La Réserve Fédérale en mode panique, l’emploi stagne aux USA

Région :

L’ego de Janet Yellen s’est cassé en mille morceaux. Les nouvelles données publiées il y a quelques jours par le Département du Travail confirment mon hypothèse selon laquelle depuis l’année dernière, le marché du travail américain est beaucoup plus fragile que ne l’avait supposé la présidente de la Réserve fédérale. Si la situation de l’économie américaine continue d’empirer, il est très probable que dans les prochaines semaines de nouvelles mesures extraordinaires soient mises en œuvre, pour réduire le chômage structurel.

Dans ses discours publics, la présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen, s’est retenue d’évoquer les graves problèmes rencontrés par l’économie américaine. À la mi-septembre lorsque le Federal Open Market Committee (FOMC, pour son sigle en anglais) a pris la décision de maintenir le taux d’intérêt des fonds fédéraux entre zéro et 0,25%, la cible des préoccupations de Yellen est allée en Chine et vers l’endettement des marchés émergents.

Selon la présidente de la Réserve fédérale, la reprise de l’économie américaine est en cours de consolidation avec une force nouvelle. Et, par conséquent, si le FOMC n’a pas relevé le coût du crédit, c’était principalement dû à son haut niveau d’engagement et de responsabilité envers le reste du monde.

Mais la vérité est que l’économie américaine ne se caractérise pas précisément par sa bonne santé. Le fait est que les données du marché du travail publiées au cours des 12 mois précédant mars 2015 ne sont pas aussi robustes que le voulait la Réserve fédérale : le Département du Travail a récemment reconnu que le niveau de l’emploi dans le secteur privé était surestimé d’au moins 255 000 personnes.

D’autre part, durant le mois de septembre les emplois non agricoles se sont accrus de seulement 143 000, bien en dessous des 200 000 attendus. Le plus grand échec apparaît dans les secteurs liés au commerce extérieur et à l’énergie. La hausse du dollar, la baisse des prix des matières premières et l’extrême faiblesse de la demande mondiale ont précipité la détérioration structurelle de l’économie américaine.

Les mauvaises nouvelles ne s’arrêtent pas là : le nombre d’emplois créés en juillet et août a également été révisé à la baisse. Nous savons maintenant que seulement 136 000 emplois ont été créés en août, et non 176 000 comme initialement annoncé; tandis qu’en juillet, on a enregistré 21 000 emplois de moins que précédemment signalé. Par conséquent, avec les corrections apportées par le ministère du Travail, l’économie américaine a créé en moyenne 167 000 nouveaux emplois entre juillet et septembre, un montant qui représente moins de 65% des 260 000 emplois enregistrés mensuellement au cours de l’année dernière pour la même période.

Les politiques de la Réserve fédérale ne sont pas suffisantes, à elles seules, pour relancer l’économie. Yellen a tout misé sur une diminution du chômage, pensant que les grandes entreprises subiraient des pressions pour augmenter les salaires, ce qui ferait également augmenter le pouvoir d’achat des ménages et le niveau des prix (inflation).

Cela n’a pas encore eu lieu. Alors que le taux de chômage est tombé de 5,7% à 5,1% entre janvier et septembre de cette année, les salaires horaires ont progressé seulement de 2,2% en termes annuels le mois dernier, encore loin des niveaux atteints avant la crise, lorsque des augmentations supérieures à 4% ont été enregistrées. L’inflation, pour sa part, n’a pas réussi à atteindre 2% en plus de trois ans, ce qui est l’objectif de la banque centrale américaine.

Il est donc clair maintenant que la baisse du taux de chômage au cours des derniers mois est plutôt due à la baisse du taux de participation au marché du travail, en raison du désespoir de centaines de milliers d’Américains, qu’à la création d’emplois de qualité à long terme. Une annonce faite le vendredi 2 octobre a indiqué que 350 000 personnes ont abandonné la recherche d’un emploi en septembre. Il n’y a pas de retour en arrière,  l’emploi stagne aux États-Unis.

Ariel Noyola Rodríguez

Article original en espagnol :

La Reserva Federal entra en pánico: el crecimiento del empleo se sumerge en el estancamiento, RT, 9 octobre 2015

Traduit par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone

Ariel Noyola Rodríguez est économiste, il a fait ses études supérieures à l’Université nationale autonome du Mexique. Contact: [email protected]. Twitter:@noyo.la_ariel



Articles Par : Ariel Noyola Rodríguez

A propos :

Ariel Noyola Rodríguez is an economist graduated from the National Autonomous University of Mexico (UNAM). Involved in the Centre for Research on Globalization, Global Research, based in Canada. His reports on World Economy are published in the weekly magazine Contralínea and his opinion columns in the international news chain Russia Today. The Journalists Club of Mexico awarded him the National Journalism Prize in the category of Best Economic and Financial Analysis for his pieces issued in the Voltaire Network during 2015. He can be reached at [email protected] Twitter: @noyola_ariel.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media[email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]