La guerre à Gaza : il ne s’agit pas du Hamas. C’est une question de démographie.

On nous serine que l’objectif de l’opération israélienne à Gaza est de « vaincre le Hamas ». Mais est-ce vrai ? Nous ne pensons pas que ce soit le cas. Nous ne pensons pas qu’une personne raisonnable tenterait d’éradiquer une organisation militante en ravageant de vastes étendues du pays tout en tuant des dizaines de milliers d’innocents. Ce n’est pas ainsi qu’on obtient du soutien pour sa cause, ni une stratégie efficace pour vaincre l’ennemi. Au contraire, il s’agit d’une politique qui ne manquera pas d’horrifier les alliés et les critiques, compromettant ainsi considérablement les chances de succès de l’opération. Et c’est pourquoi nous ne pensons pas que l’attaque israélienne contre Gaza ait grand chose à voir avec le Hamas. Nous pensons qu’il s’agit d’un écran de fumée utilisé pour détourner l’attention des véritables objectifs de la campagne.

Et quels pourraient être ces « vrais objectifs » ?

Les véritables objectifs portent sur une question qui n’est jamais abordée dans les médias, mais qui est le principal moteur des événements : la démographie.

Comme nous le savons tous, le plan à long terme d’Israël est d’incorporer Gaza et la Cisjordanie au Grand Israël. Ils veulent contrôler tout le territoire, du Jourdain à la mer Méditerranée. Le problème, cependant, est que s’ils annexent les territoires occupés sans se débarrasser de la population, alors la population palestinienne égalera ou dépassera celle des Juifs, ce qui conduira à la disparition de l’État juif. C’est en résumé le problème fondamental. Consultez cet article qui aide à expliquer ce qui se passe :

La démographie est une question de sécurité nationale en Israël et un indicateur clé des relations israélo-palestiniennes et de leurs perspectives : les tendances démographiques en Israël évoluent rapidement, ce qui aura un impact sur les perspectives de violence et de résolution des conflits.

Fin 2022, plus de sept millions d’Israéliens vivaient en Israël et en Cisjordanie, et sept millions de Palestiniens vivaient en Cisjordanie, dans la bande de Gaza, en Israël et à Jérusalem-Est, une région en quelque sorte intégrée appelée « Grand Israël » par les militants juifs de droite…

La bombe démographique est déjà en marche. Les Juifs israéliens éprouvent une peur existentielle d’être dépassés par la population palestinienne, et cela est encore instrumentalisé par les dirigeants politiques nationalistes de droite. La démographie est au cœur du conflit territorial entre Juifs et Arabes, alors que les deux nations mènent une guerre majeure contre les chiffres, visant à utiliser les taux de fécondité comme une arme pour les transformer en élément prédictif de victoire.

Le gouvernement israélien de droite prépare le terrain pour l’annexion de facto de la zone C de Cisjordanie, Israël : “une bombe démographique à retardement dans la réalité d’un seul État d’aujourd’hui”, Cependant, la démographie reste un combat pour la survie et une bataille difficile pour Israël. Et paradoxalement, c’est particulièrement vrai si Israël progressait dans l’annexion de la zone palestinienne C. La démographie a été l’un des outils employés pour rassurer l’opinion publique juive sur le fait que la Judée et la Samarie pouvaient encore être intégrées à Israël, tout en conservant une majorité démographique juive.

En tant qu’Américain, la diversité ne me semble pas quelque chose de si grave. Mais pour de nombreux Israéliens, il s’agit de strychnine pure. Les sionistes, en particulier, considèrent la croissance de la population arabe comme une « bombe démographique à retardement » qui menace l’avenir de l’État juif. Et c’est de cela qu’il s’agit réellement dans la bagarre à Gaza ; de se débarrasser des gens mais de garder la terre. En fait, les 75 dernières années de conflit peuvent être réduites à seulement 8 mots : « Ils veulent la terre, mais pas les gens ». Voici d’autres extraits du Times of Israel :

Les Juifs représentent moins de 47 % de tous ceux qui vivent à l’ouest du Jourdain, a averti mardi un démographe israélien, affirmant que la majeure partie de la population israélienne ignore l’existence du péril dans lequel le pays glisse en devenant éventuellement une minorité dirigeante dans la région.

Arnon Soffer, professeur de géographie à l’Université de Haïfa, a déclaré mardi à la radio militaire qu’outre les populations juive et arabe, il avait abouti à ses chiffres en prenant en considération les centaines de milliers de personnes non juives résidant en Israël et qui n’ont pas la citoyenneté israélienne.Selon Soffer, il y a 7,45 millions de Juifs et autres, ainsi que 7,53 millions d’Arabes israéliens et palestiniens, qui vivent dans ce qu’il appelle la Terre d’Israël, c’est-à-dire Israël plus la Cisjordanie et Bande de Gaza. Si l’on prend en compte le nombre de ressortissants non israéliens, la proportion de Juifs se situe entre 46 et 47 % du total, affirme-t-il.

