La Russie et l’Iran ouvrent une route commerciale annonciatrice d’un bloc

Suite à la guerre en Ukraine, la mer d’Azov devient une mer intérieure pour la Russie, encadrée par la péninsule de Crimée et l’embouchure du Don. Les réseaux maritimes et ferroviaires de la région s’étendent jusqu’aux plateformes iraniennes de la mer Caspienne et débouchent finalement sur l’océan Indien. Un article de fond paru dans Bloomberg la semaine dernière, intitulé « La Russie et l’Iran construisent une route commerciale qui défie les sanctions », met en avant ce projet « déjouant les sanctions » dans la région.

Le mois dernier, la Mehr News Agency a rapporté qu’une première cargaison de 12 millions de tonnes de céréales russes à destination de l’Inde avait déjà transité par l’Iran. L’heure est venue pour le corridor commercial intérieur connu sous le nom de corridor international de transport Nord-Sud ou INSTC, qui a été lancé en 2000 pour relier la mer Baltique à l’océan Indien.

Ironiquement, les « sanctions infernales » de l’Occident contre Moscou ont donné vie à l’INSTC. Moscou finalise actuellement les règles qui donneraient aux navires en provenance d’Iran le droit de passage sur les voies navigables intérieures de la Volga et du Don !

L’INSTC a été conçu comme un réseau de transport multimodal de 7200 km de long comprenant des voies maritimes, routières et ferroviaires pour transporter des marchandises entre la Russie, l’Asie centrale et les régions caspiennes, l’Iran et l’Inde. À la base, il s’agit d’un projet russo-iranien qui vise à contrer la militarisation des sanctions par l’Occident.

Mais leurs intérêts convergents ne s’arrêtent pas là. Les sanctions occidentales les incitent à chercher à développer leurs économies de manière optimale. La Russie et l’Iran se tournent vers le marché asiatique et, ce faisant, forment un nouveau bloc commercial totalement dépourvu de présence occidentale. « L’objectif est de protéger les liens commerciaux de l’ingérence occidentale et d’en établir de nouveaux avec les économies géantes et à croissance rapide de l’Asie », note Bloomberg.

S’adressant à un groupe de rédacteurs en chef russes de haut niveau lundi à Moscou, le ministre des Affaires étrangères, Lavrov, a déclaré : « Soyez assurés que, dans un avenir proche, nous verrons une sérieuse diminution de la capacité de l’Occident à « diriger » l’économie mondiale comme il l’entend. Qu’il le veuille ou non, il devra s’asseoir et discuter ». C’est là le nœud du problème – obliger les puissances occidentales à négocier.

À court terme, le décollage de l’INSTC dépendra de quelques grands projets. Lundi, le vice-Premier ministre russe Alexander Novak a parlé d’un réseau énergétique impliquant la Russie, l’Iran, l’Asie centrale et la région de l’Asie du Sud.

Novak a déclaré :

« Un afflux constant de devises nationales donne confiance au marché. Au début de l’année, nous avons été confrontés à une situation où l’on ne savait pas très bien quoi faire de ces monnaies. Actuellement, elles sont échangées en bourse et assurent un roulement mutuel des échanges… Si au début de l’année, ce volant d’inertie oscillait très fort, en quelques mois, il s’est banalisé et nous avons commencé à échanger régulièrement des monnaies nationales ».

La dédollarisation est un des fondements de l’INSTC. C’est une chose.

Deuxièmement, Novak a révélé que la Russie et l’Iran pourraient conclure un accord sur l’échange de fournitures de pétrole et de gaz d’ici la fin de l’année. Comme il l’a dit, « si nous parlons de perspective, cela inclut les exportations de gaz vers l’Afghanistan, le Pakistan – soit en utilisant les projets d’infrastructure d’Asie centrale, soit par le biais d’un échange à partir du territoire de l’Iran. C’est-à-dire que nous recevrons leur gaz dans le sud du pays [Iran], et en échange nous fournirons du gaz dans le nord pour les consommateurs iraniens ».

