Print

La position de Trump sur les réfugiés palestiniens est complètement erronée
Par CJPME
Mondialisation.ca, 03 septembre 2018
Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/la-position-de-trump-sur-les-refugies-palestiniens-est-completement-erronee/5627558

Montréal, le 2 septembre 2018  —  Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) s’opposent à la décision du président américain Donald Trump de mettre fin au financement de l’office de secours des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). L’administration Trump a déclaré vendredi qu’elle allait cesser de financer l’UNRWA, qualifiant l’organisation d’ «opération irrémédiablement biaisée», et cherchant à réduire le nombre de Palestiniens reconnus comme « réfugiés » par les Nations unies. Néanmoins CJPMO souligne que ce sont les Nations unie qui déterminent quels individus sont considérés comme réfugiés, et que l’UNRWA adhère aux normes internationales pour définir la population de réfugiés palestiniens qu’elle dessert. « C’est un triste stratagème de la part de Trump pour marginaliser davantage les Palestiniens, afin de donner l’avantage politique à Israël, l’allié américain », a déclaré Thomas Woodley, président de CJPMO.

Il est très peu probable que les Nations unies revoient soudainement leur définition de ce qui constitue un réfugié pour répondre à l’agenda de l’administration Trump sur Israël et la Palestine. CJPMO fait remarquer que le monde a traité les crises de réfugiés durant des décennies selon des principes équitables et humanitaires, et a résolu avec succès des dizaines de crises de réfugiés. « Le Canada doit suivre l’exemple de l’Allemagne et du Japon, et s’engager à augmenter son financement à l’UNRWA afin de contrebalancer la décision des États-Unis. », affirme Thomas Woodley. Le financement actuel du Canada représente moins de 2% des fonds totaux de l’UNRWA. Le Canada, en tant que modérateur du Refugee Working Group, devrait également intervenir pour combler le vide laissé par le manque de leadership légitime des États-Unis sur la question.

La question des réfugiés palestiniens est depuis longtemps considérée comme une question de « statut final », qui doit être déterminée uniquement dans le cadre d’un accord de paix définitif entre Israël et les Palestiniens. Tout comme pour la situation avec Jérusalem, l’administration Trump a cherché à prédéfinir une solution au conflit, sans amener les deux parties à un quelconque compromis. En réponse à des accusations selon lesquelles l’existence de l’UNRWA empêche une solution au conflit israélo-palestinien, le porte-parole de l’UNRWA, Chris Gunness, répond : « Ce n’est pas l’UNRWA qui perpétue le conflit, c’est le conflit qui perpétue l’UNRWA; c’est l’échec des partis politiques à produire un accord de paix global à travers les négociations et à résoudre ainsi la crise des réfugiés. ».

L’UNRWA dessert environ 5 millions de réfugiés palestiniens vivant principalement en Jordanie, au Liban, en Syrie, en Cisjordanie et à Gaza. La plus grande partie de ses fonds va à l’éducation et aux soins de santé des réfugiés palestiniens dont elle a la charge. Elle est soutenue par des dizaines d’organisations internationales donatrices, qui y voient une clé de la stabilité et du développement de la population de réfugiés palestiniens. L’UNRWA a commencé ses opérations en 1950 pour desservir les 700 000 Palestiniens déplacés par la création de l’État d’Israël en 1948. Si l’UNRWA devait cesser ses opérations, les réfugiés sous sa charge seraient pris en charge par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR).

###

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec :
Miranda Gallo
Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient
Téléphone: 438-380-5410
Courriel CJPMOSite Web CJPMO

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.