Selon le Bureau central des statistiques officiel d’Israël, fin 2021, 9,449 millions de personnes vivaient en Israël (y compris les Israéliens vivant dans les colonies de Cisjordanie). Parmi eux, 6,982 millions (74 %) sont juifs, 1,99 millions (21 %) sont arabes et 472 000 (5 %) ne sont ni l’un ni l’autre…. Le Bureau palestinien des statistiques estime la population palestinienne de Cisjordanie à un peu plus de 3 millions et celle de Gaza à un peu plus de 2 millions.

Soffer a expliqué à la radio militaire que bien que le taux de natalité soit plus élevé parmi la population juive ces dernières années, le taux de mortalité l’est également, c’est-à-dire dans la population arabe, qui est beaucoup plus jeune en moyenne que la population juive, cette même population arabe qui croît plus rapidement. Les Juifs constituent désormais une minorité de 47 % en Israël et dans les territoires, selon un démographe, The Times of Israel

Imaginez, pendant une minute, que vous publiiez un certain nombre d’articles sur vos réseaux sociaux disant que vous pensiez qu’il y avait trop de Noirs ou d’Asiatiques en Amérique. Combien de temps pensez-vous qu’il faudrait avant que vous soyez banni, censuré ou enterré sous une avalanche de menaces de mort ? Mais quand nous regardons le contenu de l’article ci-dessus, nous voyons qu’un grand journal israélien publie avec désinvolture un article qui déclare en termes bruts que le pays est confronté à un « péril démocratique » parce qu’il y a trop d’Arabes dans les zones destinées à une future annexion. Comment ça, ce n’est pas du racisme ?

Mais c’est ainsi que la question est discutée en Israël. La démographie est considérée comme une question de sécurité nationale, une question existentielle et une question qui décidera de l’avenir de l’État juif. Faut-il s’étonner que la réaction ait été si extrême ? Faut-il s’étonner quand les gens qualifient le fait qu’il y ait une importante population de Palestiniens en Palestine de « problème arabe » ? Et bien sûr, une fois que la population indigène est considérée comme un « problème », il incombe aux dirigeants politiques de trouver une solution.

Alors, quelle est exactement la solution au “problème arabe” ?

Moins d’Arabes, bien sûr. C’est pourquoi l’idée d’expulser les Palestiniens a une longue tradition dans la pensée sioniste qui remonte à cinquante ans avant la création de l’État juif. Il se trouve que les Arabes ont toujours posé un problème, déjà lorsque les Juifs représentaient moins de 10 % de la population. Allez comprendre ? Regardez ce commentaire du père idéologique du sionisme politique lui-même, Theodor Herzl, qui a écrit ce qui suit :

« Nous allons essayer de faire traverser la frontière à la population sans le sou en lui procurant un emploi dans les pays de transit, tout en lui refusant tout emploi dans notre propre pays… l’expropriation et le déplacement des pauvres doivent être effectués avec discrétion et circonspection. »

Il est choquant de constater que Herzl écrivait ces mots en 1895, 50 ans avant qu’Israël ne déclare son statut d’État. Et nombre des dirigeants sionistes qui l’ont suivi partageaient la même vision du monde, comme le premier Premier ministre israélien David Ben Gourion qui déclarait :

« Vous êtes sans aucun doute au courant de l’activité du [Fonds national juif] à cet égard. Il faudra désormais procéder à un transfert d’une portée complètement différente. Dans de nombreuses régions du pays, de nouvelles colonies ne seront pas possibles sans le transfert des fellahs arabes. Il a conclu : « La puissance juive [en Palestine], qui croît régulièrement, augmentera également nos possibilités de réaliser ce transfert à grande échelle. » (1948)

Et voici à nouveau Ben Gourion en 1938 :

« Je suis favorable au transfert obligatoire. Je n’y vois rien d’immoral. »

Vous voyez jusqu’où remonte ce raisonnement ? Les sionistes peaufinaient leurs plans de nettoyage ethnique bien avant qu’Israël ne devienne un État. Et pour une bonne raison. Ils savaient que les chiffres ne soutenaient pas les perspectives d’un État juif durable. La seule façon de résoudre la quadrature du cercle était la réinstallation obligatoire, également connue sous le nom de « transfert ». Et même si cette politique aurait pu répugner à un grand nombre de Juifs, un nombre bien plus important d’entre eux pensaient sans aucun doute que cela relevait d’une cruelle nécessité. La préservation de l’État juif est devenue la valeur la plus élevée permettant un comportement qui autrement serait dénigré comme inacceptable et immoral. Voici comment Ben Shapiro le résumait dans un essai intitulé « Le transfert n’est pas un gros mot » :

Le temps des demi-mesures est révolu…. Certains ont suggéré à juste titre qu’Israël soit autorisé à décapiter les dirigeants terroristes de l’Autorité palestinienne. Mais cela aussi n’est qu’une demi-mesure. L’idéologie de la population palestinienne ne se distingue pas de celle des dirigeants terroristes.…

Voici l’essentiel : Si vous pensez que l’État juif a le droit d’exister, alors vous devez permettre à Israël de transférer les Palestiniens et les Arabes israéliens de Judée, Samarie, Gaza et Israël proprement dit. C’est une solution moche, mais c’est la seule solution. Et c’est bien moins laid que la perspective d’un conflit sanglant à l’infini….

