Print

La leçon de la COVID-19. L’État a un monopole sur la coercition et la violence
Par Kurt Nimmo
Mondialisation.ca, 24 mars 2020

Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/la-lecon-de-la-covid-19-letat-a-un-monopole-sur-la-coercition-et-la-violence/5643259

La « pandémie » COVID-19 est principalement conçue pour donner du pouvoir à l’élite dirigeante et pour accroître sa portée autoritaire. L’outil principal est la peur innée de la mort chez l’homme et cette peur a été fortement amplifiée par les médias de propagande des entreprises.

Pour ceux qui peuvent éviter le piège de la peur, il est évident que cette maladie est moins dangereuse pour la mortalité que la grippe saisonnière et la tuberculose. Le taux de mortalité de COVID-19 est jusqu’à présent minuscule à titre de comparaison, bien que l’État et ses médias promettent que ce nombre augmentera rapidement et que la seule option soit d' »aplatir la courbe » en imposant des mandats autoritaires, y compris l’imposition de la loi martiale, comme c’est actuellement le cas en Italie. 

L’État a le monopole de la coercition et de la violence. Il a démontré à maintes reprises au cours de l’histoire que son premier réflexe lors de toute crise, réelle ou inventée, est d’exiger l’obéissance des masses, sous peine d’en subir les conséquences : arrestation, amendes, incarcération, voire mort. Nous en sommes témoins aujourd’hui en Californie, le havre libéral actuellement bouclé, bientôt transformé en loi martiale, car beaucoup de gens refusent de croire que la COVID-19 est le croque-mitaine que l’État prétend. Pour l’État, il est inadmissible de mener une vie normale. La même chose se passe actuellement sur la côte opposée à New York, un autre bastion de l’esprit libéral. 

En plus de favoriser un régime autoritaire, l’État et ses propriétaires, ses banquiers et les sociétés transnationales sont déterminés à faire tomber une économie déjà malade, devenue ainsi par des décennies d’économie post-keynésienne et le crédo néolibéral. Ils peuvent ainsi reconfigurer les économies et enfin établir un plan mondialiste de gouvernement mondial centralisé, longtemps recherché et admis par le grand public (voire « gouvernance mondiale »). Ce plan fasciste et descendant est vendu comme un effort pour réaliser la paix, la sécurité, la justice et les systèmes de médiation  l’échelle mondiale. Il n’en est rien.

Rappelez-vous les remarques d’Henry Kissinger à la suite des émeutes de Los Angeles. Ce criminel de guerre et agent de Rockefeller a déclaré que dans les circonstances d’une crise appropriée, le peuple courra vers l’État et le suppliera d’être protégé. De plus en plus, les gens, comme des enfants sans défense, attendent et exigent de l’État non seulement qu’il les protège, mais aussi qu’il leur offre toutes sortes de cadeaux gratuits aux dépens des autres.

Le comédien et acteur Chris Rock, sous le règne de Barack Obama, a déclaré que le président est comme un père qui exige l’obéissance de ses enfants. C’est ainsi que des millions de personnes voient le gouvernement – comme un père bienfaisant qui s’occupera de tous leurs besoins et les protégera pendant les crises, qu’elles soient réelles ou inventées. 

La « pandémie » COVID-19 détruira sans aucun doute une économie déjà affaiblie et ouvrira la voie à un gouvernement mondial centralisé, fasciste et autoritaire et à une reconfiguration économique qui enrichira davantage l’élite dirigeante.

La philosophie du gourou du néocon, Leo Strauss, est certainement applicable. Strauss pensait que le monde avait besoin d’une classe de dirigeants éclairés sur le modèle de la République de Platon. Shadia Drury, professeur de théorie politique à l’Université de Regina dans le Saskatchewan, a écrit pendant le règne des néocons de Bush : 

C’est la fin de la « crise » COVID-19 – la subordination à l’État et les diktats autoritaires qui ont suivi, sans question, sans plainte et sans résistance. 

Kurt Nimmo

*

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Postez le Crosspost sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Article original en anglais :

The Lesson of COVID-19. The State has a Monopoly on Coercion and Violence

Cet article a été publié initialement en anglais sur le blog de Kurt Nimmo, « Another Day in the Empire ».

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.