Print

La responsabilité de protéger le monde … des États-Unis
Par Ajamu Baraka
Mondialisation.ca, 15 janvier 2018
CounterPunch 12 janvier 2017
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/la-responsabilite-de-proteger-le-monde-des-etats-unis/5622314

L’une des armes de propagande les plus ingénieuses jamais mises au point est que les puissantes nations occidentales dirigées par les États-Unis ont la responsabilité morale d’utiliser la force militaire pour protéger les droits des peuples opprimés par leurs gouvernements. Cette «responsabilité de protéger» (R2P) a toujours eu un statut juridique douteux, mais sa justification morale exigeait aussi un désengagement psychologique et historique de la réalité sanglante des 500 ans d’histoire du colonialisme américain et européen, de l’esclavage, du génocide et de la torture qui ont créé l’ »Occident ».

Ce projet paneuropéen colonial/capitaliste violent et anarchique se poursuit encore aujourd’hui sous l’hégémonie de l’empire américain. Cela soulève alors la question de savoir qui a vraiment besoin de protection et qui protégera les peuples du monde contre les États-Unis et leurs alliés? La seule réponse logique, stratégique et fondée sur des principes à cette question est que les citoyens de l’empire doivent rejeter leurs privilèges impériaux et s’unir pour s’opposer aux élites dirigeantes qui exploitent le travail et pillent la Terre. Pour ce faire, il faut toutefois rompre avec l’attrait enivrant de la « politique transcendant les classes d’identité blanche » qui divise le monde en deux.

Des néoconservateurs comme William Kristol, Paul Wolfowitz et Richard Pearl ont été les moteurs de la guerre en Irak. Ils comprenaient que s’ils voulaient vendre la guerre, les « Américains » devaient croire que le conflit concernait les valeurs et non les intérêts. Les néoconservateurs ont dépoussiéré et donné un nouveau visage à cette vieille rationalisation du colonialisme – le fardeau de l’homme blanc. Les interventions visaient à apporter la démocratie et la liberté aux personnes qui luttaient pour être comme leurs modèles les plus avancés dans l’Occident blanc. Les interventionnistes libéraux ont ensuite transformé ces idées en  » interventionnisme humanitaire  » et en  » responsabilité de protéger « .

Le fait que les États-Unis et l’Europe puissent s’envelopper du drapeau de la moralité, pratiquer la politique du sauveur et s’en sortir est un témoignage de la psychopathologie persistante de l’idéologie de la suprématie blanche.

Les expressions les plus extrêmes de cette dissonance cognitive ont eu lieu sous l’administration Obama, lorsque la notion d’exceptionnalisme américain a été utilisée pour justifier la poursuite de la barbarie de la soi-disant guerre contre le terrorisme de l’administration Bush. Avec cette justification et l’affirmation scandaleuse qu’elle défendait la démocratie, l’axe de domination États-Unis/UE/OTAN a commis des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre qui ont entraîné la mort de millions de personnes, tandis que des millions d’autres ont été déplacées et que des villes, des nations et des peuples anciens étaient détruits.

Le résultat? Les sondages internationaux Gallup et Pew ont toujours montré que les peuples du monde considèrent les États-Unis comme la plus grande menace à la paix mondiale sur la planète.

La stratégie de sécurité nationale sous Trump: encore plus identique

Lorsque l’administration Trump a publié sa Stratégie de sécurité nationale, les experts libéraux ont laissé entendre qu’elle différait considérablement de toute stratégie américaine antérieure. Mais au-delà de quelques références spécifiques à l’idée de placer « l’Amérique » et ses citoyens au premier plan en ce qui concerne l’économie, et des positions réactionnaires de renforcement de la sécurité aux frontières et de l’application de politiques d’immigration strictes, la stratégie de Trump ne s’écarte guère de la stratégie d’après-guerre froide des années précédentes.

La différence qui existait était plus dans le style que dans la substance. L’administration Trump a complètement éliminé tous les prétextes utilisés par les administrations précédentes. Même le droit interne, comme la War Powers Act qui a été ignorée par l’administration Obama, continue de ne pas préoccuper le nouveau gouvernement Trump.  Aujourd’hui, c’est l’ »Amérique d’abord » de Trump, sans se soucier du droit international ni des normes de comportement acceptées.

Non contrariée par le pouvoir compensateur de l’Union Soviétique, la Stratégie de sécurité nationale bipartite produite dans les années 1990, qui engageait l’État américain à poursuivre une politique qui assurerait la poursuite de l’hégémonie économique, politique et militaire des États-Unis tout au long du XXIe siècle – le « nouveau siècle américain » – demeure l’objectif stratégique global de cette administration.