Les Juifs ne réalisent pas que l’expulsion d’une population hostile est un moyen couramment utilisé et généralement efficace pour prévenir des affrontements violents. Il n’y a pas de chambres à gaz ici, donc ce n’est pas un génocide ; c’est un transfert….

Il est temps d’arrêter d’être dégoûté. Les juifs ne sont pas des nazis. Le transfert n’est pas un génocide. Et tout le reste n’est pas une solution. Le transfert n’est pas un gros mot (Narkive).

L’importance de la pièce Shapiro ne peut être surestimée. Premièrement, il lie explicitement la viabilité future de l’État juif au nettoyage ethnique des Palestiniens.

Deuxièmement, il reconnaît que le transfert est « une vilaine solution », mais soutient cette politique comme un mal nécessaire.

Et troisièmement, il justifie la mise en œuvre de l’expulsion massive en plaçant l’ensemble de la population palestinienne dans la même catégorie que les terroristes. (« L’idéologie de la population palestinienne est impossible à distinguer de celle des dirigeants terroristes. ») Ainsi, en substance, Shapiro défend nos arguments. Il admet franchement que la seule politique qui préservera l’État juif est le nettoyage ethnique.

Et à en juger par les développements sur le terrain, nous devons supposer que le gouvernement Netanyahu est arrivé à la même conclusion. Les habitants de Gaza sont bombardés, affamés et terrorisés, dans le but explicite de les rassembler en direction de la frontière sud, où ils seront forcés, sous la menace des armes, de fuir leur patrie historique.

 

En résumé : les objectifs stratégiques de l’opération israélienne à Gaza sont totalement différents de l’objectif déclaré de vaincre le Hamas. Toutes les terres à l’ouest du Jourdain sont actuellement en train d’être nettoyées de leurs occupants indigènes afin qu’elles puissent être incorporées au Grand Israël tout en conservant une importante majorité juive. La diabolisation du peuple palestinien – qui fait des victimes de cette attaque les coupables – vise à dissimuler la politique sous-jacente basée sur la discrimination raciale. Il ne fait aucun doute que si les Arabes de Gaza étaient d’origine juive, ils échapperaient au génocide auquel ils sont confrontés aujourd’hui.

 

Lectures complémentaires :

La proposition, qui aurait reçu le soutien de hauts responsables des deux partis, appelle les États-Unis à conditionner leur aide étrangère à l’Égypte, à l’Irak, au Yémen et à la Turquie aux pays qui acceptent un certain nombre de réfugiés.

La Maison Blanche a demandé des milliards pour soutenir la réinstallation des réfugiés d’Ukraine et de Gaza en octobre.

Israel’s Intelligence Minister Proposes the ‘Resettlement’ of Palestinians Outside Gaza, (Le ministre israélien des renseignements propose la « réinstallation » des Palestiniens hors de Gaza), antiwar.com 

Le mois dernier, un document divulgué rédigé par le ministère du Renseignement de Gamliel proposait de pousser les 2,3 millions de Palestiniens de Gaza vers l’Égypte, indiquant clairement que le gouvernement Netanyahu envisageait un nettoyage ethnique complet de la bande. Mais l’Égypte a refusé d’accueillir des réfugiés palestiniens, obligeant les responsables israéliens à chercher d’autres alternatives, comme l’absorption des Gazaouis par l’Occident.

Influential Israeli national security leader makes the case for genocide in Gaza, (Un leader influent de la sécurité nationale israélienne plaide en faveur du génocide à Gaza), Mondoweiss.

Dans un éditorial intitulé « Ne nous laissons pas intimider par le monde », le général retraité israélien Giora Eiland affirme que tous les Palestiniens de Gaza sont des cibles légitimes et que même une « grave épidémie » à Gaza « rapprocherait la victoire ».

Plan Dalet: Blueprint for the Ethnic Cleansing of Palestine, (Plan Dalet : Plan pour le nettoyage ethnique de la Palestine), IMEU
(Extrait) « Le transfert » dans la pensée sioniste:

Dès les premiers jours du sionisme politique moderne, ses partisans ont été aux prises avec le problème de la création d’un État à majorité juive dans une partie du monde où les Arabes palestiniens constituaient l’écrasante majorité de la population. Pour beaucoup, la solution est devenue connue sous le nom de « transfert », un euphémisme pour désigner le nettoyage ethnique.

Mike Whitney

 

 

Article original en anglais :

The War in Gaza: It’s Not About Hamas. It’s About Demographics

L’article en anglais a d’abord été publié sur le site The Unz Review, le 16 décembre 2023.

Traduction : Entre la plume et l’enclume 



Articles Par : Mike Whitney

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]