La dé-dollarisation s’accélère : «L’économie africaine veut plus de yuans chinois»

La tendance mondiale à la dé-dollarisation continue de s’accélérer pendant que les Américains vaquent dans leur train-train quotidien en se préoccupant davantage des comédiens blasphémateurs, des trophées de participation et du comportement scandaleux de Kim [Kardashian] et Kanye [West].

Cela va des contrats à terme sur le pétrole libellés en yuan (et bientôt des contrats sur les métaux libellés en yuans) jusqu’à la décision de l’Europe d’utiliser le Yuan pour payer le pétrole iranien, et des systèmes de règlement non monétaire pour le commerce entre la Russie et la Chine jusqu’à l’appel aux citoyens turcs d’abandonner le dollar, chaque action de l’administration Trump semble approfondir la défiance envers l’hégémonie du dollar, unissant le monde contre l’ordre unipolaire de la monnaie de réserve de Washington.

de-dollarization

Tout cela conduit à ceci …

Dans une interview bien placée dans China Xinhua News – l’agence de presse officielle de la République populaire de Chine – on voit des responsables africains réclamer une plus grande yuanisation des économies du continent.

CnbbeeE005003_20180602_NBMFN0A001_11n

Certains pays d’Afrique orientale et australe s’accordent à dire que le yuan chinois devrait être davantage utilisé dans la région en raison de l’influence grandissante de la Chine dans les affaires et le commerce, a déclaré jeudi un expert financier.

Caleb Fundanga, directeur exécutif de l’Institut de gestion macroéconomique et financière d’Afrique orientale et australe (MEFMI), a déclaré qu’un forum pour les experts financiers avait convenu qu’il était nécessaire d’utiliser le yuan chinois comme monnaie de réserve parce que la Chine jouait un rôle actif dans leurs économies.

Des gouverneurs adjoints de la banque centrale et des secrétaires généraux adjoints des finances de 14 pays relevant du MEFMI ont assisté à ce forum.

« La conclusion générale est que nous devrions utiliser davantage le yuan parce que le moment est venu, nous faisons plus d’affaires (avec la Chine), donc il est naturel que nous utilisions la monnaie du pays avec lequel nous faisons du commerce.

« Tout comme nous avons utilisé le dollar (américain) et l’euro, nous voulons utiliser davantage la devise chinoise dans nos transactions, car c’est plus avantageux pour nous« , a t-il déclaré.

Il a déclaré que l’utilisation du yuan pourrait protéger la région contre la volatilité des devises.

Le forum avait également discuté des implications de l’utilisation de la monnaie chinoise et convenu qu’il était nécessaire d’obtenir plus d’informations sur les marchés et les produits sur lesquels il pourrait être investi.

« Pour l’instant, cette information n’est pas librement disponible », dit-il, suggérant en outre que les experts financiers chinois devraient rendre l’information disponible dans ces forums.

M. Fundanga a déclaré que l’arrivée du yuan donnerait à la région plus d’options pour gérer ses réserves.

L’utilisation du yuan est également devenue pratique parce que la Chine accordait des prêts à la région et à d’autres pays africains.

« L’un des problèmes dont nous avons discuté est que parfois, si vous avez emprunté à la Chine, ils veulent vous facturer en dollars américains, nous disons que notre gouvernement doit commencer à discuter avec les entreprises chinoises et le gouvernement pour que nous soyons facturés en yuan. Et nous pourrons ensuite payer en yuans, parce que cela ne sert à rien de commencer à garder nos réserves en yuans, et être facturé en dollars, ce n’est pas bon », dit-il.

Il a toutefois reconnu que certains pays étaient déjà facturés en yuan pour les biens et services chinois.

M. Fundanga a indiqué qu’il y avait aussi des discussions sur d’éventuels échanges de devises comme ce que la Chine avait fait avec le Nigeria, où les Nigérians voyageant en Chine pouvaient facilement accéder au yuan à partir de leurs banques locales.

Le MEFMI soutient que la majeure partie des réserves de la plupart des pays de la région sont investies en dollars américains, mais que leur composition n’a pas suivi le rythme des grandes mutations de l’économie mondiale. Cela est d’autant plus vrai que la Chine et l’Inde continuent de façonner les tendances économiques mondiales car elles restent des partenaires commerciaux majeurs pour la région.

Les pays du MEFMI comprennent l’Angola, le Botswana, le Burundi, le Kenya, le Lesotho, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, le Rwanda, le Swaziland, la Tanzanie, l’Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe.

* * *

Gardez à l’ esprit que nous avons commencé en 2010 à mettre en garde contre la  » colonisation  » croissante de l’Afrique par la Chine , et noté la militarisation croissante de la Chine de l’Afrique en 2015 , et les avertissements récents des généraux américains selon lesquels la Chine et des États – Unis sont « sur une trajectoire de collision en Afrique, » il semble que le « vieil ami » du président Trump Xi fait de grosses avancées contre le statu quo qui prévaut.

La marée est-elle en train de changer le statut de réserve du dollar ? Rappelez-vous, rien ne dure éternellement…..

Même l’ancien économiste en chef de la Banque mondiale veut remplacer le dollar américain par une super-monnaie mondiale unique, affirmant qu’il créera un système financier mondial plus stable.

« La domination du billet vert est la cause première des crises financières et économiques mondiales », a déclaré Justin Yifu Lin à Bruegel, un groupe de réflexion sur la recherche politique basé à Bruxelles. « La solution à cela est de remplacer la monnaie nationale par une monnaie mondiale. »

20120103_JPM_reserve_0

Article original en anglais : De-Dollarization Escalates: « African Economy Needs More Usage Of Chinese Yuan », Zero Hedge, le 2 juin 2018.

Traduction : AvicRéseau International



Articles Par : Zero Hedge

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]