La France ouvre sa première base militaire permanente dans le Golfe persique

L’inauguration d’une base militaire française à Abou Dabi, capitale des Emirats arabes unis (EAU) le 26 mai dernier démontre que le capitalisme français est désireux d’assurer ses intérêts dans le Golfe persique et a l’ambition de jouer un rôle sur la scène mondiale.

Nommée Camp de la paix, la première base militaire permanente de la France dans les EAU, qui sont historiquement plus proches de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis, n’est qu’à 150 miles de la côte iranienne. Elle est proche aussi du stratégique détroit d’Ormuz par où passent 40 pour cent de l’approvisionnement en pétrole du monde. Elle représente un pied-à-terre pour l’impérialisme français dans une région militairement dominée surtout par les Etats-Unis.

Cette base comprend une base aérienne, une base navale, un camp d’entraînement et elle accueillera jusqu’à 500 soldats français. La base aérienne sera équipée d’avions de combat Mirage et Rafale de l’armée de l’air française à al-Dhafra; La base navale comprend 300 mètres de quai à Mina Zayed et entretient actuellement les navires déployés dans l’Océan indien. La base terrestre, située dans l’Emirat de Camp Zayed, dans le désert comprend des équipements d’entraînement au combat urbain.

Dans son discours-programme après l’inauguration de la base, le président Nicolas Sarkozy a dit, « L’implantation militaire française permanente d’Abou Dabi illustre les responsabilités que la France, puissance globale, entend assumer aux côtés de ses partenaires privilégiés, dans une région absolument névralgique pour le monde entier. » Il a ajouté, « La France s’engage dans la réalisation de cette implantation militaire, fondatrice d’une ère nouvelle pour ses relations de partenariat non seulement avec les Emirats arabes unis mais avec l’ensemble de ses partenaires au Moyen-Orient. »

Les EAU et la France ont décidé ensemble d’établir cette base à Abou Dabi lors de la visite de Sarkozy dans la région du Golfe en janvier 2008. La création de la base fait partie d’un accord de défense signé en 1995 entre les deux pays.

La base Camp de la paix, première base outre-mer de la France 50 ans après la fin de la période coloniale, représente un changement significatif de la politique étrangère française. Jusqu’à présent, la France avait concentré ses bases militaires dans ses anciennes colonies d’Afrique. Sur les plus de 12 000 soldats français déployés dans le monde, plus de la moitié le sont en Afrique, avec le contingent le plus important (2800 soldats) à Djibouti dans la Corne de l’Afrique. La France a 3000 soldats déployés en Afghanistan.

L’établissement de la base du Golfe souligne l’intérêt de la France pour ces régions afin de garantir son approvisionnement en énergie et des marchés potentiels pour les grandes entreprises françaises, notamment de technologie énergétique et militaire.

Ces dernières années, la France a étendu ses relations commerciales avec les EAU. Elle est un des principaux fournisseurs militaires des EAU depuis la première guerre du Golfe. Selon des sources de l’Elysée, aujourd’hui « 50 pour cent de leur équipement militaire est d’origine française. » Dans un entretien avec WAM, l’agence de presse officielle des EAU, Sarkozy a dit, « Les Emirats arabes unis sont aujourd’hui notre premier partenaire dans le Golfe et le Moyen-Orient. Bien sûr, [c’est] notre premier partenaire économique dans la région. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les exportations françaises vers les EAU ont triplé durant les dix dernières années. Les EAU reçoivent aujourd’hui la moitié des investissements de la France dans le Golfe. »

La visite de Sarkozy avait aussi pour but de gagner un contrat de plusieurs milliards d’euros pour les entreprises françaises de services Total et GDF et l’entreprise de nucléaire Areva qui cherchent à obtenir un contrat pour construire des centrales nucléaires civiles dans les EAU. La France est confrontée à la concurrence de la compagnie américaine General Electric et de Korea Electric Power pour avoir des parts dans le projet des EAU de construction d’un réacteur nucléaire.

