Print

La fable du lion malade et des renards
Par Jean-Yves Jézéquel
Mondialisation.ca, 15 août 2021

Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/la-fable-du-lion-malade-et-des-renards/5659214

Chacun se souviendra du temps où il apprenait la langue française en étudiant les fables de Jean de la Fontaine. Parmi elles, il s’en trouve une qui m’est revenue à l’esprit ces derniers jours parce qu’elle est toujours d’actualité!

Relisons-la, ensemble, je vous prie, et voyons à quel point il n’a jamais été très sérieux de faire confiance à qui prétend détenir un pouvoir !

« LE LION MALADE ET LE RENARD

De par le roi des animaux,

Qui dans son antre était malade,

Fut fait savoir à ses vassaux

Que chaque espèce en ambassade

Envoyât gens le visiter,

Sous promesse de bien traiter

Les députés, eux et leur suite,

Foi de Lion, très-bien écrite,

Bon passeport contre la dent,

Contre la griffe tout autant.

L’édit du Prince s’exécute :

De chaque espèce on lui députe,

Les Renards gardant la maison,

Un d’eux en dit cette raison :

« Les pas empreints sur la poussière

Par ceux qui s’en vont faire au malade leur cour,

Tous, sans exception, regardent sa tanière ;

Pas un ne marque de retour :

Cela nous met en méfiance.

Que Sa Majesté nous dispense.

Grand merci de son passeport ;

Je le crois bon ; mais dans cet antre

Je vois fort bien comme l’on entre,

Et ne vois pas comme on en sort. » (Jean de la Fontaine)

Voilà qui est bien posé et toujours d’exceptionnelle actualité ! Les volontés totalitaires de Macron seraient exécutées par Castex et son ministre de la santé Véran. Puis la cohorte des fonctionnaires « responsables » mettrait en place la réalisation pratique de ces volontés et commandements. Tout serait arrangé sans demander l’avis de personne : un Conseil de « Guerre » restreint discutait la stratégie à adopter, puis le Maître de l’Élysée, seul dans son coin, décidait souverainement ce qui était bien pour les 67 millions de Français !

Les députés représentant le peuple : dans leur majorité, des guignols aux ordres du Pontife Suprême et se moquant éperdument du peuple et de sa volonté méprisée ! Les Sénateurs sages et avisés ? Des laquais cirant les pompes du Gouvernement représentant lui-même les puissances supérieures de la haute finance aux commandes du Nouvel Ordre Mondial ! Le Conseil Constitutionnel ? Il est dirigé par un délinquant condamné pour l’affaire du sang contaminé et père du patron de la société distribuant pour la France le QR code, en total conflit d’intérêts ! Les autres étant à leur tour des amis de Jupiter, ont été placés là par ses soins via les magouilles politiques que nous avons suivies attentivement depuis le début de cette mascarade…

C’est ainsi que le squatteur « entré par effraction à l’Élysée » (sic), décida seul que chaque français serait « vacciné », qu’il l’eût voulu ou non. Tout serait donc organisé pour contraindre de gré ou de force les citoyens de ce pays à venir se faire injecter un produit expérimental, dont les effets s’avéraient déjà destructeurs…

Pour convaincre le grand nombre, il usa de la propagande dont les médias complaisants seraient les chantres. Il comptait bien sur le gros du troupeau qui lui ferait confiance. En effet, les moutons seraient au rendez-vous, tels des innocents allant au massacre. Nul besoin, pensait-il, de les mener de force à l’abattoir : ils y viendraient d’eux-mêmes en toute confiance et l’argent public, c’est-à-dire le leur, paierait même empoisonneurs et bourreaux pour les exterminer. Mais, pensait Macron, ils étaient encore trop nombreux à refuser sa loi et ses volontés souveraines. Il fallait les forcer à rejoindre le troupeau en utilisant la ruse et la menace, l’intimidation et le chantage ! 

Alors il imagina la souricière idéale : le « pass sanitaire obligatoire » si l’on voulait encore vivre dans des conditions acceptables ! Désormais, tous devaient s’incliner et rejoindre le troupeau en bêlant le QR code à chaque coup de fourchette ou à chaque lampée de bière fraîche ! Le seigneur et maître des moutons triomphait de voir la grandeur de sa tyrannie et les vertus de sa perversion. Il jubilait de la petite loi qu’il avait fait passer en catimini créant le « Conseil National de Certification des médecins » : désormais, le seul Souverain et Maître de la France déciderait si un médecin méritait d’exercer encore ou s’il fallait le tuer professionnellement ! Désormais, les enfants pourraient être « piqués » de force à l’école, sans l’autorisation des parents ! Quel monde merveilleux de pouvoir et de perversion jubilatoire !

Selon la dictature sanitaire française, il n’est pas nécessaire pour l’exécuteur d’injection, de vérifier la compatibilité de l’état de santé des personnes avec la « vaccination » anti-Covid ! Imaginez par exemple qu’une personne soit infectée à la Covid-19 ou à son « variant » Delta et que sans la moindre analyse de compatibilité, on lui injecte un produit à ARNm ! Il a toutes les « chances » d’en mourir… 

On « vaccine » donc en France, sans aucun contrôle ni avant, ni après l’injection. Aucun dosage des IgM et IgG n’est réalisé. Si un médecin vaccine quelqu’un en cours d’infection, cette vaccination peut lui être mortelle… Enfin, aucun contrôle sanguin n’est réalisé après une injection expérimentale en phase 3 : sur le plan médical c’est un comble absolu !

