La pandémie Covid-19 n’existe pas

Partie I

Analyses:

Introduction

Il y a beaucoup de confusion et de désinformation concernant la nature de la soi-disant « pandémie » de Covid-19.

La définition d’une pandémie est rarement mentionnée par les gouvernements et les grands médias.

Ce qui confirme l’existence d’une pandémie, ce n’est pas seulement le nombre de personnes touchées par la Covid-19, mais aussi il faut des preuves fiables d’une épidémie qui se propage sur une vaste zone géographique « y compris plusieurs pays ou continents ».

« Une pandémie est une épidémie qui se généralise et touche toute une région, un continent ou le monde » (Nature)

La définition ci-dessus ne décrit en aucune façon la propagation présumée du CoV-2 du SRAS.

Il n’y a jamais eu de pandémie

J’ai longuement étudié cette question depuis janvier 2020 et j’en suis arrivé à la conclusion sur la base de définitions pertinentes, de l’historique de la crise corona ainsi que des « estimations » officielles de l’OMS sur les « cas positifs au Covid » qu’il n’y a jamais eu de pandémie.

Au début de la crise corona, le nombre de cas dits positifs confirmés était extrêmement faible, à commencer par 83 cas positifs en dehors de la Chine (6,4 milliards de personnes). Ces chiffres ridiculement bas ont néanmoins été utilisés pour justifier l’annonce d’une urgence de santé publique mondiale le 30 janvier 2020, menant six semaines plus tard à la déclaration officielle d’une pandémie mondiale le 11 mars 2021 (44 279 cas positifs au covid en dehors de la Chine).

Test, test, test

Ce n’est qu’à la suite de l’annonce officielle de la pandémie (le 11 mars 2020) que le nombre de cas de Covid-19 est devenu élevé. Et cela n’avait rien à voir avec la propagation présumée de la maladie dans les principales régions du monde.

Un appareil de dépistage du Covid hautement organisé a été mis en place. Le mandat était le test test test. 

Pendant ce temps, la Fondation Gates et d’autres philanthropes milliardaires ont ont considérablement investi dans les tests PCR-RT.

Capture d’écran, Forbes, 1er juillet 2021

Le test de réaction en chaîne de la polymérase (PCR-RT)

Le test PCR-RT « personnalisé » et invalide (qui n’identifie en aucun cas le virus SARS-CoV-2) a été utilisé dans le monde entier pour générer des millions de cas erronés positifs au Covid. Ces derniers ont ensuite été utilisés pour soutenir l’illusion que la prétendue pandémie était réelle et que le virus SARS-CoV-2 se propageait sans relâche dans toutes les grandes régions du monde.

Cette évaluation basée sur des chiffres erronés a ensuite été utilisée pour mener la campagne de peur.

Des chiffres erronés de cas positifs font maintenant partie d’une immense base de données, associée à de fausses données sur la mortalité dite de la Covid-19.

À leur tour, ces millions de cas positifs sont ensuite utilisés pour justifier chaque politique liée à la Covid-19 adoptée depuis mars 2020, y compris le confinement, le confinement de la main-d’œuvre, la distanciation sociale, le masque facial, la fermeture d’écoles, de collèges et d’universités, la suspension d’événements culturels et sportifs, etc.

Cette compilation des cas positifs de Covid a également servi de prétexte pour justifier la « fermeture » de l’économie mondiale en mars 2020 (« fermeture » simultanée de 190 économies nationales des États membres des Nations Unies) prétendument en vue de sauver des vies.

Et depuis décembre 2020, la prétendue « pandémie de Covid-19 » est utilisée pour convaincre les gens du monde entier que le vaccin contre la Covid-19 (accompagné du passeport vaccinal) est la « solution » pour freiner la propagation de la maladie.

Définir la pandémie

En analysant l’évolution de la crise Covid-19, nous devons faire la distinction entre trois concepts importants : l’apparition de la maladie, l’épidémie et la pandémie.

L’épidémie constitue :

« une augmentation soudaine de l’incidence d’une maladie » et se limite généralement à une zone localisée ou à un groupe spécifique de personnes. Si une épidémie devient plus grave et moins localisée, elle peut être qualifiée d’épidémie. Si elle s’élargit encore davantage et touche une partie importante de la population, la maladie peut être qualifiée de pandémie. Webster-Merriam

[Définition en français du dictionnaire médical: Une épidémie est définie par l’augmentation rapide de l’incidence d’une maladie en un lieu donné, pendant une période donnée.]

