La reconstruction d’Haïti passera par l’axe Canada-USA-Brésil

France Info - Un soldat canadien à sa descente d’hélicoptère dans la ville de Jacmel au sud de Port-au-Prince. 
Un soldat canadien à sa descente d’hélicoptère dans la ville de Jacmel au sud de Port-au-Prince.
© REUTERS

Plus d’une semaine après le séisme dévastateur à Haïti, le président de la République Dominicaine voisine a dressé un premier bilan du coût de la reconstruction. Selon Leonel Fernandez 10 milliards de dollars devront être débloqués pour permettre au pays de se reconstruire. Un trio Etats-Unis, Canada et Brésil devrait diriger les efforts des donateurs.

La constitution de ce trio sonne comme une évidence. Au regard de la proximité géographique, l’alliance des Etats-Unis du Canada et du Brésil pour piloter la reconstruction d’Haïti est logique. Barack Obama a aussi fait en sorte que le leadership américain paraisse naturel. Il « existe des liens étroits » entre les Etats-Unis et « un voisin qui n’est distant que de quelques centaines de kilomètres au sud de nos côtes » a déclaré le président américain dans une tribune parue mercredi dans Newsweek et Le Monde. Barack Obama n’a tout de même pas oublié de souligner qu’ils entendent travailler « en étroite collaboration » avec les autres pays des Nations unies.

Les Américains sont restés dix-neuf ans sur l’île après y avoir débarqué en 1915. Plus récemment, hostiles au premier Président démocratiquement élu, Jean-Bertrand Aristide, la Maison Blanche a bloqué l’aide à destination d’Haïti. L’aura de Barack Obama et peut-être sa couleur de peau inspirent désormais confiance aux Haïtiens. L’urgence de la situation a effacé la méfiance que peuvent inspirer les Etats-Unis. Aujourd’hui à Port-au-Prince la population ne parle plus d’ingérence. Elle réclame au contraire avec force que les troupes américaines aident les forces locales à rétablir l’ordre dans les rues de la capitale.

Une conférence à Montréal pour clarifier le rôle de chacun

La France a semblé sur la défensive face à ce leadership et cet axe américain qui se dessine pour relever le pays de la désolation. L’absence de message clair et fort de L’Europe n’a rien arrangé. Selon Philippe Moreau-Defarges, chercheur à l’Institut français des relations internationales, s’il n’y pas de « mainmise américaine sur Haïti », cependant les Américains y ont « des intérêts extrêmement importants », notamment en ce qui concerne les flux migratoires.

La prochaine conférence de Montréal le 25 janvier prochain, à laquelle se rendra le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, devrait contribuer à apaiser d’éventuelles tensions. Selon le chef de la diplomatie canadienne, Lawrence Cannon, elle « servira à établir une vision claire et commune entre les partenaires clés qui participent aux efforts de secours ».



Articles Par : Caroline Caldier

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]