La note de crédit de la France et celle de l’Europe dégradées alors que capotent les pourparlers sur la dette grecque

Région :

Standard and Poor’s a dégradé hier la note de crédit de plusieurs pays d’Europe, dont la France, l’Italie, l’Espagne et l’Autriche. Le même jour, les pourparlers entre la Grèce et les principales institutions financières qui détiennent ses obligations se sont effondrées après que les banquiers ont réclamé des taux d’intérêt plus élevés en échange d’une réduction de 50 pour cent des dettes détenues antérieurement par les banques créancières.

Ces deux événements représentent une intensification de la pression exercée par le capital financier en faveur de mesures d’austérité encore plus brutales à l’encontre de la classe ouvrière européenne et qui sont liées à l’octroi de centaines de milliards d’euros de fonds publics supplémentaires pour soutenir les banques.

Les deux faits ont brusquement anéanti les espoirs des cercles financiers dans ce que le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, avait appelé une « tentative de consolidation » de la crise de la dette européenne durant les tout premiers jours de la nouvelle année. La dégradation de la dette souveraine, notamment de celle de la France, intensifiera la crise de la dette de nombreux pays européens, en augmentant leurs coûts d’emprunt et en sapant davantage la confiance dans leur solvabilité.

Vu que la France est l’un des principaux souscripteurs du fonds de sauvetage – le Fonds européen de stabilité financière (EFSF, European Financial Stabilization Facility) – la solvabilité de cette organisation est à présent mise en doute. Dans la déclaration faite vendredi, S&P a dit vouloir prochainement publier des appréciations sur la solvabilité des organisations financières publiques, dont l’EFSF.

La baisse des coûts d’emprunt de pays tels l’Espagne et l’Italie en début d’année a été en grande partie le résultat d’une injection massive, fin 2011, par la Banque centrale européenne de crédit quasi gratuit dans les banques européennes. La BCE a accordé des prêts sur trois ans à des taux d’intérêt bas d’un montant total de 489 milliards d’euros aux banques en échange de garanties collatérales très douteuses, pour les encourager en partie à utiliser une grosse partie de l’argent dans l’acquisition d’obligations de pays fragilisés, diminuant ainsi leurs taux d’intérêt.

Ceci a représenté une aubaine pour les banques qui ont pu recéder l’argent bon marché à des taux exorbitants à des pays tels l’Espagne et l’Italie tout en réalisant une petite fortune. Mais, l’acquisition par les banques de nouvelles dettes de la zone euro n’a bien sûr fait qu’accroître leur détermination à imposer de nouvelles réductions des dépenses publiques dans le but de sauvegarder leurs nouveaux investissements.

L’euro a maintenu sa chute vendredi, en atteignant son plus bas niveau en 15 mois face au dollar.

S&P a abaissé les notes de crédit de neuf pays. Elle a supprimé la notation AAA de la France et de l’Autriche qui ont toutes deux été abaissées d’un cran pour passer à AA+. L’Espagne a été abaissée de deux crans pour passer de AA- à A et l’Italie de deux crans, de A à BBB+. S&P a également abaissé la note de crédit de Chypre, de Malte, du Portugal, de la Slovaquie et de la Slovénie.

S&P a relégué tous ces pays sous perspective négative, à l’exception de Chypre, en signalant qu’elle anticipait d’autres abaissements de la note de crédit. L’Allemagne et les Pays-Bas, par contre, ont conservé leur note maximale.

Dans une déclaration expliquant sa décision, l’agence S&P a écrit qu’elle s’attendaient à un plus grand mécontentement populaire partout dans la zone euro suite aux mesures d’austérité qui ont déjà précipité des millions de personnes dans le chômage et la pauvreté. « Nous croyons qu’il pourrait y avoir un risque de lassitude vis-à-vis des réformes notamment dans les pays qui connaissent une profonde récession et où les perspectives de croissance restent sombres. » L’agence a mis en garde que « des degrés plus faibles de prévisibilité existaient dans l’orientation politique. »

S&P a avert que la crise économique se poursuivrait en citant : « (1) un resserrement des conditions du crédit, (2) une hausse de la prime de risque pour un groupe plus important d’émetteurs de la zone euro, (3) une tentative de respecter les engagements de la part des gouvernements et des ménages, (4) une détérioration des perspectives de croissance économique et (5) un conflit ouvert et prolongé entre les décideurs politiques européens au sujet du choix d’une approche correcte pour répondre aux défis. »