Les délirants covidistes diront une nouvelle fois que les « complotistes » les menacent désormais plus sérieusement. Par leur vigilance, les rebelles au pass sanitaire furent encore une fois avertis à temps du danger, puisque l’accès aux données de l’ANSM, concernant les effets indésirables graves ainsi que les décès dus aux injections ARNm anti-Covid, avait été mystérieusement bloqué ! Toutes les données de la pharmacovigilance seraient également ignorées et absentes de toute considération… Les seuls chiffres désormais accessibles seraient ceux de février 2021, avant le commencement de la campagne d’injections !

Les rebelles anti-injections expérimentales voyaient bien le défilé silencieux et soumis du troupeau de moutons dociles et confiants, allant à l’abattoir ! Les informations honnêtes provenant d’Israël ou de Grande-Bretagne, démontraient que les victimes actuelles de la Covid et de son Variant provenaient en grande majorité de la population « vaccinée ». Mais ensuite, toutes traces étaient soigneusement effacées ! Ah bon, s’exclamaient les indociles traités de « dangers pour les autres » ou de « responsables des nouveaux variants » – menaçant les honnêtes gens disciplinées et consciencieuses- personne ne sait ce qu’il advient des « injectés » expérimentaux ? ! Non personne ! Alors ils descendirent en masse dans la rue pour dire :

« Que sa Majesté nous dispense.

Merci pour son pass-sanitaire !

Qu’elle entende notre méfiance,

D’une injection autoritaire.

Nous observons vos injonctions,

Sur tous vos lumineux écrans,

Mais, pour le bien de la Nation,

Plus aucun chiffre dérangeant !

Que sont devenus les sincères,

Tous ces croyants dans le Pouvoir,

A part d’avoir trouvé l’enfer

Et l’ombre d’un grand désespoir !

La morale de l’histoire :

La vérité a-t-elle besoin du mensonge pour se faire entendre des vivants ?

La vérité a-t-elle besoin de la manipulation et de la propagande pour se faire reconnaître des vivants ?

La vérité a-t-elle besoin de la terreur ou de la peur de la mort pour se faire respecter ?

La vérité a-t-elle besoin de la confusion, des incohérences, des contradictions radicales pour se faire valoir ?

La vérité a-t-elle besoin des mises en scène et faux-témoignages, de la censure acharnée, des interdictions radicales de vente et de prescription de traitements qui ont largement été démontrés comme efficaces contre la covid-19, pour s’affirmer comme étant juste et incontestable ?

La vérité a-t-elle besoin de sanctionner, de punir, de maltraiter, de menacer, de faire du chantage pour se faire entendre ?

La vérité a-t-elle besoin de la violence d’État pour s’imposer aux humains et contrôler les médecins refusant d’être des tueurs ?

La vérité a-t-elle besoin du viol systématique de toutes les lois essentielles de la démocratie et de l’État de droit pour se faire accepter des humains ?

Pourquoi pouvez-vous transmettre une maladie que vous n’avez pas à une personne qui a été « vaccinée » contre elle ?

Pourquoi Pfizer a-t-il annoncé que 8 mois après leur « vaccination » les « vaccinés » n’ont plus aucune trace de leur système immunitaire naturel à large spectre ?

Pourquoi les « non-vaccinés » doivent-ils se faire « vacciner » pour ne pas contaminer les « vaccinés » ?

Si ces « vaccins » sont si sûrs, pourquoi donc devons-nous être menacés pour les faire ?

Si la covid-19 est si mortelle, pourquoi dois-je être testé pour savoir si je l’ai ?

Pourquoi les chiffres de l’hécatombe chez les « vaccinés » sont-ils censurés aujourd’hui ?

… La liste des questions est tellement longue que nous n’en finirions plus de les poser !

Après ces quelques remarques et quelques questions légitimes, il va de soi que la conclusion s’impose encore une fois : LE CORONAVIRUS N’EST DECIDEMENT PAS LE SUJET, il n’est qu’un leurre, un prétexte cachant tout autre chose ! 

Il s’agissait bien « d’une fenêtre d’opportunité », d’une possibilité de passage au tout numérique, de l’Internet des objets à l’Internet des corps, de la fusion des corps avec la machine, du trans-humanisme, même s’il fallait passer par l’inévitable et regrettable sélection des sujets qui seraient en grand nombre éliminés de cet enjeu pour l’avenir immédiat ! L’acharnement des pouvoirs n’est pas autre chose qu’un acharnement génocidaire, qu’un eugénisme puissamment favorisé par ce pan-médicalisme ayant renversé les vraies valeurs de l’humanité…

Que ce soit au temps de La Fontaine ou maintenant, le Pouvoir est toujours une perversion. Personne n’a jamais donné à quelqu’un le pouvoir de le maltraiter. D’où vient donc cette prétention chez ceux qui se croient investis de ce droit ? Le pouvoir est une perversion qui a transformé la responsabilité de l’exécution des volontés d’un peuple, en droit de le tyranniser.

Dans une véritable démocratie digne de ce nom, c’est le peuple qui commande et c’est l’État qui obéit ! 

Avec le comportement du dictateur Macron et de sa bande de malfaiteurs, chacun pourra mesurer le degré exceptionnel de la tyrannie qui a été installée en France. Cet homme n’a aucune légitimité ; il n’est rien pour les Français, il n’a aucun droit de les maltraiter comme il le fait ; il est une erreur tombée par manipulations intérieures complices, mais aussi extérieures étrangères, sur les affaires de la France ; il est une anomalie qu’il faut supprimer comme telle. Le moment est venu de nettoyer la France de toutes ses ordures et des criminels qui la martyrisent !

Jean-Yves Jézéquel

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

Jean-Yves Jézéquel, philosophe et psychanalyste, diplômé du troisième cycle en sciences humaines, est l’auteur d’une trentaine d’essais en philosophie, spiritualité, religion, psychologie. Il publie également depuis 2014, une série d’analyses sur les grandes questions actuelles de société.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.