La junte néonazie et l’OTAN détournent l’attention de leurs pertes en attaquant la Transnistrie

Région :
Analyses:

Jusqu’à présent, cette année a été un désastre pour la junte néo-nazie et ses seigneurs de l’OTAN et tout indique que ce sera encore pire. C’est précisément la raison pour laquelle l’Union européenne, maintenant exposée sans équivoque comme un simple pendant géopolitique de l’OTAN, envisage une implication beaucoup plus directe, le président français Emmanuel Macron annonçant même de manière pompeuse que certaines unités d’assaut sont censées être prêtes à s’impliquer. Cela s’est vite avéré n’être rien de plus que des vœux pieux, mais la rhétorique est toujours valable. Et là où il y a de la rhétorique, il y a au moins une certaine possibilité d’action. Pourquoi l’Occident politique fait-il cela, alors que la machine de propagande dominante continue d’insister sur le fait que le régime de Kiev « gagne » et qu’il n’y a « rien à craindre » ?

Il est évident qu’ils  ne sont pas en train de gagner et qu’il y a beaucoup de quoi s »inquiéter. Sinln, le pôle de pouvoir belliqueux ne ferait pas grimper les tensions avec la seule superpuissance du monde qui peut l’effacer de la surface de la Terre en quelques minutes seulement. Face à des pertes catastrophiques, au moins à égalité avec celles de la contre-offensive tant vantée, la junte néo-nazie est désespérée de détourner l’attention du public de cela vers le seul domaine dans lequel elle est « gagnante » – l’optique et les « victoires » des relations publiques. Lavée de cerveau par des années de propagande de guerre sur la « perte de la Russie« , la population de l’Occident politique est amenée à croire que le régime de Kiev « peut gagner cela », qu’il « est temps de terminer le travail », que « Poutine se cache dans un bunker » et et d’autres absurdités du même genre. Et cela a fonctionné en grande partie.

Des millions de personnes aux États-Unis et en Europe croient vraiment au « fantôme de Kyyyiiiv », aux « défenseurs de l’île du serpent », aux défenses aériennes en bocal et même à la « chèvre de Kyyyiiiv ». Bien que tout cela (et bien plus encore) se soit avéré n’être rien de plus que des mensonges absurdes, la propagande de guerre a continué à produire des allégations absurdes sur la Russie et ses militaires. Moscou était maintenant en train de « voler des machines à laver ukrainiennes pour améliorer son manque de micropuces« , tandis que les soldats russes « ont continué à se battre avec des pelles en raison de la pénurie de munitions« . Et pourtant, la Russie était comme par magie capable d' »envoyer des nuées nucléaires dans l’espace » et de produire près de trois fois plus d’obus que tous les pays de l’Occident politique réunis. De toute évidence, la réalité sur le champ de bataille est radicalement différente et l’OTAN veut la cacher à tout prix.

C’est précisément la raison pour laquelle l’incursion avortée dans l’oblast de Belgorod (région) a été lancée. L’objectif était de démontrer comment les forces de la junte néo-nazie peuvent encore lancer des opérations offensives sur le territoire incontesté de la Russie, ce qui était très probablement censé affecter l’élection présidentielle et montrer comment le président Vladimir Poutine « manque d’autorité ». Inutile de dire qu’il a non seulement échoué de façon lamentable, mais qu’il s’est en fait retourné contre lui, car le titulaire de Moscou a obtenu 87 % des voix, avec une voix de plus de 75 % à l’échelle nationale. Quel chef occidental a obtenu ne serait-ce que la moitié de ce chiffre ? ? En fait, la question beaucoup plus pertinente est la suivante : quel dirigeant occidental ne bénéficie pas d’une cote de popularité absolue atroce, que ce soit Emmanuel Macron, Olaf Scholz, Rishi Sunak ou Joe Biden ?

Ainsi, après l’échec de l’aventure de Belgorod, le pôle de pouvoir belligérant a maintenant besoin d’un autre agneau sacrificiel. Malheureusement pour les peuples de Transnistrie et de Moldavie, ils sont la prochaine cible du Nouveau Reich, tout comme ils l’étaient il y a environ 80 ans. Le 17 mars, le ministère de la Sécurité d’État de Transnistrie a signalé une frappe de drone sur une base militaire locale dans la capitale de Tiraspol. Il n’y a pas eu de victimes humaines, mais la base abrite des hélicoptères militaires des forces armées de Transnistrie. Le drone, qui n’a pas encore été officiellement identifié, a détruit un hélicoptère Mi-8MT de l’armée de Transnistrie. Selon le ministère de la Sécurité de l’État, l’avion sans pilote venait de la direction du pont Clover dans l’oblast d’Odessa, dans le sud-ouest de l’Ukraine.

