La descente aux enfers des États-nations !

Les indicateurs économiques évoluent sans cesse, voici la réactualisation des chiffres clés de l’économie mondiale concernant la dette et les produits dérivés (les métastases). Tous ces chiffres proviennent de sources clairement identifiées comme le FMI ou pour l’essentiel, du Bureau des Règlements Internationaux (BRI), du très sérieux donc.

La dette

Les 92% de dettes (en pourcentage du PIB) pour la France en 2010 sont confirmés par le FMI (graphique ci-dessus) et 99 % sont prévus en 2011 ce que j’ai annoncé il y a 2 ans.

Vous remarquerez que le Japon bat tous les records avec 197% de dette, 130% pour la Grèce et l’Italie dont personne ne parle.

L’Irlande explosera sa dette en 2011 avec plus de 2%.

L’Espagne est en comparaison « peu endettée » avec 68% en 2010. Les 74% prévus me semblent sous évalués avec un dépassement que j’évalue pour ma part à plus de 80%.  (BRI, page 4) 

Les produits dérivés

Les produits dérivés continuent leurs décrues (sauf aux USA).

Ils avaient atteint la somme faramineuse de 690 000 milliards de dollars au début de l’année 2008 et ne représentent plus que 444 000 milliards de dollars (8 fois le PIB mondial) au quatrième trimestre 2009 d’après la dernier rapport trimestriel BRI de mars 2010.

On le voit ici, il existe un découplage entre les activités sur les produits dérivés aux USA et dans le reste du monde.

Pour rappel, le 30 juin 2008 , l’OCC (Comptroller of the Currency, l’autorité gouvernementale de tutelle des banques) déclarait que les USA possédaient 182 100 milliards de dollars de produits dérivés (des métastases), or, il y a quelques mois, le dernier rapport faisait état de 200 000 milliards de dollars (contrôlés par 5 banques). La finance US a donc créé 20 000 milliards de dollars de produits dérivés en 1 an, soit 1,5 fois le PIB des USA alors que le reste du monde a pris conscience du danger qu’ils représentent.

Plus inquiétant encore, les USA détiennent désormais près de la moitié de ces produits financiers qui sont au coeur du risque systémique.

Vous comprenez mieux pourquoi Tim Geithner, le ministre américain des Finances (secrétaire au trésor), a vivement critiqué le plan que va présenter la Commission européenne de régulation des produits dérivés et notament des CDS afin de prévenir les effets « systémiques » de ces produits financiers dont la banque Golman Sach (un cheval de Troie) s’est servie afin d’affaiblir l’Europe au profit des USA. Affaiblir l’euro renforce en effet le dollar, une monnaie en sursis.

En ce qui concerne l’euro, ne vous inquiétez pas, une solution est en cours (les explications bientôt).

Sources:

OCC page 12 http://www.occ.gov/ftp/release/2009-114a.pdf

BRI rapport trimestriel page 11, http://www.bis.org/publ/qtrpdf/r_qt1003b_fr.pdf

 
Gilles Bonafi est professeur et analyste économique.



Articles Par : Gilles Bonafi

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]