L’épidémie est définie comme l’éclosion d’une maladie :

« affectant ou ayant tendance à affecter en même temps un nombre extrêmement important d’individus au sein d’une population, d’une communauté ou d’une région. »

La pandémie est définie de manière générale comme une expansion de l’épidémie :

« Une épidémie d’une maladie survenant sur une vaste zone géographique (comme dans plusieurs pays ou continents) et affectant généralement une proportion importante de la population » (Webster-Merriam, soulignement ajouté)

Sur la base des définitions ci-dessus, ainsi que des données publiées par les autorités sanitaires chinoises concernant les cas positifs, il y a eu une épidémie de la maladie à Wuhan, dans la province du Hubei, à la fin décembre 2019.

Un examen des données ayant conduit à la décision officielle de l’OMS de déclarer une pandémie le 11 mars 2020 confirme ce qui suit :

  • aucune preuve d’une pandémie, caractérisée par une épidémie de Covid-19 « sur une vaste zone géographique telle que dans plusieurs pays ou continents »
  •  Les données officielles publiées par l’OMS concernant la propagation présumée de la Covid-19 ne confirment l’existence ni d’une épidémie ni d’une pandémie.

L’urgence de santé publique de portée internationale (USPPI)

La première étape vers la construction d’un faux consensus sur la propagation de cette maladie a été lancée le 30 janvier 2020 avec la décision de l’OMS de déclarer une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI).

En vertu du Règlement sanitaire international (RSI) de 2005, les États membres de l’OMS ont « l’obligation légale de répondre rapidement à une PHEIC ».

Sans la moindre preuve, le directeur général de l’OMS a déclaré la USPPI, soulignant

« un risque pour la santé publique d’autres États en raison de la propagation internationale de la maladie et d’exiger potentiellement une réponse internationale coordonnée ».

Cet avertissement indiquait la survenue possible d’une pandémie.

Une urgence sanitaire mondiale basée sur 83 cas positifs de  Covid-19 en dehors de la Chine

La  USPPI du 30 janvier 2020 laisse entendre la possibilité d’une pandémie. Dans un avis publié le 19 décembre 2019 (à peine deux semaines avant l’épidémie de Wuhan), l’OMS a reconfirmé la définition de la USPPI :

« une situation qui est :

  • grave, soudaine, inhabituelle ou inattendue ;
  • a des implications pour la santé publique au-delà de la frontière nationale de l’État concerné ;
  • peut nécessiter une action internationale immédiate. »

L’appel d’une USPPI était une décision frauduleuse de la part du directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. Pourquoi ? Parce qu’au 30 janvier 2020, il y avait 83 cas positifs de Covid en dehors de la Chine pour une population de 6,4 milliards de personnes.

83 cas dans 18 pays, et seulement 7 d’entre eux n’avaient aucun antécédent de voyage en Chine (voir OMS, 30 janvier 2020).

Les « preuves » indiquent une fraude

Il n’y avait rien de « sérieux, soudain, inhabituel ou inattendu » qui nécessitait une action internationale immédiate.

Ces chiffres ridiculement bas, qui n’ont pas été mentionnés par les médias, n’ont pas empêché le lancement d’une campagne mondiale de peur.

Dans la semaine précédant cette décision historique de l’OMS. La USPPI a fait l’objet de « consultations » au Forum économique mondial (FEM), Davos (21-24 janvier). Le directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros était présent à Davos. Ces consultations ont-elles contribué à influencer la décision historique de l’OMS de déclarer une USPPI le 30 janvier 2020 ?

Y a-t-il eu un conflit d’intérêts tel que défini par l’OMS ? Le plus grand donateur de l’OMS est la Fondation Bill et Melinda Gates, qui, avec le FEM et le CEPI, avait déjà annoncé à Davos le développement d’un vaccin contre la Covid-19 avant le lancement historique de la USPPI le 30 janvier.