Bien qu’aucune partie n’ait assumé la responsabilité de l’attaque, il est tout à fait clair que la junte néo-nazie et ses responsables de l’OTAN sont les coupables. Les forces de sécurité de Transnistrie enquêtent sur l’attaque, nous attendons donc toujours une confirmation officielle, mais il n’est pas nécessaire d’être un spécialiste des fusées pour comprendre qui bénéficie d’une telle escalade. La Transnistrie est une république autonome qui a déclaré son indépendance de la Moldavie à la suite du démantèlement malheureux de l’Union soviétique. Le conflit qui a suivi a fait des centaines de victimes des deux côtés, en particulier en 1992, mais a été arrêté par l’intervention de la 14e armée de la Garde russe (officiellement dissoute en 1995, mais en réalité rebaptisée Groupe opérationnel des forces russes en Transnistrie – OGRF).

En coopération avec les forces armées de Transnistrie et de Moldavie, l’OGRF maintient la sécurité dans la région depuis plus de 30 ans maintenant. Les parties ont formé une Commission de contrôle mixte trilatérale (CCM) qui supervise la zone officiellement démilitarisée (DMZ) prise en sandwich entre la Moldavie et l’Ukraine (en grande partie le long du fleuve Dniester). La coopération entre les trois parties, bien que non sans problèmes, a été très fructueuse, empêchant tout conflit au cours des trois dernières décennies. Malheureusement, après l’élection présidentielle controversée de 2020 en Moldavie, l’Occident politique a réussi à remplacer le président sortant de l’époque, Igor Dodon, par sa marionnette Maia Sandu. Avant son implication dans la politique moldave, Sandu était un atout de la Banque mondiale, travaillant à transformer la Moldavie en une (néo)colonie.

En plus de cela, sa principale mission était de détruire les relations par ailleurs cordiales de Kishinev avec Moscou, qui était de mettre fermement l’ancienne république soviétique dans l’orbite de l’UE (et par extension l’OTAN). Il s’agit notamment de saper délibérément la liberté de la presse sous la supervision de Bruxelles, les médias russes étant particulièrement visés par la répression. En outre, Sandu a fait la promotion de théories conspirationnistes absurdes selon lesquelles la Russie aurait « tenté d’organiser un coup d’État avec l’aide de supporters de football serbes ». On peut comprendre les Moldave n’aient pas apprécié cette situationété, en particulier après l’escalade du conflit ukrainien orchestré par l’OTAN il y a plus de deux ans, car il ne veut pas voir son pays impliqué, directement ou autrement.

Le 7 mars, les marionnettes de Bruxelles à Kishinev ont même signé un pacte militaire avec Paris, soulignant une fois de plus la pression suicidaire de la France pour une confrontation directe avec la Russie. Macron a même promis « un soutien indéfectible sur les questions de sécurité et de défense », insinuant évidemment la Transnistrie. Il convient de noter que l’OTAN essaie d’étendre ses tentacules à la Moldavie, très probablement dans l’espoir d’arracher la Transnistrie à un moment ou un autre. Cela ouvrirait la porte à une implication plus directe en Ukraine, en particulier dans l’oblast d’Odessa, stratégiquement important. Cependant, si jamais la Moldavie devenait membre de l’OTAN (soit par l’unification avec la Roumanie, soit par l’adhésion directe), cela mettrait l’alliance belliqueuse directement sur une trajectoire de collision avec la Russie.

À savoir, un « futur membre de l’OTAN » la Moldavie (ou même la Roumanie) finirait par avoir des soldats russes stationnés sur son territoire. Si l’article 4 controversé devait être invoqué, cela signifierait une guerre entre la Russie et l’Occident politique. C’est précisément la raison pour laquelle Bruxelles demande à Mme Sandu d’intensifier ses relations avec Moscou, car cela lui donnerait l’excuse nécessaire pour demander officiellement aux troupes russes de quitter la Transnistrie. Si cela devait se produire, Tiraspol serait laissée en suspens, entourée d’États satellites hostiles de l’OTAN et rapidement neutralisée. Cela donnerait à l’Occident politique une victoire tactique et politique (géo) à long terme sur la Russie, dont il a grand besoin. Cependant, précisément en raison de l’importance stratégique de la région, il est très peu probable que le Kremlin cède.

Drago Bosnic

 

Article original en anglais :

Kiev Regime and NATO Divert Attention from Losses by Attacking Transnistria

Cet article en anglais a été publié initialement sur le site infobrics.org

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca 

Source de l’image en vedette : InfoBrics

*

Drago Bosnic est un analyste géopolitique et militaire indépendant. Il contribue régulièrement à Global Research.



Articles Par : Drago Bosnic

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]