Même le fait de qualifier explicitement la Chine et la Russie de  » concurrence  » qui menace de nuire à la sécurité du pays n’était pas si éloigné que cela, puisque la pièce maîtresse de la politique américaine était de surveiller tout État qui contestait le pouvoir américain dans n’importe quelle région. L’administration Trump a nommé les menaces contre les intérêts américains – Corée du Nord en Asie, Russie en Eurasie, Iran en Asie de l’Ouest, avec des groupes djihadistes inclus dans le cas où les États-Unis auraient besoin d’une justification de la guerre contre le terrorisme (WOT) pour justifier les interventions américaines n’importe où dans le monde.

Alors que les néoconservateurs et les interventionnistes libéraux des administrations précédentes édulcoraient les objectifs géostratégiques américains visant à masquer l’hégémonie, la rhétorique de Trump est grossière, directe et résolument agressive. Protéger les intérêts américains au XXIe siècle, c’est compter sur l’agression militaire, la guerre et la subversion.

Bâtir le mouvement anti-guerre des États-Unis c’est la responsabilité de protéger contre l’Empire

Il y a cinquante ans, le Dr Martin Luther King Jr. déclarait l’évidence: les États-Unis étaient le plus grand pourvoyeur de violence au monde. Il avait également déclaré que le public qui permettait cette violence conduirait à une sorte de mort spirituelle nationale qui continuerait à faire de l’État américain un danger pour le monde.

Cette mort spirituelle n’est pas tout à fait arrivée. Pourtant, le fait d’accepter « le caractère inévitable » de la violence et la nécessité de faire la guerre est maintenant plus profondément ancré dans la conscience collective des gens aux États-Unis qu’il y a 50 ans, lorsque King a mis en garde contre la profonde maladie de la société américaine. Pendant la majeure partie du XXIe siècle, les États-Unis ont été en guerre. Sur le plan culturel, les fusillades de masse, les guerres contre la drogue et le terrorisme, la violence et la guerre comme divertissement, les vidéos en direct de meurtres horribles perpétrés par la police ainsi que la sodomisation d’un chef d’État au couteau ont donné naissance à ce qu’Henry Giroux appelle une « culture de la cruauté ».

Mais le simple fait que les autorités aient besoin de mentir aux gens avec des contes de fées sur la responsabilité de protéger afin de donner une couverture morale à la guerre est une reconnaissance qu’ils comprennent qu’il reste suffisamment d’humanité parmi l’opinion publique pour qu’elle rejette le bellicisme américain s’il n’était perçu que comme une avancée des intérêts nationaux étroits.

C’est ce noyau moral restant – et les intérêts objectifs de la grande majorité du peuple qui s’opposent à la guerre – qui jettent les bases de la relance du mouvement moderne anti-guerre.

Baltimore a été le théâtre de la rébellion en réponse au meurtre de Freddie Gray par l’armée nationale que nous appelons « la police ». Quelques centaines de militants s’y réuniront le 12 janvier pour lancer une nouvelle campagne de fermeture de toutes les bases étrangères américaines. Ce rassemblement est le résultat d’une nouvelle coalition de forces, anciennes et nouvelles, pour relancer le mouvement anti-guerre américain. Cette conférence fait suite à une autre réunion qui a eu lieu il y a quelques mois à Washington, D. C., où certaines des mêmes forces se sont réunies pour lancer une campagne de  » désinvestissement de la machine de guerre « .

Stratégiquement, ces efforts sont conçus pour être les premiers pas vers l’établissement de la confiance, de la force institutionnelle et de l’orientation programmatique d’un nouveau mouvement anti-guerre, pro-paix et anti-impérialiste, revigoré et largement répandu aux États-Unis. Nous nous opposons au bellicisme que les deux partis politiques corporatifs ont normalisé.

Les difficultés et les défis de cette entreprise ne sont pas perdus pour les diverses organisations, réseaux et coalitions qui font partie de ces efforts. Nous reconnaissons tous qu’il n’ y a pas de raccourcis dans la reconstruction délicate de nos forces existantes et le défi d’élargir ces forces en y ajoutant de nouvelles formations. Les divergences idéologiques et politiques qui sont apparues entre les forces de gauche et les forces progressistes autour des questions de guerre et d’impérialisme rendent les choses plus difficiles.

Mais l’impératif de solidarité avec les victimes du bellicisme américain doit prévaloir sur nos différences et servir de base à la construction de l’unité politique.

Cependant, la solidarité ne suffit pas pour ceux d’entre nous qui font partie de l’Alliance Noire pour la Paix (BAP: Black Alliance for Peace). Nous reconnaissons son importance en tant que principe de base pour (re)construire un vaste mouvement anti-guerre. Nos intérêts communs avec d’autres peuples, nations et États opprimés qui se trouvent dans la ligne de mire de l’impérialisme américain exigent que nous offrions plus que de la solidarité.

