La diplomatie italienne de la canonnière

La ministre des affaires étrangères Mogherini annonce que, comme première visite du semestre italien de la présidence de l’Ue, elle se rend à Kiev et Moscou, car pour résoudre la crise en Ukraine il faut « intensifier le travail diplomatique ». En attendant cependant l’Italie contribue à intensifier la diplomatie de la canonnière qui, comme celle de l’impérialisme du 19ème siècle, utilise le déploiement de navires de guerre pour poursuivre ses objectifs politiques. En effet, vient d’entrer en Mer Noire un des quatre groupes navals permanents de l’OTAN (le Snmcmg2), sous les ordres du capitaine Giovanni Piegaja à bord de la frégate Its Aviere, le navire amiral, flanquée d’un autre navire italien (Its Rimini), un turc (Tcg Akçai) et un britannique (Hms Chiddingfold). Le déploiement du groupe naval, renforcé par des unités étasuniennes et grecques, comprend des manoeuvres conjointes avec les marines bulgare et roumaine. Auxquelles la marine russe répond avec sa manoeuvre.

Avant le groupe naval OTAN sous commandement italien, le navire espion italien Électre est entré en Mer Noire le 15 juin, non pas pour une manoeuvre mais pour une opération réelle. L’unité, qui a à son bord une centaine de marins et techniciens du renseignement, est extrêmement silencieuse et est dotée d’une trentaine de systèmes électroniques et acoustiques, installés aussi sur un submersible qui depuis le bateau peut descendre à 1000 mètres de profondeur. Naviguant aux limites des eaux territoriales russes, le navire espion intercepte les communications des installations côtières et intérieures aussi bien en Russie qu’en Crimée. La tentative du gouvernement Renzi de garder secrète la mission de l’Électre a échoué quand l’agence de presse russe Ria Novosti, citant une source militaro-diplomatique, a signalé la présence en Mer Noire du navire espion italien qui, dénonce Moscou, confirme « la capacité continuelle de l’OTAN d’intercepter les communications et d’effectuer de l’espionnage électronique ». Jolie carte de visite pour la ministre des Affaires étrangères italienne qui se rend en visite à Moscou. La seule chose qu’elle pourrait dire pour ne pas perdre totalement la face, serait que le déploiement du navire espion et des autres navires de guerre italiens en Mer Noire a été décidé par l’OTAN. En d’autres termes, pas à Rome mais à Washington,  l’Alliance étant sous leadership étasunien. Exemplifié par le fait que le Commandant suprême allié en Europe (actuellement le général Philip Breedlove de la U.S. Air Force) est, par une sorte de droit acquis, toujours un haut officier étasunien nommé par le Président. Officier qui, étant en même temps à la tête du Commandement européen des Etats-Unis, fait partie de la chaîne de commandement du Pentagone, c’est-à-dire reçoit directement de Washington les ordres à exécuter y compris comme plus haute autorité militaire de l’OTAN.

Le déploiement du navire espion et des autres navires de guerre italiens a été décidé par le Jfc Naples, dont l’«aire de responsabilité » englobe la mer Noire, aux ordres d’un amiral étasunien (actuellement Bruce Clingan), qui est en même temps commandant de la Force conjointe alliée à Naples, des Forces navales USA en Europe et des Forces navales du Commandement Africa. C’est donc toujours le Pentagone qui déplace les unités de la Marine militaire italienne, comme des pions sur l’échiquier de la diplomatie de la canonnière. Amenant ainsi l’Italie, dont les gouvernements ont renoncé à la souveraineté nationale, sur la voie d’un nouvel affrontement Ouest-Est qui divise de plus en plus l’Europe dans l’intérêt de Washington. Pendant que la ministre des Affaires étrangères du gouvernement italien, aujourd’hui à la présidence de l’Union européenne, va à Moscou pour « intensifier le travail diplomatique ».

 Manlio Dinucci

Edition de mardi 8 juillet de il manifesto

http://ilmanifesto.info/il-tricolore-nel-mar-nero/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]