Le directeur général de l’OMS avait le soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates, de Big Pharma et du Forum économique mondial (FEM). (Voir Michel Chossudovsky, livre E, chapitre II)

« Divisions » au sein de l’OMS

Il semble que la décision du directeur général de l’OMS de déclarer une USPPI a été prise en marge du Forum économique mondial (FEM) à Davos (21-24 janvier), chevauchant la réunion du Comité d’urgence de l’OMS à Genève le 22 janvier 2020. Selon le procès-verbal de cette réunion (extrait ci-dessous), il y avait des divisions au sein du comité d’urgence concernant la convocation d’une USPPI.

Le 22 janvier, les membres du Comité d’urgence ont exprimé des points de vue divergents sur la question de savoir si cet événement constitue une ou non. À l’époque, l’avis était que l’événement ne constituait pas une USPPI, mais les membres du Comité se sont mis d’accord sur l’urgence de la situation et ont suggéré que le Comité soit convoqué de nouveau dans quelques jours pour examiner davantage la situation.

Les « points de vue divergents » sont un euphémisme. Il y a eu une ferme opposition à la mise en œuvre de la USPPI. 83 cas positifs le 30 janvier « ne constituent pas une USPPI« .

Je dois mentionner que la première USPPI remonte à 2009. Elle a été inaugurée par l’OMS en relation avec la pandémie de grippe porcine H1N1, qui s’est avérée être une fraude.

Le 29 janvier 2020, la veille du lancement de la USPPI(enregistré par l’OMS), il y a eu 5 cas aux États-Unis, 3 au Canada, 4 en France, 4 en Allemagne.

Il n’y avait pas de « base scientifique » pour justifier le lancement d’une urgence de santé publique mondiale (USPPI).

Et gardez à l’esprit que les chiffres cités ci-dessus sont basés sur des estimations positives de cas Covid générées par la méthodologie PCR-RT litigieuse et contestée.

Capture d’écran du tableau de l’OMS, 29 janvier 2020, (le document pdf n’est plus disponible)

Le 31 janvier 2020 : Décision du président Trump de suspendre le transport aérien avec la Chine

Et ces chiffres extrêmement bas de cas positifs Covid ont ensuite été utilisés par le président Trump pour suspendre le transport aérien en Chine dès le lendemain (le 31 janvier 2020).

… Trump a annoncé qu’il refuserait l’entrée aux États-Unis des ressortissants chinois et étrangers « qui ont voyagé en Chine au cours des 14 derniers jours ». Cela a immédiatement déclenché une crise dans le transport aérien, le transport dans son ensemble, les relations commerciales entre les États-Unis et la Chine ainsi que les échanges de marchandises et de transport maritime.

…Les cinq soi-disant « cas confirmés » aux États-Unis étaient suffisants pour « justifier » la décision du président Trump le 31 janvier 2020 de suspendre le transport aérien en Chine tout en précipitant une campagne de haine contre les Chinois dans le monde occidental. (Michel Chossudovsky, E-Book Chapitre II)

Cette décision historique du 31 janvier 2020 a ouvert la voie à la perturbation du commerce international des produits de base ainsi qu’à l’imposition de restrictions mondiales sur le transport aérien. Il a également conduit à la faillite de grandes compagnies aériennes, de chaînes hôtelières et de l’industrie touristique dans le monde entier. 

Et tout ce dont ils avaient besoin, c’était d’avoir 83 cas positifs au Covid.

La prochaine étape de la saga COVID-19 se déroule le 20 février 2020.

Les 20 et 21 février 2020. Dr. Tedros indique que la pandémie est imminente. 1073 cas positifs au Covid en dehors de la Chine

Lors d’une conférence de presse le jeudi 20 février après-midi (heure CET) lors d’un briefing à Genève, le Directeur général de l’OMS. Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré qu’il était

« préoccupé par le fait que la chance de contenir l’épidémie de coronavirus était « fermée »…

« Je crois que la fenêtre d’opportunité est toujours là, mais que la fenêtre se rétrécit. »

Des absurdités et des mensonges purs et simples. Le jour de la Conférence de presse historique de Tedros (le 20 février 2020), le nombre enregistré de cas confirmés en dehors de la Chine était de 1 073, dont 621 passagers et membres d’équipage du navire de croisière Diamond Princess (bloqué dans les eaux territoriales japonaises). 

