Suicides en Inde

Le verrouillage en Inde a été propice à une flambée des suicides qui est une conséquence de: «de graves difficultés… alors que des moyens de subsistance entiers ont été détruits, au milieu d’une crise de l’emploi croissante».

«Il n’est donc pas surprenant que le spectre du suicide ait levé la tête laide, avec des pics dans les rapports de personnes, qui ne voient aucun changement de fortune à l’horizon, se suicidant.

Le Brookings Institute a également abordé le rôle de la crise corona dans le déclenchement des suicides en Inde:

Des preuves anecdotiques pour l’Inde, quant à elles, suggèrent une augmentation des suicides en milieu rural. L’Inde a institué l’un des verrouillages les plus stricts au monde dans un contexte de taux de pauvreté élevés. … Les verrouillages ont fait entrer des millions d’Indiens dans la pauvreté et ont exacerbé l’un des taux de suicide les plus élevés au monde . On estime que le nombre supplémentaire de suicides se chiffre à plusieurs milliers.

Suicides au Japon

Dans un contexte différent, les pays développés à revenu élevé connaissent également une augmentation sans précédent des suicides. Au Japon, une augmentation significative du nombre de suicides a été enregistrée à la suite du lock-out:

«Beaucoup plus de Japonais meurent du suicide, probablement exacerbé par les répercussions économiques et sociales de la pandémie, que de la maladie COVID-19 elle-même. […] Les statistiques provisoires de l’Agence nationale de police montrent que les suicides ont atteint 2 153 en octobre seulement, marquant le quatrième mois consécutif d’augmentation. » Rapport de novembre 2020 de CBS   (italiques ajoutés)

Le rapport ci-dessus confirme que les suicides chez les femmes au Japon ont considérablement augmenté: en octobre 2020 (par rapport à octobre de l’année précédente), les suicides de femmes avaient augmenté de 83% (par rapport aux suicides d’hommes qui ont augmenté de 22% au cours de la même période) .

Décès résultant d’une surdose de drogue

Les principales catégories d’opioïdes  (CDC) sont les suivantes:

  • l’héroïne illégale,
  • les opioïdes synthétiques tels que le fentanyl ,
  • dits «analgésiques» dont l’ oxycodone (OxyContin®), l’ hydrocodone (Vicodin®),
  • codéine,
  • la morphine ,
  • etc.

Les médicaments énumérés ci-dessus sont «chimiquement liés et interagissent avec les récepteurs opioïdes sur les cellules nerveuses du corps et du cerveau» (CDC).

Enregistrée en 2020, la crise corona a contribué à une augmentation significative des ventes d’opioïdes et de cocaïne. D’après le CDC:

Les opioïdes synthétiques ([classés par les CDC comme] principalement du fentanyl fabriqué illicitement) semblent être le principal facteur de l’augmentation des décès par surdose, augmentant de 38,4% par rapport à la période de 12 mois précédant juin 2019 par rapport à la période de 12 mois précédant jusqu’en mai 2020.…

Les décès par surdose impliquant la cocaïne ont également augmenté de 26,5 pour cent . … Les décès par surdose impliquant des psychostimulants, comme la méthamphétamine [produite par GSM], ont augmenté de 34,8 pour cent. Le nombre de décès impliquant des psychostimulants dépasse désormais le nombre de décès liés à la cocaïne. ( Rapport de décembre 2020 du CDC)  (italiques ajoutés)

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains ont rapporté en décembre 2020   «que la pandémie pourrait avoir contribué à « une augmentation des surdoses mortelles de médicaments » . Bien que les données soient incomplètes, le rapport du CDC confirme une augmentation considérable du nombre de décès attribuables à une surdose de drogue (liée à la consommation de cocaïne et d’opioïdes):

Les surdoses de drogue ont été liées à plus de 81000 décès de personnes entre juin 2019 et mai 2020 , selon les Centers for Disease Control and Prevention , en bondissant de 18% par rapport à la période de 12 mois précédente . Ces décès ont augmenté de 20% ou plus dans 25 États et dans le district de Columbia, selon le rapport. (Rapport PBS)

Le graphique du CDC basé sur les valeurs prédites et rapportées (c’est-à-dire les nombres) de décès attribués à des surdoses de médicaments révèle que le décompte mensuel a commencé à s’accélérer en février 2020.

En avril 2020, 2146 personnes sont décédées d’une surdose d’opioïdes, suivies de 3388 décès en mai 2020, marquant la plus forte augmentation mensuelle depuis 2015, lorsque le gouvernement fédéral a commencé à collecter ces données. ( cité dans le rapport PBS )

Le graphique suivant indique les données mensuelles américaines. Dans les mois précédant la crise corona (juillet 2019 à janvier 2020), le nombre mensuel de décès par surdose de drogue était nettement inférieur à 1000.

La randonnée commence en février (coïncidant avec le krach financier). À la suite du verrouillage de la mi-mars, les décès par surdose de drogue s’envolent.

En mai 2020, le nombre de décès par surdose dépassait 3000, soit une augmentation de plus de trois fois par rapport aux décès par surdose de drogue enregistrés avant la crise corona.  Aux États-Unis, les décès mensuels enregistrés par surdose de drogue en 2020 ont plus que triplé.

 

Graphique basé sur les données CDC citées ci-dessus, Source PBS

Basé sur les données publiées en mai 2021 par le CDC.  l’augmentation des décès attribuables à une surdose de drogue a augmenté de 18228 de février 2020 à octobre 2020 (inclus) sur une période de neuf mois.

Décès liés aux opioïdes en Ontario

La tendance au Canada est conforme à celle observée aux États-Unis. Une augmentation spectaculaire des décès liés aux opioïdes a été enregistrée en Ontario à la suite de l’urgence de verrouillage du 17 mars 2020, qui s’est accompagnée d’un chômage de masse après la fermeture de l’activité économique:

Le nombre de décès liés aux opioïdes a augmenté rapidement dans les semaines qui ont suivi la déclaration de l’état d’urgence en Ontario le 17 mars 2020. Dans l’ensemble, il y a eu une augmentation de 38,2% des décès liés aux opioïdes au cours des 15 premières semaines de la pandémie du COVID-19 (695 décès; moyenne de 46 décès par semaine) par rapport aux 15 semaines immédiatement précédentes (503 décès; moyenne de 34 décès par semaine).

 

Source: Capture d’écran de Santé publique Ontario

Le graphique suivant donne une image claire de l’augmentation spectaculaire des visites d’urgence pour surdoses d’opioïdes à Ottawa de janvier 2020 à décembre 2020.

 

La production et le commerce des  opioïdes

Selon des sources de l’ONU, l’ Afghanistan produit actuellement 94% pour cent de l’approvisionnement mondial en opium , qui est transformé en héroïne, en morphine et en opioïdes pharmaceutiques. Le commerce de l’héroïne est protégé . La présence militaire américaine en Afghanistan joue un rôle clé. Il s’agit d’une opération de plusieurs milliards de dollars impliquant à la fois les cartels de la drogue (héroïne illégale) et (indirectement) Big Pharma qui est impliquée dans la vente et la distribution d’opioïdes pharmaceutiques .

Plusieurs sociétés de Big Pharma impliquées dans la commercialisation du vaccin Covid-19, notamment Pfizer, et Johnson et Johnson, sont également impliquées dans la vente très rentable et (légale) d’opioïdes pharmaceutiques, qui au cours de la crise corona (2020-2021) sont devenues l’une des principales sources de surdosage.

Grandes sociétés pharmaceutiques corrompues

Les communautés locales à travers l’Amérique ont pris position contre les géants de l’industrie pharmaceutique en ce qui concerne les opioïdes. En 2019-2020, un accord de plusieurs milliards de dollars sur les  opioïdes a  été conclu avec Purdue Pharma  au nom de milliers de  villes et de comtés américains.

«En octobre [2020], le fabricant d’Oxycontin Purdue a admis avoir permis la fourniture de médicaments« sans but médical légitime », payant des médecins et autres pots-de-vin illégaux pour prescrire les médicaments, entre autres allégations. Il a accepté de payer 8,3 milliards de dollars. » ( BBC, 4 février 2021)

Au plus fort de la crise corona (novembre 2020):

« Quatre grands distributeurs de Big Pharma (Johnson & Johnson, McKesson, Cardinal Health, Amerisource Bergen) impliqués dans la production (J & J) et la distribution d’ opioïdes sur ordonnance» ont chacun conclu un règlement provisoire de 26 milliards de dollars avec les comtés et les villes qui les ont poursuivis en dommages-intérêts ».

Le règlement a été appelé «l’ épidémie d’opioïdes» . Quelle relation avec  la crise corona?

il faut souligner que ces mêmes distributeurs Big Pharma ont bénéficié de la flambée des ventes des opioïdes résultant de la crise sociale, ce qui a contribué à une augmentation significative  une surdose de drogue décès  au cours de 2020-2021. (voir graphique ci-dessus)

C’est ironique: la flambée des surdoses de médicaments a conduit à une augmentation des profits de Big Pharma ».

Alors que Big Pharma fait l’objet d’une poursuite civile de plusieurs milliards de dollars pour la distribution frauduleuse d’opioïdes sur ordonnance, plusieurs de ces sociétés corrompues sont désormais impliquées dans la promotion de l’initiative du vaccin Covid-19.

Selon Bloomberg, «plus de 400 000 Américains sont morts au cours des deux dernières décennies d’une overdose [de drogue]».

Et maintenant, depuis le début de la crise corona en février 2020, les décès mensuels résultant d’ une surdose de drogue ont plus que triplé (voir graphique ci-dessus).

Alcoolisme

L’abus de drogues et l’alcoolisme sont souvent liés.

« L’abus de drogues et d’alcool a augmenté avec le COVID , tout comme le suicide . Les lignes d’assistance téléphonique sont inondées et certaines statistiques – les ventes d’alcool en ligne ont augmenté de plus de 200% aux États-Unis – brossent un tableau sombre. « 

«La dépendance monte en flèche. dit la thérapeute en toxicomanie Cindi Brand , qui travaillait auparavant pour CAMH.

La pandémie a même augmenté toutes les formes d’anxiété et de stress… La distance sociale signifie que les personnes ayant des problèmes de dépendance «ne peuvent pas obtenir l’aide dont elles ont besoin pour le moment», dit-elle. (italiques ajoutés).

Augmentation des ventes d’alcool

Une tendance à la hausse de l’alcoolisme pendant la crise corona aux États-Unis est confirmée par une augmentation significative des ventes d’alcool . Selon une  étude Nielsen , les commandes au domicile en mars 2020 se sont traduites par «une augmentation de 54% des ventes nationales d’alcool pour la semaine se terminant le 21 mars 2020, par rapport à 1 an auparavant; les ventes en ligne ont augmenté de 262% par rapport à 2019. »

Une étude par sondage de la société RAND menée avec le soutien du National Institute of Alcohol Abuse and Alcoholism (NIAAA) a consisté à comparer les habitudes de consommation des adultes en 2019 avec celles qui prévalaient pendant la crise corona (2020):

«Les adultes américains ont fortement augmenté leur consommation d’alcool pendant l’arrêt déclenché par la pandémie de coronavirus, les femmes augmentant de 41% leurs épisodes de forte consommation d’alcool (quatre verres ou plus en quelques heures)» ( étude de RAND Corporation )

Une enquête nationale a révélé que la fréquence globale de la consommation d’alcool a augmenté de 14% chez les adultes de plus de 30 ans, par rapport à la même période l’an dernier. L’augmentation était de 19% chez tous les adultes âgés de 30 à 59 ans, de 17% chez les femmes et de 10% chez les adultes blancs non hispaniques. ( Rand Corporation )

Si l’étude de Rand Corporation  sur les habitudes de consommation révèle une augmentation de la consommation d’alcool, les résultats doivent être interprétés avec prudence. L’augmentation enregistrée de la vente réelle d’alcool (54%) était significativement plus élevée que l’augmentation estimée de la consommation d’alcool, d’après l’enquête par sondage Rand. Parallèlement, cependant, sous le verrouillage, la consommation d’alcool a eu lieu en grande partie dans les maisons, plutôt que dans les bars et restaurants (fermés).

Selon Michael Pollard , auteur principal de l’étude chez RAND: «La dépression des gens augmente, l’anxiété augmente, [et] la consommation d’alcool est souvent un moyen de faire face à ces sentiments.»

 


 

Chapitre VII

« Il n’y a pas de remède »

Suppression de l’hydroxychloroquine (HCQ), 

Un médicament bon marché et efficace 

.

Il y a une bataille en cours pour supprimer l’ hydroxychloroquine (HCQ), un médicament bon marché et efficace pour le traitement du Covid-19. La campagne contre HCQ est menée à travers des déclarations politiques calomnieuses, des calomnies médiatiques, sans oublier une «évaluation» faisant autorité et revue par les pairs publiée le 22 mai par The Lancet, qui était basée sur de faux chiffres et des essais.

L’étude aurait été basée sur l’analyse des données de 96 032 patients hospitalisés pour COVID-19 entre le 20 décembre 2019 et le 14 avril 2020 dans 671 hôpitaux du monde entier. La base de données avait été fabriquée. L’objectif était de tuer la  cure Hydroxychloroquine ( HCQ) pour le compte de Big Pharma.

Alors que l’ article de The Lancet a été retiré, les médias ont imputé à «une petite entreprise basée aux États-Unis» nommée Surgisphere dont les employés comprenaient «un écrivain de science-fiction et un modèle de contenu pour adultes» pour la diffusion de «données défectueuses» (Guardian) . Cette organisation basée à Chicago a été accusée d’avoir induit en erreur à la fois l’OMS et les gouvernements nationaux, les incitant à interdire HCQ. Aucun de ces tests d’essai n’a réellement eu lieu.

