La Russie est auxiliaire du partenariat indo-US, pas équilibreur

Le tabloïd du Parti Communiste Chinois Global Times a publié un commentaire stimulant intitulé « Modi fait la balance entre les États-Unis et la Russie« . Il aborde les points d’ancrage « Chanakyan » de la diplomatie indienne vis-à-vis de la Russie.

L’hypothèse est simple : l’Inde « équilibre » ses relations avec les États-Unis et la Russie en vue d’obtenir un bon accord des deux sans être l’âme sœur de l’un ou l’autre.

L’état d’esprit « Chanakyan » est simpliste – et souvent naïf – pour faire face aux complexités de l’ordre mondial du XXIe siècle. Mais c’est ce qu’il y a de mieux pour l’élite dirigeante de l’Inde, qui manque cruellement de ressources intellectuelles pour adapter l’Inde à l’évolution rapide du scénario mondial – ou pour y puiser de façon optimale.

La tactique ne peut pas se substituer à la stratégie, alors que le gouvernement Modi se complaît dans les manœuvres tactiques. Le prochain Howdy Modi à Houston, au Texas, en est un exemple éloquent. Grâce à ce concert extravagant à Houston, l’Inde espère retrouver le chemin de l’affection et son importance auprès de Trump. (Voir mon article « Howdy Modi, c’est gagnant-gagnant. Mais est-ce important ?« )

L’évènement de Houston souligne que si Trump est accaparé par la montée potentielle des États-Unis en tant que superpuissance énergétique, l’Inde se rendra pertinente en offrant son marché énergétique florissant aux exportations US – en remplaçant l’Iran voisin avec des importations US à un coût beaucoup plus élevé.

Si Trump est irrité par le déficit commercial (dérisoire) avec l’Inde, Delhi achètera simplement plus de produits US, civils et militaires. Si Trump exige un accès au marché ou des règles du jeu équitables en matière de commerce électronique et de gestion des données, aucun problème, l’Inde modifiera ses règles et règlements. Howdy Modi devrait lancer les négociations en vue d’un accord de libre-échange entre l’Inde et les États-Unis.

Mais le commentaire chinois passe à côté d’un point essentiel. Le fait est que dans aucune de ces manœuvres diplomatiques, l’Inde ne parvient à équilibrer ses relations avec les États-Unis et la Russie. Le gouvernement Modi privilégie un partenariat définissant avec les États-Unis que la Russie est sans importance.

Si des discordes ou des désaccords apparaissent (comme pour les débordements de Trump sur le Cachemire), l’Inde commencera tranquillement à travailler pour s’harmoniser avec lui en l’apaisant ailleurs dans le but de le modérer, voire le faire taire. Mais la boussole en tant que telle reste bien en place pour le voyage à venir.

Alors, où se situe la Russie dans le schéma de l’élite indienne ? Il est clair que la Russie n’est pas un équilibreur, puisqu’elle est encore une puissance plus faible que les États-Unis et qu’elle le restera pour les décennies à venir. La Russie manque d’innovation et les élites indiennes sont sceptiques quant à savoir si la Russie a quelque chose à offrir en matière de haute technologie.

De même, dans le climat « désidéologisé » des relations Inde-Russie, il n’y a rien de tel que la diaspora indienne aux États-Unis, dont on estime qu’elle est neuf fois plus instruite que la population indienne en Inde, pour stimuler l’élite dirigeante indienne. En termes simples, la relation a cessé d’être brahmanique.

D’une certaine façon, c’est devenu une relation de boutique qui rappelle le bonsaï, l’art japonais de miniaturiser les arbres. Bref, la Russie donne des armes dotées d’une technologie de pointe que les États-Unis détestent partager, même avec leurs plus proches alliés de l’OTAN.

La crise au Cachemire a révélé que la Russie joue également le rôle d’un pneu de secours. Lorsque l’un des quatre pneus US éclate, l’Inde le remplace par le pneu de secours pour que le véhicule puisse continuer à rouler.

Mais alors, l’utilisation est strictement limitée à l’interrègne jusqu’à ce qu’un pneu étatsunien soit trouvé dans le garage le plus proche. Le gouvernement Modi a trouvé un garage à Houston.

Pendant ce temps, la Russie a apporté un soutien utile en exprimant son soutien à la position de l’Inde sur le Cachemire à un moment où l’administration Trump reste inutile en raison des contraintes découlant de la situation en Afghanistan.

L’aide russe a été très utile pour que la politique de Modi au Cachemire, qui n’a guère de preneurs en Occident, ne se heurte pas à une mort subite au niveau international. Il est important de noter qu’il a donné au gouvernement Modi le répit de travailler hors du radar pour contourner l’administration Trump.

Le Premier ministre indien Narendra Modi (à gauche) et le Président russe Vladimir Poutine (à droite) assistent au Tournoi international annuel de judo junior Vladivostok Jigoro, à Vladivostok, le 5 septembre 2019

Howdy Modi est à la fois une initiative créative pour piéger Trump dans des anneaux d’apaisement et une célébration précoce du succès de l’Inde à réduire au silence l’irrépressible Trump sur la question du Cachemire – au moins pour le moment.

Pendant ce temps, le pneu de secours retourne à sa place, c’est-à-dire dans le coffre du véhicule. Sans aucun doute, il sera stocké avec soin et la pression des pneus sera régulièrement vérifiée pour s’assurer qu’il reste en état de rouler sous la pluie ou le soleil, car on ne sait jamais quand il pourra être à nouveau nécessaire.

Il est raisonnable de supposer qu’une grande nation avec une fière histoire comme la Russie, avec une mémoire longue et mouvementée dans la diplomatie internationale, ne peut pas être myope sur le calcul « Chanakyan » de l’Inde. Par conséquent, malgré toutes les prières Chanakyan de l’élite indienne, il n’a jamais traversé l’esprit des Russes de revenir sur l’entente du pays avec la Chine pour faire plaisir à l’Inde, pas une seconde.

En fait, la Russie a également commencé à compartimenter ses relations avec l’Inde. Même si les diplomates russes ont exprimé leur soutien à l’Inde au Cachemire, RT financé par le Kremlin a présenté une interview exclusive de 30 minutes avec Imran Khan. Et Imran Khan a plongé dans une diatribe de grande qualité contre la « répression » du gouvernement Modi sur les musulmans du Jammu-et-Cachemire et sur Modi et la vision fondamentaliste et l’hostilité hindoue du RSS envers le Pakistan.

 

Pour l’avenir, les liens avec la Russie resteront utiles pour l’Inde en tant que complément à son partenariat déterminant avec les États-Unis. Mais les relations Inde-Russie sont de plus en plus importantes pour Moscou. La Russie a décerné sa plus haute distinction nationale à Modi à la veille du scrutin crucial de 2019 et lui a également fait l’honneur d’être l’invité principal du prestigieux sommet du Forum Économique Oriental de Vladivostok, récemment.

Est-ce que Delhi va rendre la pareille ? Est-ce que Delhi tiendra un Howdy Modi à Tioumen, la capitale pétrolière cosmopolite et en plein essor de la Sibérie ? Bien sûr que non. Quel dommage que le Sangh Parivar ne soit pas partie prenante en Russie !

M.K. Bhadrakumar

Source : Russia is auxiliary to US-India partnership, not balancer, Indian Punchline, le 20 septembre 2019.

Traduction par Réseau International



Articles Par : M. K. Bhadrakumar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]