La France considère que l’Otan « n’a pas à être le gendarme du monde »

Région :

La France s’est opposée à une discussion entre l’Union européenne et l’Otan sur le terrorisme, prévue lundi dernier au siège de l’Alliance à Bruxelles. Une discussion informelle sur ce thème de préoccupation commun aux deux organisations avait été sollicitée par le secrétaire général de l’Otan, Jaap de Hoop Scheffer, à l’issue d’une réunion sur la Bosnie. Mais la délégation française s’y est opposée, en arguant que le terrorisme ne figurait pas sur la liste des thèmes officiels de discussion entre l’Otan et l’Union. Mécontente, la hiérarchie de l’Otan a annulé la réunion prévue avec l’UE, y compris le volet consacré à la Bosnie. « Nous nous demandons si la France est vraiment favorable à une coopération sérieuse entre les deux organisations », s’interroge-t-on, agacé, au siège de l’Otan. « Nous avons un ordre du jour commun et nous n’en discutons pas : c’est du temps et de l’argent gâchés ! » déplore un diplomate de l’Alliance.

Juridiquement, la France était dans son droit. Les arrangements entre les deux organisations sont si complexes qu’ils offrent de multiples occasions pour pinailler. La Turquie refuse ainsi la présence de Chypre et de Malte aux réunions UE-Otan, en expliquant que ces deux Etats, membres de l’Union depuis 2004, n’ont pas conclu d’accord de sécurité avec l’Alliance. Liée au conflit chypriote, l’animosité entre Ankara et Nicosie est connue.

Querelles franco-américaines

Le problème soulevé par la France à propos du terrorisme est d’une autre nature. Paris estime que l’Otan « n’a pas vocation à être le gendarme du monde ». L’affaire met en lumière la dégradation palpable à Bruxelles des relations entre deux organisations de plus en plus concurrentes sur les questions de sécurité, sur fond de querelles franco-américaines.

« Nous ne voulons pas que l’Otan s’occupe de tout et impose son agenda à l’UE », lâche un diplomate français. Javier Solana, chef de la diplomatie de l’UE, partage cette préoccupation. Depuis deux ans, l’Alliance s’est déployée en Afghanistan, en Irak, puis au Soudan, ce qui a le don d’irriter la France. A son rôle militaire classique, elle ajoute des missions civiles, (humanitaire, reconstruction, la lutte contre le terrorisme), empiétant sur ce que l’Union croyait être son domaine réservé.



Articles Par : Alexandrine Bouilhet

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]