Le même jour, 57,9 % des « cas confirmés » mondiaux de Covid-19 provenaient du navire Diamond Princess, ce qui n’Est guère représentatif d’une « tendance statistique » mondiale. D’un point de vue statistique, la décision de l’OMS indiquant une « propagation potentielle du virus dans le monde entier » n’avait aucun sens.

Une quarantaine avait été imposée au bateau de croisière (Voir l’étude NCBI). De nombreux passagers sont tombés malades à cause du confinement sur le bateau. Tous les passagers et l’équipage du Diamond Princess ont fait le test PCR. Sans les données du Diamond Princess, les cas dits confirmés dans le monde entier en dehors de la Chine le 20 février 2020 étaient de l’ordre de 452, sur une population de 6,4 milliards d’habitants. (Voir le graphique ci-dessous indiquant la convention internationale (Diamond Princess))

Inutile de dire que ces soi-disant données ont joué un rôle crucial dans la campagne de peur et l’effondrement des marchés financiers au cours du mois de février 2020.

Capture d’écran, Conférence de presse de l’OMS, 20 février 2020

Remarque : Les chiffres dans le tableau ci-dessus pour le 20 février 2020 indiquent 1 073 cas. 1 076 cas, (conférence de presse de l’OMS)

La déclaration du Dr Tedros (basée sur des concepts et des statistiques erronées) avait préparé le terrain pour l’effondrement des marchés boursiers des 20 et 21 février.

Voici les chiffres (tableau à droite) utilisés pour appuyer les déclarations du Dr Tedros selon lesquels la pandémie est imminente.

Début mars 2020

Les cas positifs covid enregistrés restent extrêmement faibles. Le 5 mars, le directeur général de l’OMS confirme qu’en dehors de la Chine, 2 055 cas ont été signalés dans 33 pays. Environ 80 % de ces cas provenaient de trois pays (la Corée du Sud, l’Iran et l’Italie).

Le 8 mars, trois jours avant la déclaration officielle de la pandémie Covid-19, le nombre de « cas confirmés » (infectés et guéris) aux États-Unis était de l’ordre de 430, passant à environ 600 le 8 mars 2020.

Comparez ces chiffres ridiculement bas à ceux relatifs au virus de la grippe B : Les CDC ont estimé pour 2019-2020 « au moins 15 millions de maladies grippales virales [américaines]… 140 000 hospitalisations et 8 200 décès. (La colline)

Il convient de noter qu’au début du mois de mars, les nouveaux cas déclarés en Chine tombent à deux chiffres. 99 cas enregistrés le 7 mars. Tous les nouveaux cas en dehors de la province du Hubei ont été classés comme des « infections importées » (de pays étrangers). La fiabilité des données reste à établir :

99 nouveaux cas confirmés, dont 74 dans la province du Hubei, … Les nouveaux cas comprenaient 24 infections importées – 17 dans la province du Gansu, trois à Pékin, trois à Shanghai et un dans la province du Guangdong.

Alors que l’épidémie dans la province du Hubei était pratiquement terminée, la fausse pandémie en dehors de la Chine lancée le 11 mars commençait.

11 mars 2020 : La pandémie historique de Covid-19, 44 279 « cas confirmés »

L’OMS a officiellement annoncé une pandémie mondiale à un moment où il y avait 44 279 cas confirmés en dehors de la Chine (6,4 milliards d’habitants). Voici la justification du Directeur général de l’OMS concernant la décision de l’OMS de déclarer une pandémie mondiale :

Comme je l’ai dit lundi, le simple fait de regarder le nombre de cas et le nombre de pays touchés ne raconte pas toute l’histoire.

Sur les 118 000 cas signalés dans le monde dans 114 pays, plus de 90 % des cas se trouvent dans seulement quatre pays, et deux d’entre eux – la Chine et la République de Corée – ont des épidémies en baisse significative.

81 pays n’ont signalé aucun cas et 57 pays ont signalé 10 cas ou moins.

Déclaration absurde et contradictoire. Il n’y avait aucune preuve d’une pandémie en cours.

Ce sont les chiffres utilisés pour justifier le confinement et la fermeture de 190 économies nationales, en vue de sauver des vies.

Aux États-Unis, enregistrés le 11 mars 2020, il y avait selon John Hopkins : 1 335 « cas » et 29 décès (« présumés » plus confirmés par le test PCR).

