La locomotive USA de la dépense militaire mondiale

L’art de la guerre

La dépense militaire mondiale -selon les estimations du Sipri, le 29 avril- a dépassé les 1800 milliards de dollars en 2018, avec une augmentation en termes réels de 76% par rapport à 1998. Selon cette estimation, on dépense chaque minute dans le monde environ 3,5 millions de dollars en armes et armées.

À la première place se trouvent les États-Unis avec une dépense en 2018 de 649 milliards. Ce chiffre représente le budget du Pentagone, comprenant les opérations guerrières à l’étranger, mais pas toute la dépense militaire étasunienne. S’y ajoutent en effet d’autres postes de caractère militaire. Le Département pour les anciens combattants, qui s’occupe des militaires à la retraite, a eu en 2018 un budget de 180 milliards de dollars.

La Communauté d’intelligence, composée de 17 agences (dont la plus connue est la CIA), déclare un budget de 81,5 milliards, qui cependant n’est que la pointe de l’iceberg de la dépense réelle pour opérations secrètes. 

Le Département pour la sécurité de la patrie a dépensé en 2018 70 milliards, surtout pour “protéger avec le service secret notre infrastructure financière et nos dirigeants les plus hauts placés”.

Le Département de l’Énergie a dépensé 14 milliards, correspondants à la moitié de son budget, pour la maintenance et la modernisation de l’arsenal nucléaire.

En tenant compte de ces postes et quelques autres, la dépense militaire des États-Unis se monte, en 2018, à environ 1000 milliards de dollars. En dépense pro capite, elle équivaut à 3 mille de dollars par habitant des États-Unis. La dépense militaire est la principale cause du déficit fédéral, grimpé à 1000 milliards, et en forte augmentation. Avec d’autres facteurs, elle fait gonfler la dette publique USA, montée en 2019 à plus de 22 000 milliards de dollars, avec des intérêts annuels de 390 milliards qui doubleront en 2025.

Ce système tient sur l’hégémonie du dollar, dont la valeur est déterminée non pas par la   réelle capacité économique étasunienne, mais par le fait qu’il constitue la principale monnaie des réserves de devises et des prix internationaux des matières premières. Cela permet à la Federal Reserve d’imprimer des milliers de milliards de dollars avec lesquels est financée la colossale dette publique USA à travers obligations et autres titres émis par le Trésor.

La Chine, la Russie et d’autres pays mettant en question l’hégémonie du dollar -et avec elle l’ordre économique et politique dominé par l’Occident- les États-Unis jouent de plus en plus la carte de la guerre, en investissant 25% de leur budget fédéral dans la machine guerrière la plus coûteuse du monde. 

La dépense militaire des États-Unis exerce un effet moteur sur celle des autres pays, qui restent cependant à des niveaux très inférieurs. La dépense de la Chine est estimée par le Sipri à 250 milliards de dollars en 2018, même si le chiffre officiel fourni par Pékin est de 175. La dépense de la Russie est estimée à 61 milliards, plus de dix fois inférieure à celle des USA (en se limitant au budget du Pentagone). Selon les mêmes estimations, sept pays de l’OTAN -USA, France, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Canada et Turquie- comptent au total environ pour la moitié de la dépense militaire mondiale.

La dépense militaire italienne, hissée en 2018 du 13ème au 11ème rang mondial, est estimée par le Sipri à 27,8 milliards de dollars. Ainsi se trouve substantiellement confirmée l’estimation, comprenant d’autres postes en plus du budget de la Défense, que la dépense militaire italienne atteint les 25 milliards d’euros annuels en augmentation.

Cela signifie qu’en une année, on dépense déjà aujourd’hui à des fins militaires l’équivalent  (selon les prévisions) de quatre années de revenu de citoyenneté. Dans le sillage des USA, est désormais décidée une forte augmentation ultérieure. Le plus fort “revenu de citoyenneté” est désormais celui de la guerre. 

Manlio Dinucci

 

Article original en italien :

La locomotiva USA della spesa militare mondialeBy Manlio Dinucci, May 07, 2019

Édition de mardi 7 mai 2019 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/la-locomotiva-usa-della-spesa-militare-mondiale/ 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]