Alors que le blâme a été mis sur Surgisphère, la vérité tacite (que ni la communauté scientifique ni les médias n’ont reconnue) est que l’étude a été coordonnée par le  professeur de Harvard Mandeep Mehrasous les auspices du Brigham and Women’s Hospital (BWH) qui est un partenaire de la faculté de médecine de Harvard.

Lorsque l’arnaque a été révélée , le Dr Mandeep Mehra , titulaire de la chaire de médecine Harvey Distinguished au Brigham and Women’s Hospital, s’est excusé:

J’ai toujours effectué mes recherches conformément aux normes éthiques et professionnelles les plus strictes. Cependant, nous ne pouvons jamais oublier la responsabilité qui nous incombe en tant que chercheurs de veiller scrupuleusement à nous fier à des sources de données qui respectent nos normes élevées.

Il est maintenant clair pour moi que dans mon espoir de contribuer à cette recherche pendant une période de grand besoin, je n’ai pas fait assez pour m’assurer que la source de données était appropriée pour cette utilisation. Pour cela, et pour toutes les perturbations – directes et indirectes – je suis vraiment désolé. (italiques ajoutés)

Mandeep R. Mehra, MD, MSC ( déclaration officielle sur le site Web de la BWH)

Mais cette note «vraiment désolée» n’était que la pointe de l’iceberg. Pourquoi?

Les études respectivement sur le remdesivir de Gilead Science et sur l’hydroxychloroquine (HCQ) ont été menées simultanément par le Brigham and Women’s Hospital (BWH)

Alors que le rapport The Lancet (22 mai 2020) coordonné par le Dr Mandeep Mehra visait à «tuer» la légitimité de HCQ en tant que remède contre Covid-19, une autre étude (connexe) importante était en cours (simultanément) au BWH concernant à Remdesivir au nom de Gilead Sciences Inc.

Le Dr Francisco Marty, spécialiste des  maladies infectieuses et professeur agrégé à la Harvard Medical School s’est vu confier la coordination des  essais cliniques du médicament antiviral Remdesivir dans le cadre du contrat de Brigham avec Gilead Sciences Inc :

Le Brigham and Women’s Hospital a commencé à recruter des patients dans deux essais cliniques sur le remdesivir, un médicament antiviral de Gilead. Le Brigham est l’un des multiples sites d’essais cliniques pour une étude initiée par Gilead sur le médicament chez 600 participants atteints de coronavirus modéré (COVID-19) et une étude initiée par Gilead auprès de 400 participants atteints de COVID-19 sévère.

… Si les résultats sont prometteurs, cela pourrait conduire à l’approbation de la FDA, et s’ils ne le sont pas, cela nous donne des informations essentielles dans la lutte contre le COVID-19 et nous permet de passer à d’autres thérapies.

Bien que le Dr Mandeep Mehra n’ait pas été directement impliqué dans l’étude Gilead Remdesivir BWH sous la supervision de son collègue le Dr Francisco Marty, il a néanmoins eu des contacts avec Gilead Sciences Inc: «Il a participé à une conférence parrainée par Gilead début avril 2020 dans le cadre du débat Covid-19 »(France Soir, 23 mai 2020) URL

Quelle était l’intention de son étude (ratée)? Pour saper la légitimité de l’hydroxychloroquine?

Selon France Soir, dans un rapport publié après The Lancet Retraction:

Les réponses souvent évasives du Dr Mandeep R. Mehra ,… professeur à la Harvard Medical School, n’ont pas suscité de confiance, alimentant plutôt le doute sur l’intégrité de cette étude rétrospective et de ses résultats . (France Soir, 5 juin 2020) URL

Le Dr Mandeep Mehra était-il en conflit d’intérêts? (C’est une question que BWH et la Harvard Medical School doivent décider).

Qui sont les principaux acteurs? 

Le Dr Anthony Fauci,  conseiller de Donald Trump, décrit comme «le plus grand expert américain des maladies infectieuses» a joué un rôle clé dans la diffamation du remède HCQ qui avait été approuvé des années plus tôt par le CDC ainsi que dans la légitimité du remdesivir de Gilead.

Le Dr Fauci est à la tête de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) depuis l’administration Reagan. Il est connu pour être le porte-parole de Big Pharma.

Le Dr Fauci a lancé Remdesivir fin juin (voir les détails ci-dessous). Selon Fauci, Remdesivir est le «médicament miracle corona» développé par Gilead Science Inc. C’est une aubaine de 1,6 milliard de dollars.

Gilead Sciences Inc: Histoire

Gilead Sciences Inc est une société bio-pharmaceutique de plusieurs milliards de dollars qui est maintenant impliquée dans le développement et la commercialisation de Remdesivir. Gilead a une longue histoire. Il bénéficie du soutien de grands conglomérats d’investissement, notamment Vanguard Group et Capital Research & Management Co, entre autres. Il a développé des liens avec le gouvernement américain.

En  1999, Gilead Sciences Inc, a développé Tamiflu (utilisé comme traitement de la grippe saisonnière et de la grippe aviaire). À l’époque, Gilead Sciences Inc était dirigée par Donald Rumsfeld (1997-2001), qui a ensuite rejoint l’administration George W. Bush en tant que secrétaire à la Défense (2001-2006). Rumsfeld était chargé de coordonner les guerres illégales et criminelles en Afghanistan (2001) et en Irak (2003).

Rumsfeld a maintenu ses liens avec Gilead Sciences Inc tout au long de son mandat de secrétaire à la Défense (2001-2006). Selon CNN Money (2005) : «La perspective d’une épidémie de grippe aviaire… était une très bonne nouvelle pour le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld [qui possédait toujours des actions de Gilead] et d’autres investisseurs politiquement liés dans Gilead Sciences».

Anthony Fauci  est responsable du NIAID depuis 1984, utilisant sa position «d’intermédiaire» entre le gouvernement américain et Big Pharma. Pendant le mandat de Rumsfeld en tant que secrétaire à la Défense, le budget alloué au bioterrorisme a considérablement augmenté, impliquant des contrats avec Big Pharma dont Gilead Sciences Inc. Anthony Fauci a estimé que l’argent alloué au bioterrorisme au début de 2002: 

«Accélérer notre compréhension de la biologie et de la pathogenèse des microbes qui peuvent être utilisés dans les attaques, et de la biologie des hôtes des microbes – les êtres humains et leur système immunitaire. Un résultat devrait être des vaccins plus efficaces avec moins de toxicité. » (Rapport du Washington Post)

En 2008, le Dr Anthony Fauci s’est vu décerner la Médaille présidentielle de la liberté par le président George W. Bush «pour ses efforts déterminés et agressifs pour aider les autres à vivre plus longtemps et en meilleure santé».

Le projet Remdesivir de Gilead Sciences Inc 2020

Nous nous concentrerons sur les documents clés (et les événements)

Chronologie 

21 février: Publication initiale relative à l’essai de test placebo NIH-NIAID Remdesivir

10 avril : L’étude Gilead Sciences Inc publiée dans le NEJM sur «l’usage compassionnel du remdesivir»

29 avril : Publication des NIH: étude sur le remdesivir (rapport publié le 22 mai dans le NEJM)

22 mai, L’étude BWH-Harvard sur l’hydroxychloroquine coordonnée par le Dr Mandeep Mehra publiée dans The Lancet

22 maiRemdesivir pour le traitement de Covid-19 – Rapport préliminaire  National Institute of Allergy and Infectious Diseases, National Institutes of Health, New England Journal of Medicine, (NEJM) 

5 juin: Le (faux) rapport du Lancet ( 22 mai) sur HCQ est retiré.

29 juin , annonce Fauci. L’accord Remdesivir HHS de 1,6 milliard de dollars avec l’ URL de Gilead Sciences Inc.

10 avril: L’étude Gilead Sciences Inc. publiée dans le NEJM sur «l’usage compassionnel du remdesivir»

Un rapport parrainé par Gilead a été publié dans le  New England Journal of Medicine  dans un article intitulé  «Utilisation compatissante du remdesivir pour les patients atteints de Covid-19 sévère» . Il a été co-écrit par une liste impressionnante de 56 médecins et scientifiques distingués, dont beaucoup ont reçu des honoraires de consultation de Gilead Sciences Inc.

Gilead Sciences Inc. a financé l’étude qui comprenait plusieurs membres du personnel en tant que co-auteurs.

Les tests ont inclus un total de 61 patients [qui] ont reçu au moins une dose de remdesivir au plus tard le 7 mars 2020; 8 de ces patients ont été exclus en raison de l’absence d’informations post-initiales (7 patients) et d’une date de début du remdesivir erronée (1 patient)… Sur les 53 patients restants inclus dans cette analyse, 40 (75%) ont reçu le traitement complet de 10 jours de remdesivir , 10 (19%) ont reçu 5 à 9 jours de traitement et 3 (6%) moins de 5 jours de traitement.

L’article du NEJM indique que «Gilead Sciences Inc a commencé à accepter les demandes de cliniciens pour un usage compassionnel du remdesivir le 25 janvier 2020». De qui, d’où? Selon l’OMS (30 janvier 2020), il y a eu 86 cas dans 18 pays en dehors de la Chine dont 5 aux États-Unis, 5 en France et 3 au Canada.

Plusieurs médecins et scientifiques éminents  ont mis en doute l’étude sur l’utilisation compatissante du remdesivir  menée par Gilead, en se concentrant sur la petite taille de l’essai. Ironiquement, le nombre de patients dans le test est inférieur au nombre de co-auteurs: «53 patients» contre «56 co-auteurs»

Ci-dessous, nous fournissons des extraits de déclarations scientifiques sur le projet Gilead NEJM ( accentuation de Science Media Center ) publiées immédiatement après la publication de l’article du NEJM:

« L’usage compassionnel» est mieux décrit comme l’utilisation d’une thérapie non autorisée pour traiter un patient parce qu’il n’y a pas d’autres traitements disponibles . Les recherches basées sur ce type d’utilisation doivent être traitées avec une extrême prudence car il n’y a pas de groupe témoin ou de randomisation, qui sont quelques-unes des caractéristiques des bonnes pratiques dans les essais cliniques. Prof Duncan Richard , Thérapeutique clinique, Université d’Oxford.

 «Il est essentiel de ne pas surinterpréter cette étude. Plus important encore, il est impossible de connaître le résultat pour ce groupe de patients relativement restreint s’ils n’avaient pas reçu de remdesivir. Dr Stephen Griffin , professeur agrégé, École de médecine, Université de Leeds.

 «La recherche est intéressante mais ne prouve rien à ce stade: les données proviennent d’une petite étude incontrôlée.  Simon Maxwell, professeur de pharmacologie clinique et de prescription, Université d’Édimbourg.

«Les données de cet article sont presque ininterprétables. Il est très surprenant, voire contraire à l’éthique, que le New England Journal of Medicine l’ ait publié. Il serait plus approprié de publier les données sur le site Web de la société pharmaceutique qui a parrainé et rédigé l’étude. Au moins, Gilead a clairement indiqué que cela n’a pas été fait de la manière dont un article scientifique de haute qualité serait rédigé.  Prof Stephen Evans, professeur de pharmacoépidémiologie, London School of Hygiene & Tropical Medicine.

 «Il est très difficile de tirer des conclusions utiles d’études non contrôlées comme celle-ci, en particulier avec une nouvelle maladie où nous ne savons vraiment pas à quoi nous attendre et avec de grandes variations dans les résultats entre les lieux et dans le temps. Il faut vraiment remettre en question l’éthique de l’échec de la randomisation – cette étude représente vraiment plus que toute autre chose, une opportunité manquée. Prof Adam Finn, professeur de pédiatrie, Université de Bristol.

Pour consulter le document complet de Science Media Center concernant les évaluations d’experts, cliquez ici

29 avril: étude des National Institutes of Health (NIH) sur le remdesivir. 

Le 29 avril, suite à la publication de l’étude Gilead Sciences Inc dans le NEJM le 10 avril, un communiqué de presse des National Institutes of Health (NIH) sur le remdesivir a été publié.   Le document complet a été publié le 22 mai par le NEJM sous le titre:

 Remdesivir pour le traitement du Covid-19 – Rapport préliminaire  (NEJM) 

L’étude avait été lancée le 21 février 2020. Le titre du communiqué de presse du 29 avril était:

«Les données évaluées par des pairs montrent que le remdesivir pour COVID-19 améliore le temps de récupération»

C’est un rapport parrainé par le gouvernement qui comprend des données préliminaires d’un essai randomisé impliquant 1063 patients hospitalisés. Les résultats de l’essai intitulé Adaptive COVID-19 Treatment Trial (ACTT) sont préliminaires, menés sous la direction de l’ Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) du Dr Fauci  :

Un comité indépendant de surveillance des données et de la sécurité (DSMB) supervisant l’essai s’est réuni le 27 avril pour examiner les données et a partagé son analyse intermédiaire avec l’équipe de l’étude. Sur la base de leur examen des données, ils ont noté que le remdesivir était meilleur que le placebo du point de vue du critère d’évaluation principal, le temps de récupération, une mesure souvent utilisée dans les essais sur la grippe. La récupération dans cette étude a été définie comme étant suffisamment bonne pour la sortie de l’hôpital ou le retour à un niveau d’activité normal.

Les résultats préliminaires indiquent que les patients qui ont reçu du remdesivir ont eu un temps de récupération 31% plus rapide que ceux qui ont reçu le placebo (p <0,001). Plus précisément, le délai médian de récupération était de 11 jours pour les patients traités par remdesivir contre 15 jours pour ceux qui ont reçu le placebo. Les résultats suggèrent également un bénéfice de survie, avec un taux de mortalité de 8,0% pour le groupe recevant le remdesivir contre 11,6% pour le groupe placebo (p = 0,059). (italiques ajoutés)

Dans le rapport du 21 février 2020 du NIH (publié au début de l’étude), la méthodologie était décrite comme suit:

… Un essai clinique randomisé et contrôlé pour évaluer l’innocuité et l’efficacité de l’antiviral expérimental remdesivir chez les adultes hospitalisés diagnostiqués avec une maladie à coronavirus 2019 (COVID-19)…

Le Jeu des chiffres  

Le rapport du 21 février a confirmé que le premier participant au procès était «un Américain rapatrié après avoir été mis en quarantaine sur le bateau de croisière Diamond Princess» qui a accosté à Yokohama (eaux territoriales japonaises). «Treize personnes rapatriées par le Département d’Etat américain depuis le bateau de croisière Diamond Princess» ont été sélectionnées comme patients pour le test placebo.

