La perte d’un drone espion par les Etats-Unis est un sérieux revers de leur sécurité

Un think-tank américain dit que le RQ-170 est une des “meilleures plateformes de renseignement” de Washington, ajoutant que la prise de contrôle d’un de ces drones de reconnaissance par l’Iran “a donné une sévère claque à la sécurité américaine”.

“Il y a un risque certain de compromission d’une variété de capacités au renseignement, incluant de manière très possible des systèmes d’imagerie hyperspectrale, des engins spécialisés dans l’écoute, des “reniffleurs” de particules nucléaires et des engins de codage et d’encryptage pour les communications” a dit David Goure, vice-président de l’institut Lexington.

Le RQ-170 appareil américain sentinelle furtif a été amené au sol avec un minimum de dégâts par une unité de guerre électronique de l’armée iranienne le dimanche 4 Décembre 2011, alors que celui-ci volait au dessus de la ville nordiste iranienne de Kashmar, à quelques 225 km de la frontière afghane, en territoire iranien.

Goure a ajouté que même si le UAV (Unmanned Aerial Vehicle) “avait été détruit à l’impact au sol, il y aurait toujours eu de manière indubitable des parties de l’engin récupérables.”

“Les UAV de longues distances sont programmés pour retourner à leur base si le contact est perdu avec leur contrôleur”, a ajouté Goure, ceci réfutant la thèse américaine qui affirme que le drone a simplement été victime d’une défaillance technique et s’est écrasé en Iran.

“Ils ne sont pas supposés voler aux alentours sans but ou simplement attérir. Une plateforme de renseignement aussi sensible que le RQ-170 aurait eu un programme de guidage dans son ordinateur à la manière des pigeons voyageurs et en des circonstances de malfonction classique, serait rentrer seul à la maison”.

Le 6 Décembre, deux représentants officiels des Etats-Unis, parlant sous condition d’anonymité, ont confirmé à CNN que le drone faisait partie d’une mission de reconnaissance de la CIA, impliquant la communauté de l’espionage américaine stationnée en Afghanistan.

Ils ont affirmé que la capacité de reconnaissance du drone RQ-170 sentinelle lui a permis de rassembler des informations de l’intérieur de l’Iran tout en volant le long de la frontière afghano-iranienne.

Le RQ-170 est un aéronef sans pilote furtif développé et conçu par la compagnie aéronautique Lockheed Martin.

L’Iran a annoncé qu’elle a l’intention de pratiquer une ingénierie inversée de l’appareil, qui est de fabrication similaire au bombardier furtif B2 de l’armée de l’air états-unienne.

Téhéran dit que le drone espion américain opérait une mission d’espionage et que ceci représentait un “acte hostile”, ajoutant qu’une plainte serait déposée auprès des Nations-Unies concernant le viol de l’espace aérien iranien par un aéronef espion.

L’ambassadeur de l’Iran aux Nations-Unies Mohammed Khazaei a appelé l’organisation mondiale le 8 Décembre à condamner l’ingérence agresssive des Etats-Unis contre la république islamique en regard du drone espion qui a violé l’espace aérien iranien.

Il fit cette demande dans une lettre envoyée au secrétaire général de l’ONU Ban-Ki-Moon, au président de l’assemblée générale Nassir Abdulaziz a-Nasser et à Vitaly Churkin, l’ambassadeur russe auprès des Nations-Unies, qui tient la présidence tournante du conseil de sécurité pour le mois de Décembre.

Pendant ce temps, Le ministre des affaires étrangères iranien a ordonné en audience l’ambassadeur suisse, qui représente les intérêts américains dans le pays, ainsi que l’ambassadeur afghan afin de condamner officiellement la violation de l’espace aérien iranien par les Etats-Unis.

Article original en anglais :  http://www.presstv.ir/detail/215267.html

Traduction : Résistance 71



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]