Aucune preuve d’une pandémie le 11 mars 2020.

Immédiatement après l’annonce de l’OMS du 11 mars 2020, la campagne de la peur est passée à la vitesse supérieure. Les marchés boursiers se sont effondrés le lendemain : Le Jeudi noir (Black Friday).

Le 18 mars 2020, un confinement (lockdown) a été instauré aux États-Unis.

 

La tendance à la hausse des cas positifs Covid dans le sillage du confinement du 11 mars 2020

Ce qui peut être observé dans le diagramme ci-dessous, c’est que les cas positifs Covid enregistrés étaient extrêmement faibles avant la déclaration officielle d’une pandémie le 11 mars 2020 : 44 279 cas en dehors de la Chine. Il n’y avait absolument aucune justification pour imposer le confinement comme moyen de lutter contre une « pandémie » inexistante.

À compter du 11 mars 2020, à la suite du confinement, les gouvernements nationaux ont été exhortés à mettre en œuvre le test PCR-RT à grande échelle, en vue d’augmenter le nombre de cas positifs de Covid dans le monde entier.

Test, test, test : Les chiffres ont commencé à grimper en vue de générer de plus en plus de fausses statistiques.

Regardez le tableau ci-dessous. On remarque un très petit nombre de cas positifs au début mars. Et puis, les cas positifs au Covid ont atteint un niveau très élevé en avril, mai juin 2020.

Michel Chossudovsky

***

Dans la partie II, nous examinerons le rôle du test PCR-RT invalide et comment il a été appliqué pour soutenir l’illusion d’une pandémie mondiale.

Article original en anglais :

The Covid-19 Pandemic Does Not Exist

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca

Voir le livre électronique de Michel Chossudovsky, 13 chapitres :

La Crise mondiale corona 2020-2021: destruction de la société civile, dépression économique, coup d’État mondial et «Grande réinitialisation»

***

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

 

À propos de l’auteur

Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), Montréal, rédacteur en chef de Global Research.

Il a entrepris des recherches sur le terrain en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et dans le Pacifique et a beaucoup écrit sur les économies des pays en développement en mettant l’accent sur la pauvreté et les inégalités sociales. Il a également entrepris des recherches en économie de la santé (Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPA), FNUAP, ACDI, OMS, gouvernement du Venezuela, John Hopkins International Journal of Health Services (1979, 1983)

Il est l’auteur de douze livres dont The Globalization of Poverty et The New World Order (2003) – La mondialisation de la pauvreté,  America’s « War on Terrorism » (2005) – Guerre et Mondialisation, The Globalization of War, America’s Long War against Humanity (2015).

Il collabore à l’Encyclopédie Britannica. Ses écrits ont été publiés dans plus de vingt langues. En 2014, il a reçu la médaille d’or du mérite de la République de Serbie pour ses écrits sur la guerre d’agression de l’OTAN contre la Yougoslavie. On peut le joindre à [email protected]

Voir en anglais : Michel Chossudovsky, Notice biographique

Articles de Michel Chossudovsky sur Global Research

Articles en français de Michel Chossudovsky sur Mondialisation.ca



Articles Par : Prof Michel Chossudovsky

A propos :

Michel Chossudovsky is an award-winning author, Professor of Economics (emeritus) at the University of Ottawa, Founder and Director of the Centre for Research on Globalization (CRG), Montreal, Editor of Global Research.  He has taught as visiting professor in Western Europe, Southeast Asia, the Pacific and Latin America. He has served as economic adviser to governments of developing countries and has acted as a consultant for several international organizations. He is the author of eleven books including The Globalization of Poverty and The New World Order (2003), America’s “War on Terrorism” (2005), The Global Economic Crisis, The Great Depression of the Twenty-first Century (2009) (Editor), Towards a World War III Scenario: The Dangers of Nuclear War (2011), The Globalization of War, America's Long War against Humanity (2015). He is a contributor to the Encyclopaedia Britannica.  His writings have been published in more than twenty languages. In 2014, he was awarded the Gold Medal for Merit of the Republic of Serbia for his writings on NATO's war of aggression against Yugoslavia. He can be reached at [email protected] Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) de Montréal, rédacteur en chef de Global Research.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]