Ironiquement, au début de l’étude, 58,7% des «cas confirmés» dans le monde (542 cas sur 924) (en dehors de la Chine), étaient sur le Diamond Cruise Princess à partir duquel les patients placebo de l’essai initial ont été sélectionnés.

Où et quand: Le test d’essai dans les 68 sites sélectionnés? Cela est arrivé à une date ultérieure car le 19 février (données de l’OMS), les États-Unis n’avaient enregistré que 15 cas positifs (voir le tableau ci-dessous).

«Au total, 68 sites ont finalement rejoint l’étude, 47 aux États-Unis et 21 dans les pays d’Europe et d’Asie.» (italiques ajoutés)

Dans le rapport final du 22 mai du NEJM intitulé  Remdesivir for the Treatment of Covid-19 – Preliminary Report

Il y avait 60 sites d’essai et 13 sous-sites aux États-Unis (45 sites), au Danemark (8), au Royaume-Uni (5), en Grèce (4), en Allemagne (3), en Corée (2), au Mexique (2), en Espagne (2), Japon (1) et Singapour (1). Les patients éligibles ont été répartis au hasard dans un rapport 1: 1 pour recevoir soit le remdesivir, soit un placebo. La randomisation a été stratifiée par site d’étude et par gravité de la maladie au moment du recrutement

Le Washington Post a applaudi l’annonce d’Anthony Fauci (29 avril):

«Les résultats préliminaires, divulgués à la Maison Blanche par Anthony S. Fauci,… sont loin de la solution miracle ou du remède… Mais sans traitement approuvé pour Covid-19, [Lie] Fauci a déclaré, cela deviendra la norme de patients hospitalisés… Les données montrent que le remdesivir a un effet positif clair, significatif en diminuant le temps de récupération », a déclaré Fauci.

Le premier essai clinique rigoureux du gouvernement sur le  remdesivir, médicament expérimental, en tant que traitement contre le coronavirus, a donné des résultats mitigés à la communauté médicale mercredi – mais a rallié les marchés boursiers et a suscité l’espoir qu’une arme précoce pour aider certains patients était à portée de main.

Les résultats préliminaires, divulgués à la Maison Blanche par Anthony Fauci, chef de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, qui a dirigé l’essai contrôlé par placebo ont révélé que le médicament accélérait la guérison des patients hospitalisés mais n’avait qu’un avantage marginal dans le taux. de la mort.

… Les remarques de Fauci ont renforcé la spéculation selon laquelle la Food and Drug Administration demanderait une autorisation d’utilisation d’urgence qui permettrait aux médecins de prescrire le médicament.

En plus des essais cliniques, le remdesivir a été administré à plus de 1 000 patients sous utilisation compassionnelle. [fait également référence à l’étude Gilead publiée le 10 avril dans le NEJM]

L’étude, portant sur [plus de]  1 000 patients sur 68 sites aux États-Unis et dans le monde (??) , offre les premières preuves (??) d’une vaste (??) étude clinique randomisée (??) sur L’efficacité du remdesivir contre le COVID-19.

L’étude de test du NIH contre placebo a fourni des «résultats préliminaires». Bien que le test de l’essai placebo ait été «randomisé», la sélection globale des patients sur les 68 sites n’a pas été entièrement randomisée. Voir le rapport complet.

22 mai:  Le rapport controversé (rétracté) du Lancet sur l’hydroxychloroquine (HCQ)

Il est à noter que le rapport complet du NIH-NIAID)  intitulé  Remdesivir for the Treatment of Covid-19 – Preliminary Report a  été publié le 22 mai 2020 dans le NEJM, le même jour que le rapport controversé du Lancet sur l’hydroxychloroquine.

Immédiatement après sa publication, les médias sont passés à la vitesse supérieure, salissant le remède HCQ, tout en applaudissant le rapport NIH-NIASD publié le même jour.

R emdesivir, le seul médicament autorisé pour traiter Covid-19, aaccéléré le temps de récupération des patients atteints de la maladie,… «C’est un médicament très sûr et efficace», a déclaré Eric Topol, fondateur et directeur du Scripps Research Translational Institute. «Nous avons maintenant un premier médicament efficace pour Covid-19, qui est une avancée majeure et sera développé avec d’autres médicaments, [et combinaisons de médicaments].»

Lorsque l’article du Lancet HCQ de Bingham-Harvard a été retiré le 5 juin, il était trop tard, il a reçu une couverture médiatique minimale. Malgré la rétraction, le curé HCQ «avait été tué».

29 juin:  Fauci Greenlight. Le contrat Remdesivir de 1,6 milliard de dollars avec Gilead Sciences Inc

Le Dr Anthony Fauci a accordé le «feu vert» à Gilead Sciences Inc. le 29 juin 2020.

Le rapport semi-officiel sponsorisé par le NIH-NIAID du gouvernement américain (22 mai) intitulé  Remdesivir for the Treatment of Covid-19 – Preliminary Report  (NEJM) a  été utilisé pour justifier un accord majeur avec Gilead Sciences Inc. (Un rapport final a été publié en novembre 5, 2020)

Le rapport a été largement financé par l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) dirigé par le Dr Anthony Fauci et les National Institutes of Health (NIH).

Le 29 juin, sur la base des conclusions du rapport NIH-NIAID publié dans le NEJM, le ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS) a annoncé au nom de l’administration Trump un accord pour sécuriser de gros approvisionnements en remdesivir auprès de Gilead Sciences Inc .pour le traitement des Covid-19 dans les hôpitaux et les cliniques privées de l’ Amérique.

L’étude précédente de Gilead basée sur des résultats de tests rares publiés dans le NEJM (10 avril), sur 53 cas (et 56 co-auteurs) n’a pas été mise en évidence. Les résultats de cette étude avaient été remis en question par plusieurs médecins et scientifiques éminents.

Qui pourra s’offrir Remdesivir? 500000 doses de Remdesivir sont envisagées à 3200 dollars par patient, soit 1,6 milliard de dollars  (voir l’ étude d’Elizabeth Woodworth )

Le médicament a également été approuvé pour la commercialisation dans l’Union européenne.  sous la marque Veklury.

Si ce contrat est mis en œuvre comme prévu, il représente pour Gilead Science Inc. et les hôpitaux et cliniques privés américains bénéficiaires une somme colossale.

 

Selon le secrétaire du HHS de l’administration Trump, Alex Azar (29 juin 2020):

«Dans la mesure du possible, nous voulons nous assurer que tout patient américain qui a besoin de remdesivir puisse l’obtenir . [à 3200 $] L’administration Trump fait tout ce qui est en notre pouvoir pour en savoir plus sur les thérapies vitales pour COVID-19 et sécuriser l’accès à ces options pour le peuple américain.

Remdesivir contre Hydroxychloroquine (HCQ)

Chronométrage minutieux:

L’étude Lancet (publiée le 22 mai 2020 et rétractée par la suite) visait à saper la légitimité de l’hydroxychloroquine en tant que remède efficace contre Covid-19, en vue de maintenir l’accord de 1,6 milliard de dollars entre le HHS et Gilead Sciences Inc. en juin 29e. La légitimité de cet accord reposait sur l’étude NIH-NIAID du 22 mai au NEJM, considérée comme «préliminaire». 

Ce que le Dr Fauci n’a pas reconnu, c’est que la chloroquine avait été «étudiée» et testée il y a quinze ans par les CDC en tant que médicament à utiliser contre les infections à coronavirus. Et que l’hydroxychloroquine a été utilisée au cours de l’année 2020 dans le traitement du Covid-19 dans plusieurs pays.

Selon le Virology Journal (2005) (voir ci-dessous) « La chloroquine est un puissant inhibiteur de l’infection et de la propagation du coronavirus du SRAS». Il a été utilisé dans l’épidémie de SRAS-1 en 2002. Il a reçu l’aval du CDC.   

HCQ n’est pas seulement efficace, il est «bon marché» par rapport au Remdesivir, à un montant estimé à «3120 $ pour un patient américain avec une assurance privée».

Notes de conclusion 

L’étude Remdesivir de Gilead Sciences Inc. (plus de 50 auteurs) a été publiée dans le New England Journal of Medicine (10 avril 2020).

Il a été suivi par le NIH-NIAID  Remdesivir pour le traitement du Covid-19 – Rapport préliminaire  le 22 mai 2020 au NEJM. Et le même jour, le 22 mai, le rapport sur l’hydroxychloroquine  coordonné par BWH-Harvard Dr Mehra a été publié par The Lancet (qui a ensuite été rétracté).

La Harvard Medical School et la BWH portent la responsabilité d’avoir hébergé et financé le rapport du Lancet sur HCQ coordonné par le Dr Mandeep Mehra.

Y a-t-il conflit d’intérêts? BWH a participé simultanément à une étude sur le Remdesivir dans le cadre d’un contrat avec Gilead Sciences, Inc.

Bien que le rapport du Lancet coordonné par le Dr Mehra de Harvard ait été retiré, il servait néanmoins les intérêts de Gilead Sciences Inc.

Il est important qu’une évaluation scientifique et médicale indépendante soit entreprise, respectivement de l’étude revue par les pairs du Gilead Sciences Inc New England Journal of Medicine (NEMJ) (10 avril 2020) ainsi que de l’étude NIH-NIAID également publiée dans le NEJM ( 22 mai 2020).

.


.

Chapitre VIII

Vaccin Covid de Big Pharma

Introduction

Le vaccin Covid-19 est axé sur le profit. Le gouvernement américain avait déjà commandé 100 millions de doses en juillet 2020 et l’UE va acheter 300 millions de doses. C’est du Big Money pour Big Pharma, des bénéfices généreux pour les politiciens corrompus, au détriment des contribuables.

L’objectif est à terme de gagner de l’argent, en vaccinant la planète entière de 7,8 milliards de personnes contre le SRAS-CoV-2.

Le vaccin Covid envisage dans certains cas plus d’un vaccin. Si cette initiative se déroule comme prévu, il s’agirait du plus grand projet de vaccin de l’histoire mondiale et de la plus grande opération lucrative pour Big Pharma.

La deuxième vague de la pandémie a commencé en octobre 2020. Le vaccin Pfizer Moderna corona a été lancé début novembre 2020.

Dans le monde entier, les gens sont amenés à croire que le vaccin corona est une solution. Et cette «normalité» sera alors rétablie.

Comment se fait-il qu’un vaccin contre le virus SRAS-CoV-2, qui dans des conditions normales mettrait des années à se développer, ait été rapidement lancé le 9 novembre 2020?

De plus, le vaccin annoncé par Pfizer, Moderna Inc, AstraZeneka et Johnson and Johnson (J & J) est basé sur une technologie expérimentale d’  ARNm d’édition de gène qui a une incidence sur le génome humain. Parallèlement à l’initiative de vaccin ARNm, le développement d’un soi-disant passeport numérique qui sera imposé à des populations entières. (Voir l’analyse ci-dessous).

Et pourquoi avons-nous besoin d’un vaccin contre Covid-19 alors que l’OMS, le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ainsi que de nombreux scientifiques ont confirmé sans équivoque que Covid-19 est «similaire à la grippe saisonnière». (Voir notre analyse au chapitre III).

Le vaccin ARNm est «non approuvé» et «expérimental» 

Quatre grandes entreprises, dont Pfizer Inc, Moderna Inc, AstraZeneca et Johnson and Johnson (J & J), sont actuellement impliquées (début 2021) dans la commercialisation du vaccin expérimental à ARNm avec le soutien incessant des gouvernements nationaux.

Ample documenté, à peine rapporté par les médias, de nombreux cas de décès et de blessures sont survenus.

Le «feu vert» pour commercialiser le vaccin expérimental à ARNm a été accordé en décembre 2020, malgré le fait que, selon la FDA, le vaccin est un «produit non approuvé».

La FDA, dans une déclaration ambiguë, a fourni une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) au vaccin Pfizer-BioNTech, à savoir « pour permettre l’utilisation d’urgence du produit non approuvé,…  pour l’immunisation active…» ( voir ci-dessous )

Il y a quelque chose de louche et de «contradictoire» dans cette déclaration. Le vaccin expérimental à ARNm de Pfizer est à la fois «non approuvé» et «autorisé».

J’ai vérifié cette déclaration avec un avocat éminent. Il est manifestement illégal de commercialiser un «produit non approuvé».

Aux États-Unis, le vaccin Pfizer-Moderna est classé par le CDC comme un «médicament expérimental». La clause «usage d’urgence» est là pour justifier le lancement de ce que l’on pourrait qualifier de «drogue illégale».

Il y a une campagne de peur en cours, mais il n’y a pas d ‘«urgence» qui justifie une «utilisation d’urgence» . Pourquoi?