L’agence de notation a rejeté comme étant inappropriées et même contre-productives, les décisions prises fin 2011 par l’Union européenne et les chefs de gouvernement d’imposer une austérité budgétaire à l’ensemble de la zone euro. Elle a qualifié « les initiatives politiques qui ont été adoptées ces dernières semaines par les décideurs politiques européens » d’« insuffisantes », pour stigmatiser tout particulièrement « les conclusions du sommet européen du 9 décembre 2011. » En critiquant implicitement l’Allemagne et la BCE pour s’être opposées à un plus grand sauvetage des banques, S&P a remarqué que l’accord communautaire « n’offrait pas de ressources additionnelles suffisantes. »

« Il semble donc, » poursuit la déclaration, « qu’un processus de réformes fondé sur le seul pilier de l’austérité budgétaire risque d’aller à l’encontre du but recherché, à mesure que la demande intérieure diminue en écho aux inquiétudes croissantes des consommateurs en matière de sécurité de l’emploi et de pouvoir d’achat, entraînant l’érosion des recettes fiscales. » Ceci faisait référence à la spirale infernale de l’aggravation de la récession, de la baisse des recettes fiscales et de l’augmentation de la dette que connaît la Grèce et qui menace l’Espagne, l’Italie, le Portugal, la France et d’autres pays alors que l’Europe entre dans la récession.

Ce que S&P, qui parle au nom du capital financier, veut n’est toutefois pas une aide pour la masse des gens, mais plutôt un regroupement de réductions plus drastiques, de « réformes » du travail qui éliminent toute forme de protection de l’emploi, avec la privatisation et la dérégulation, ainsi que la liquidation des actifs de l’Etat à des investisseurs privés.

S&P a menacé le gouvernement droitier espagnol nouvellement élu du premier ministre Mariano Jajov de dégrader davantage la note de crédit au cas où « les réformes du travail [à savoir des attaques contre le droit du travail] ou des réformes d’un autre genre indispensables à la croissance étaient trop lentes à venir. »

Sur le plateau de France 2, le ministre français du Budget, François Baroin, a essayé de relativiser l’impact de la dégradation sur la France et sur son président profondément impopulaire, Nicolas Sarkozy, qui se présentera aux élections présidentielles de cette année. Baroin a dit qu’il y aurait de fortes propositions en faveur de nouvelles coupes sociales bien que les réformes de structure de la France soient saluées dans les milieux financiers.

Baroin a laissé entendre qu’il voulait réduire drastiquement les salaires afin de redresser l’industrie en France sur la base d’une main-d’œuvre bon marché. Il a dit que la faiblesse de la France était le coût du travail, qu’il fallait préserver l’emploi et relocaliser les activités économiques.

Les pourparlers de la dette grecque ont capoté après que la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a mis en garde contre la faiblesse de l’économie grecque en demandant aux banques d’accepter des pertes plus importantes ou « décote » (« haircut ») sur leur portefeuille d’obligations grecques. Les financiers représentant les créanciers privés grecs – Charles Dallara de l’Institut de la Finance internationale (IIF) sis à Washington et Jean Lemierre de la banque française BNP Paris – se sont alors retirés des pourparlers en se plaignant de ce qu’il n’y avait pas eu durant les discussions de « réponse constructive de la part de toutes les parties. »

L’IIF s’était engagé en octobre dernier à accepter une décote de 50 pour cent de la valeur des obligations du gouvernement grec détenues par la majorité des banques et des fonds spéculatifs en acceptant les nouvelles obligations émises à une valeur réduite. Toutefois, l’organisation a adopté une ligne dure en élaborant les termes de la transaction et en insistant sur des dispositions qui finiront par coûter davantage au gouvernement grec et qui réduiront les pertes des créanciers.

L’accord sur les termes de la « décote » sur les obligations grecques est une condition préalable pour que la Grèce finisse par obtenir des fonds d’un second plan d’aide s’élevant à130 milliards d’euros. Fin mars, la Grèce doit rembourser 14,5 milliards d’euros pour lesquels elle compte sur l’argent du nouveau fonds de sauvetage. Si aucun accord n’est conclu avec les banques d’ici la date du sommet de l’Union européenne le 31 janvier, la Grèce pourrait se trouver en situation de défaut de paiement sitôt après.

Le Financial Times a écrit vendredi que « la rupture inattendue » des négociations de la dette grecque rendait tout à fait probable qu’Athènes devienne le premier gouvernement d’un pays industrialisé à subir, en l’espace de plus de 60 ans, un défaut de paiement à grande échelle de la dette publique. »

Article original, WSWS, paru le 14 janvier 2011



Articles Par : Alex Lantier et Barry Grey

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]