La diplomatie américaine a perdu de sa vigueur au Moyen-Orient. Il n’est plus possible d’isoler l’Iran

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères et envoyé spécial Mikhail Bogdanov (C) s’est entretenu avec le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Ali Bagheri Kani et le chef des relations internationales du Hamas Mousa Marzouk, Moscou, 26 oct. 2023.

Le président américain Joe Biden est convaincu que l’une des raisons pour lesquelles le Hamas a lancé l’attaque contre Israël est l’annonce, lors du sommet du G20 à New Delhi, du corridor économique Inde-Moyen-Orient-Europe. Mais il a également admis que cette lecture était basée uniquement sur son instinct et qu’il ne disposait d’aucune preuve.

La motivation de Biden réside dans le besoin désespéré des États-Unis de récupérer leur rôle de leader dans le Moyen-Orient musulman. Les deux réalités les plus convaincantes rejetant le leadership américain sont : d’une part, une forte solidarité régionale unie dépassant les clivages sectaires pour rechercher un règlement sur la Palestine, comme jamais auparavant, et, d’autre part, le rapprochement saoudo-iranien.

Les derniers développements impliquant le Hamas et Israël ont sapé les efforts américains visant à persuader l’Arabie saoudite de reconnaître Israël. Il ne fait aucun doute que la position saoudienne sur le problème palestinien s’est durcie. Mardi, Joe Biden a tendu la main au prince héritier Mohammed bin Salman pour tenter de créer autant de convergence que possible entre Washington et Riyad.

Mais le compte-rendu de la Maison Blanche montre qu’une masse critique est restée insaisissable ; même si les deux dirigeants se sont mis d’accord sur des généralités, ils n’ont pas pu se mettre d’accord sur la question spécifique très importante d’un cessez-le-feu urgent entre Israël et le Hamas.

Ce profond désaccord se reflète également au sein du Conseil de sécurité des Nations unies, où les Émirats arabes unis ont soutenu le projet de résolution russe, qui appelait à “un cessez-le-feu humanitaire immédiat, durable et pleinement respecté“, mais se sont opposés au projet de résolution américain, qui restait évasif sur la question de la fin des combats et insistait plutôt sur le droit d’Israël à l’autodéfense.

Une déclaration commune signée jeudi par les ministres des affaires étrangères de l’Égypte, de la Jordanie, du Bahreïn, des Émirats arabes unis, de l’Arabie saoudite, d’Oman, du Qatar, du Koweït et du Maroc a appelé à un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza. Dans une mise en garde adressée aux États-Unis et à Israël, la déclaration indique que “le droit à l’autodéfense prévu par la Charte des Nations unies ne justifie pas les violations flagrantes du droit humanitaire et du droit international“.

Pour l’avenir, la grande question qui se pose est celle de l’intention américaine. S’agit-il d’une manœuvre musclée ou d’un complot caché visant à créer des faits sur le terrain qui pourraient servir de casus belli pour lancer une offensive contre l’Iran, un projet de longue date des néoconservateurs qui dominent les discours sur la politique étrangère des États-Unis ?

Mercredi, lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, Joe Biden a déclaré avoir averti le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, que si Téhéran continuait à “s’en prendre” aux forces américaines dans la région, Washington riposterait.

Biden a déclaré : “J’ai averti l’ayatollah que s’il continuait à s’en prendre à ces troupes, nous réagirions. Et il doit s’y préparer. Cela n’a rien à voir avec Israël“. (Biden faisait référence aux attaques croissantes contre les bases américaines en Irak et en Syrie).

Mohammad Jamshidi, adjoint politique au bureau du président iranien, a depuis répondu à la remarque de Biden en déclarant : “Les messages américains n’étaient pas adressés au leader de la révolution islamique et n’étaient rien d’autre que des demandes émanant du côté iranien. Si Biden pense avoir averti l’Iran, il devrait demander à son équipe de lui montrer le texte des messages.

Quelques heures plus tard, lorsqu’on lui a demandé de clarifier la situation, le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, a répondu : “Un message direct a été transmis. Je n’irai pas plus loin.” On peut imaginer que les récentes attaques menées par des groupes militants en Syrie et en Irak constituent un casse-tête pour Biden sur le plan de la politique intérieure. Selon les informations disponibles, une vingtaine de militaires américains ont été blessés et un contractant militaire a été tué jusqu’à présent. Il y a environ 2 500 soldats américains en Irak et quelque 900 en Syrie.

Il est possible que Biden ait fait de la démagogie. Ce n’est pas inhabituel dans les affrontements entre les États-Unis et l’Iran. Mais il est plus probable que les États-Unis espèrent pousser l’Iran à empêcher les milices en liberté en Syrie et en Irak d’exacerber la situation.