  1. L’OMS et le CDC ont confirmé que Covid-19 est  «similaire à la grippe saisonnière», ce n’est pas un virus tueur.
  2. Le test PCR utilisé pour estimer les «cas positifs confirmés» est défectueux. Depuis mars 2020, les «chiffres» du Covid-19 ont été manipulés, remontés.
  3. La validité globale du test PCR (et des estimations) tel qu’appliqué depuis janvier 2020  a été remise en question (janvier 2021) par l’OMS . (Voir notre analyse au chapitre III)

« Marketing frauduleux » d’un « produit non approuvé »

Retour en arrière en 2009. Dans une décision historique  du département américain de la Justice en septembre 2009 , Pfizer Inc. a plaidé coupable à des accusations criminelles. Il s’agissait du  «plus grand règlement de fraude en matière de soins de santé» de l’histoire du ministère américain de la Justice :

Le géant pharmaceutique américain Pfizer Inc. et sa filiale Pharmacia & Upjohn Company Inc . … ont accepté de payer 2,3 milliards $, la plus grande colonie de fraude dans les soins de santé dans l’histoire du ministère de la Justice, pour résoudre liabilit pénale et civile y découlant de la promotion illégale de certains produits pharmaceutiques s … » (2 Septembre, 2009)

Pour afficher l’ écran de clic vidéo C-Span ci-dessous 

 

Déjà Vu:  Flash Forward jusqu’en 2020-2021

Comment diable pourriez-vous faire confiance à un conglomérat de vaccins Big Pharma qui a plaidé coupable à des accusations criminelles par le ministère américain de la Justice, y compris «marketing frauduleux» et  «violation de la loi sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques»?

Je dois toutefois mentionner qu’en 2009, Pfizer était pour ainsi dire «mis en probation»  par le ministère américain de la Justice. Il a été obligé de conclure  «un accord d’intégrité d’entreprise» avec l’inspecteur général du ministère de la Santé et des Services sociaux (DHHS). «Cet accord prévoyait des« procédures et examens pour… éviter et détecter rapidement »une faute de Pfizer, Inc.

Johnson and Johnson et «l’épidémie d’opioïdes» 

Au plus fort de la crise de couronne, à peine couvert par les médias, qui coïncide avec le lancement du vaccin Covid-19 au début de Novembre 2020, Johnson et Johnson (et ses trois distributeurs) (impliqués dans la commercialisation des opiacés sur ordonnance)   « ont atteint un un règlement provisoire de 26 milliards de dollars avec les comtés et les villes qui les ont poursuivis en dommages et intérêts ». Le recours collectif était « la plus grande affaire devant un tribunal fédéral de l’histoire américaine» (pour plus de détails, voir le chapitre VI relatif aux «impacts sur la santé mentale»)

Ces antécédents juridiques sont-ils pertinents pour comprendre l’initiative de vaccins de Big Pharma?

Johnson and Johnson est actuellement impliqué dans la production et la commercialisation d’un vaccin à vecteur viral adénovirus Covid qui implique également une thérapie génétique. (Le règlement de 26 milliards de dollars J & J ci-dessus est l’une des nombreuses poursuites judiciaires contre J&J).

Cochons d’Inde humains

En ce qui concerne le vaccin Covid, le «marketing frauduleux» est un euphémisme: le vaccin à ARNm annoncé par Pfizer, Moderna Inc, Johnson and Johnson et AstraZeneka est un «médicament non approuvé» basé sur la technologie d’ARNm d’ édition de gène «expérimentale»  qui a une incidence sur le génome humain.  

De plus, les tests standards de laboratoire animal sur des souris ou des furets n’ont pas été réalisés. Pfizer «est allé directement aux« cobayes »humains.

«Les tests humains ont commencé fin juillet et début août [2020]. Trois mois, c’est du jamais vu pour tester un nouveau vaccin. Plusieurs années, c’est la norme. ( F. William Engdahl, Global Research , novembre 2020)

Cette caricature de Large + JIPÉM explique notre situation difficile:

Souris n ° 1: «Allez-vous vous faire vacciner»,

Souris n ° 2: Êtes-vous fou, ils n’ont pas terminé les tests sur les humains »

Un grand merci aux caricaturistes Large et JIPÉM

Le Dr Michael Yeadon, ancien vice-président de Pfizer, a pris une position ferme

«Tous les vaccins contre le virus SRAS-COV-2 sont par définition nouveaux. Aucun vaccin candidat n’est… en développement depuis plus de quelques mois. »:

« Si un tel vaccin est approuvé pour une utilisation dans des circonstances qui ne sont pas EXPLICITEMENT expérimentales, je crois que les receveurs sont induits en erreur de manière criminelle.

Début décembre, le Dr Michael Yeadon et le  Dr Wolfgang Wodarg  «ont déposé une demande auprès de l’EMA , l’Agence européenne du médicament responsable de l’approbation des médicaments à l’échelle européenne, pour la suspension immédiate de toutes les études sur le vaccin anti-SRAS CoV 2, en particulier le BioNtech / Etude Pfizer sur BNT162b (numéro EudraCT 2020-002641-42).

Histoire du projet de vaccin contre le SRAS-CoV-2 

Il y a de nombreuses contradictions. L’analyse ci-dessous aborde les premières étapes du projet de vaccin ainsi que le rôle de la simulation 201 sous les auspices de la John Hopkins School of Medicine qui s’est tenue à New York le 19 octobre 2019.

Le vaccin Covid est une opération Big Pharma de plusieurs milliards de dollars qui contribuera à augmenter la dette publique de plus de 150 gouvernements nationaux.

Soutenu par la campagne de peur, l’argent plutôt que la santé publique est le moteur de cette initiative.

Le partenariat GSK-Pfizer 

Cinq mois avant le début de la crise de Covid-19, deux des plus grands conglomérats pharmaceutiques mondiaux ont décidé de s’unir dans une relation stratégique. En Août 2019, GSK a confirmé la formation d’un partenariat majeur avec Pfizer intitulé la  santé des consommateurs Joint Venture .

Alors que la relation serait limitée aux «marques de santé grand public de confiance», l’accord envisage des procédures financières conjointes, y compris des projets d’investissement conjoints de plusieurs milliards de dollars. Bien qu’elle ne constitue pas une fusion, l’alliance GSK-Pfizer implique une intégration sélective et une collusion de facto dans de nombreuses activités des deux sociétés, y compris le marché des vaccins.

« L’achèvement de la coentreprise avec Pfizer marque le début de la prochaine phase de notre transformation de GSK. C’est un moment important pour le Groupe, jetant les bases de deux grandes entreprises, l’ une dans la Pharmacie et les Vaccins et l’autre dans la Santé Grand Public. »  ( GSK , 1er août 2019, italiques ajoutés)

Cette relation GSK-Pfizer englobe également un réseau de sociétés pharmaceutiques partenaires, de laboratoires de recherche, d’instituts de virologie, d’entités militaires et biotechnologiques, etc., dont beaucoup sont actuellement impliquées dans l’initiative de vaccin Covid.

À l’heure actuelle, une poignée de sociétés multinationales, dont GSK et Pfizer, contrôlent 80% du marché mondial des vaccins. En vertu de l’accord entre les deux sociétés, GSK-Pfizer devrait jouer un rôle dominant et coordonné en ce qui concerne le vaccin Covid-19.

Exercice de simulation de l’événement 201 de coronavirus d’octobre 2019

Le coronavirus a été initialement nommé nCoV-19  par le CEPI et l’OMS: exactement le même nom que celui adopté lors du WEF-Gates-John Hopkins Event 201  ( 2019-nCov ) relatif à un exercice de simulation de coronavirus organisé à Baltimore à la mi-octobre 2019.

La simulation Event 201 John Hopkins a abordé le développement d’un vaccin efficace en réponse à des millions de cas (dans la simulation d’octobre 2019) du nCoV 2019. La simulation annonçait un scénario dans lequel toute la population de la planète serait affectée: «Pendant les premiers mois de la pandémie, le nombre cumulé de cas [dans la simulation] augmente de façon exponentielle, doublant chaque semaine. Et à mesure que les cas et les décès s’accumulent, les conséquences économiques et sociétales deviennent de plus en plus graves. »

Le scénario se termine au 18 mois, avec 65 millions de morts. La pandémie commence à ralentir en raison du nombre décroissant de personnes sensibles. La pandémie se poursuivra à un certain rythme jusqu’à ce qu’il y ait un vaccin efficace ou jusqu’à ce que 80 à 90% de la population mondiale ait été exposée. À partir de ce moment, il s’agira probablement d’une maladie infantile endémique.

Selon la vidéo WEF ci-dessous, produite en relation avec la simulation 201, «nous avons effectué une simulation de pandémie virale massive …, 65 millions de morts dans le monde.».

Voir aussi l’analyse de F. William Engdahl sur la simulation 201

Vidéo produite par le Forum économique mondial en association avec la simulation 201 John Hopkins

Ironiquement, le 30 janvier 2020, l’OMS a défini le nouveau virus comme le 2019-nCoV , c’est -à- dire le même nom que celui utilisé dans la simulation 201 d’octobre 2019.

Ce n’est que plus tard que le Covid-19 a été identifié par l’OMS non pas comme un virus mais comme une maladie: maladie à  coronavirus (COVID-19), le virus a été identifié comme coronavirus 2 du «syndrome respiratoire aigu sévère» ( SRAS-CoV-2 )

Deux semaines après que le virus ait été formellement identifié par la République populaire de Chine (7 janvier 2020), un vaccin contre le nouveau coronavirus a été annoncé par le CEPI lors du Forum économique mondial de Davos, du 20 au 24 janvier 2020.

Le rôle central de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI)

L’entité principale de l’initiative du nouveau vaccin contre le coronavirus est la  Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), une organisation parrainée et financée par le Forum économique mondial (WEF) et la Fondation Bill et Melinda Gates.

Notez la chronologie: Le développement du vaccin nCoV 2019 a été annoncé au Forum économique mondial de Davos (WEF) une semaine avant le lancement officiel par l’OMS d’une urgence de santé publique mondiale (30 janvier) à un moment où le nombre de « cas confirmés »dans le monde (hors Chine) était de 83. ( voir chapitre II)

La pandémie a été lancée par l’OMS le 11 mars. Et cinq jours plus tard, à peine couverts par les médias, les premiers tests sur des volontaires humains ont été réalisés par Moderna à Seattle le 16 mars.

Selon  Richard Hatchett, PDG de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), le projet de développement d’un vaccin a commencé non seulement avant la découverte et l’identification du coronavirus (7 janvier 2020) mais plusieurs mois avant l’exercice de simulation d’octobre 2019. .

«Nous l’avons fait au cours de la dernière année environ [début 2019] . … »

(faites défiler vers le bas pour une entrevue avec Richard Hatchett)

Le CEPI recherche un rôle de «monopole» dans le secteur de la vaccination dont l’objectif est un «projet mondial de vaccination», en partenariat avec un grand nombre de «candidats».

Il a annoncé le financement de son partenariat existant avec  Inovio  et l’Université du Queensland (Australie). En outre, le CEPI a confirmé (23 Janvier) , son contrat avec Moderna, Inc . et l’ Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) dirigé par le Dr Anthony Fauci, qui a joué un rôle déterminant dans la campagne de peur et de panique à travers l’Amérique: «Dix fois pire que la grippe saisonnière». ( Voir la vidéo WEF  ci-dessous)

La présentation du représentant de Moderna Inc décrivant les caractéristiques du vaccin ARNm commence à 11’50 ”.

«Nous injectons des instructions… l’ARNm est une plateforme»

Le CEPI traitait simultanément avec plusieurs sociétés pharmaceutiques. L’  accord Moderna-NIAID a été mis en œuvre. Le vaccin à ARNm COVID-19 a été lancé aux États-Unis fin novembre 2020.

Le 31 janvier 2020, au lendemain du lancement officiel par l’OMS de l’urgence de santé publique mondiale (USPPI) et de la décision de Trump de réduire les voyages aériens avec la Chine, le CEPI a annoncé son partenariat avec  CureVac AG , une société biopharmaceutique basée en Allemagne.

Quelques jours plus tard, début février 2020, le CEPI «a annoncé que le principal fabricant de vaccins GSK autoriserait l’utilisation de ses adjuvants propriétaires – des composés qui renforcent l’efficacité des vaccins – dans la réponse». (La pandémie a été officiellement lancée le 11 mars).

Il y avait de nombreux «vaccins potentiels dans le pipeline» avec «des dizaines de groupes de recherche à travers le monde se précipitant pour créer un vaccin contre le COVID-19».

Le programme mondial de vaccination COVID-19 

Le CEPI (au nom de Gates-WEF, qui a financé l’exercice de simulation 201) joue actuellement un rôle clé dans un programme mondial de vaccination à grande échelle en partenariat avec des sociétés de biotechnologie, Big Pharma, des agences gouvernementales ainsi que des laboratoires universitaires.

La déclaration précédente du CEPI a été faite près de deux mois avant la déclaration officielle de pandémie le 11 mars.

«Nous avons des conversations avec un large éventail de partenaires potentiels». Et un élément essentiel de ces conversations est le suivant: quel est le plan pour fabriquer de très grandes quantités de vaccins dans un laps de temps potentiellement pertinent pour ce que les gens semblent de plus en plus certains qu’il s’agira d’une pandémie, si ce n’est déjà fait? … »[ Richard Hatchett, PDG du CEPI  en entretien avec stat.news.com]. …

L’objectif sous-jacent était de développer un vaccin mondial:

Et une partie de cela consistait à faire une enquête mondiale sur la capacité de fabrication pour réfléchir à l’endroit où nous voulions implanter la fabrication de tous les produits à succès que nous pouvions proposer.

Fait important, Hatchett a confirmé que le projet de développement d’un vaccin avait commencé non seulement avant la découverte et l’identification du coronavirus (7 janvier 2020), mais plusieurs mois avant l’exercice de simulation 201 d’octobre 2019.

«Nous l’avons fait au cours de la dernière année environ . [début 2019]… Nous utilisons les informations que nous avons collectées et cette équipe réfléchit maintenant aux opportunités de mise à l’échelle des vaccins de différents types. C’est un travail en cours. Pour certaines technologies, le transfert de technologie [à un fabricant] peut être quelque chose qui pourrait être fait dans un laps de temps potentiellement pertinent pour l’épidémie.

Je pense qu’il sera vraiment important de faire participer les gens qui ont accès à une capacité de production vraiment importante. Et avoir les grands producteurs à la table – en raison de leur profondeur, de leur expérience, de leurs ressources internes – serait très, très important.

