La piraterie reste de la piraterie, surtout quand elle est pratiquée par un état-voyou

Alors qu’approche le départ tant attendu de la « Flottille de la liberté », Israël s’est activé à publier des déclarations et communiqués de presse précisant la manière dont il entend traiter le convoi de navires transportant de l’aide humanitaire à destination de Gaza.

 Décembre 2008 – Le DIGNITY arrive au Liban, après avoir été abordé et endommagé par la marine israélienne – Photo : Ali Hashisho/Reuters

Les militaires d’Israël disent avoir terminé la construction d’un centre de détention de masse à Ashdod où ils prévoient d’incarcérer les 800 militants, travailleurs humanitaires et journalistes qui sont à bord des neuf navires. Tel-Aviv a déclaré zone militaire les eaux au large des côtes de Gaza, interdisant tout accès sauf sur autorisation.

Mais le problème, c’est justement que les eaux de Gaza appartiennent à la bande de Gaza. La marine israélienne n’a légalement aucun droit d’entrer dans ces eaux et encore moins de déclarer la région zone militaire. Interrogez chacun des demi-million d’habitants de la bande de Gaza et vous verrez que tout ce qui touche à Israël n’est pas le bienvenu.

Par contre la « Flottille de la liberté » est attendue par le peuple assiégé de Gaza. Elle leur amène beaucoup de ce qui leur est nécessaire, du matériel scolaire et du matériel hospitalier. Aussi loin que les Palestiniens soient concernés, ce qu’Israël a apporté à Gaza depuis 1948, c’est des réfugiés, les guerres et les destructions. […]

Ainsi, si l’armée israélienne décide de mettre à exécution ses menaces contre de la flottille, de la dérouter de force et de kidnapper ses passagers, ses actions, aux yeux des nombreuses personnes de conscience, seraient rien de moins que de la piraterie assortie de kidnappings.

La rançon probablement exigée pour la libération des 800 militants, parlementaires, travailleurs humanitaires et journalistes, sera alors :

1. Rester silencieux face à l’agression.
2. Détourner les yeux de la souffrance du plus grand nombre.
3. Ne pas contester les injustices israéliennes.
4. Oubliez même que Gaza existe.

Depuis la résurgence de la piraterie au large des côtes de la Somalie, les gouvernements occidentaux dont des navires ont été capturés par des pirates ces dernières années ont toujours insisté sur le fait qu’ils ne négociaient pas avec des pirates. On se demande s’ils vont faire bénéficier du même principe ceux qui sont à bord de la flottille.

Aujourd’hui, certaines sociétés multi-nationales ont adopté une approche différente lorsque leurs intérêts sont en jeu : payer des millions de dollars pour sécuriser leurs actifs financiers à bord de ces navires. Mais pour les 800 passagers en route pour la bande de Gaza, la rançon qui pourrait être demandée pour eux pourrait se révéler d’un prix trop élevé.

Sur le même thème :

  Israël menace de pirater la « Flotte de la Liberté » et de placer ses participants dans un camp,
http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=8786 – 27 mai 2010 
  Hésitations israéliennes face à la « Flotte de la Liberté » – 26 mai 2010 
  Israël veut empêcher une flottille d’arriver à Gaza – 26 mai 2010 
  Départ du cargo européen pour se joindre à « la Flotte de la Liberté », au milieu d’une forte présence médiatique – 25 mai 2010 
  La « Flotte de la liberté » a entamé son voyage vers Gaza – 22 mai 2010 
  Les forces israéliennes d’occupation menacent « la Flotte de la Liberté » – 18 mai 2010 
  Gaza se prépare à accueillir « la Flotte de la Liberté » – 10 mai 2010 
  Une flottille internationale au secours de Gaza – 14 avril 2010 
  La coalition pour briser le blocus de Gaza annonce un prochain voyage – 5 avril 2010 
  Notre dernier port s’appelle Liberté – 2 février 2010

27 mai 2010 – Al Jazeera – Vous pouvez consulter cet article à :
http://blogs.aljazeera.net/middle-e…

Traduction : Info-Palestine.net



Articles Par : Jamal Elshayyal

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]