Novak a ajouté : « Nous prévoyons environ 5 millions de tonnes [de pétrole] par an et jusqu’à 10 milliards de mètres cubes [de gaz] dans un premier temps ». Le Pakistan est intéressé par l’approvisionnement en gaz russe. Novak a fait référence à l’accord conclu par la Russie avec l’Azerbaïdjan, qui doit augmenter ses approvisionnements en gaz, et « lorsqu’ils augmenteront leur production de gaz, nous pourrons discuter des échanges ».

Le Pakistan a un avantage inhérent, car tous les pays participants de l’INSTC, à l’exception de l’Inde, se trouvent être également membres de l’Initiative Ceinture et Route chinoise. À un moment donné, les deux ports iraniens désignés dans l’INSTC – Bandar Abbas et Chabahar – seront probablement reliés au port de Gwadar, qui est la porte d’entrée du corridor économique Chine-Pakistan (CPEC) menant au Xinjiang, et un élément important de la BRI.

Il est clair que l’INSTC donnera naissance à un réseau de corridors économiques internationaux. L’Iran est destiné à devenir le centre d’intérêts stratégiques convergents avec des dimensions économiques importantes qui détermineront de nouvelles alliances et auront un impact sur la géopolitique de l’Asie du Sud et de l’Ouest au XXIe siècle.

Les États-Unis ont mené une guerre de l’information pour démolir le CPEC et alimenter les sentiments anti-chinois dans l’opinion publique pakistanaise. Mais c’est une tentative désespérée de dénigrer l’INSTC en tant que projet géopolitique et il est peu pratique de menacer les États régionaux de s’associer à ce qui est une route commerciale intercontinentale qui n’est pas la franchise d’un seul pays. Après tout, comment sanctionner un bloc commercial ?

Les faits parlent d’eux-mêmes. Les essais effectués par l’INSTC pour transporter des conteneurs de Mumbai à Saint-Pétersbourg en utilisant le corridor commercial ont permis de réduire le délai de livraison des cargaisons de 45 jours à 25 jours à des tarifs 30% moins chers qu’en passant par le canal de Suez, ce qui justifie les espoirs d’une meilleure connectivité et l’utilité du corridor. Il est clair que le potentiel commercial de l’INSTC est immense.

Cependant, la Russie et l’Iran sont déterminés à se découpler de l’Occident. Lavrov a déclaré lundi : « Nous ne pouvons plus compter sur ces gens. Ni notre peuple ni l’histoire ne nous le pardonneront si nous le faisons… nous avons trop ouvertement et naïvement mis notre foi dans les assurances que nous avons entendues au début des années 1990 au sujet d’une maison européenne commune et de la nécessité d’une division internationale du travail qui s’appuierait sur les meilleures performances et les avantages compétitifs de chaque pays, de sorte qu’en rassemblant nos efforts et en économisant nos ressources, nous serions en mesure d’obtenir les résultats les meilleurs et les plus rentables. Tout cela n’était que des paroles en l’air ».

L’Iran et l’Union économique eurasiatique [comprenant la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan et le Kirghizstan] auraient finalisé les termes d’un accord de libre-échange portant sur plus de 7500 types de produits. Un marché de 700 milliards de dollars s’ouvre aux produits et services iraniens dès la prochaine année iranienne [à partir du 21 mars 2023].

L’accord de libre-échange encourage la libre circulation des biens et des services et prévoit des politiques communes dans le domaine macroéconomique, des transports, de l’industrie et de l’agriculture, de l’énergie, du commerce et des investissements étrangers, des douanes, de la réglementation technique, de la concurrence et de la réglementation antitrust. Ce sera un changement de donne pour l’INSTC, qui transformera la dynamique du pouvoir dans la vaste masse continentale eurasienne et dans la région du Golfe. L’INSTC représente un axe stratégique entre la Russie et l’Iran, construit autour d’une route commerciale annonçant un bloc commercial non occidental d’États régionaux en roue libre ayant des intérêts communs dans la résistance à l’hégémonie occidentale.

M.K. Bhadrakumar

 

Article original en anglais: Russia, Iran open a trade route heralding a bloc, Indian Punchline, le 28 décembre 2022.

Traduction : Réseau International



Articles Par : M. K. Bhadrakumar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]