Les vaccins candidats seront très, très rapides. Le Dr Anthony Fauci, directeur du NIAID [qui a semé la panique à la télévision sur le réseau], a déclaré publiquement qu’il pensait que l’essai clinique du vaccin Moderna pourrait avoir lieu dès le printemps. (italiques ajoutés)

Ce qui se déroule actuellement dans la vie réelle est à certains égards similaire à l’exercice de simulation 201 d’octobre 2019 à John Hopkins.

Le scénario est de savoir comment produire des millions de vaccins sur la présomption que la pandémie se propage dans le monde entier, et pour cela, vous avez besoin des «cas positifs» de Covid-19 pour voler haut.

Les conglomérats de vaccins parrainés par le CEPI avaient déjà planifié leurs investissements bien avant l’urgence sanitaire mondiale (déclarée par l’OMS le 30 janvier 2020):

Je [Hachett] pense qu’une partie de la stratégie générale est d’avoir un grand nombre de candidats. [et] vous voulez avoir suffisamment de candidats pour qu’au moins certains d’entre eux avancent rapidement dans le processus.

Et puis pour chaque candidat, vous devez vous poser la question: comment produisez-vous cela? … [Et] comment allez-vous en arriver là avec une production à une échelle qui soit significative dans le contexte d’une maladie qui va infecter l’ensemble de la société? (Entretien réalisé par Helen Branswell, statsnews, 3 février 2020)

Moderna Inc 

Moderna Inc basée à Seattle était l’un des nombreux candidats impliqués et soutenus par le CEPI.

Moderna a annoncé le 24 février le développement d’un «vaccin expérimental (messager) ARNm COVID-19, connu sous le nom d’ ARNm-1273». « Le lot initial du vaccin a déjà été expédié aux chercheurs du gouvernement américain par le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID)» dirigé par le Dr Antony Fauci.

Alors que Moderna Inc avait initialement déclaré que les premiers essais cliniques commenceraient à la fin avril , les tests impliquant des volontaires humains ont commencé à la mi-mars à Seattle: (gardez à l’esprit que la pandémie a été officiellement lancée le 11 mars)

.

Des chercheurs de Seattle ont donné le premier coup de feu à la première personne lors d’un test d’un vaccin expérimental contre le coronavirus lundi – menant une chasse mondiale à la protection alors même que la pandémie augmente. …

Certains des volontaires sains soigneusement choisis de l’étude, âgés de 18 à 55 ans, recevront des doses plus élevées que d’autres pour tester la force des inoculations. Les scientifiques vérifieront les effets secondaires et prélèveront des échantillons de sang pour tester si le vaccin stimule le système immunitaire, à la recherche d’indices encourageants comme le NIH trouvé plus tôt chez les souris vaccinées.

«Nous ne savons pas si ce vaccin induira une réponse immunitaire ou s’il sera sans danger. C’est pourquoi nous faisons un essai », a souligné Jackson. «Ce n’est pas au stade où il serait possible ou prudent de le donner à la population en général.» ( FOX news local)

Le vaccin Covid et la plate-forme d’identité numérique ID2020

Alors que le CEPI avait annoncé le lancement d’un vaccin mondial au Forum économique mondial de Davos, une autre entreprise importante et connexe était en cours. C’est ce qu’on appelle l’  Agenda ID2020 , qui, selon Peter Koenig,  constitue « un programme d’identification électronique qui utilise la vaccination généralisée comme plate-forme d’identité numérique».

«Le programme exploite les opérations d’enregistrement des naissances et de vaccination existantes pour fournir aux nouveau-nés une identité numérique portable et persistante liée biométriquement». ( Peter Koenig,  mars 2020)

Les partenaires fondateurs d’ID2020 sont Microsoft, la Fondation Rockefeller et l’ Alliance mondiale pour les vaccins et l’immunisation (GAVI) ( une initiative de la Fondation Gates).

GAVI et ses partenaires (OMS, UNICEF, Banque mondiale, FMI) sont activement impliqués dans la mise en œuvre (financement) du projet mondial de vaccin COVAX.

Les principales entités impliquées dans la coordination de COVAX sont  la Vaccine Alliance (GAVI), la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les trois entités reçoivent un soutien financier de la Fondation Bill et Melinda Gates.

 

Il convient de noter le calendrier: L a Alliance ID2020 a tenu son sommet à New York, intitulé «Rising to the Good ID Challenge», le 19 septembre 2019, exactement un mois avant l’exercice de simulation nCov-2019 intitulé Event 201 at John Hopkins à New York:

Est-ce juste une coïncidence que l’ID2020 soit déployé au début de ce que l’OMS appelle une pandémie? – Ou une pandémie est-elle nécessaire pour «déployer» les multiples programmes dévastateurs d’ID2020? ( Peter Koenig,  mars 2020)

ID2020 fait partie d’un projet «Gouvernance mondiale» qui, s’il était appliqué, déploierait les contours de ce que certains analystes ont décrit comme un État policier mondial englobant par la vaccination (puce électronique intégrée) les données personnelles de plusieurs milliards de personnes dans le monde.

Selon le Dr David Martin  (cité par Makia Freeman) :

«Ce n’est pas un vaccin… en utilisant le terme vaccin pour faufiler cette chose sous les exemptions de santé publique … Il s’agit d’un ARNm emballé dans une enveloppe de graisse qui est livré à une cellule. Il s’agit d’un dispositif médical conçu pour stimuler la cellule humaine à devenir un créateur d’agents pathogènes. Ce n’est pas un vaccin! Les vaccins sont en fait un terme légalement défini … en vertu de la loi sur la santé publique… en vertu des normes CDC et FDA, et un vaccin doit spécifiquement stimuler à la fois une immunité au sein de la personne qui le reçoit, mais il doit également interrompre la transmission.

Au réveil du verrouillage. Les deuxième et troisième vagues

La deuxième vague: La campagne de peur se poursuit à la suite du verrouillage. Un nouveau verrouillage se déroule (décembre-janvier) dans plusieurs pays.

Les difficultés de la crise économique et sociale (couplée à une campagne de peur) encourageront-elles les gens à se faire vacciner?

Pour mettre en œuvre le vaccin mondial, la campagne de propagande doit se poursuivre. La vérité doit être supprimée. Ce sont leurs «lignes directrices», qui doivent être affrontées et remises en question.

Plusieurs gouvernements (alias des politiciens corrompus) dont les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, le Canada et l’Inde ont déjà donné le feu vert. Les informations et analyses sur les caractéristiques du virus (similaires à celles qui ont une influence saisonnière) sont supprimées par les médias.

Alors que l’  hydroxychloroquine  (HCQ) a été utilisée pour traiter des patients en Europe et en Amérique du Nord, Big Pharma, avec le soutien des gouvernements, a l’intention de supprimer les preuves sur la façon dont le COVID-19 peut être guéri, sans avoir besoin d’un vaccin. (Voir chapitre VI)

Le vaccin Covid et «l’immunité des troupeaux»: changer les définitions 

L’immunité collective est un concept important en médecine. Selon Healthline:

«Cela se produit lorsque tant de personnes dans une communauté deviennent immunisées contre une maladie infectieuse que cela empêche la maladie de se propager.

Cela peut se produire de deux manières:

1. De nombreuses personnes contractent la maladie et développent avec le temps une réponse immunitaire (immunité naturelle).

2. De nombreuses personnes sont vaccinées contre la maladie pour obtenir une immunité.

L’immunité collective peut empêcher la propagation de certaines maladies. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles cela fonctionne souvent. » (Voir Healthline)

L’OMS a redéfini l’immunité collective en vue de soutenir l’initiative de vaccin Covid de plusieurs milliards de dollars:

Ci-dessous (à gauche) se trouve la définition officielle de l’OMS (juin 2020). Et en novembre (à droite), l’OMS a décidé unilatéralement de redéfinir un concept médical fondamental, en se concentrant uniquement sur le rôle de la vaccination dans la réalisation de l’immunité collective.

.

 

À notre connaissance, la définition révisée par les pairs de l’immunité collective n’a pas changé.

La nouvelle «définition» de l’OMS sert visiblement les intérêts de Big Pharma.

.

Flashback: La pandémie de grippe porcine H1N1 de 2009

Souvenez vous de la «pandémie» H1N1 de 2009 lorsque le Conseil des conseillers d’Obama sur la science et la technologie a comparé la pandémie H1N1 à la pandémie de grippe espagnole de 1918 tout en rassurant le public que cette dernière était plus meurtrière. (CBC: Préparez le vaccin contre la grippe porcine: conseillers américains).

Pour plus de détails, voir Michel Chossudovsky, Étude d’août 2009 sur la pandémie H1N1 )

Sur la base de données incomplètes et rares, la directrice générale de l’ OMS, Margaret Chan, a prédit avec autorité que « jusqu’à 2 milliards de personnes pourraient être infectées au cours des deux prochaines années – près d’un tiers de la population mondiale. »(Organisation mondiale de la santé, rapportée par les médias occidentaux, juillet 2009).

C’était une aubaine de plusieurs milliards pour Big Pharma soutenue par la Directrice générale de l’OMS, Margaret Chan. 

Dans une déclaration ultérieure, le Dr Chan a confirmé que:

«Les fabricants de vaccins pourraient produire 4,9 milliards de vaccins contre la grippe pandémique par an  dans le meilleur des cas», Margaret Chan, directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) , citée par Reuters, 21 juillet 2009).

«La grippe porcine pourrait frapper jusqu’à 40 pour cent des Américains au cours des deux prochaines années  et jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’entre eux pourraient mourir si une campagne de vaccination et d’autres mesures échouent.» (Déclaration officielle de l’administration Obama, Associated Press, 24 juillet 2009).

Il n’y a pas eu de pandémie H1N1 touchant 2 milliards de personnes. Des millions de doses de vaccin contre la grippe porcine avaient été commandées par les gouvernements nationaux à Big Pharma.

Des millions de doses de vaccin ont ensuite été détruites: une aubaine financière pour Big Pharma, une crise des dépenses pour les gouvernements nationaux.

Aucune enquête n’a été menée sur les auteurs de cette fraude de plusieurs milliards de dollars. Plusieurs critiques ont déclaré que la pandémie H1N1 était «fausse»

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), un organisme de surveillance des droits de l’homme, enquête publiquement sur les motivations de l’OMS à déclarer une pandémie. En effet, le président de son influent comité de santé, l’épidémiologiste Wolfgang Wodarg,  a déclaré que  la «fausse pandémie» est «l’un des plus grands scandales médicaux du siècle». (Michael Fomento,  Forbes , 10 février 2010)

Michael Fomento conclut:

Même au sein de l’agence, le directeur du Centre collaborateur de l’OMS pour l’épidémiologie à Munster, en Allemagne, le Dr Ulrich Kiel, a essentiellement qualifié la pandémie de canular. «Nous assistons à une gigantesque mauvaise allocation des ressources [18 milliards de dollars à ce jour] en termes de santé publique», a-t-il déclaré.

Ils ont raison. Ce n’était pas simplement une trop grande prudence ou une simple erreur de jugement. La déclaration de pandémie et tous les klaxons qui sonnent depuis reflètent une pure malhonnêteté motivée non pas par des préoccupations médicales mais politiques.

Incontestablement, la grippe porcine s’est avérée beaucoup plus bénigne que la grippe saisonnière ordinaire. Il tue entre un tiers et un dixième du taux, selon les estimations des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis. Les données d’autres pays comme la France et le Japon indiquent que c’est beaucoup plus docile que cela.

Le vaccin H1N1 2009 cause des lésions cérébrales chez les enfants : ArepanrixTD de GSK appliqué au Canada

À la mémoire d’une petite fille appelée Amina Abudu

Voir l’article complet ici

La pandémie H1N1 de l’OMS a été déclarée le 11 juin 2009. GSK était sous contrat avec le gouvernement canadien. Le vaccin ArepandrixTM de GSK a été livré aux autorités sanitaires canadiennes en moins de quatre mois.

«En conséquence, un impressionnant 45% des Canadiens ont reçu une protection contre le virus H1N1 en étant vaccinés avec ArepanrixTM de GSK », selon le président-directeur général de GSK, Paul Lucas, dans une déclaration le 9 octobre 2009 au  Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et La technologie.

Dans les quatre mois ?. Est-ce que cela leur donne le temps de tester ????

De nombreuses personnes au Canada sont tombées malades après avoir reçu le vaccin H1N1 ArepanrixTD .

Et ce vaccin a tué une petite fille appelée Amina Abudu, qui a ensuite conduit à un procès de dix ans contre GSK.

Un vaccin a été précipité sur le marché, et l’enfant de cinq ans faisait partie des millions de Canadiens à se faire vacciner, au milieu des craintes généralisées au sujet du nouveau pathogène.

Cinq jours plus tard, le frère aîné d’Amina l’a trouvée inconsciente couchée dans la salle de bain de la maison de la famille dans l’est de Toronto. Elle était morte.

Ses parents dévastés en sont venus à blâmer le vaccin contre la grippe lui-même et ont poursuivi le fabricant du vaccin, Glaxo Smith Kline (GSK), pour 4,2 millions de dollars. Le procès peu remarqué de cette poursuite s’est achevé mardi, une rare diffusion judiciaire au Canada des effets secondaires présumés d’un vaccin.

L’avocate des parents, Jasmine Ghosn , a allégué que le médicament préventif avait été distribué rapidement et sans tests appropriés pendant une saison grippale chaotique, alors que le gouvernement fédéral exerçait une «pression intense» sur les Canadiens pour qu’ils se font vacciner. ( National Post, novembre 2019 )

Capture d’écran du National Post. Décès d’une fille canadienne en 2009   (le rapport est daté de novembre 2019

Il a fallu dix ans pour un jugement. La famille a perdu. GSK a décliné la responsabilité de sa mort. Et le gouvernement canadien a remboursé les frais juridiques de GSK.

Ce procès contre GSK devrait être rouvert. Le gouvernement du Canada porte le fardeau de la responsabilité.

