La massive présence militaire des Etats-Unis à Haïti remise en question

Le rôle dominant joué par les Etats-Unis à Haïti, pays insulaire des Caraïbes ravagé mardi dernier par un séisme dévastateur, a été remis en cause par plusieurs pays. Un responsable français a indiqué lundi que les efforts d’aide internationaux ne doivent pas avoir pour fins d' »occuper » Haïti, alors que le président vénézuélien, Hugo Chavez, a accusé les Etats-Unis d’envahir le pays au nom d’une opération d’assistance.

DES INTERROGATIONS INTERNATIONALES ET DOMESTIQUES

A propos du refoulement d’un avion français transportant un hôpital de campagne la semaine dernière par les forces américaines, sous prétexte que l’aéroport de la capitale haïtienne est engorgé par les aides internationales, le secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet s’est plaint que l’armée américaine a monopolisé l’aérodrome.

« Il s’agit d’aider Haïti, il ne s’agit pas d’occuper Haïti », a-t-il déclaré sur une radio française, présent à Bruxelles pour prendre part à une réunion de l’UE portant sur Haïti.

M. Joyandet a fait savoir qu’il souhaite que les Nations Unies ouvrent une enquête sur la façon dont les gouvernements doivent travailler en commun à Haïti, ajoutant qu’il espère que les choses seront précisées quant au rôle des Etats-Unis.

Dimanche, le président vénézuélien, Hugo Chavez, a posé une question similaire sur le rôle joué par les Etats-Unis à Haïti.

« J’ai lu que 3.000 soldats américains allaient arriver. Des marines armés comme s’ils allaient à la guerre. Il n’y a pas d’une pénurie d’armes là-bas, mon dieu. Des médecins, des médicaments, du carburant, des hôpitaux de campagne, voilà ce que les Etats-Unis devraient envoyer! », s’est exclamé M. Chavez dans son allocution télévisée hebdomadaire. « Ils (les Américains) sont en train d’occuper Haïti d’une manière clandestine ».

« Vous ne les voyez pas dans les rues. Est-ce qu’ils ramassent les corps? (…) Est-ce qu’ils recherchent les blessés? Vous ne les voyez pas. Je ne les ai pas vus. Où sont-ils? », s’est-il interrogé.

Parallèlement, les médias américains se demandent aussi quel genre de rôle leur pays veut jouer à Haïti.

Selon un commentaire intitulé « L’armée américaine en Haïti : une invasion compatissante », paru samedi dernier dans le Time, un hebdomataire américain, il est écrit : « Haïti, dans toutes les intentions, est devenu mardi à 16H53 le 51e Etat suite à son tremblement de terre. S’il ne s’agit pas d’un Etat, alors au moins d’une région de l’Etat — les Etats-Unis ».

LA REPONSE DE WASHINGTON

Face à ces doutes croissants à l’intérieur du pays comme à l’étranger, les responsables de Washington ont tous souligné que les forces américaines effectuent leur opération de secours à Haïti en coopération avec le gouvernement local et les Nations Unies.

La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a déclaré la semaine dernière lors de sa visite à Haïti que le gouvernement américain n’a aucune intention de prendre le contrôle du pays des mains des autorités haïtiennes. « Nous travaillons pour les soutenir, non point pour les remplacer », a-t-elle souligné.

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a fait savoir lundi que l’envoi de troupes à Haïti vise à protéger les Haïtiens et les étrangers innocents, en cas d’anarchie ».

Le porte-parole du département d’Etat américain, P.J. Crowley, a répondu plus directement : « Nous ne prenons pas le contrôle d’Haïti ».

« Plus nous entendons les critiques, plus nous sommes déterminés à essayer d’améliorer le sort des Haïtiens », a affirmé Denis McDonough, le conseiller adjoint de M. Obama sur les questions de sécurité nationale

Jusqu’à lundi, les Etats-Unis ont déployé à Haïti quelque 11.000 marines et soldats, 33 avions et plusieurs navires de guerre.

Les Etats-Unis ont reconnu en 1864 le gouvernement haïtien, 60 ans après l’indépendance du pays vis-à-vis de la France. Entre 1915 et 1934, la marine américaine a occupé le pays pendant presque 20 ans pour réprimer les troubles politiques.

En 1994, le président américain d’alors, Bill Clinton, a envoyé un contingent militaire à Haïti pour aider le président renversé, Jean Bertrand Aristide, à reprendre le pouvoir.

Version française : http://french.news.cn/



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]