Le 25 mai, le Financial Times citait un directeur de l’Institute for Near East and Gulf Military Analysis, Riad Kahwaji, «  Vu du côté d’Abou Dabi, ils ont le total engagement d’une autre puissance occidentale pour la sécurité de cette région et, de plus, il n’existe plus de monopole d’un seul côté pour la sécurité de cette région, et il est certain qu’ils vont chercher à obtenir une plus grande contribution de la France en termes de transfert de technologie et de programmes économiques et industriels ensemble. »

Hormis les intérêts que cela représente sans aucun doute pour les entreprises en question, des intérêts stratégiques puissants contraignent la bourgeoisie française à renforcer son influence militaire dans la région.

L’année dernière, Paris avait publié un livre blanc sur les plans militaires de la France pour les 15 années à venir et une réorientation globale de ses déploiements militaires. D’après ce document la France se concentrera sur « un axe géographique prioritaire allant de l’Atlantique à la Méditerranée, le Golfe arabo-persique et l’Océan indien. Cet axe correspond aux régions où les risques liés aux intérêts stratégiques de la France et de l’Europe sont les plus élevés. »

En particulier, cette démarche de Sarkozy est liée à la redistribution de l’influence stratégique dans le Golfe, au moment où on voit des attentes plus grandes de négociations entre les Etats-Unis et l’Iran et la possibilité d’une amélioration des relations entre ces deux pays.

Avant sa visite dans les EAU, Sarkozy avait accordé une longue interview à WAM le 24 mai. Au sujet du programme nucléaire iranien, il avait dit, « La crise iranienne est franchement un des problèmes qui menacent la sécurité mondiale. Ma position était claire, et je dis encore avec insistance qu’il n’est pas acceptable que l’Iran dispose de l’arme nucléaire. » [retraduit de l’anglais]

Néanmoins il a bien accueilli la suggestion du gouvernement Obama qu’il pourrait y avoir des négociations avec l’Iran. Il a dit, « Je suis convaincu que cette approche est la meilleure et est peut-être l’unique possibilité de régler cette question à l’amiable. » Depuis l’élection d’Obama, les représentants iraniens sont en faveur de négociations avec le nouveau gouvernement américain. Durant sa campagne électorale, Obama avait proposé de parler avec le gouvernement iranien.

Dans son discours d’inauguration à la base, Sarkozy n’a pas explicitement mentionné l’influence de l’Iran dans le golfe Persique mais il a dit la France resterait aux côtés des EAU. « Cette implantation militaire… est le témoignage concret et fort de notre souhait » a-t-il dit, « de nous tenir, quoi qu’il advient, aux côtés des Emirats arabes unis. » En même temps, il a ajouté, « Cette présence militaire permanente de la France ne vise personne. »

En réponse à la présence militaire permanente de la France dans le Golfe, les représentants iraniens ont dit que la décision des EAU d’autoriser à la France d’installer une présence militaire à Abou Dhabi n’améliorera pas la situation de la sécurité dans la région. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien Hassan Qashqavi a commenté, « La décision des EAU est illogique et ne peut être considérée comme une démarche qui va améliorer la sécurité dans la région. » Il a ajouté, « Autoriser des étrangers à accroître leur présence militaire dans la région va miner la sécurité et la stabilité et conduire à une course aux armements. »

Quant à la presse bourgeoise française, elle calcule que Sarkozy sera en mesure de promouvoir les intérêts français dans les EAU en jouant sur les inquiétudes de la classe dirigeante des EAU de perdre de l’influence à Washington au moment où les Etats-Unis négocient avec l’Iran.

Le quotidien français Le Figaro a écrit le 25 mai, « Le petit État du Golfe redoute la perspective d’avoir un jour pour voisin un Iran chiite nucléaire. Abou Dhabi recherche donc de nouveaux protecteurs. » Et de citer un représentant anonyme impliqué dans les négociations concernant cette base et qui a dit, « Mieux vaut deux alliés qu’un seul… Surtout à une époque où les Américains réévaluent leurs choix stratégiques dans le monde. »



Articles Par : Kumaran Ira

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]ch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]