ArepanrixTD  (2009) contre  PandemrixTM (2009)

GSK a reconnu avec désinvolture que l’ ArepanrixTD qui était utilisé au Canada est «similaire» au PandemrixTM de GSK appliqué au Royaume-Uni et dans l’UE, ce qui a entraîné des lésions cérébrales chez les enfants. Il a ensuite été retiré. Mais ArepandrixTD appliqué au Canada a prévalu. Un ArepandrixTD (2010) a ensuite été publié l’année suivante (et comparé à PandemrixTD (2009)

GSK reconnaît que PandemrixTD (2009) provoque la narcolepsie, qui est classée comme «un trouble neurologique chronique qui affecte la capacité du cerveau à contrôler les cycles veille-sommeil».

Le vaccin COVID-19 est déjà vu. Ne soyons pas repris.

Enseignements importants à tirer de la pandémie H1N1 de 2009

La «pandémie» du COVID-19 est bien plus grave et diabolique que la grippe H1N1 de 2009. La pandémie COV-19 a fourni un prétexte et une justification pour déstabiliser les économies de pays entiers, appauvrissant de larges secteurs de la population mondiale. Sans précédent dans l’histoire moderne.

Et il est important que nous agissions de manière cohérente et solidaire avec ceux qui sont victimes de cette crise.

La vie des gens est en chute libre et leur pouvoir d’achat a été détruit.

Quelle sorte de structure sociale tordue nous attend à la suite du verrouillage?

Pouvons-nous faire confiance à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et aux puissants groupes d’intérêt économique qui la sous-tendent? La réponse est évidente.

Pouvons-nous faire confiance aux principaux acteurs du projet mondial de vaccination de plusieurs milliards de dollars?

Pouvons-nous faire confiance aux médias occidentaux qui ont mené la campagne de peur?

La désinformation soutient les mensonges et les fabrications.

Pouvons-nous faire confiance à nos gouvernements «corrompus»? Notre économie nationale a été dévastée.

Dans les développements récents, le vaccin Covid est mis en œuvre dans un grand nombre de pays.

Le Dr Wolfgang Wodarg, qui a révélé la fraude derrière le H1N1, est activement impliqué avec le Dr Michael Yeadon dans la campagne contre le vaccin Covid-19.

.


.

Chapitre IX

Liberté d’expression 

Catégoriser le mouvement de protestation comme «antisocial»

 

Un processus diabolique est en cours qui consiste à «identifier» tous ceux qui s’opposent à la gestion par les gouvernements de la pandémie de coronavirus. Selon des études psychologiques en cours, ces opposants sont classés dans la catégorie des «psychopathes antisociaux».  

L’objectif tacite est de freiner l’émergence d’un mouvement de protestation organisé concernant l’ingénierie sociale et la décision prise dans le monde entier au niveau politique de fermer les économies nationales de plus de 150 États membres des Nations Unies. 

La liberté d’expression est supprimée

Le récit de verrouillage est soutenu par la désinformation des médias, la censure en ligne, l’ingénierie sociale et la campagne de peur.

Les médecins qui remettent en question le récit officiel sont menacés. Ils perdent leur emploi. Leurs carrières sont détruites. Ceux qui s’opposent au verrouillage du gouvernement sont classés dans la catégorie des «psychopathes antisociaux»: 

Dans les collèges et les universités, le personnel enseignant est poussé à se conformer et à approuver le récit officiel du covid. La remise en question de la légitimité du verrouillage des «classes» en ligne pourrait conduire à un licenciement.

Plusieurs médecins qui s’opposent au consensus COVID ou au vaccin ont été arrêtés. En décembre,  «Jean-Bernard Fourtillan, professeur d’université à la retraite connu pour son opposition au vaccin COVID-19 a été arrêté« par des forces de l’ordre sous commandement militaire, et placé de force à l’isolement à l’hôpital psychiatrique d’Uzès ». Fourtillan est connu comme «un critique de longue date des vaccins qui utilisent des adjuvants dangereux».

 

Capture d’écran: NTD, 16 décembre 2020

Censure Google et Twitter

Les opinions d’éminents scientifiques qui remettent en question le verrouillage, le masque facial ou la distanciation sociale sont «prises en compte» par Google:

 » YouTube n’autorise pas les contenus diffusant des informations médicales erronées qui contredisent les informations médicales de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou des autorités sanitaires locales sur le COVID-19, y compris sur les méthodes de prévention, de traitement ou de diagnostic du COVID-19 , et les moyens de transmission de COVID-19 [FEMININE. » (italiques ajoutés)

De même, Twitter a confirmé qu ‘«il supprimera tous les messages suggérant qu’il y a’ des effets ou des effets néfastes liés à la vaccination»… Twitter:  « troublera la mémoire de tous les messages qui« invoquent un complot délibéré »ou« avancent des messages nuisibles, faux ou récits trompeurs sur les vaccins. »

Protégez contre la «vérité officielle», critiquez les directives du gouvernement, émettez des réserves concernant la fermeture de l’économie mondiale, la distanciation sociale et le port du masque facial, et vous serez étiqueté (selon «l’opinion scientifique») comme un «insensible et psychopathe trompeur ».

Psychologie: études empiriques

Des «études» psychologiques évaluées par des pairs ont été menées dans plusieurs pays à l’aide d’enquêtes par sondage.

Acceptez le «récit officiel» et vous êtes étiqueté comme une «bonne personne» avec une «empathie» qui comprend les sentiments des autres.

Un soi-disant «rapport empirique» évalué par les pairs décrit ceux qui refusent de porter le masque facial ou de respecter la distanciation sociale comme ayant des «troubles de la personnalité antisociale».

Ceux qui «n’adhèrent pas aux mesures pour empêcher la propagation du COVID-19» sont étiquetés comme «antisociaux». 

Les résultats de l’étude brésilienne portant sur un «échantillon» de 1578 adultes ont été publiés dans la revue Personality and Individual Differences . sous le titre:

Pandémie COVID-19 au fil du temps: les traits antisociaux sont-ils importants? 

«Empathie» contre «Traits antisociaux»

La «méthodologie» statistique de cette étude est simple. Il est destiné à servir de modèle.

Il consiste à classer un soi-disant échantillon d’adultes de toutes les grandes régions du Brésil en deux groupes distincts. Il examine:

«..Les relations entre les traits antisociaux et le respect des mesures d’endiguement du COVID-19 . L’échantillon était composé de 1578 adultes brésiliens âgés de 18 à 73 ans… et d’ un questionnaire sur le respect des mesures de confinement.

Les analyses de profils latents ont indiqué une solution à deux profils: « le profil de modèle antisocial qui présentait des scores plus élevés en termes de callosité, de tromperie, d’hostilité, d’impulsivité, d’irresponsabilité, de manipulation et de prise de risque,ainsi que des scores plus faibles en résonance affective»;

et « le profil de modèle d’empathie qui présentait des scores plus élevés en résonance affective  …»

Les groupes antisociaux et d’empathie ont montré des différences significatives . … Nos résultats ont indiqué que les traits antisociaux, en particulier des niveaux inférieurs d’empathie et des niveaux plus élevés de callosité, de tromperie et de prise de risque , sont directement associés à une moindre conformité aux mesures de confinement. Ces caractéristiques expliquent, au moins partiellement, la raison pour laquelle les gens continuent de ne pas adhérer aux mesures d’endiguement même avec un nombre croissant de cas et de décès. (italiques ajoutés)

La méthodologie de recherche  s’articule autour de 3 questions principales:

  •  « Pensez-vous qu’il est nécessaire d’éviter autant que possible d’approcher les gens jusqu’à ce que la situation du coronavirus soit maîtrisée? » (distanciation sociale),
  • «Pensez-vous qu’il est nécessaire de se laver les mains et / ou d’utiliser du gel alcoolisé autant de fois par jour jusqu’à ce que la situation de coronavirus soit contrôlée?» (hygiène),
  • « Pensez-vous qu’il soit nécessaire d’utiliser un masque facial (qui protège le nez et la bouche) au Brésil? » (masque).

Catégorisation Oui / Non

Répondez Oui à ces trois questions: vous êtes catégorisé comme ayant de «l’ empathie» (c’est-à-dire la capacité de comprendre et de partager les sentiments des autres).

Répondez non aux trois questions: vous êtes catégorisé (selon l’étude) comme ayant «des niveaux plus élevés de dureté, de tromperie, d’hostilité , d’impulsivité, d’irresponsabilité, de manipulation et de prise de risque» (comme cité ci-dessus).

Tout cela semble très scientifique. L’objectif tacite de ces psycho-études est de donner aux gouvernements le mandat d’intimider et de faire respecter la conformité, tout en dénigrant les prétendus psychopathes qui refusent de se conformer au récit officiel, ce qui est un mensonge pur et simple.  
.
«La triade noire» et «narcissisme collectif» 
.
Selon Eric W. Dolan   (PsyPost), l’étude ci-dessus consistait à identifier «une mesure des traits de personnalité inadaptés…» . Dolan fait également référence à une étude connexe se concentrant sur: «la« Triade noire »du narcissisme, de la psychopathie et du machiavélisme associée à l’ignorance des mesures préventives COVID-19.».
.
L’étude menée en Pologne est intitulée:
.
« Comportement adaptatif et inadapté pendant la pandémie de COVID-19: les rôles des traits de la Triade noire, du narcissisme collectif et des croyances en matière de santé »

L’étude fait référence à la pratique du «narcissisme collectif» , à savoir une croyance et une pratique communes d’un soi-disant «In-Group» (aka mouvement de protestation, collectif de médecins dissidents, de scientifiques) dirigé contre la «vérité» officielle du virus corona. (alias le gros mensonge). Le narcissisme collectif est ancré dans ce que les psychologues appellent la Triade noire.

L’étude est basée sur «un échantillon national représentatif de Pologne ( N  = 755)». Il examine: «les relations entre les traits de la Triade Noire (c’est-à-dire, la psychopathie, le machiavélisme et le narcissisme) et le narcissisme collectif (c’est-à-dire, agentique et communautaire)… Les participants caractérisés par les traits de la Triade Noire s’engagent moins dans la prévention  …»
.
«Les résultats soulignent l’utilité des croyances en matière de santé pour prédire les comportements pendant la pandémie, expliquant (au moins en partie) les comportements problématiques associés aux personnalités sombres (c’est-à-dire, la Triade noire, le narcissisme collectif). …

Les traits, tels que la Triade noire (c’est-à-dire le narcissisme, le machiavélisme, la psychopathie) et le narcissisme collectif … peuvent avoir des implications sur la façon dont on fait face au virus … Par exemple, les individus caractérisés par les traits de la Triade noire peuvent être moins susceptibles de suivre le gouvernement. restrictions appliquées liées au COVID-19

Le terme «agentique»  cité ci-dessus se réfère à la «réalisation des objectifs».

Et voici la méthodologie

«Nous avons mesuré les traits de la triade sombre (vague 2)… [également en référence à] l’ échelle de la triade sombre Dirty Dozen ( Jonason et Webster, 2010 ). L’échelle se compose de quatre items évaluant les différences individuelles dans la psychopathie (par exemple, « j’ai tendance à manquer de remords »), le narcissisme (par exemple, « j’ai tendance à rechercher le prestige ou le statut ») et le machiavélisme (par exemple, « j’ai tendance à manipuler les autres pour obtenir mon chemin »). Les participants ont indiqué qu’ils étaient d’accord avec chaque élément (1 =  pas du tout d’accord , 5 =  tout à fait d’accord ). Nous avons fait la moyenne des réponses pour créer des indices de chaque trait. »

Cela semble scientifique. Quelles sont les conclusions?

«Nous avons avancé la portée du modèle en illustrant la pertinence des traits de personnalité sombres dans la prédiction des comportements adaptatifs et inadaptés en réponse à la pandémie par les traits centrés sur la personne (c. -à- d. Les traits de la triade noire) et le groupe (c.-à-d. Le narcissisme collectif). Traits de personnalité. » Le lire le rapport complet cliquez ici  accent ajouté)

La définition psychologique des Traits de la Triade Noire comprend les traits de personnalité combinés du narcissisme, du machiavélisme et de la psychopathie. «Ils sont appelés« sombres »en raison de leurs qualités malveillantes

The Dark Triad Dirty Dozen ( DTDD ) consiste en un «inventaire de personnalité» plus large qui évalue et mesure les trois composantes de la personnalité de la Dark Triad. (voir image à droite)

En substance, ce que ce «rapport scientifique» confirme, c’est que les personnes qui remettent en question le récit officiel du covid-19 souffrent de «troubles de la personnalité malveillants». On dit qu’ils souffrent des Dirty Dozen «Traits de la triade noire» (DTDD). 

Lorsqu’ils agissent de manière contiguë au sein d’un mouvement en groupe ou de protestation (par exemple, le rassemblement de masse d’août à Berlin), ils sont étiquetés comme appliquant le «narcissisme collectif».

Le cadre de l’étude ci-dessus est également envisagé pour d’autres pays en partenariat  (avec le groupe de Varsovie). Une autre étude connexe est intitulée:  «Qui se conforme aux restrictions pour réduire la propagation du COVID-19?: Personnalité et perceptions de la situation du COVID-19»

Mots forts. « Évalués par les pairs »?

La psychologie est utilisée de manière pernicieuse pour conférer une légitimité à un État policier chargé de «s’en prendre» à ceux qui auraient souffert de «troubles de la personnalité malveillants» de la Triade noire.

C’est une doctrine inquisitoire, qui pourrait éventuellement évoluer vers une chasse aux sorcières numérique, bien plus sophistiquée que «l’Inquisition espagnole».

«Contrairement à l’Inquisition espagnole, le système inquisitorial contemporain a des capacités presque illimitées d’espionnage et de catégorisation des individus.