Ceux d’entre nous qui construisent l’Alliance noire pour la paix comprennent que nous ne pouvons pas nous permettre les mythes réconfortants de la bienveillance américaine qui tente de dissimuler le déploiement brutal du pouvoir étatique américain au service des intérêts des capitalistes/colonialistes occidentaux. C’est pourquoi nous considérons avec suspicion, si ce n’est avec dédain, nos camarades qui soutiennent les interventions américaines, même s’ils les qualifient de  » gauche « . Pour les nations et les peuples opprimés du monde, la suprématie blanche américaine, le patriarcat colonial/capitaliste est et demeure la principale contradiction. Il ne doit pas y avoir de sentimentalisme nationaliste ou d’équivoque sur cette position.

Nous avons vu comment l’opposition anti-guerre qui a émergé pendant les années Bush contre la violence illégale approuvée par l’État, s’est dissoute sous l’administration Obama. Les libéraux et les principaux éléments de la  » gauche  » se sont objectivement alignés sur l’axe de domination US/UE/OTAN par leur silence ou leur soutien inconditionnel en faveur de régimes autoritaires opposés.

La conséquence de cette collaboration de classes est que le spectre de la guerre est aujourd’hui devenu un élément permanent du discours politique. L’augmentation obscène de 80 milliards de dollars des dépenses militaires qui a été soutenue par les deux partis et les médias privés reflète cette collaboration et l’impact corrosif de près de deux décennies de militarisme sur la politique et la conscience du public.

Donc, pour BAP, la tâche historique est claire.

Le peuple doit être séparé de l’oligarchie capitaliste et la nature de l’État doit être dévoilée. Notre politique doit être claire et notre rhétorique dénuée d’ambiguïtés libérales. Nous devons mettre à nu les intérêts de la classe capitaliste sous-jacente qui sont masqués par les appels aux intérêts nationaux et au patriotisme. Le mouvement anti-guerre doit promouvoir une compréhension claire des intérêts économiques et de classe qui sont à la base des stratégies impérialistes et des grands conflits de pouvoir. Nous devons affirmer sans équivoque la position selon laquelle nous ne pouvons pas nous débarrasser du fléau de la guerre sans nous débarrasser du racisme et du capitalisme et que le peuple doit rejeter tous les appels à la protection des intérêts nationaux promus par les élites dirigeantes.

Nous devons dire que si les dirigeants veulent la guerre, qu’ils la fassent eux-mêmes!

La position anti-guerre et anti-impérialiste doit être considérée comme la plus haute expression de l’internationalisme et de la solidarité mondiale. Les activistes aux États-Unis doivent rejeter tous les efforts visant à blanchir le militarisme et reconnaître leur obligation morale – en tant que citoyens de l’empire – de s’opposer à toute intervention militaire américaine. Nous devons prendre une position selon laquelle nous n’autoriserons plus les politiciens va-t-en-jeune à envoyer nos fils et nos filles dans d’autres pays, où ils deviennent des criminels de guerre qui combattent d’autres travailleurs et des pauvres qui ne veulent que la justice sociale, la souveraineté nationale et l’autodétermination pour eux-mêmes.

L’agenda permanent de guerre de la dictature capitaliste doit être confronté à l’opposition permanente de la classe ouvrière et de tous les peuples opprimés. Le peuple doit comprendre le lien entre les justifications racialisées pour faire la guerre à l’étranger et l’intensification de la guerre contre les communautés noires et brunes aux États-Unis.

Nous disons aux progressistes qu’il ne faut pas prétendre croire à « Black Lives Matter » aux États-Unis et ne pas s’opposer à l’attaque contre l’humanité des Palestiniens, des Yéménites, des millions de pertes en République démocratique du Congo, de la destruction de la Libye et des coups d’État au Honduras et la déstabilisation au Venezuela.

Il faut rejeter la version raciste du 21e siècle du fardeau de l’homme blanc avec sa notion absurde de guerre humanitaire et la responsabilité de protéger et comprendre que la vraie menace à la paix mondiale est l’empire dont nous faisons tous partie.

Notre tâche est claire: la position anti-guerre n’est pas un complément. C’est une obligation morale et politique fondamentale pour les citoyens de l’empire. Le monde ne peut plus attendre.

Ajamu Baraka

Article original en anglais :

The Responsibility to Protect the World … from the United States

CounterPunch, le 12 janvier 2018

Traduction : AvicRéseau International

Ajamu Baraka est l’organisateur national de l’Alliance Noire pour la Paix et était le candidat 2016 au poste de vice-président pour le Parti Vert. Il est rédacteur et chroniqueur pour le Black Agenda Report et chroniqueur pour le magazine Counterpunch.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.