L’Iran est sur la même longueur d’onde que la Chine, la Russie et les États arabes, qui appellent à un cessez-le-feu immédiat afin que les conditions soient réunies pour que la diplomatie s’attaque de manière significative au problème palestinien. Ils sont en faveur d’une solution à deux États. Ironiquement, les États-Unis affirment également qu’ils soutiennent une solution à deux États.

C’est ce qu’a déclaré Biden lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche hier, en lisant un texte préparé à l’avance :

“Israël a le droit et, j’ajouterais, la responsabilité de répondre au massacre de son peuple.  Et nous veillerons à ce qu’Israël dispose de ce dont il a besoin pour se défendre contre ces terroristes. C’est garanti…

Mais cela n’enlève rien à la nécessité – pour opérer et s’aligner sur les lois de la guerre pour les Israéliens – de faire tout ce qui est en son pouvoir – Israël doit faire tout ce qui est en son pouvoir, aussi difficile que cela soit, pour protéger les civils innocents…

Je souhaite également prendre un moment pour regarder vers l’avenir auquel nous aspirons. Les Israéliens et les Palestiniens méritent tous deux de vivre côte à côte dans la sécurité, la dignité et la paix.  Et il n’est pas question de revenir au statu quo tel qu’il existait le 6 octobre…

Cela signifie également qu’une fois la crise terminée, il faut avoir une vision de l’avenir.  Et selon nous, il doit s’agir d’une solution à deux États. Cela signifie que toutes les parties – Israéliens, Palestiniens, partenaires régionaux, dirigeants mondiaux – doivent concentrer leurs efforts pour nous mettre sur la voie de la paix.”

Ces propos donnent-ils l’impression que Biden se prépare à une guerre avec l’Iran ? Pour la première fois, peut-être, il y a une lueur d’espoir que les États-Unis ne contournent plus le problème palestinien. En fin de compte, comme en témoignent les délibérations du Conseil de sécurité des Nations unies, toutes les puissances responsables comprennent que le Moyen-Orient reste le centre de gravité de la politique mondiale et qu’une conflagration dans la région pourrait facilement se transformer en guerre mondiale. Et aucune des grandes puissances ne souhaite une telle issue apocalyptique.

Cela dit, si les États-Unis jouissent toujours d’une puissance inégalée au Moyen-Orient, leur influence a diminué à mesure que de nouvelles réalités sont apparues :

  • Israël est devenu plus puissant militairement et économiquement face aux Palestiniens, mais ne jouit plus d’une position dominante dans la région.
  • L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, deux puissances dominantes au Moyen-Orient, affirment de plus en plus leurs propres intérêts.
  • La Chine, bien qu’elle soit un acteur relativement nouveau, ne se limite plus à la diplomatie économique.
  • Les États-Unis ont perdu la capacité de peser sur le marché mondial du pétrole, car la Russie travaille en étroite collaboration avec l’Arabie saoudite dans le cadre de l’OPEP+ pour calibrer le niveau de production et les prix du pétrole.
  • Par conséquent, le pétrodollar s’affaiblit.
  • Les accords d’Abraham ont été pratiquement abandonnés.
  • Le conflit israélo-arabe a pris une nouvelle dimension ces dernières années, grâce à la montée en puissance de l’axe de la résistance, ce qui exige de nouvelles postures et une nouvelle réflexion opérationnelle de la part des États-Unis.
  • La politique israélienne a fortement basculé à l’extrême droite.
  • L’environnement mondial est très compliqué ; le processus de paix ne peut plus être placé sous la tutelle des États-Unis. Jeudi, la Russie a organisé une réunion trilatérale à Moscou avec le vice-ministre iranien des affaires étrangères et une délégation du Hamas. Plus tard, le vice-ministre russe des affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, qui est également l’envoyé spécial du président pour le Moyen-Orient et l’Afrique, a annoncé que le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas “arriverait bientôt en visite officielle” à Moscou pour s’entretenir avec le président russe Vladimir Poutine.

En cas de guerre totale avec l’Iran, les États-Unis subiraient de lourdes pertes et l’État d’Israël risquerait d’être détruit. En effet, l’Iran pourrait opter pour une capacité de dissuasion nucléaire. Il est presque certain qu’une guerre entre les États-Unis et l’Iran se transformera en guerre mondiale. Il est clair que la guerre n’est pas une option.

Une invasion terrestre israélienne de la bande de Gaza présente donc un risque élevé. Si Israël s’enlise dans la bande de Gaza, ce qui n’est absolument pas exclu, il est fort possible que le Hezbollah ouvre un second front. Ce qui, à son tour, peut déclencher une réaction en chaîne susceptible d’échapper à tout contrôle. C’est là que réside le danger si un cessez-le-feu n’est pas convenu suffisamment tôt dans le conflit.

M.K. Bhadrakumar

 

Article original en anglais : US diplomacy lost traction in Middle East. Isolating Iran no longer possible, Indian Punchline, le 27 octobre 2023.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.



Articles Par : M. K. Bhadrakumar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]