Les gens sont étiquetés et étiquetés, leurs e-mails, leurs téléphones portables sont surveillés, des données personnelles détaillées sont saisies dans des banques de données géantes Big Brother. Une fois ce catalogage numérique terminé, les gens sont enfermés dans des compartiments étanches. Leurs profils sont établis et saisis dans un système informatisé.

L’application de la loi est systématique. La chasse aux sorcières n’est pas seulement dirigée contre des «terroristes» présumés à travers le profilage ethnique, etc., les différents droits de l’homme, la discrimination positive, les cohortes anti-guerre font eux-mêmes l’objet de la législation antiterroriste, etc.

Inutile de dire que la conversion ou la rétractation des hérétiques anti-guerre n’est pas autorisée.

Pendant ce temps, les criminels de guerre occupent des positions d’autorité. Les citoyens sont galvanisés pour soutenir les dirigeants, «engagés pour leur sécurité et leur bien-être», «qui s’attaquent aux méchants». (Michel Chossudovsky, The Spanish Inquisition, «Made in America» , Global Research, décembre 2004)

Francisco Goya: l’Inquisition espagnole (1812-1819) Real Academia de Bellas Artes de San Fernando , Madrid

Les milliardaires sont-ils mentalement dérangés? 

Ces études de psychologie empirique sont destinées à être utilisées contre des citoyens qui s’opposent aux instructions de leurs gouvernements respectifs. À leur tour, ces gouvernements obéissent aux ordres d’en haut. 
.
Alors que les citoyens ordinaires sont étiquetés, ce qui est de plus en plus évident, c’est que les milliardaires, les «philanthropes», les politiciens corrompus, et autres, qui sont les architectes tacites du verrouillage économique mondial sont des psychopathes à part entière.

Bien que leurs traits de personnalité ne soient pas le motif d’une enquête scientifique, les milliardaires corrompus qui sont derrière le verrouillage de la couronne et la fermeture de l’économie mondiale sont mentalement dérangés. L’argent et l’enrichissement sont la force motrice.

Cependant, qualifier les politiciens et les financiers de «psychopathes» est un euphémisme. Appeler à la fermeture simultanée des économies nationales de 193 États membres de l’ONU est un acte de « génocide économique».

La prise de décision économique et sociale est criminalisée. La légitimité de Wall Street, du Forum économique mondial (WEF), de Big Pharma et des fondations milliardaires qui ont ordonné la fermeture de l’économie mondiale le 11 mars 2020 doit être résolue avec force.

 


.

Chapitre X

Coup d’État mondial? La «grande réinitialisation»,

Dette mondiale et «traitement de choc» néolibéral

 

Histoire du «traitement de choc» économique. Du programme d’ajustement structurel (SAP) à «l’ajustement global (GA)»

La fermeture (simultanée) du 11 mars 2020 des économies nationales de 190 États membres de l’ONU est diabolique et sans précédent. Des millions de personnes ont perdu leur emploi et leurs économies à vie. Dans les pays en développement, la pauvreté, la famine et le désespoir prévalent. La fermeture des économies nationales a conduit à une dette mondiale en spirale. De plus en plus, les gouvernements nationaux sont contrôlés par les créanciers, qui financent actuellement les filets de sécurité sociale, les renflouements des entreprises et les aides.

Si ce modèle «d’intervention mondiale» est sans précédent, il présente certaines caractéristiques qui rappellent les réformes macro-économiques au niveau des pays, notamment l’imposition d’une «médecine économique» forte par le FMI. Pour résoudre ce problème, examinons l’histoire du soi-disant «traitement de choc économique» ( un terme utilisé pour la première fois dans les années 1970 ).

Flash back au Chili, le 11 septembre 1973.

En tant que professeur invité à l’Université catholique du Chili, j’ai vécu le coup d’État militaire dirigé contre le gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende. C’était une opération de la CIA dirigée par le secrétaire d’État Henry Kissinger, associée à des réformes macro-économiques dévastatrices.

Image de gauche: Kissinger avec le général Augusto Pinochet (années 1970)

Dans le mois qui a suivi le coup d’État, le prix du pain est passé de 11 à 40 escudos du jour au lendemain . Cet effondrement artificiel des salaires réels et de l’emploi sous la dictature de Pinochet était propice à un processus national d’appauvrissement. Alors que les prix des denrées alimentaires avaient grimpé en flèche, les salaires avaient été gelés pour assurer «la stabilité économique et éviter les pressions inflationnistes». Du jour au lendemain, un pays entier a été précipité dans une pauvreté abyssale: en moins d’un an, le prix du pain au Chili a été multiplié par trente-six et quatre-vingt-cinq pour cent de la population chilienne ont été poussés sous le seuil de pauvreté.  » C’était la «réinitialisation» du Chili en 1973. 

Deux ans et demi plus tard, en 1976, je suis retourné en Amérique latine en tant que professeur invité à l’Université nationale de Cordoba dans le centre industriel du nord de l’Argentine. Mon séjour a coïncidé avec un autre coup d’État militaire en mars 1976. Derrière les massacres et les violations des droits de l’homme, des réformes macro-économiques du « libre marché» avaient également été prescrites – cette fois sous la supervision des créanciers argentins new-yorkais, dont David Rockefeller qui était un ami du ministre de l’Économie de la Junta,  José Alfredo  Martinez de Hoz.

Image de droite: le président général Jorge Videla, David Rockefeller et le ministre argentin de l’Économie Martinez de Hoz, Buenos Aires (années 1970)

Le Chili et l’Argentine étaient des «répétitions générales» pour les choses à venir: l’imposition du Programme d’ajustement structurel (PAS) FMI-Banque mondiale a été imposée à plus de 100 pays à partir du début des années 80. (Voir Michel Chossudovsky, The Globalization of Poverty and the New World Order , Global Research, 2003)

Un exemple notoire de «marché libre»: le Pérou a été sanctionné en août 1990 pour ne pas se conformer aux diktats du FMI : le prix du carburant a été augmenté de 31 fois et le prix du pain a augmenté plus de douze fois en une seule journée. Ces réformes – menées au nom de la «démocratie» – ont été bien plus dévastatrices que celles appliquées au Chili et en Argentine sous le poing du régime militaire.

Le verrouillage de mars 2020

Et maintenant, le 11 mars 2020, nous entrons dans une nouvelle phase de déstabilisation macro-économique, qui est plus dévastatrice et destructrice que 40 ans de «traitement choc» et de mesures d’austérité imposées par le FMI au nom des intérêts financiers dominants.

Il y a rupture, rupture historique ainsi que continuité. C’est « le néolibéralisme au nième degré »

Image de gauche: Kissinger avec le dictateur général argentin Jorge Videla (années 1970)

Clôture de l’économie mondiale: impacts économiques et sociaux au niveau de la planète entière

Comparez ce qui se passe aujourd’hui dans l’économie mondiale avec les mesures macro-économiques «négociées» du pays par pays imposées par les créanciers dans le cadre du programme d’ajustement structurel (PAS). L ‘«ajustement global» du 11 mars 2020 n’a pas été négocié avec les gouvernements nationaux. Il a été imposé par un «partenariat public / privé», soutenu par la propagande médiatique et accepté, invariablement par des politiciens cooptés et corrompus.

Inégalités sociales et appauvrissement «d’ingénierie». La mondialisation de la pauvreté 

Comparez le 11 Mars, 2,02 mille  « ajustement global » « directives » affectant l’ensemble de la planète au Chili 11 Septembre, 1973 .

Dans une ironie amère, les mêmes intérêts du Big Money derrière «l’ajustement global» 2020 ont été activement impliqués au Chili (1973) et en Argentine (1976). Souvenez-vous de l ‘«Opération Condor» et de la «Guerre sale» ( Guerra Sucia ).

Il y a continuité: les mêmes intérêts financiers puissants: les bureaucraties du FMI et de la Banque mondiale en liaison avec la Réserve fédérale, Wall Street et le WEF sont actuellement impliquées dans la préparation et la gestion des opérations de dette «post-pandémie« New Normal »(pour le compte des créanciers) dans le cadre de la grande réinitialisation.

Henry Kissinger a participé à la coordination du «Reset» du 11 septembre 1973 au Chili.

L’année suivante (1974), il est chargé de la rédaction du «National Strategic Security Memorandum 200 (NSSM 200) qui  identifie le dépeuplement comme« la plus haute priorité de la politique étrangère américaine envers le tiers monde ».

La poussée du «dépeuplement» sous la grande réinitialisation? 

Aujourd’hui, Henry Kissinger est un fervent partisan aux côtés de la Fondation Gates (qui est également fermement engagée dans le dépeuplement) de la Grande Réinitialisation sous les auspices du Forum économique mondial (WEF).

Pas besoin de négocier avec les gouvernements nationaux ou de procéder à un «changement de régime». Le projet de verrouillage du 11 mars 2020 constitue un «ajustement global» qui déclenche des faillites, du chômage et des privatisations à une bien plus grande échelle touchant d’un seul coup les économies nationales de plus de 150 pays.

Et tout ce processus est présenté à l’opinion publique comme un moyen de lutter contre le «virus tueur» qui, selon le CDC et l’OMS, s’apparente à la grippe saisonnière. (Virus A, B).

La structure de pouvoir hégémonique du capitalisme mondial 

Big Money, y compris les fondations milliardaires, sont la force motrice. C’est une alliance complexe de Wall Street et de l’établissement bancaire, les Big Oil and Energy Conglomerates, les soi-disant «Defence Contractors», Big Pharma, les Biotech Conglomerates, les Corporate Media, les Telecom, Communications and Digital Technology Giants, ainsi que un réseau de think tanks, de groupes de pression, de laboratoires de recherche, etc. La propriété de la propriété intellectuelle joue également un rôle central.

Ce puissant réseau de prise de décision numérique et financière implique également les principaux créanciers et institutions bancaires: la Réserve fédérale, la Banque centrale européenne (BCE), le FMI, la Banque mondiale, les banques régionales de développement et la Banque des règlements internationaux basée à Bâle ( BIS), qui joue un rôle stratégique clé.

À leur tour, les échelons supérieurs de l’appareil d’État américain (et les alliés occidentaux de Washington) sont directement ou indirectement impliqués, y compris le Pentagone, le renseignement américain (et ses laboratoires de recherche), les autorités sanitaires, la sécurité intérieure et le département d’État américain (y compris les États-Unis). ambassades dans plus de 150 pays).

La «vraie économie» et le «gros argent»

Pourquoi ces politiques de verrouillage de Covid sont-elles le fer de lance de la faillite, de la pauvreté et du chômage?

Le capitalisme mondial n’est pas monolithique. Il y a en effet «un conflit de classe» «entre les super-riches et la grande majorité de la population mondiale.

Mais il y a aussi une rivalité intense au sein du système capitaliste. À savoir un conflit entre le «Big Money Capital» et ce que l’on pourrait qualifier de «Real Capitalism» qui consiste en des entreprises dans différents domaines d’activité productive aux niveaux national et régional. Il comprend également les petites et moyennes entreprises.

Ce qui est en cours, c’est un processus de concentration de la richesse (et de contrôle des technologies de pointe) sans précédent dans l’histoire du monde, par lequel l’établissement financier (c’est-à-dire les créanciers de plusieurs milliards de dollars) est censé s’approprier les actifs réels des sociétés en faillite ainsi que les actifs de l’État. .

L ‘«économie réelle» constitue «le paysage économique» de l’activité économique réelle: actifs productifs, agriculture, industrie, services, infrastructures économiques et sociales, investissement, emploi, etc. L’économie réelle aux niveaux mondial et national est ciblée par le verrouillage et fermeture de l’activité économique. Les institutions financières de Global Money sont les «créanciers» de l’économie réelle.

Gouvernance mondiale: vers un État totalitaire

Les personnes et les organisations impliquées dans 18 Octobre, 2019 201 Simulation  sont maintenant impliqués  dans la gestion actuelle de la crise une fois qu’il a été mis en le 30 Janvier e 2020 sous l’OMS d’ urgence en santé publique de portée internationale (USPI), qui dans le jeu de tour la scène de la crise financière de février 2020 et du verrouillage de mars.

Le verrouillage et la fermeture des économies nationales déclenchent une deuxième vague de chômage de masse couplée à la faillite artificielle (appliquée dans le monde entier) des petites et moyennes entreprises.

Tout cela est mené par la mise en place d’un État totalitaire mondial qui a l’intention de briser toutes les formes de protestation et de résistance.

Le programme de vaccination Covid (y compris le passeport numérique intégré) (voir chapitre VI) fait partie intégrante d’un régime totalitaire mondial.

Quel est le tristement célèbre ID2020? C’est une alliance de partenaires public-privé, y compris les agences des Nations Unies et la société civile. Il s’agit d’un programme d’identification électronique qui utilise la vaccination généralisée comme plate-forme d’identité numérique. Le programme exploite les opérations d’enregistrement des naissances et de vaccination existantes pour fournir aux nouveau-nés une identité numérique portable et persistante liée biométriquement zones rouges, masques faciaux, éloignement social, verrouillage, ( Peter Koenig, 12 mars 2020)

«La grande réinitialisation»

Les mêmes puissants créanciers qui ont déclenché la crise mondiale de la dette de Covid sont en train d’établir une «nouvelle normalité» qui consiste essentiellement à imposer ce que le Forum économique mondial décrit comme la «grande réinitialisation»

En utilisant les verrouillages et les restrictions COVID-19 pour pousser à travers cette transformation, la grande réinitialisation est déployée sous le couvert d’une «  quatrième révolution industrielle  » dans laquelle les entreprises plus anciennes doivent être conduites à la faillite ou absorbées dans des monopoles, fermant ainsi d’énormes sections. de l’économie pré-COVID. Les économies sont en cours de «restructuration» et de nombreux emplois seront exécutés par des machines alimentées par l’IA.

Les chômeurs (et il y en aura beaucoup) seraient placés sur une sorte de revenu de base universel et verraient leurs dettes (l’endettement et la faillite à grande échelle sont le résultat délibéré de verrouillages et de restrictions) radiés en échange de la cession de leurs actifs à la état ou plus précisément aux institutions financières aidant à conduire cette grande réinitialisation . Le WEF dit que le public «louera» tout ce dont il a besoin: le retrait du droit de propriété sous couvert de «consommation durable» et de «sauver la planète». Bien sûr, la petite élite qui a déployé cette excellente réinitialisation possédera tout. (Colin Todhunter,  Dystopian Great Reset, 9 novembre 2020)

Appuyez sur le bouton de réinitialisation

La grande réinitialisation du Forum économique mondial se prépare depuis longtemps. «Appuyez sur le bouton de réinitialisation» en vue de sauver l’économie mondiale avait été annoncé par le président du WEF Klaus Schwab en janvier 2014, six ans avant l’attaque de la pandémie de Covid 19.

«Ce que nous voulons faire à Davos cette année [2014], c’est appuyer sur le bouton de réinitialisation, le monde est beaucoup trop pris dans un mode de crise.»

Deux ans plus tard, dans une interview accordée en 2016 à la chaîne de télévision suisse francophone (RTS), Klaus Schwab a parlé de l’implantation de micropuces dans le corps humain, qui est essentiellement à la base du vaccin à ARNm «expérimental» Covid. «Ce que nous voyons est une sorte de fusion du monde physique, numérique et biologique», a déclaré Klaus Schwab.

Schwab a expliqué que les êtres humains recevront bientôt une puce qui sera implantée dans leur corps afin de fusionner avec le monde numérique. (écouter l’interview en français)

RTS: «Quand cela se produira-t-il?

KS: «Certainement dans les dix prochaines années.

«Nous pourrions imaginer que nous les implanterons dans notre cerveau ou dans notre peau».

«Et puis on peut imaginer qu’il existe une communication directe entre le cerveau et le monde numérique».


https://www.youtube.com/watch?v=dg6BlXuj8cM .

Juin 2020. Le WEF annonce officiellement la grande réinitialisation

«La pandémie représente une fenêtre d’opportunité rare mais étroite pour réfléchir, réinventer et réinitialiser notre monde pour créer un avenir plus sain, plus équitable et plus prospère» – Klaus Schwab, WEF (juin 2020)

Ce qui est envisagé sous «la grande réinitialisation» est un scénario dans lequel les créanciers mondiaux se seront appropriés d’ici 2030 la richesse du monde, tout en appauvrissant de larges secteurs de la population mondiale.

En 2030,  «Vous ne posséderez rien, et vous serez heureux.»  (voir la vidéo ci-dessous)

Les Nations Unies: un instrument de gouvernance mondiale au nom d’un partenariat public / privé non élu

Le système des Nations Unies est également complice. Il a approuvé la «gouvernance mondiale» et la grande réinitialisation.

Alors que le secrétaire général de l’ ONU, Antonio Guterres, reconnaît à juste titre que la pandémie est «plus qu’une crise sanitaire», aucune analyse ou débat significatif sous les auspices de l’ONU sur les véritables causes de cette crise n’a été entrepris.

Selon un rapport de l’ONU de septembre 2020:

«Des centaines de milliers de vies ont été perdues. La vie de milliards de personnes a été bouleversée. En plus des impacts sur la santé, le COVID-19 a révélé et exacerbé de profondes inégalités … Il nous a touchés en tant qu’individus, en tant que familles, communautés et sociétés. Il a eu un impact sur toutes les générations, y compris sur celles qui ne sont pas encore nées. La crise a mis en évidence des fragilités au sein et entre les nations, ainsi que dans nos systèmes pour élaborer une réponse mondiale coordonnée aux menaces communes. ( Rapport de l’ONU )

Les décisions de grande portée qui ont déclenché des destructions sociales et économiques dans le monde ne sont pas mentionnées. Pas de débat au Conseil de sécurité de l’ONU. Consensus entre les cinq membres permanents du CSNU.

V le virus est par hasard tenu responsable du processus de destruction économique.

Le projet de «partenariat public-privé» du Forum économique mondial intitulé «Réimaginer et réinitialiser notre monde»  a été approuvé par les Nations Unies.

Retournez en arrière sur George Kennan et la doctrine Truman à la fin des années 1940. Kennan croyait que l’ONU fournissait un moyen utile de «relier le pouvoir à la moralité», en utilisant la moralité, comme un moyen d’étamper sans hésiter les «guerres humanitaires» américaines.

La crise Covid et les mesures de verrouillage sont l’aboutissement d’un processus historique.

Le verrouillage et la fermeture de l’économie mondiale sont des «armes de destruction massive» qui, dans le vrai sens du mot, «détruisent la vie des gens».  

Nous avons affaire à de vastes «crimes contre l’humanité».

Le président Joe Biden et la «grande réinitialisation»

Joe Biden est un politicien soigné, un mandataire de confiance, au service des intérêts de l’establishment financier.

N’oublions pas que Joe Biden était un fervent partisan de l’invasion de l’Irak au motif que Saddam Hussein «possédait des armes de destruction massive». «Le peuple américain a été trompé dans cette guerre», a déclaré le sénateur Dick Durbin . Ne vous laissez plus tromper par Joe Biden.

Évolution des acronymes. 9/11, GWOT, WMD et maintenant COVID : Biden a été récompensé pour avoir soutenu l’invasion de l’Irak.

Pendant la campagne électorale, Fox News a décrit Biden comme un «socialiste» qui menace le capitalisme: «Le lien inquiétant de Joe Biden avec le mouvement socialiste« Great Reset »».

Bien que ce soit un non-sens absolu, de nombreux militants «progressistes» et anti-guerre ont approuvé Joe Biden sans analyser les conséquences plus larges d’une présidence Biden.

«The Great Reset» est socialement diviseur, c’est raciste. C’est un projet diabolique du capitalisme mondial. Elle constitue une menace pour la grande majorité des travailleurs américains ainsi que pour les petites et moyennes entreprises. Elle sape également plusieurs secteurs importants de l’économie capitaliste.

La présidence de Biden et le verrouillage

En ce qui concerne Covid, Biden est fermement attaché à la «deuxième vague», c’est-à-dire au maintien de la fermeture partielle de l’économie américaine et de l’économie mondiale comme moyen de «combattre le virus tueur».

Joe Biden fera pression pour l’adoption de la «grande réinitialisation» du WEF aux niveaux national et international, avec des conséquences économiques et sociales dévastatrices. Les réunions du Forum économique mondial (WEF) 2021 prévues pour l’été 2021 à Singapour se concentreront sur la mise en œuvre de la «Grande réinitialisation»

Le président Biden est un fervent partisan du verrouillage de Corona. Ses déclarations concernant un «hiver sombre» en 2021  confirment qu’il approuve non seulement l’adoption de politiques de verrouillage résolues de Covid-19, mais que son administration poursuivra et adoptera la «grande réinitialisation» du Forum économique mondial comme partie intégrante de la politique étrangère américaine, être mis en œuvre ou plus correctement «imposé» dans le monde entier.

À son tour, l’administration Biden-Harris tentera de passer outre toutes les formes de résistance populaire au verrouillage du virus corona.

Ce qui se déroule est une phase nouvelle et destructrice de l’impérialisme américain. C’est un projet totalitaire d’ingénierie économique et sociale, qui finit par détruire la vie des gens dans le monde entier. Ce «nouveau» programme néolibéral utilisant le verrouillage de la couronne comme instrument d’oppression sociale a été approuvé par le président Biden et la direction du Parti démocrate.

La Maison Blanche de Biden sera utilisée pour instaurer ce que David Rockefeller a appelé la «gouvernance mondiale», ce qui équivaut à une «dictature démocratique» mondiale.

Il faut noter que le mouvement de contestation aux Etats-Unis, contre le lock-out, est faible. En fait, il n’y a pas de mouvement de protestation national cohérent à la base. Pourquoi? Parce que les «forces progressistes», y compris les intellectuels de gauche, les dirigeants d’ONG, les syndicats et les dirigeants syndicaux – dont la plupart sont alignés sur le Parti démocrate – ont depuis le début soutenu le verrouillage. Et ils soutiennent également Joe Biden.

Dans une ironie amère, les militants anti-guerre ainsi que les critiques du néolibéralisme ont approuvé Joe Biden.

À moins qu’il n’y ait de protestations importantes et de résistance organisée, aux  niveaux national et international, la Grande Réinitialisation sera intégrée dans les programmes de politique étrangère nationale et américaine de l’administration Joe Biden-Kamala Harris.

C’est ce que vous appelez l’impérialisme à «visage humain».

Où est le mouvement de protestation contre ce «partenariat public-privé» Corona non élu?

Les mêmes fondations philanthropiques (Rockefeller, Ford, Soros, et al) qui sont les architectes tacites de la «grande réinitialisation» et de la «gouvernance mondiale» sont également impliquées dans le financement (généreux) de l’activisme contre le changement climatique, la rébellion d’extinction, le Forum social mondial , Black Lives Matters, LGBT et al.

Cela signifie que la base de ces mouvements sociaux est souvent induite en erreur et trahie par leurs dirigeants qui sont régulièrement cooptés par une poignée de fondations d’entreprise.

Le Forum social mondial (FSM), qui commémore son 20e anniversaire, rassemble des militants anti-mondialisation engagés du monde entier. Mais qui contrôle le FSM? Dès le début en janvier 2001, il a été (initialement) financé par la Fondation Ford.

C’est ce que vous appelez la  «dissidence fabriquée» (bien plus  insidieuse que le «consentement fabriqué» de Herman-Chomsky).

L’objectif des élites financières «a été de fragmenter le mouvement populaire en une vaste mosaïque du« faites-le vous-même ». L’activisme a tendance à être fragmentaire. Il n’y a pas de mouvement anti-guerre anti-mondialisation intégré. (Michel Chossudovsky, Manufacturing Dissent , Global Research, 2010)

Selon McGeorge Bundy, président de la Fondation Ford (1966-1979):

«Tout ce que la Fondation [Ford] a fait pourrait être considéré comme« rendre le monde sûr pour le capitalisme », réduire les tensions sociales en aidant à réconforter les affligés, fournir des soupapes de sécurité pour les personnes en colère et améliorer le fonctionnement du gouvernement.

Le mouvement de protestation contre la grande réinitialisation qui constitue un «coup d’État mondial» nécessite un processus de mobilisation mondiale:

. » Il ne peut y avoir de mouvement de masse significatif  lorsque la dissidence est généreusement financée par ces mêmes intérêts corporatifs [WEF, Gates, Ford, et al] qui sont la cible du mouvement de protestation ».

Les actions à prendre

Plus de 7 milliards de personnes dans le monde sont directement ou indirectement touchées par la crise corona.

Ce qu’il faut, c’est le développement d’un vaste réseau de base qui confronte à la fois les architectes de cette crise ainsi que les gouvernements nationaux et régionaux (États, provinces) impliqués dans le verrouillage et la fermeture de l’activité économique comme moyen de lutter contre  » V le virus ». La légitimité des politiciens et de leurs puissants commanditaires doit être remise en question, y compris les mesures de l’État policier adoptées pour faire appliquer les différentes politiques. (Masques faciaux, distanciation sociale, rassemblements publics, etc.)

Ce réseau serait établi (national et international) à tous les niveaux de la société, dans les villes et villages, les lieux de travail, les paroisses. Les syndicats, les organisations paysannes, les associations professionnelles, les associations professionnelles, les syndicats étudiants, les associations d’anciens combattants, les groupes confessionnels seraient appelés à intégrer ce mouvement.

La première tâche serait de désactiver la campagne de peur et la désinformation des médias ainsi que de mettre fin au programme de vaccination Covid de Big Pharma.

Les médias d’entreprise seraient directement mis au défi, sans cibler spécifiquement les journalistes grand public, dont beaucoup ont reçu pour instruction de se conformer au récit officiel. Cet effort nécessiterait un processus parallèle au niveau de la base, de sensibilisation et d’éducation des concitoyens sur la nature du virus, le test PCR, les impacts du verrouillage, le masque facial et la distanciation sociale.

«Faire passer le mot» à travers les médias sociaux et les médias en ligne indépendants sera entrepris en gardant à l’esprit que Google ainsi que Facebook sont des instruments de censure.

La création d’un tel mouvement, qui conteste avec force la légitimité des élites financières ainsi que les structures de l’autorité politique au niveau national, n’est pas une tâche facile. Cela exigera un degré de solidarité, d’unité et d’engagement sans précédent dans l’histoire du monde.

Il faudra également faire tomber les barrières politiques et idéologiques au sein de la société (c’est-à-dire entre les partis politiques) et agir d’une seule voix . Nous devons également comprendre que le «projet corona» fait partie intégrante de l’agenda impérial américain. Elle a des implications géopolitiques et stratégiques. Il faudra également, à terme, renverser les architectes de cette diabolique «pandémie» et les inculper pour crimes contre l’humanité.

 

 



Articles Par : Prof Michel Chossudovsky

A propos :

Michel Chossudovsky is an award-winning author, Professor of Economics (emeritus) at the University of Ottawa, Founder and Director of the Centre for Research on Globalization (CRG), Montreal, Editor of Global Research.  He has taught as visiting professor in Western Europe, Southeast Asia, the Pacific and Latin America. He has served as economic adviser to governments of developing countries and has acted as a consultant for several international organizations. He is the author of eleven books including The Globalization of Poverty and The New World Order (2003), America’s “War on Terrorism” (2005), The Global Economic Crisis, The Great Depression of the Twenty-first Century (2009) (Editor), Towards a World War III Scenario: The Dangers of Nuclear War (2011), The Globalization of War, America's Long War against Humanity (2015). He is a contributor to the Encyclopaedia Britannica.  His writings have been published in more than twenty languages. In 2014, he was awarded the Gold Medal for Merit of the Republic of Serbia for his writings on NATO's war of aggression against Yugoslavia. He can be reached at [email protected] Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) de Montréal, rédacteur en chef de Global Research.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]